7 juin → 7 juillet : Coupe du monde féminine ⚽
21 juin → Crash Team Racing 🎮
24 juin : Legion - 3x01 📺
26 juin → Toy Story 4 📽 | Booksmart 📽 | Yesterday 📽
28 juin → Super Mario Maker 2 🎮

Les ballets



  • @marc1756 a dit dans Les ballets :

    @marc1756 a dit dans Les ballets :
    Je viens d’avoir une discussion de danse avec ma belle sœur. Je m’interrogeais sur les sources d’inspiration de Ohad Naharin et ma belle sœur m’a expliqué de façon très sur d’elle même, professorale, (c’est son métier), l’universalité de cette danse au vu des sources vidéos que je lui avais communiquées. J’adore ça ! J’adore que ma belle sœur, qui ne voit jamais de spectacle de danse, m’explique la danse à moi qui en en ai vu 100, 200, 300, (plus ?), par le ballet de l’Opéra de Paris, le Bolchoï, le Mariinsky de Saint Petersbourg, le Royal Ballet, le ballet de Hambourg, le San Francisco Ballet, le Ballet National de Chine, le Béjart Ballet Lausanne et que sais je d’autre… Et je suis très sérieux en disant cela ! Je déteste savoir, j’aime voir sans savoir, sans avoir d’opinion après, et j’aime ceux qui savent et qui me disent ce qu’ils ont compris et ce qu’il faut retenir. En fait, ce qui me motive, mon but ultime à voir tout ce que je vois, c’est d’être un plouc heureux ! ❤

    Au fait, j’ai écrit le même message sur Facebook et Ariane Dollfus, auteure, (entre autres ouvrages), de ces deux excellentissimes biographies,

    1_1539848887089_Noureev.jpg 0_1539848887033_Béjart.jpg

    m’a répondu cela :

    0_1539848936570_Capture.JPG

    Je suis ravi d’être ami Facebook d’une experte de la danse aussi pointue que Ariane Dollfus (en plus, elle est très sympa : je l’ai rencontrée au Palais Garnier lors des adieux à la scène de la danseuse étoile Marie-Agnès Gillot et elle était vraiment cool) ; je suis ravi qu’elle me lise et je suis ravi qu’elle apprécie mes messages. ❤

    Finalement, si c’est si intéressant ce que j’écris sur la danse, je me demande si je ne vais pas me faire rémunérer mes interventions sur ce topic ! :hum: :lol: :lol:



  • @marc1756 Le reboot n’y survivra pas financièrement :cryhappy:



  • @maléfique je ferais un prix d’ami ! :lol:





  • Hier, lors de l’hommage à Jerome Robbins par le Ballet de l’Opéra de Paris

    Paul Marque, après « Fancy free » et « a suite of dances », vient de confirmer tout le bien que j’ai toujours pensé de lui. J’ai toujours remarqué ce garçon, même quand il n’était que dans le corps de ballet. Il a un truc qui fait qu’on le remarque, une intensité, une incarnation, un charisme sans une once d’esbroufe. Dans « a suite of dances » je l’ai suivi avec mes jumelles et je voyais très bien son visage, ses expressions. Tout est vrai chez lui, quelque soit le rôle qu’il interprète, il ne ment pas, il existe en toute sincérité et il rayonne. Pour moi, il est un danseur de haute mer et de grande profondeur. J’espère qu’il ira très loin.

    0_1541239182750_A5113B36-647B-4D7E-8E20-C0B65022EB65.jpeg

    À seulement 20 ans il est déjà premier danseur. La marche suivante ne dépend plus de concours internes, elle ne dépend donc plus de lui puisqu’elle résulte d’une nomination : c’est danseur étoile de l’Opéra de Paris.



  • @marc1756 a dit dans Les ballets :

    […] Il a un truc qui fait qu’on le remarque, une intensité, une incarnation, un charisme sans une once d’esbroufe. […] je l’ai suivi avec mes jumelles :nerdz: et je voyais très bien son visage, ses expression, son visage, ses expressions. […]

    :unsure: Son bulge surtout ?



  • @aurel a dit dans Les ballets :

    @marc1756 a dit dans Les ballets :

    […] Il a un truc qui fait qu’on le remarque, une intensité, une incarnation, un charisme sans une once d’esbroufe. […] je l’ai suivi avec mes jumelles :nerdz: et je voyais très bien son visage, ses expression, son visage, ses expressions. […]

    :unsure: Son bulge surtout ?

