Cyril Eldin aux manettes du Petit Journal : pourquoi c'est une catastrophe



  • Le Petit journal, devenu grand sous l’impulsion de Yann Barthès, risque de redevenir petit avec son nouvel animateur… le pantin béni-oui-oui de Bolloré : Cyril Eldin.

    alt text

    Et oui, le trublion d’abord du supplément puis du grand journal, titulaire de l’emblématique chronique politique “Eldin reporter”, sera le nouveau présentateur d’un Petit journal appelé à redevenir séquence intégrée au Grand journal.

    Finie la déconstruction du politique à heure de grand écoute, bienvenue à la gaudriole politique à la papa. A l’aube d’une saison télévisuelle qui sera aussi celle d’une année d’élection présidentielle, il est donc légitime de s’interroger: on sait ce que l’on perd avec Barthès, et l’on pressent avec angoisse de savoir ce que l’on va gagner avec Eldin. Et les larmes perlent… Forces de l’esprit Canal, où êtes vous?

    Barthès et Eldin, ce n’est pas la même chose.

    Yann Barthès pointe les travers de la société politique livrée à la tyrannie de la communication politique pensée comme un cosmétique inauthentique. Barthès ne laisse passer ni les imposteurs ni les impostures. Il met aussi en lumière les éléments de langage de la communication politique à la française.

    Plus que le décryptage à la télé, Barthès a inventé la télé de la déconstruction politique, certes limitée à raison du caractère d’infotainment du Petit journal, où se mélange reportages et sketchs, où le temps est compté, où la légèreté prime, mais le travail accompli a ouvert une brèche dans la manière de traiter la politique à la télévision qui est allé jusqu’à influencer la ligne éditoriale des journaux de 20h traditionnels (cf la section “loeil du 20h” du JT de France 2 qui est une copie du petit journal, le ton humoristique en moins).

    Cyril Eldin ne s’inscrit pas dans cette perspective. Avec lui, la politique devient un jeu prétexte à le mettre en scène. Un divertissement pour le divertissement ou la politique est sacrifiée sous l’autel du spectacle.

    Contempler Eldin prendre en otage des politiques en leur imposant son ton faussement complaisant, c’est assister à la dégradation de la politique. Pour le politique victime d’Eldin, jouer son jeu, accepter de se compromettre, c’est prendre le risque de passer pour un clown de la télé face à ses électeurs. Ne pas le jouer, refuser la règle du jeu inégale dictée par Eldin, c’est s’exposer à passer pour hautain et loin du peuple. Quoi qu’il arrive, les politiques ont tout à perdre et rien à gagner à se voir imposer les jeux de ce clown.

    C’est pourtant le Petit journal de Yann Barthès qui a inventé Eldin, en lui confiant une première séquence, “Face à Eldin”. Mais par la suite, Eldin est passé au Supplément, où il a relancé le micro-trottoir politique. Au départ, il s’agissait sur le papier de faire encore de la déconstruction, une fois par semaine. A l’arrivée, devenue quotidienne au Grand journal, la séquence s’est dépouillée de son sens initial. Eldin n’a plus pour objectif de révéler une vérité humaine de la politique, ses grandeurs et ses petitesses, saisie par la caméra au détour d’un moment, mais de mettre en scène son épopée de comédien.

    A force de jouer à Eldin qui fait du Eldin qui fait du Eldin, le comédien ne fait plus du journalisme politique décalé, mais du Guignol à l’ancienne. Et ne comprend pas que prendre la pose avec Marine Le Pen et s’amuser avec elle, rire avec elle, c’est grave, car c’est construire une image qui n’est pas la vérité, loin de toute exigence de déconstruction.

    Voilà pourquoi il est légitime de s’inquiéter du processus de succession qui mène Cyril Eldin à s’asseoir dans le fauteuil de Yann Barthès.

    Sans compter qu’Eldin est un homme très complaisant avec Bolloré comme on a ppu le constater dans le “Complément d’enquête” consacré au patron de Vivendi. Il y a donc de quoi sérieusement douter sur la capacité d’Eldin à résister aux pressions que sa hiérarchie exercera forcément sur lui vu l’importance du programme (mais sans doute est-ce pour cela qu’il a été choisi?).

    De l’enjeu de ce changement d’animateur…

    Mais il a plus inquiétant encore . Le Petit journal de la déconstruction politique s’adressait à un public plutôt jeune, connecté, en phase avec l’époque. Il parlait à un public qui ne regarde plus (voire n’a jamais regardé pour les plus jeunes) les antiques journaux de 20h dont l’audience vieillit, année après année, et ne se renouvelle guère.

    Ici se mesure l’enjeu de la succession Barthès-Eldin à Canal Plus. D’une certaine façon, le Petit journal pouvait constituer une porte d’entrée citoyenne vers l’intégration des jeunes ou moins jeunes, en politique.

