Koh-Lanta : La guerre des chefs. Les Interviews



  • Dans ce forum retrouvé tout les Interviews principalement des éliminés (je vais commencer a remettre les ITVs déjà placé dans les forums).

    Si certains veulent mettre des ITVs de candidats encore en course et non éliminé, je leur conseil de le faire entre Lundi et Vendredi afin de garder le Vendredi (après émission) et le week-end pour placer les ITVs du ou des sortants.



  • ITV de Frédéric lors de sa première élimination :

    La première vient de LCI .fr :

    ATTENTION SPOILER - TF1 diffusait vendredi soir le premier épisode de la nouvelle saison de “Koh-Lanta”. Après l’épreuve des poteaux, la formation des trois équipes et un premier jeu remporté par les jaunes, les bleus ont été contraints de se séparer de l’un d’entre eux. Un candidat malheureux qui s’est confié à LCI.

    C’était un fidèle téléspectateur de “Koh-Lanta” depuis la première saison en 2002. Après avoir tenté à plusieurs reprises de participer au célèbre jeu d’aventure, Frédéric a enfin réalisé son rêve à l’automne dernier. Comme ses 20 concurrents, ce photographe nordiste de 52 ans est surpris de participer d’emblée à l’épreuve des poteaux, remportée par Béatrice. Après 24 heures en communauté sur le camp, il rejoint l’équipe des bleus, les Ikalu, dirigée par Maxime.

    Alors qu’il a assisté, impuissant, à la défaite des siens lors du premier jeu par équipe remporté par les jaunes, sa situation se complique lorsqu’il tente de nouer des alliances pour sauver sa place. Frédéric va bien tenter de faire croire à ses camarades qu’il a trouvé un collier d’immunité. En vain. Sans surprise, ils vont l’éliminer lors du conseil, lui reprochant d’être trop “stratège”…

    LCI : Vous êtes le premier candidat à quitter cette nouvelle saison de “Koh-Lanta”. Est-ce que cette élimination a été difficile à digérer ?

    Frédéric : Ça a été difficile parce que j’ai été le premier à partir. Mais aussi parce que je suis parti sans pouvoir faire mes preuves lors d’un jeu, puisque dans l’épreuve à laquelle mon équipe a participé, j’avais les yeux bandés et je n’ai pas pu montrer ce que je valais. C’est ça, ma grande déception.

    Dans le débrief du conseil de l’équipe des bleus, vos camarades vous reprochent d’avoir été trop “stratège”. Est-ce que vous pensez vraiment que c’est ça qui vous a fait perdre ?

    Ils disent “trop stratège”. Moi je dirais “pas assez stratège”. Et pas assez rapidement. J’ai fait l’erreur d’attendre la composition des équipes pour établir une stratégie. Il aurait fallu que j’établisse des alliances tout de suite, puisqu’une fois que j’ai intégré l’équipe des bleus, je me suis rendu compte que des alliances existaient déjà… et que je n’en faisais pas partie. Ils ne me l’ont jamais dit. Mais je suis sûr que Maxime, Brice, Mohamed et Chloé avaient une alliance préalable. Je les voyais, ils parlaient entre eux quand je n’étais pas là. Et quand j’arrivais ils ne parlaient plus…

    On vous sent mis à l’écart très rapidement puisqu’au moment de la composition des équipes, Maxime vous intègre en dernier…

    Je n’étais pas surpris. Je sais que physiquement, on prend en premier les plus baraqués. Or je ne suis ni le plus large, ni le plus grand, ni le plus fort. C’est vrai aussi que j’ai mal supporté le voyage, j’étais un peu dans ma bulle et je n’en suis pas sorti tout de suite.

    Dans votre portrait, vous racontez un problème de santé qui vous a longtemps éloigné de la pratique du sport. C’est vraiment ça qui vous a poussé à participer à “Koh-Lanta” ?

    Je tentais ma chance depuis la deuxième saison, mais jusqu’ici mes candidatures n’avaient pas été retenues. Il se trouve qu’à l’âge de 23 ans, après le service militaire, le médecin m’a diagnostiqué de l’arthrose au genou. Je l’ai cru sur parole. Et puis il y a
    6 ou 7 ans, en voyant un autre médecin, je me suis rendu compte que je n’avais jamais eu d’arthrose mais une fissuration du cartilage qui n’empêche pas la pratique du sport. J’ai fait mon premier marathon à l’âge de 45 ans, aujourd’hui j’en suis à sept. J’ai changé de vie, j’ai perdu du poids, je mange plus sainement. Je suis parti faire des opérations solidaires au Kenya. Tout ça m’a donné une nouvelle motivation qui m’a permis de “muscler” ma candidature et de participer à l’émission.

    Vous étiez donc un fan de longue date de “Koh-Lanta”. Qu’est-ce qui vous a surpris en faisant l’émission ?

    Ce qui m’a surpris agréablement, c’est que l’aventure est vraiment retranscrite telle qu’on la vit. On ne nous impose pas de dire des choses ou de faire des choses. On est libre de faire ce qu’on veut, et le montage est très fidèle.

    Avec le recul, que feriez-vous différemment ?

    Je ne suis pas quelqu’un qui aime revenir en arrière. Mais on réfléchit un peu lorsqu’on est éliminé le premier. Déjà, pendant l’épreuve des poteaux, je serais tombé au bout de quelque secondes en disant à Denis que je ne la mérite pas puisqu’elle est d’ordinaire réservée aux meilleurs. Je ne serais pas resté debout 27 minutes ! Ensuite j’aurais établi des stratégies dès le départ. Je n’aurais pas attendu vingt-quatre heures, et je pense que ça m’aurait sauvé.

    Même si vous êtes resté peu de temps dans l’aventure, avez-vous vos favoris pour la victoire ?

    Je ne suis pas resté assez longtemps pour dire qui sont les favoris, mais je peux dire qui j’aimerais voir aller loin. Parce qu’ils ont des valeurs humaines intéressantes et qu’ils ont des capacités physiques plutôt chouettes. J’ai accroché tout de suite avec Cyril, avec Maud. J’aime bien Xavier aussi. Et puis Mohamed et Cindy.

    Allez-vous regarder toutes les semaines ? Et si oui, aurez-vous un petit pincement au cœur ?

    Je vais regarder toutes les semaines… et évidemment je vais avoir un pincement au cœur. Depuis que je suis fan de l’émission, je critique les candidats en me demandant ce que j’aurais fait à leur place. Et je vais encore le faire maintenant que je ne suis plus là.



