Votre grosse cuite



  • Allez dévoilez tout :fume:
    Quelle est votre plus grosse cuite :fume: vous aviez fait quoi?



  • Ce message a été supprimé !


  • Vécu c’est naze comme partie :cryy:
    Rebooteux c’est marrant :cryy:



  • Ce message a été supprimé !


  • Comment tu abuses de ton pouvoir :honey:



  • Ce message a été supprimé !

  • Présidente du Reboot et des endives

    Je ne bois pas d’alcool, je suis pure. :angel:



  • En général j’en ai de bons souvenirs, mais une fois, très très soûle, je suis montée en voiture avec des inconnus rencontrés genre 10 minutes avant (difficile à savoir précisément, le temps n’étant plus qu’un concept impossible au bout du 8ème mojito). Il ne faut pas faire ça, c’est dangereux. Et idiot.
    Par chance c’était des mecs gentils et inoffensifs (sans doute des amish, je ne vois que cette explication au vu du nombre de c*nnards libidineux que j’ai pu rencontrer ailleurs dans ma vie) et nous avons terminé la soirée en boîte en tout bien tout honneur.
    Après nous avons construit une maison en bois ensemble. (< ce n’est pas vrai mais j’avais envie de broder autour de cette histoire d’amish).
    Une bien belle anecdote qui se termine bien, mais dont je ne suis pas fière.



  • J’en ai deux. Une au réveillon 2014-2015 j’ai vomi dans le métro :lecid: tout ce dont je me rappelle c’est que j’étais avec des potes entourés de plusieurs gens dans le métro, puis quelques secondes après tout le monde se tenait à 5 mètres de moi :hihi:

    Sinon une autre il y a 3 mois, je rentrais en uber avec un pote, je me sentais pas bien. Pendant le feu rouge j’ouvre la porte et je dégueule dehors. Sauf que ça bouscule en feu vert et l’uber ne peut pas démarrer vu que je vomissais bloquant toutes les voitures derrières

    Ne me jugez pas :cryy:



  • @niki007 a dit dans Votre grosse cuite :

    Ne me jugez pas :cryy:

    A l’impossible nul n’est tenu.
    alt text



  • Heu, y’a eu la fois où à Lorient je me suis retrouvé à jouer du jumbee avec des punks à chien sur une sorte de terre-plein à 6h du mat’ …alors que je reprenais le taff à 9h (et je sais plus trop comment je suis arrivé là - mais j’avais fumer).

    Y’a eu la fois où j’ai vomi dans un mobile home …mariage de ma cousine allemande … On avait fini à la kirschwasser (schnapps), c’était violent.

    Y’a la fois où j’ai fait chier des gens à Nancy qui faisaient la queue pour entrer en boîte et où je leur demandais c’était quoi l’hymne de la région Lorraine (y’en a pas) .

    Y’a la fois où j’ai fini dans une boîte que j’aime pas… Et où je pleurais dans les bras d’un brancardier en leur baffouillant qu’ils faisaient des trucs dont j’étais incapable, et que je trouvais ça super courageux (jusqu’au moment où un pote m’a tiré de là en disant “viens tu fais peur aux gens”).

    Et y’a la fois où en sortant d’un pub à Vannes, je me suis paumé dans le parking …alors qu’il est pas grand.

    Mais c’est possible que la pire c’était à l’intégration de ma 1ere année d’IUT,car on avait picolé tout l’aprem…je me rappelle plus ni de la soirée, ni de la nuit …
    Et … Je me rends compte que je le rappelle encore moins de la journée d’integration des 1ere années quand j’étais en 2e année. :hum:
    'thym, merde.



  • Je bois quasiment jamais, ma derniere cuite remonte à plus de 20 ans, dans un pub en Irlande à faire la fête avec des collegues de chantier. Je m’etais tapé 7 pintes de 1l de biere, c’est une des seules fois où j’etais cuité. Et j’ai jamais vomi en etant cuité.