    Et j’aurais été hétéro, j’aurais regardé aux jumelles les petites culottes des danseuses, évidemment. :hum:

    Cela étant, pas de bol me diras tu, avant hier Paul Marque n’était pas en « moule bite » mais en pyjama (la photo précédente n’était pas du spectacle)

    0_1541328420308_CA46F8F5-15B0-461C-885D-80FCB76E66C2.jpeg



  • Et puis d’ailleurs, voici ce qu’il a dansé (par quelqu’un d’autre, bien moins bon à mon goût que lui). Paul Marque remplaçait le danseur étoile Mathias Heymann qui est blessé. C’est ainsi qu’il a dansé deux ballets à la suite, le premier dans lequel il était normalement programmé, le deuxième en remplacement immédiatement après. Chapeau l’artiste ! Ce ballet, « a suite of dances », est de Jerome Robbins, je le rappelle, et savez vous ce que Jerome Robbins a chorégraphié d’autre à part des ballets d’opéra ? « West Side Story », le film.



  • Et puis, pour être complet, voici le premier ballet qu’a dansé Paul Marque, « Fancy Free », toujours de Jerome Robbins, sur une musique jazzy de Leonard Bernstein. Paul Marque était l’un des 3 marins. Dans ce ballet, on retrouve bien l’esprit comédie musicale de « West Side Story »



  • D’ailleurs, pour ceux et celles que ça pourrait intéresser, cette soirée d’hommage à Jerome Robbins sera diffusée au cinéma en direct du Palais Garnier le 8 novembre prochain.

    http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=265455.html



  • Lundi dernier, le maire de ma ville a signé une convention avec le ministère de la culture par laquelle l’Onde, le théâtre de ma ville, est devenu une scène nationale pour la danse. Pour fêter l’événement, l’Onde a accueilli sur sa scène la plus grande compagnie de danse contemporaine d’Israël, la “Batsheva Company”, celle de Ohad Naharin, le chorégraphe israélien de réputation mondiale. En l’occurrence, nous avons accueilli les jeunes danseurs de cette compagnie, les jeunes pousses.

    Pour faire patienter le public pendant qu’il s’installait dans la salle, un des danseurs de la “Batsheva Company” nous a livré une prestation de son art et son coeur. J’en ai immortalisé quelques instants sur mon Iphone.

    Le spectacle qui nous a été donné à l’Onde était “Decadance” de Ohad Naharin. J’avais déjà vu ce spectacle en octobre dernier au Palais Garnier, cette fois là dansé par le ballet de l’Opéra de Paris. Les jeunes danseurs de la “Batsheva company” ont dansé la même chose que l’Opéra de Paris, mais de façon stylistiquement un peu différente. Les danseurs de la “Batsheva Company” ont notamment dansé le tableau ci-dessous, ici en vidéo par l’Opéra de Paris. Dans un cas comme dans l’autre, il y avait de la générosité, du don de soi, de l’enthousiasme et de l’énergie électrisante. ❤ ❤ ❤



  • J’étais devant mon ordinateur à midi tapante aujourd’hui, l’heure H d’ouverture des réservations. Ce sera la quatrième fois consécutive que j’irai. Ce prix de Lausanne, le plus prestigieux pour jeunes danseurs de la planète, est mon péché mignon : j’adore assister sur place à la finale.

    0_1545166060326_209B8A76-2612-4C4B-9CC8-C84CC2C3D5E1.jpeg

    Comme l’année dernière, je serai assis au balcon, juste derrière le jury. C’est cool ❤

    De plus, cette année le jury sera présidé par Carlos Acosta, une de mes idoles de la danse que j’ai vu bien souvent à Londres quand il était danseur étoile du Royal Ballet. Je l’adore et c’est génial pour moi qu’il préside ce prix de Lausanne 2019. Peut être pourrais je lui parler comme j’ai pu le faire quelques fois à Londres ?

    Lui :

    0_1545166662189_FD1CCA1B-012D-4BE1-BD15-3309C996E6DC.jpeg

    Et puis qui de plus légitime que lui pour présider ce prix ? C’est qu’il était déjà venu ici il y a 28 ans. Il était tout minot, 16 ans, il était candidat et il avait gagné.