    Même travaillant en férocité, Barthès contribuait à entretenir le lien entre un certain type de public et la politique. Il donnait sens. Eclairait. Eveillait. Avec Eldin, qui ne fait que de la dérision pour la dérision, cette porte d’entrée risque de se refermer. D’où l’inquiétude…



  • Je suis d’accord avec ton texte ! :cesara:



  • C’est de toi, le pavé?



  • Ca ressemble à du BRP.

    Sinon Canal a réussi à remplacer un mec qui me sort par les yeux par un des rares mecs qui me sortent encore plus par les yeux, bravo pour l’exploit. :booo:



  • D’Arrêt Sur Images ont passe à Yann Barthès (une espèce d’infotainment encore assez politiquement correct, qui analyse plus souvent la forme que le fond), et de Yann Barthès on passe à Eldin (de la gaudriole si j’ai bien compris).

    Quelle dégringolade dans l’analyse et la critique des médias.



  • @Fumier a dit dans Cyril Eldin aux manettes du Petit Journal : pourquoi c'est une catastrophe :

    Ca ressemble à du BRP.

    Sinon Canal a réussi à remplacer un mec qui me sort par les yeux par un des rares mecs qui me sortent encore plus par les yeux, bravo pour l’exploit. :booo:

    Oui :prude:

    C’est un trou de balle ce gars mais son texte était joli donc je l’ai adapté.
    J’ai quand même coupé pleins de paragraphes qui servaient à rien.

    Et j’ai ajouté deux trois trucs sur Bolloré parce que ça fallait pas compter sur l’autre libérale pour le dire.



  • @Yorgat a dit dans Cyril Eldin aux manettes du Petit Journal : pourquoi c'est une catastrophe :

    D’Arrêt Sur Images ont passe à Yann Barthès (une espèce d’infotainment encore assez politiquement correct, qui analyse plus souvent la forme que le fond), et de Yann Barthès on passe à Eldin (de la gaudriole si j’ai bien compris).

    Quelle dégringolade dans l’analyse et la critique des médias.

    LPJ ça n’a jamais été de la critique des médias au contraire, c’est de la critique de la com politique et quelques reportages poils à gratter.

    ASI ça n’a pas disparu et ça n’a d’ailleurs jamais été aussi bien que depuis que c’est totalement libre sur internet. D’une petite émission d’une heure diffusée à heure de petite écoute, c’est devenu un site très important qui produit bien plus de contenu que ce que ça n’a jamais produit quand c’était à la télé.



  • C’est qui BRP ?



  • @Carcharodon
    Oui je sais qu’@SI n’a pas disparu …je suis abonné et j’y vais régulièrement. (J’ai juste le souci de la continuité après Schneideman, parce qu’il commence à se faire vieux)

    Oui LPJ, c’est la comm’ politique. Et c’est ça qui m’emmerde. Ils ne restent que sur la forme. Et réduise la politique à de la com’.



  • Ouais je comprends, mais reste que c’est les seuls à faire ça.
    Après pour le contenu des discours politique sur le fond, y’a toujours les autres émissions ! Mais la deconstruction des éléments de langages moi je considère ça assez important et assez nécessaire.



  • @Carcharodon a dit dans Cyril Eldin aux manettes du Petit Journal : pourquoi c'est une catastrophe :

    Ouais je comprends, mais reste que c’est les seuls à faire ça.
    Après pour le contenu des discours politique sur le fond, y’a toujours les autres émissions ! Mais la deconstruction des éléments de langages moi je considère ça assez important et assez nécessaire.

    Heu, je ne connais aucune émission qui va vraiment sur le fond en cassant le discours politique. Les trucs de Pujadas ou même C dans l’air, c’est juste une horreur - tout ce qui ne va pas dans la mouvance mainstream, ils le cassent, et ils caressent les puissants dans le sens du poil. Je veux même pas parler de Ruquier ou Ardisson.
    Si on parle des “Nouveaux Chiens de Garde”, ce n’est pas pour rien.



  • Ben ça va être nul.
    Pas grave.





  • Grosse claque sur Twitter avec le compte du Petit Journal passant sous la barre du million de followers, et en trending topic avec que des tweets contre la nouvelle formule.







  • J’ai pas lu le pavé mais les gens ont l’air d’accord, alors bravo pour ce texte très émouvant dans lequel je me suis retrouvé

    Nan mais sérieux même Catherine et Lillane c’était pas drôle :(



  • @cwis a dit dans Cyril Eldin aux manettes du Petit Journal : pourquoi c'est une catastrophe :

    Nan mais sérieux même Catherine et Lillane c’était pas drôle :(

    Oui c’était pas terrible mais je leur une chance ou deux, pas évident de faire la même chose sans faire la même chose.
    Là je pense que le but était peut être d’instaurer un nouveau lieu :hum:



  • @Tatane mais avant c’était toujours drôle :-(



  • Et puis moi j’aime la ROUTINE
    Tout ce chambardement :-(


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.