  • ITV de Frédéric pour Télé-Loisirs :

    Frédéric, premier éliminé de Koh-Lanta : "Je me suis mis en avant malgré moi…"

    C’est finalement Frédéric qui a quitté l’aventure Koh-Lanta à l’issue du premier épisode de La guerre des chefs. L’ex-bleu revient sur son aventure et ses stratégies pour le moins désespérées…

    Etre éliminé le premier dans Koh-Lanta : c’est sans doute le cauchemar de tous les aventuriers qui se frottent au jeu de TF1. Et c’est le destin qui était réservé à Frédéric, ce candidat de 52 ans issu de l’équipe bleue, évincé lors du premier épisode de La Guerre des chefs ce vendredi 15 mars 2019 sur TF1, au terme d’un épisode pour le moins compliqué en ce qui le concerne. Il revient pour Télé-Loisirs sur ses trois jours d’aventures…

    Télé-Loisirs : Premier tombé sur les poteaux, dernier choisi pour intégrer une équipe, premier sorti… Vous les avez accumulés ce soir !

    Frédéric : Oui, c’est un premier épisode qui va rester dans l’histoire de Koh-Lanta (rires). Je le vis bien. Avec le recul, je me dis que je me suis mis en avant malgré moi. J’aurais préféré l’être d’une autre façon. Le pire des scénarios, c’est de sortir premier. Le fait de tomber premier des poteaux, ça m’est totalement égal, le fait d’être choisi en dernier, je m’y attendais… Je regrette que mon entrée dans le jeu n’ait pas été bonne.

    Pourquoi n’avez-vous pas tenu plus longtemps sur les poteaux ?

    Parce que ce n’est pas du tout mon épreuve. Je suis quelqu’un qui bouge beaucoup, et là, je m’ennuyais à mourir. Et je n’avais pas la motivation parce que pour moi, ces poteaux en première partie d’aventure, c’était usurper une gloire qu’on ne méritait pas.

    Auriez-vous préféré être dans une autre équipe ?

    Au départ, les Bleus me convenaient. Parce que je les trouvais sympa. Mais très vite, je me suis rendu compte qu’ils étaient complètement hostiles à toute stratégie. J’aurais aimé tomber chez les Rouges qui semblaient plus intéressés par les stratégies.

    Maxime est-il un bon chef ?

    Oui, parce qu’il sait organiser le camp, donner des bons conseils sur la vie de camp (c’est son métier). C’était quand même une déception d’avoir quelqu’un d’aussi bon en survie, parce que je voulais découvrir par moi-même comment me débrouiller… Je n’ai pas eu le temps de me confronter à la nature.

    Pourquoi vous êtes-vous senti aussi rapidement en danger ?

    Pendant les 24 premières heures de l’aventure, j’étais en retrait. Je ne voulais pas établir de stratégie et attendre que les équipes soient faites. C’était une erreur : je ne me suis pas rendu compte que les chefs avaient déjà recruté leurs partenaires d’équipe et établi des alliances. Alors, quand je suis arrivé chez les Bleus, je me suis rendu compte qu’il y avait déjà une alliance. Je ne sais pas trop qui en faisait partie, si ce n’est que Cindy n’en était pas. Aliséa, je ne savais pas.

    Ce retrait lors de la première journée vous a empêché de trouver votre place, donc !

    Oui. Je suis un fan de l’émission depuis longtemps, et je me suis rendu compte que les personnes qui établissent des stratégies très rapidement étaient éjectés. J’ai fait la connerie inverse en mettant en pratique mon acquis de fan, mais dans le cadre des trois équipes. C’était une mauvaise stratégie.

    Cindy et Aliséa sont allées répéter immédiatement à Maxime votre proposition d’alliance…

    Je ne leur en veux pas, parce que chacun veut garder sa place. Elles se sentaient en danger, et le moyen pour elles de rester, c’était de me virer ! Mais je fais la différence entre le côté humain et l’aventure : elles ont bien joué leur coup.

    N’avez-vous pas pu anticiper que votre stratégie d’alliance allait se retourner contre vous ?

    Je n’avais pas le choix. J’étais la cible, je ne pouvais pas rester immobile, il fallait que je bouge. Ça n’a pas fonctionné, mais je n’allais pas rester à rien faire.

    Avez-vous longtemps cherché un collier d’immunité ?

    Nous n’avons pas été très longtemps sur l’île des Bleus. Mais oui, je l’ai cherché sur mon temps libre (j’ai aidé aussi à la construction du camp). Et j’étais très suivi.

    A quoi avez-vous pensé juste après votre élimination ?

    A la déception d’être éliminé en premier, bien sûr, mais j’en voulais aussi à Maxime de m’avoir mis dans le rôle de “l’aveugle” dans l’épreuve d’immunité. Puisque je n’ai pas du tout joué. Je n’ai pas pu montrer de quoi j’étais capable sur une épreuve.

    Combien de fois avez-vous tenté le casting ?

    Treize fois ! Mais ce n’est pas une question de chance. Lors de mon dernier casting, je suis resté moi-même. J’ai donné mes qualités et mes défauts.



  • ITV de Frédéric pour le Figaro :

    Frédéric (Koh-Lanta): «J’étais très déçu de démarrer par l’épreuve des poteaux»

    INTERVIEW - Le photographe de 52 ans des Hauts-de-France est le premier aventurier de la nouvelle saison du jeu d’aventure de TF1 à quitter les îles Fidji.

    Dans Koh-Lanta, la guerre des chefs, les 21 candidats au départ de l’aventure ont eu la surprise de débuter par la mythique épreuve des poteaux. Les trois vainqueurs (Béatrice, Emilie et Maxime) ont remporté un bracelet d’immunité et pris la tête de leur propre équipe:

    • Les jaunes (Tabuo): Béatrice, Nicolas, Aurélien, Steeve, Sophie, Angélique et Carinne
    • Les rouges (Kama): Emilie, Victor, Xavier, Alexandre, Cyril, Maud et Chloé
    • Les bleus (Ikalu): Maxime, Mohamed, Brice, Clo, Cindy, Aliséa et Frédéric

    Derniers de la première épreuve d’immunité, les bleus ont rejoint Denis Brogniart pour le conseil en présence des chefs des Tabuo et des Kama. Avec cinq voix contre lui, Frédéric a quitté l’aventure.

    Frédéric, quel était votre sentiment en découvrant que vous alliez attaquer l’aventure par l’épreuve des poteaux?
    J’étais très déçu. Je suis un fan de l’émission et j’ai dit à Denis Brogniart que cela démystifiait les poteaux. Pour moi, cette épreuve doit être réservée aux meilleurs le dernier jour. À ce moment-là, nous ne méritions pas de monter sur les poteaux de Koh-Lanta.

    Aviez-vous aussi le sentiment que ce serait difficile pour vous d’être performant sur cette épreuve?
    Je me savais incapable de gagner cette épreuve parce que ce n’est pas mon truc de rester statique. J’avais un manque de motivation parce que j’avais ce sentiment de ne pas mériter de monter sur les poteaux. Et en plus, c’était familièrement un piège à con. Montrer dès le début que l’on est bon à l’équilibre n’est pas forcément la meilleure chose à faire.