    Le voici ci dessous qui gagne le prix de Lausanne 1990, le marchepied qui lui permettra de devenir l’un des plus grands danseurs du monde :

    Bref, ce 9 février ne devrait être que du bonheur pour moi. ❤



  • C’est noël, alors cadeau ❤

    Ça arrive rarement, mais quand ça arrive ça marque les esprits…

    Crystal Pite est une chorégraphe canadienne qui était très peu connue en France. Elle était connue au Canada, bien sûr - et ailleurs - mais pas en France. Benjamin Millepied, pendant la courte période où il fut le Directeur de la danse de l’Opéra de Paris, qui la connaissait par sa culture américaine lui a demandé de créer un ballet pour l’Opéra de Paris. Gros défi pour Crystal Pite : se faire connaître en France par l’Opéra de Paris, ce n’était pas rien.

    Elle s’est attelée à la tâche. Elle a choisi la musique de Vivaldi, “les quatre saisons”, réécrite par Max Richter pour un ballet court d’une demie heure. Ce fut donné pour la première fois en 2016 et,

    Ce fut fracassant !

    Ce fut un triomphe absolu auprès du public ! De la première à la dernière, chaque soir le public debout ovationnait l’oeuvre. Ce fut repris en 2018 et de nouveau, chaque soir fut un triomphe.

    Un chef d’oeuvre ? Probablement, mais c’est le temps qui le dira.

    En tout cas pour ceux que cela peut intéresser, voici ce ballet qui a marqué l’histoire récente de l’Opéra de Paris :

    “The Seasons’ Canon” de Crystal Pite par le Ballet de l’Opéra de Paris.



  • Quand un danseur vous souhaite la bonne année, ça a tout de suite de la gueule. ❤

    0_1546361018182_F6599168-9CCD-4CC7-BC45-C5BE4B610ED7.jpeg
    (Julien Meyzindi, danseur à l’Opéra de Paris)

    Je l’ai déjà dit ailleurs mais je le redis ici. Bonne année à tous ! :cesara:



  • Le destin de Rudolf Noureev est fabuleux.

    Né dans un train, fils d’une famille tatare très pauvre, il a connu durant son enfance des conditions de vie qui seraient insupportables aujourd’hui. Il a commencé à danser grâce à l’enseignement totalement gratuit de l’Union Soviétique. A 17 ans, il est entré dans le corps de ballet de Leningrad et à 20 ans il y était étoile. Lors de la tournée de cette compagnie à Paris en 1961, il a fait défection pour rester à l’Ouest où sa carrière a atteint les sommets, faisant de lui l’un des plus grands danseurs de tous les temps. A 23 ans, peu après sa défection, il a écrit une autobiographie qui a été traduite récemment en français par la grande journaliste de danse, Ariane Dolfuss. Hier, sur Europe 1, Christophe Hondelatte et Ariane Dolfuss ont parlé de cette autobiographie qui couvre la période qui va de la naissance de Noureev jusqu’à sa défection parisienne. C’était passionnant, “Billy Elliot” puissance 10 ! ❤ Pour ceux que ça peut intéresser, en voici le podcast :

    https://www.europe1.fr/emissions/hondelatte-raconte/christophe-hondelatte-noureev-avec-ariane-dolfuss-lintegrale-3835589



  • C’est beau un beau danseur quand il est sur le toit du monde de son art.

    Tetsuya Kumakawa, danseur étoile au Royal Ballet de Londres dans le « Lac des Cygnes » (…le cygne noir, 29 fouettés ! ❤ )

    Quand vous avez la chance d’assister à une représentation où il y a un garçon comme ça, en pleine possession de ses moyens artistiques et techniques, en pleine forme (c’est très important la forme, elle donne l’énergie, l’enthousiasme et l’allant) et qui envoie la gomme comme cela, il vous entraîne avec lui dans son univers de folie et vous n’oubliez pas cette soirée.

    (Ce que je dis, c’est pareil pour la ballerine quand elle est au top. ❤ )



  • https://www.20minutes.fr/arts-stars/culture/2422951-20190114-opera-paris-renonce-inviter-danseur-sergei-polunin-auteur-propos-homophobes-grossophobes

    Il avait écrit ceci sur son compte Instagram

    « À tous les hommes qui font du ballet, il y a déjà des ballerines sur scène. Un homme doit être un homme et une femme doit être une femme. (…) C’est la raison pour laquelle vous avez des couilles »

    Charmant :abba:



  • @ a dit dans Les ballets :

    Un message sur un danseur : Sergei Polunin.