  • J’en ai eu pas mal, quasi toutes à l’étranger (vive Erasmus), mais il y en a eu 2 qui m’ont marquées plus que les autres:

    Une aux Pays-Bas, où j’ai voulu boire comme mes potes hollandais mais sans avoir leur descente. A peine rentrée dans la boîte je me suis sentie mal: j’ai laissé une belle trace de vomi de l’entrée jusqu’aux toilettes avant de leur boucher leurs lavabos! :lecid:

    L’autre en Angleterre: avec un pote anglais on organisait une soirée Erasmus en boîte, et comme la soirée peinait à se lancer, on a voulu lancer un concours de shooter… :rolleyes: 9 double-sambuca plus tard, j’ai fait des choses dont je ne me souviens plus et j’ai comaté dans les chiottes jusqu’à ce que ma pote panique et appelle le samu. Je me suis réveillée à l’hôpital quelques heures plus tard, avant de réaliser de retour chez moi que mes clés étaient restées dans la boîte. Mes colloques n’ayant pas osé ouvrir la porte à cette heure tardive, et c’est mon voisin-proprio qui est venu m’ouvrir… bref, la honte jusqu’au bout! (et je parle pas du lendemain où les videurs de la boîte m’ont raconté ce que j’avais fait la veille!) :lecidacouette:



  • Ça remonte à mon adolescence, je me rappelle de la soirée pour les 16ans d’une copine, on avait la maison de son oncle pour organiser une big party. Quand sa mère est venue roder vers 20h, je me revois planquée sous la table du coin musique car y’avait une nappe, et j’étais planquée avec l’alcool.
    Après j’ai plus trop de souvenir jusqu’à 4h du matin, une putain de mandale dans la gueule envoyée par ma mère - je ne devais pas rentrer et dormir sur place - car je faisais un boucan pour ouvrir la porte vu que je n’avais pas de clé, et que en plus elle me,demandait ce que j’avais fait de ma sœur et que je ne savais foutrement rien du tout, et elle demandait comment j’étais rentrée et pareil j’en savais toujours rien.
    Je suis partie cuver dans mon lit, le lendemain je me réveille pas fraîche et bien mal, et là je constate que je n’ai ABSOLUMENT PAS les mêmes fringues que la veille. Moment de flip, et je me renseigne auprès de pote, visiblement je suis allée aux chiottes et j’ai pas été capable de me rhabiller seule, donc mon meilleur pote, pris de pitié et n’arrivant pas à me remettre mon pantalon, m’a fait porter une salopette xxl, car plus facile pour lui à me mettre.
    Et dans mon enquête j’ai demandé pourquoi j’avais des bleus sur le front :moumoutefume:
    Visiblement ils m’ont mis dans une chambre car j’étais devenue ingérable et j’ai essayé d’en sortir sans trouver la porte et en me cognant sur les murs lorsque je croyais que c’était la sortie. :lecidacouette:



  • *la kagette imbibée est un petit animal sauvage et imprévisible, toujours prompt à pénétrer à l’intérieur des maisons même habitées. Elle se cache en général, sous les meubles, près des sources non naturelles, ou dans les pièces sombres et vides. Elle peut par contre être adepte de l’auto violence quand elle se sent prise aux pièges, il est ainsi conseillé de laisser fenêtres et portes ouvertes pour s’en débarrasser *





  • Hier !!!
    Non en fait je me pose la question de c’est quoi “un grosse cuite” ?
    C’est quoi le seuil ? Quand on gerbe ?



  • @jim69 pour moi c’est soit on gerbe, soit on a plus de souvenir.



  • Je n’ai jamais été bourrée, ni même pompette :prude:



  • J’ai pris une seule cuite de ma vie et elle était volontaire, c’était un test.
    Je bois pas, bon déjà j’aime pas le goût du tout , mais j’ai aussi longtemps eu un gros problème avec l’alcool, genre je supportais pas les gens buvant ne serait-ce qu’un verre.
    Et un jour j’ai voulu essayer d’être bourrée pour voir ce que ça faisait.
    Je devais avoir 16-17 ans.
    J’ai été super joyeuse et euphorique une bonne partie de la nuit, ce qui changeait pas trop de mon comportement normal en fait.
    Par contre au petit matin j’ai commencé à vomir partout et à vraiment avoir la tête dans le cul, un mal de tête comme j’ai jamais eu. Ça m’a vraiment pas donné envie de remettre ça.
    Je bois toujours pas, à part du cidre et de la clairette aux fraises tagada, mais je tolère beaucoup mieux les gens qui boivent aujourd’hui :mpurple:


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.