    Pour autant, aviez-vous la motivation de ne pas être le premier à tomber?
    Mon idée était de ne pas gagner, je ne voulais pas être dans les derniers pour ne pas me faire remarquer. Mais je ne voulais pas être le premier à tomber non plus. Ce n’était pas volontaire de ma part, j’ai juste été mauvais (Frédéric est tombé au bout de 27 minutes, ndlr).

    Comme beaucoup de participants, vous considérez Koh-Lanta comme un rêve à assouvir…
    J’ai commencé à envoyer ma candidature dès la deuxième saison en 2002 et je l’ai fait au total à treize reprises. Jusqu’en 2010, je n’avais jamais eu de réponse. Par la suite, je suis allé deux fois aux castings filmés. Dès que j’ai vu cette émission, ce concept de dépassement de soi face à la nature avec ses propres moyens, j’ai trouvé ça intéressant. J’ai repris le sport il y a six ans, j’ai beaucoup bossé pour être compétitif et mes efforts ont enfin été récompensés.

    Pendant 22 ans, vous aviez arrêté le sport à cause d’un diagnostic d’arthrose aux genoux…
    Après douze mois à l’armée, nous avions fait une longue marche commando avec un lourd sac à dos. Durant l’année suivante, je ressentais des douleurs récurrentes aux genoux et un rhumatologue m’avait diagnostiqué cette arthrose. Je ne devais plus faire de sport, sauf de la natation, au risque de finir avec des prothèses aux genoux à moyen terme. Je l’ai cru.

    Comment avez-vous découvert que ce n’était pas vrai?
    Je photographiais des amis au marathon de Paris et un confrère a voulu savoir pourquoi je ne courais pas. Et il m’a raconté qu’une personne de son club de course à pied pensait souffrir du même mal alors qu’en fait, ce n’était pas ça et il a pu se remettre à courir. Deux mois plus tard, un médecin du sport a découvert que je n’avais pas d’arthrose aux genoux mais une chondromalacie qui n’est pas une destruction mais une fissuration du cartilage.

    Connaissant bien Koh-Lanta et l’importance de se faire des alliés rapidement, pourquoi avez-vous pris le temps de créer des liens avec les autres candidats?
    Il y a deux raisons: la première est qu’entre le départ de chez moi et le moment où on débute le tournage sur le bateau, il s’est passé une semaine durant laquelle nous étions tous isolés du monde. On ne peut pas parler à d’autres candidats, on est tout seul dans une chambre, sans téléphone ni télévision. J’ai très mal vécu cette période d’enfermement. J’étais là-bas pour m’exprimer et montrer qui j’étais, je me suis senti étouffé. La deuxième est que la stratégie à trois équipes n’est pas la même qu’à deux. Pour ne pas me griller d’entrée de jeu, j’ai voulu attendre que les équipes soient formées avant d’aller vers les autres alors que, sans m’en rendre compte, des alliances avaient déjà été formées durant les premières 24 heures. Donc si c’était à refaire, je me comporterais autrement.

    Auriez-vous aimé être un des trois chefs de l’aventure?
    Pas du tout! C’était un piège à con. (Rires.) On commence avec un bracelet d’immunité, un leadership et une performance sur les poteaux, c’est une mise en avant très périlleuse si on espère gagner à la fin. Je n’aurais jamais voulu gagner cette première épreuve des poteaux et être chef.

    Après la défaite des bleus à l’épreuve d’immunité, vous étiez menacé d’élimination au même titre que Cindy. Pourquoi avoir tenté une alliance avec elle plutôt que contre elle?
    Elle m’avait semblé plus ouverte à la stratégie que les autres sans avoir la volonté de mal faire. Cindy avait cet avantage que je n’ai pas, c’est qu’elle est performante en natation et nous allions avoir besoin d’elle. Je n’ai pas eu l’opportunité de montrer ce que je valais sur une épreuve. J’ai visé Maxime parce qu’il était le chef donc la plus belle cible possible. Sa composition des équipes lors de l’épreuve d’immunité a fait qu’on a perdu donc si je devais en vouloir à quelqu’un, c’était à lui.

    Avez-vous pu consacrer du temps à la recherche d’un collier d’immunité?
    J’avais l’idée de trouver ce collier ou alors de faire croire que je l’avais trouvé. J’ai eu peu de temps pour y parvenir, j’avais une chance sur dix d’y arriver. Donc j’ai tenté de faire douter et paniquer les autres. Cela n’a pas fonctionné mais je ne pouvais pas rester sans rien faire.

    Lors de son vote contre vous, Clo a déclaré que vous aviez tendance à trop vous dévaloriser. Partagez-vous son opinion?
    Effectivement, j’ai vécu plusieurs années en étant en deçà des autres au niveau sportif. J’ai gardé ce doute en moi d’être moi bon que les autres. J’ai beaucoup réfléchi à ce qu’elle m’a dit et je trouve qu’elle a raison.



  • ITV de Frédéric pour le le site de TF1 :

    Koh-Lanta, la guerre des chefs : EXCLU. Frédéric, éliminé : “Je n’avais pas prévu de tomber le premier”

    Frédéric est le premier éliminé de “Koh-Lanta, La guerre des chefs”, diffusé ce vendredi 15 mars sur TF1. En exclusivité pour MYTF1, le stratège assumé revient sur son aventure au sein de l’équipe bleue.

    Comment a démarré pour vous cette aventure ?
    Très difficilement ! Je n’avais pas imaginé que le voyage soit le plus difficile à vivre pour moi dans Koh-Lanta. Un véritable périple de 48h pour arriver aux îles Fidji, qui sont à l’autre bout du monde, avec 12h de décalage horaire. Nous sommes ensuite restés quelques jours, isolés à l’hôtel. J’étais parti avec cette envie de m’exprimer, de vivre sur une île, de voir du soleil, rencontrer des personnes … Et cette première semaine, a été probablement pour moi, la plus difficile. J’étais impatient à l’idée de commencer vraiment l’aventure en sautant du bateau.

    Sur le bateau, vous avez commencé à faire connaissance avec les autres aventuriers ?
    J’avais le trac parce que je savais que j’allais me faire des amis pour l’aventure et aussi pour la vie. En même temps, il faut faire attention à donner une bonne image de soi-même. Ne pas montrer qu’on est stratège ou fort. Il faut vraiment se montrer sous son meilleur jour pour bien démarrer l’aventure.

    Vous aviez préparez votre Koh-Lanta ?
    Je n’ai pas fait de stage de survie parce que dans mon idée, quand on sait tout faire, il n’y a plus cette notion de découverte. Savoir ce que je vaux moi face à la nature, c’est cette expérience que je voulais vraiment vivre. J’ai une bonne condition physique et j’ai continué à m’entraîner en faisant de la course à pieds. J’ai quand même essayé de m’améliorer au niveau natation et de faire un peu de musculation pour le haut du corps.