    Né en Ukraine en 1989, il commence la danse à trois ans, intègre l’école du Royal de Londres à 13 ans, entre au Royal ballet à 17, gravit tous les échelons à la vitesse de la lumière pour être propulsé “Principal” (l’équivalent de danseur étoile) à seulement 19 ans, le plus jeune de l’histoire de cette compagnie. Sergei Polunin est probablement le plus grand danseur au monde de sa génération.

    Comme tous les très grands, Sergei Polunin a un caractère de cochon. En 2012, il quitte subitement le Royal Ballet, en pleine saison, alors qu’il est au sommet de sa gloire. Il en a assez, il se consacre à la danse depuis qu’il est né, il ne supporte plus la pression liée à son statut de star d’une des plus grandes compagnies de ballet du monde, il veut de la liberté, prendre du temps, respirer, pouvoir faire toutes sortes de choses qui lui sont interdites en tant que danseur du Royal Ballet, comme se lancer dans l’économie du tatouage (il va ouvrir un salon juste après son départ) et se faire tatouer lui même.

    Depuis, Sergei Polunin parcourt la planète, étoile invitée à travers le monde, et donne des galas, à Londres notamment.

    Un film documentaire long métrage lui a été consacré (Il n’est toujours pas visible en France 😞 ) dont voici l’affiche conçue dans une veine très “Bad Boy”. “Bad Boy” est d’ailleurs son surnom, le “Bad Boy” de la danse, ou le “James Dean”.

    0_1481793482385_dancer_1sht_visual_ref_only.jpg

    Voici le teaser de ce documentaire :

    Sergei Polunin s’est également illustré récemment en dansant sur la chanson “Take me to church” du chanteur irlandais Ozier, prestation qui a été vue plus de 17 millions de fois sur Youtube. Cette chanson parle de l’amour homosexuel et défend la cause de l’homosexualité (… cela étant, Sergei Polunin n’est pas homosexuel…)

    “Take me to church” par Sergei Polunin :

    Sur le plan de son actualité, Sergei Polunin donnera un gala à Londres en mars prochain, au Sadler’s Wells. Pour ceux que ça intéresseraient…

    http://www.sadlerswells.com/whats-on/2017/project-polunin/
    (Euh… Est-il nécessaire de dire que j’y serai ? :mrgreen: )

    Bref, le parcours original, solitaire et libre de celui qui concentre en lui les talents de Nijinsky, Noureev et Barychnikov, est pour tout amateur de danse une aventure humaine et artistique passionnante à suivre ! ❤

    L’Opéra de Paris, c’est fini pour lui. Ses propos violemment homophobes ont semé la consternation, puis la fureur, dans le ballet de l’Opéra de Paris où il devait être la star invitée dans le Lac des Cygnes en mars prochain. Sergei Polunin, qui s’est fait tatouer récemment Vladimir Poutine sur le torse, est l’incarnation parfaite de comment détruire sa vie quand on est bourré de talent. À suivre par les suicidaires sociaux… Un ami danseur gay à qui je disais que ça devait être formidable pour lui de fréquenter ce milieu peuplé de tant de beaux garçons m’avait répondu : « Ah mais non, détrompe toi, j’évite ce milieu, les danseurs sont trop cons ! » :ahah: Sergei Polunin est à cet égard l’incarnation parfaite du danseur.

    0_1547506881908_9372EBAB-A0BB-400B-9A11-4FFDC764B488.jpeg



  • Mais jcomprends pas pourquoi de pareils propos. Lui même est un danseur non? ( même s’il a quitté son opera)



  • @heureuse8 a dit dans Les ballets :

    Mais jcomprends pas pourquoi de pareils propos. Lui même est un danseur non? ( même s’il a quitté son opera)

    Oui, je crois qu’il a complètement pété un câble. En plus, dans la vidéo de David La Chapelle, il danse sur une chanson qui parle de l’amour entre deux hommes qui souhaitent se marier… Mais comme le chantait Georges Brassens, “Quand on est con, on est con…” :ahah:


Log in to reply