    Il y a un très bon niveau sportif chez les aventuriers cette année …
    Il n’y a pas de champion olympique mais tous, c’est vrai, ont un bon niveau dans leur sport de prédilection. Mais sur Koh-Lanta, ça ne veut rien dire ! On peut être excellent dans son sport et se rater sur une épreuve. Koh-Lanta n’est pas une épreuve olympique à laquelle on peut se préparer. Il y a des épreuves tellement différentes, parfois d’équilibre, de résistance ou bien d’entraide. On peut se découvrir très fort sur l’une et très faible sur l’autre.

    Dès votre arrivée, Denis vous annonce que vous allez commencer l’aventure par la fin avec des poteaux. Quelle a été votre réaction ?
    Tous les autres candidats ont dit qu’ils étaient très touchés de vivre cette épreuve mythique. Pour moi, c’était une déception parce qu’en tant que grand fan de l’émission, les poteaux étaient normalement réservés aux trois meilleurs du jeu. Dans mon esprit, c’est un peu comme si on me donnait la médaille du marathon avant d’avoir couru la course. Cette épreuve est une récompense que nous ne méritions pas encore.

    Vous êtes tombé le premier. C’était déjà de la stratégie ?
    C’est une épreuve que je n’avais pas prévue de gagner parce que j’ai senti le piège arriver. Les trois premiers capables de montrer, dès le premier jour de l’aventure, leurs capacités, tombent dans ce piège. La règle de base de Koh-Lanta, c’est d’éliminer les plus faibles sur la première partie de l’aventure et d’éliminer les plus forts, à partir de la réunification. Je ne voulais pas être chef et m’exposer aussi tôt dans l’aventure. Ma stratégie était de rester discret. Néanmoins, je n’avais quand même pas prévu de tomber le premier !

    Qu’avez-vous pensé de cette nouvelle annonce autour des trois équipes cette saison ?
    C’est la première saison où il y a trois équipes jusqu’à la réunification. Et ça, d’un point de vue stratégique, ça ouvre des perspectives hypers intéressantes. L’équipe qui va arriver la plus faible à la réunification ne sera pas forcément en difficulté. De nouvelles alliances pourront voir le jour …

    Avant la composition des équipes, avec qui aviez-vous eu le plus d’affinités ?
    Durant la première nuit tous ensemble, j’ai tout de suite eu des affinités avec Cyril, Xavier et Maud. Et c’est vrai que j’aurai bien aimé être dans leur équipe. Mais j’avais aussi bien accroché avec Cindy et Mohammed.

    Vous avez intégré l’équipe bleue avec Maxime. Bonne ou mauvaise nouvelle ?
    Honnêtement, ça m’était égal. Je pouvais être dans n’importe quelle équipe à partir du moment où on se retrouvait tous, avec cet objectif commun d’avancer. J’étais plutôt content de cette équipe bleue parce que j’ai retrouvé Cindy et Mohammed. J’ai aussi découvert Brice qui a une maturité exceptionnelle !

    Pourquoi pensez-vous que vos coéquipiers ont choisi de vous éliminer ?
    L’erreur que j’ai faite, c’est d’attendre la composition des équipes pour établir une stratégie. Je me suis dis que si je commençais à montrer mon côté stratège à 21, cela allait me jouer des tours. Je ne me suis pas rendu compte sur l’instant, que les alliances se faisaient déjà. Avant la composition des équipes, par les chefs eux-mêmes, pour commencer à créer des alliances. J’étais en dehors de cette “pré-stratégie”. Quand j’intègre mon équipe, c’est déjà trop tard pour moi. J’ai eu l’honnêteté de parler de stratégie. Tout le monde en a une mais peut-être que j’aurais dû garder ça pour moi … Je suis tombée dans une équipe adorable mais franchement, niveau stratégie, c’est un peu comme si on expliquait la relativité générale à un hamster. C’était pas du tout leur truc !

    Vous êtes éliminé au bout de deux jours seulement. Premier conseil, premier départ. Pas trop frustrant ?
    J’ai surtout une déception et une petite rancoeur envers Maxime qui s’est planté sur la composition de l’équipe, lors de l’épreuve de la roue. J’étais aveuglé avec Brice et je n’ai même pas vu Cindy se vautrer. Je suis sorti sans jamais n’avoir pu montrer ce que je valais en épreuve. Ma frustration est là !



  • ITVs de Aliséa suite a son abandon pour raison médical lors de l’épisode 2

    Voici son ITV pour LCI :

    INTERVIEW – Coup de théâtre, jeudi soir, dans le deuxième épisode de “Koh-Lanta”. Souffrante, Aliséa, 20 ans, a été contrainte d’abandonner. Et de céder sa place à Frédéric, de retour dans l’équipe des bleus après son élimination la semaine dernière.

    C’était la benjamine de la saison. Avant même la fin du deuxième épisode de “Koh-Lanta : la guerre des chefs”, Aliséa, 20 ans, a dû renoncer au jeu de TF1, trahie par sa santé au moment où elle ne s’y attendait pas. Un véritable crève-cœur pour la jeune candidate, étudiante en STAPS, qui avait réappris à marcher il y a quelques années, suite à une rupture du tendon rotulien. Elle a raconté à LCI ce départ prématuré et livré son regard sur la suite de l’aventure…

    LCI : Aliséa, que s’est-il passé pour que vous soyez contrainte de quitter Koh-Lanta aussi vite ?
    Aliséa :
    Mon corps m’a lâché. J’avais des nausées, j’avais mal à la tête, je n’arrivais plus à tenir debout. Mon corps ne supportait plus mon poids.

    C’est surprenant car vous vous étiez préparée peut-être plus que d’autres à cette aventure ?
    Oui mais on ne contrôle pas notre corps. On ne sait pas ce qui va lui arriver dans des conditions extrêmes comme celles-là…

    Avez-vous vu lutté pour rester ?
    Quand on fait “Koh-Lanta”, on n’a pas envie de partir sur un abandon médical. Et donc on lutte de toutes nos forces pour rester le plus longtemps possible. Mais quand nos coéquipiers voient qu’on ne va pas bien du tout et qu’ils décident d’appeler le médecin, il faut se faire une raison. D’autant plus qu’on ne va pas contre l’avis médical.

    Dans l’avion du retour, à quoi avez-vous pensé ?
    On est forcément dégoûté, on se dit qu’un abandon médical, ce n’est pas dans la logique de Koh-Lanta. J’étais énervée contre moi-même et contre mon corps qui n’a pas suivi alors que le mental, je l’avais.

    Est-ce que le retour à la vie normale a été compliqué ?
    C’est dur après une aventure comme ça, oui. On est à l’autre bout du monde, coupé de tout, et soudain on doit revenir à la réalité. D’autant plus que j’ai aussi dû me remettre de ma maladie, tout en replongeant dans mes examens. Disons que la réalité a frappé fort !

    Après votre départ, l’équipe des bleus a relevé la tête après un début difficile. Est-ce un peu frustrant de les voir gagner sans vous ?
    Forcément parce qu’on se dit qu’on aurait pu contribuer. Mais je suis super fière d’eux et je le serai jusqu’au bout de l’aventure. Je suis curieuse de ce qu’ils vont faire car je reste une “bleue” dans l’âme !

    Votre départ a entraîné le retour de Frédéric, éliminé lors du précédent conseil. Vous étiez contente pour lui ?
    On est toujours content de voir quelqu’un de son équipe revenir. Tant mieux pour lui, il va pouvoir faire l’aventure, même si c’est à mon détriment.

    Vous aviez voté contre lui lors du conseil !
    Oui mais il fallait bien voter contre quelqu’un. C’est le but du jeu, on est tous là pour sauver notre peau. Et au contraire, je suis contente qu’il soit revenu.

    On sent d’ailleurs que l’ambiance entre vous est restée bonne, en dépit des choix à faire…
    Les bleus, c’est une équipe qui été formée par Maxime de façon humaine. Il l’a dit : chacun de ses membres a une personnalité différente et complémentaire de celle des autres. On a réussi à créer un gros lien entre nous et c’est ça qui est magnifique avec “Koh-Lanta”. On y va pour gagner et à l’arrivée on se crée des amis et même une famille.

    Qui aimeriez-vous voir gagner cette saison ?
    Forcément, j’aimerais que ce soit quelqu’un de mon équipe. Je verrais bien Brice ou Chlo. Ou alors Béatrice, la chef des jaunes.



  • ITV de Aliséa pour le Figaro :

    Aliséa (Koh-Lanta): «Je ne tenais plus debout»

    INTERVIEW - Contrainte d’abandonner l’aventure sur décision médicale au bout du quatrième jour, l’étudiante de 20 ans revient sur son parcours aux Fidji.

    Parmi les 21 participants au départ de Koh-Lanta, la guerre des chefs , Aliséa était de loin la plus jeune. À tout juste 20 ans, l’étudiante en Licence STAPS (Sciences et techniques des activités physiques et sportives) à l’université de Rennes, passionnée d’athlétisme et modèle photo à ses heures, a débarqué aux Fidji avec une grande détermination. «À mon âge, on peut être assez solide pour faire Koh-Lanta, c’est juste un obstacle à franchir», déclarait-elle dans son portrait. Et si son mental a tenu, c’est physiquement qu’elle a fini par céder.

    Aliséa, en rejoignant l’infirmerie, aviez-vous imaginé que vous ne reviendriez pas dans le jeu?
    Je me doutais qu’en partant là-bas, mes chances de revenir seraient réduites. Le lendemain du conseil, j’avais des bouffées de chaleur, j’ai senti que ça n’allait pas. J’avais des nausées, des maux de ventre et mal à la tête. Je ne tenais plus debout. Donc je n’ai pas été surprise par la décision prise par le médecin et je l’ai accepté même si j’étais vraiment très déçue de devoir partir.

    Au moment de la composition des équipes, vous aviez cette conviction que vous ne craqueriez pas…
    Physiquement, ce Koh-Lanta a dépassé mes limites. Mon corps n’a pas suivi. Mais mentalement, je savais que je ne lâcherais rien et c’est de ça que j’ai voulu parler. Autant j’avais la maîtrise de mon mental et de ma motivation, autant ce n’était pas possible de contrôler les aléas du physique.

    Est-ce que ce régime alimentaire hypercalorique fait avant de partir aux Fidji n’a pas été la cause de votre coup de fatigue?
    (Rires.) Clairement, c’est une des principales causes, je n’aurais jamais dû faire ça. Cela ne sert à rien de manger énormément avant de faire Koh-Lanta dans l’idée de grossir et d’apporter des réserves à votre corps. Notre estomac s’adapte très rapidement au manque de nourriture.

    L’aventure a débuté par une surprise, la fameuse épreuve des poteaux…
    Nous étions tous sur le cul! (Rires.) Nous ne nous attendions pas du tout à voir arriver cette épreuve dès le début. Nous rêvions tous de pouvoir monter sur les poteaux de Koh-Lanta et même si je suis partie rapidement, je suis contente de pouvoir dire que j’ai fait l’épreuve des poteaux. Et nous ne sommes pas nombreux à pouvoir le dire.

    Auriez-vous aimé endosser le rôle de chef?
    Non, je n’aime pas donner des directives aux gens. Je ne me voyais pas avoir autant de pression et de responsabilités, c’est quelque chose que je n’aurais pas pu faire.

    Aviez-vous une préférence parmi les trois chefs?
    Je n’avais pas eu le temps de beaucoup discuter avec Béatrice donc je ne la connaissais pas très bien. Je m’entendais très bien avec Émilie avant de découvrir qu’elle avait fait une alliance (avec Victor et Xavier, ndlr). J’étais très contente d’être choisie par Maxime que j’appréciais beaucoup également.

    Comprenez-vous le vote de Maxime contre vous lors du conseil?
    C’était difficile de devoir aborder ce conseil aussi rapidement. Personne n’avait envie de partir et nous avions tous beaucoup d’appréhension. Maxime savait que Frédéric allait voter contre lui et qu’il avait peut-être un collier d’immunité. Chacun essaye de sauver sa place et c’est normal. Je n’ai pas été surprise. Dans mon malheur, Frédéric a pu revenir dans le jeu, j’étais contente pour lui parce que je l’aime beaucoup. C’est quelqu’un de très drôle.

    Vous êtes étudiante en Licence STAPS à Rennes, votre objectif est-il de devenir professeur de sport?
    C’était mon idée de départ mais ce n’est plus ce que je désire. Je souhaite rentrer dans la gendarmerie. Le maintien de l’ordre est quelque chose qui m’attire. Comme beaucoup de monde, je n’aime pas l’injustice.

    Que représente votre activité de modèle photo pour vous?
    Cela me permet de m’évader de temps en temps et de changer d’univers. Je fais beaucoup de sport, c’est mon domaine professionnel et je voulais avoir une autre passion à côté. La photo m’a aidé à m’affirmer un peu plus et d’avoir davantage confiance en moi.



  • ITV de Aliséa pour Télé-Loisirs :

    Koh-Lanta 2019 : Aliséa, contrainte à l’abandon médical, n’a pas dit toute la vérité à ses amis sur sa participation…

    Aliséa, la benjamine de Koh-Lanta, la guerre des chefs, a été contrainte de quitter le jeu d’aventure de TF1 lors du second épisode de cette édition 2019. Elle revient sur son aventure.

    Quitter Koh-Lanta n’est jamais chose facile. Mais être contraint à l’abandon médical est peut-être la pire porte de sortie que peut prendre un candidat du jeu d’aventure de TF1. C’est pourtant la situation dans laquelle Aliséa, la plus jeune participante de cette Guerre des chefs, s’est retrouvée ce jeudi 21 mars 2019, à l’occasion de la diffusion du second épisode. L’étudiante en sport revient sur sa douloureuse sortie, tout en partageant avec nous son expérience.

    Télé-Loisirs : De quoi avez vous souffert pour être contrainte à l’abandon médical ?
    Aliséa :
    Je n’avais plus de force dans mon corps. Je ne pouvais plus beaucoup me déplacer. J’avais mal à la tête, des nausées… Il m’était devenu complètement impossible de continuer l’aventure. On ne peut pas anticiper tout ça. J’ai beaucoup pleuré, parce que j’ai quitté une équipe que j’aimais beaucoup.

    Vous aviez compris d’emblée que vous ne reviendriez pas ?
    Quand on quitte le camp, on sait très bien qu’on a très peu de chances de revenir. Je suis frustrée parce que je n’ai pas pu montrer ce que je valais.

    Comment vous étiez-vous préparée à l’aventure ?
    J’ai beaucoup mangé. Je voulais prendre du poids, parce que je savais que j’allais en perdre. Je suis sportive, j’ai continué à pratiquer autant d’exercices qu’avant.

    De qui étiez-vous proche chez les Bleus ?
    Un peu de toute l’équipe, mais plus particulièrement de Brice et de Cindy qui étaient les plus jeunes.

    Faisiez-vous partie d’une alliance ?
    Pour l’instant, j’étais un peu en dehors de tout ça. Je sais qu’avec Cindy, on aurait aimé aller jusqu’à la réunification. Frédéric nous avait proposé une stratégie pour y aller, mais je ne voulais pas m’impliquer dans une alliance dès le début du jeu.

    Pourquoi être allée répéter à Maxime la tentative d’approche de Frédéric la semaine passée ?
    C’est Cindy qui l’a répétée, mais j’étais d’accord avec elle. Il faut le comprendre, il savait qu’il allait partir. Il a essayé de sauver sa peau.

    Le choix de Maxime concernant la récompense était-il le bon ?
    Oui, parce qu’on est plus à l’aise sur les épreuves si on a bien dormi.

    Maxime est-il un bon chef ?
    Je trouve que oui. Il dirige bien ses troupes. Mais en plus de ça, il est humain et bienveillant.

    Vous êtes étudiante en STAPS, comme avez-vous fait pour vous absenter ?
    Pendant le tournage, j’ai dit à mes amis que j’étais malade. J’ai raté quelques examens. Mais bon, Koh-Lanta, c’est l’aventure d’une vie, on n’a pas tous la chance de pouvoir y participer. Je n’ai que 19 ans. Je me suis dit tant pis pour les études. Je ne voulais pas me priver.

    Ils ont dû être surpris quand vous le leur avez annoncé ?
    Je le leur ai dit il y a seulement trois semaines. Des professeurs m’ont demandé comment ça s’était passé.

    Vous avez été blessée au tendon rotulien il y a quelques années, est ce que vous en aviez informé la production lors du casting ?
    Oui, bien sûr. On nous fait passer des tests pour vérifier si tout va bien. Le médecin a vu que tout allait bien. Il a confirmé que j’étais apte à aller à Koh-Lanta.

    Est-ce que vous avez le sentiment d’être passé à côté de votre Koh-Lanta ?
    Forcément. Sortir à cause d’un problème médical, ce n’est pas dans la logique du jeu. Si je le pouvais, je ferais un autre Koh-Lanta pour prouver ce que je vaux.

    Qu’avez-vous appris sur vous-même ?
    En quelques jours, on est privé de tout. Je me suis rendu compte que je n’avais pas besoin de tous les artifices qu’il y a quand je suis chez moi. On a besoin de très peu de choses pour vivre.

    Denis Brogniart n’a pas écarté la possibilité qu’un couple se soit formé cette année. Une aventurière avait même indiqué sur une story Instagram qu’il pourrait y en avoir un, est-ce que ça peut être vous ?
    Non. Forcément, on s’entend plus avec certaines personnes. Mais je ne crois pas qu’il y ait de couple dans cette saison.

    Quels sont vos projets aujourd’hui ?
    A la base, je voulais être professeur de sport, mais je vais me tourner désormais vers la gendarmerie.



  • ITV de Aliséa pour le site de TF1 :

    Koh-Lanta, la guerre des chefs : EXCLU. Aliséa, sa sortie médicale : "Je me suis effondrée"

    Dans “Koh-Lanta, La guerre des chefs”, diffusé ce jeudi 21 mars sur TF1, Aliséa est sortie sur décision médicale. En exclusivité pour MYTF1, la benjamine qui avait tout à prouver revient sur son aventure.

    Pourquoi avoir choisi de participer à Koh-Lanta ?
    Je voulais me prouver des choses. J’ai eu une blessure à l’âge de 14 ans alors que je faisais de l’athlétisme en compétition : une rupture du tendon rotulien. Non seulement j’ai dû arrêter le sport mais j’ai aussi dû réapprendre à marcher après 9 mois en béquilles. Ça m’a foutu le moral en l’air ! Aujourd’hui, je n’ai pas récupérer mon niveau. Je rêve toujours de faire les Jeux Olympiques mais peut-être comme entraîneur. Je sais que ma carrière d’athlète est loin derrière moi.

    Vous avez des modèles dans les éditions précédentes ?
    Clémence qui a gagné deux fois Koh Lanta et la première fois, à seulement 20 ans … C’est un véritable exemple pour moi et c’est elle qui m’a donné envie de participer à l’aventure.

    Abandonné sur décision médicale, c’est le pire scénario pour tout aventurier ?
    Quand le médecin m’a dit que mon corps ne me permettait pas de poursuivre l’aventure, ça a été terrible pour moi. Je me suis effondrée ! Partir au bout de quelques jours seulement parce que son corps ne tient pas… On ne vient pas pour vivre ça. Je n’ai pas pu prouver ce que je savais faire et je n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi mon corps a réagi de cette façon. J’ai beaucoup de dégoût et de remords. J’espère pouvoir refaire un autre Koh-Lanta !

    Votre abandon a permis à Frédéric de revenir dans l’aventure ?
    Malgré mon chagrin, j’étais contente pour lui. Cela faisait des années que Frédéric rêvait de participer à Koh-Lanta et j’étais triste qu’il parte le premier. Mon abandon, c’était une seconde chance pour lui !

    Qui mérite selon vous de gagner ?
    Dans mon équipe bleue, je pense qu’il y a des profils de gagnants comme Clo ou Brice. Après, il y a Beatrice qui est pour moi une aventurière complète !

    Qu’est-ce qui a changé depuis votre aventure ?
    Mes parents n’ont pas tout de suite pris au sérieux ma candidature mais après, ils m’ont beaucoup soutenue. Aujourd’hui, j’arrive à communiquer plus facilement avec eux. Ils me considèrent un peu moins comme une enfant et me voient comme une jeune femme capable de faire des choses.



  • ITV de Victor lors de son élimination lors de l’épisode 2.

    ITV de Victor (attention le melon du mec se ressent dans l’ITV) pour Télé-Loisirs :

    Victor n’a pas su résister aux stratégies de ses coéquipiers, et se retrouve éliminé à l’issue du second épisode de Koh-Lanta. Pour mieux revenir…

    Il rêvait sans doute d’aller beaucoup plus loin dans Koh-Lanta. Mais voilà, en raison de son tempérament de feu, Victor s’est fait éjecter ce soir des Rouges, lors du conseil du second épisode de La Guerre des chefs. On l’a vu dans la bande-annonce de la semaine prochaine, l’Alsacien (ou plutôt le Lorrain puisqu’il est originaire de Metz !) réintégrera une nouvelle équipe la semaine prochaine. Pourquoi ? Suspense ! En attendant, il se confie en exclusivité à Télé-Loisirs.

    Télé-Loisirs : Quelle a été votre première pensée après avoir été éliminé, en quittant le conseil ?

    Victor : Je me suis dit que j’avais aucun regret à avoir, parce que j’ai vu les choses telles qu’elles me sont venues en tête. J’étais sans filtre. Le seul regret que j’ai, c’est de ne pas avoir eu un quatrième allié au sein de cette équipe rouge.

    Vous explosez en larmes à la fin du conseil, qu’est-ce qui s’est passé dans votre tête à ce moment-là ?

    Quand on arrive au conseil, j’ai une petite présomption sur l’issue qui va m’être défavorable. Si j’ai fondu en larmes, c’est parce que ça m’a rappelé des choses de ma vie, notamment professionnelle, où – alors que je suis « celui qui en fait le plus », en tout cas c’est le sentiment que j’ai – parce que mon caractère, parce que mes affinités, je finis quand même par être évincé. Ce qui, je trouve, est particulièrement injuste. A ce moment-là, je ne me doutais pas que l’aventure me réservait encore quelques surprises.

    A ce stade, pourquoi les Rouges ne sont-ils pas parvenus à s’imposer sur une épreuve ?

    Parce qu’il y a un certain manque de cohésion dans l’équipe. On le sent sur le camp également, ainsi qu’au conseil. Mais elle est difficile à créer, de par les différentes individualités qui composent la tribu. A l’inverse, les Jaunes et les Bleus sont parvenus à en instaurer une.

    Pourquoi avoir été vexé à ce point quand les autres ont pêché des poissons sans vous ?

    Quand Cyril et Xavier ont remonté le filet de pêche, je n’ai pas eu l’impression d’être vexé particulièrement. C’est vrai que j’aurais aimé avoir la surprise de le trouver dans l’eau, le poisson, mais ça ne m’a pas marqué vraiment comme étant quelque chose de gênant pour moi. Je ne pense pas en avoir fait tout un drame.

    Cyril dit de vous que vous avez des réactions juvéniles… Ça vous blesse ?

    Non, c’est évident que j’ai ce côté juvénile. Et quand Cyril le dit, je ne peux pas lui en vouloir, parce qu’il faut le reconnaître, j’ai un côté fonceur et enfantin. Et parfois des réactions de gamin. C’est dans mon caractère.

    Auriez-vous été capable de vous intégrer au clan Cyril-Alex-Maud-Chloé ?

    Le point de clivage entre le groupe de quatre et celui de trois au sein de l’équipe rouge, c’est la personnalité de Chloé. Et le destin qu’on voulait lui réserver, puisqu’on n’a jamais caché le fait que, pour nous, elle était la première à éliminer si nécessaire. Ce clivage est tellement important que je ne pense pas que j’aurais été capable de rejoindre l’autre groupe. Le grand drame de mon aventure dans cette équipe rouge, c’est que je me sois retrouvé dans le groupe minoritaire.

    Pourquoi ne pas vous être entendu avec Chloé ?

    Le vrai point qui a posé problème est son implication sur le camp. Dans les premiers jours d’aventure, elle était très faible. Avec un problème médical lié à ses lunettes de vue. Je ne sais pas si c’est vraiment ça qui a joué, mais le résultat pour l’équipe rouge, c’est qu’on a construit le camp et qu’on s’y est investi à six. Pour moi, c’était un vrai problème. Sachant que sur les épreuves, elle avait aussi un niveau en dessous du groupe.

    Le groupe de quatre a tenté de faire diversion en faisant mine de vouloir éliminer Emilie ou Chloé, vous étiez dupe ?

    Je suis resté dupé de la stratégie du groupe de quatre visant à m’éliminer jusqu’à quelques heures avant le conseil. Tout simplement parce que j’ai été naïf et j’ai pensé qu’au moins un des trois alliés de Chloé allait finalement favoriser l’équipe rouge, plutôt que son clan propre.

    Vous reprochez à Maud de privilégier les affinités, mais en réalité, ce qui vous blesse à ce moment-là, c’est que vous n’avez aucun contrôle sur votre devenir…

    C’est vrai que je lui fais ce reproche-là, au regard de l’importance qu’elle donne à son affinité avec Chloé… Moi-même, j’ai eu quelques affinités, et c’est un peu ça qui a guidé tout le début de mon aventure, avec Xavier et Emilie. Mais une fois que la mécanique de jeu a été lancée, qu’on était un groupe rouge, si l’élément le plus faible ça avait été quelqu’un de mon camp, Xavier et Emilie, et que pour le bien de l’équipe on aurait dû se séparer de l’un des deux, alors ça aurait été le cas. Mais pour moi, il n’y avait pas de débat au sein de notre équipe. Ça devait être Chloé qui sortait au premier conseil. Je ne me suis même pas posé la question. Et c’est peut-être pour ça qu’on m’a dupé aussi facilement.

    Vous reconnaissez que vous avez un « caractère difficile à accepter »…

    C’est vrai que j’ai ce besoin de reconnaissance, de prouver ma valeur, d’essayer de faire beaucoup de choses… Et ça agace. D’autant plus que je le fais avec beaucoup d’assurance. Après, comme tout le monde, j’ai mes faiblesses. Et c’est celles qu’on voit pendant le conseil.

    Avez vous le sentiment d’être plus à l’écoute des autres après cette aventure ?

    Dire que Koh-Lanta a changé ma manière d’être tous les jours, c’est un grand mot. D’autant plus que j’ai vraiment vu cette émission comme un jeu. Pas comme l’aventure d’une vie. Je me suis vraiment beaucoup amusé. Mais je n’en ai pas fait un élément central de ma vie. Ça ne m’a donc pas changé à proprement parler.



  • ITV de Victor pour le site TF1 :

    Koh-Lanta, la guerre des chefs : EXCLU. Victor, éliminé : “J’ai été victime de jalousie”

    Dans “Koh-Lanta, La guerre des chefs”, diffusé ce jeudi 21 mars sur TF1, Victor a été éliminé par son équipe rouge. En exclusivité pour MYTF1, l’aventurier confie sa frustration.

    Pourquoi avoir voulu participer à Koh-Lanta ?
    Je suis un grand fan de l’émission ! Depuis que j’ai 12 ans, à chaque saison que je regardais à la télévision, je disais à ma mère : “Un jour, je ferai Koh-Lanta !” Elle rigolait et quand je lui ai annoncé que j’y allais vraiment, elle a halluciné !

    Quel est l’aventurier qui vous a le plus inspiré par son parcours ?
    Sans hésitation, Freddy ! Je me suis toujours identifié à lui, même si on a des traits de caractère un peu différents. C’est un fonceur et bricoleur comme moi. Le côté “Je fais ce je dis et dis ce que je fais” qui a été très marquant aussi … Je me reconnaissais en lui.

    En grand fan de l’émission, est-ce que ce n’est pas un piège d’avoir l’impression de tout connaître de Koh-Lanta ?
    C’est l’une des erreurs que je reconnais. Je n’ai pas suffisamment intégré toutes les surprises que pouvait réserver Koh-Lanta. J’ai été un peu trop bloqué dans mon idée première et la manière dont je voyais les choses. Je n’ai pas été assez souple face à certaines surprises. Par exemple, je n’avais pas du tout vu venir “La guerre des chefs”.

    Est-ce que vous avez conscience que votre personnalité peut agacer ?
    Le fait de me mettre en avant, d’arriver à faire du feu la première nuit et ce besoin de reconnaissance chez moi … J’avais évidemment conscience que cela pouvait agacer et faire de moi une cible. Mais mon espoir était que tout ce que j’allais apporter compense ma personnalité quelque peu irritante. Même si je ne pense pas avoir été insupportable non plus.

    Votre élimination a été une surprise ?
    J’ai été victime d’une stratégie surprenante. C’est un concours de circonstances ! J’étais persuadé que mes coéquipiers seraient heureux d’avoir quelqu’un comme moi sur le camp et les épreuves, au moins dans la première partie de l’aventure. J’avais négligé la jalousie de certaines personnes comme Cyril et Alexandre ! Mon élimination prouve que les rouges n’avaient pas la volonté d’aller loin, ensemble en équipe. Objectivement, m’éliminer n’était pas ce qu’il fallait faire.

    Est-ce que vous aviez une alliance depuis le début avec Emilie et Xavier ?
    Il y a eu une affinité immédiate qui permettait pour moi, de constituer le noyau dur d’une équipe saine et efficace. Ce n’était pas une alliance stratégique au sens stricte du terme. On n’avait pas fait de promesses… J’aurais éliminé, sans hésiter, Emilie si elle avait été la plus faible en épreuve. On a constitué cette équipe sans jamais penser que les quatre autres passaient après nous.

    Est-ce qu’Emilie était la chef idéale ?
    Mécaniquement, parce qu’elle a gagné les poteaux, oui. Après, je n’avais pas du tout anticipé le rôle prépondérant des chefs en épreuve. Je me suis dit que si j’avais su, j’aurai probablement fait différemment. Je ne serais peut-être pas aller voir Béatrice pour lui dire de ne pas me choisir.

    Vous auriez aimé endosser ce rôle à sa place ?
    Evidemment et je ne m’en suis jamais caché. Mais j’ai toujours été conscient que Xavier aurait fait un meilleur chef que moi. Il suffisait d’éliminer Chloé au conseil et de nommer Xavier chef, et on était invincible jusqu’à la réunification.

    Emilie a sorti son bracelet d’immunité au conseil. Quel chef va être élu selon vous ?
    Quand je suis éliminé et que je comprends que Maud, Chloé, Cyril et Alexandre pensent plus à leur groupe de 4 qu’à l’équipe rouge, je me dis qu’ils sont capables de nommer Chloé comme chef. Je doute qu’ils choisissent Xavier.

    Quel était votre objectif en participant à Koh-Lanta ?
    Je voulais mettre en oeuvre les compétences que je voulais démontrer, notamment en survie. Ce que je considère avoir fait ! J’espérais aussi aller le plus loin possible dans l’aventure tout en restant moi-même.

    Qu’est-ce qui se cachent derrière les compétences ?
    J’ai un côté très cartésien et pour moi, les faits valent plus que les simagrées. Faire semblant de ne pas être très fort ou pas trop confiant alors que c’est un fait. J’ai été un vrai moteur en survie !

    On sait que vous allez revenir dans l’aventure mais on ne sait pas comment ni pourquoi… Dans quel état d’esprit étiez-vous ?
    J’ai vraiment saisi ça comme une seconde chance mais qui était teintée d’un sentiment d’injustice dont j’avais été victime.



  • ITV de Carine suite a son abandon médical lors de l’épisode.

    ITV pour télé-loisirs :

    Carinne (Koh-Lanta 2019) contrainte à l’abandon médical : "Ça devenait dangereux, les médecins étaient inquiets…"

    Carinne, candidate caennaise de Koh-Lanta 2019 intitulée La guerre des chefs, a dû quitter le jeu de TF1 lors de ce troisième épisode. Prise de maux de ventre et très affaiblie, elle a été contrainte à l’abandon médical. Elle revient sur son aventure.

    Coup dur pour les Jaunes ! Au cours du troisième épisode de Koh-Lanta 2019, intitulée La guerre des chefs, l’équipe a perdu un de ses membres. Après avoir montré des signes de faiblesses inquiétants, Carinne a été prise en charge par une équipe médicale et transportée à l’infirmerie. Hélas son état physique ne lui a pas permis de réintégrer le jeu, à son grand désarroi ! C’est le deuxième abandon de cette saison. Cette maman de trois enfants, coiffeuse à Caen, a vu son rêve s’envoler. Que lui est-il vraiment arrivé ? Elle donne davantage de détails sur sa mésaventure.

    Télé-Loisirs : que s’est-il passé ?

    Carinne :** Sur le camp, je me sentais vide. J’espérais qu’en me reposant ça pouvait revenir, j’avais déjà vécu ça la veille. La veille, j’ai fait une crise de spasmophilie après l’épreuve de confort, je me suis reposée toute l’après-midi sur le camp d’ailleurs. Le lendemain matin, je me sentais mieux et j’avais retrouvé du pep’s. Quand je me suis sentie à nouveau mal dans l’après-midi, je me suis reposée. A un moment donné, c’est comme si mon estomac se collait. Après, on m’a expliqué que je suis extrêmement déshydratée et que ça devenait très dangereux pour mon corps. Les médecins étaient inquiets. J’ai très mal à l’estomac. C’est une sensation vraiment bizarre, je n’avais jamais ressenti ça de ma vie.

    A quoi est-ce dû ?

    Je pense que je n’ai pas bu assez d’eau et je ne m’alimentais pas. On nous avait dit de boire 4 litres d’eau par jour, c’est sûr que j’en étais loin. Personne ne buvait 4 litres d’eau dans la journée… Je l’ai su que lendemain après-midi que je ne réintégrais pas le jeu. Ils m’ont injectée plein de poches d’eau.

    Que se passe-t-il dans votre tête au moment où vous apprenez que vous ne pourrez pas réintégrer le jeu ?

    Je craque dans la nuit à l’infirmerie car j’'entends les deux médecins que je suis extrêmement déshydratée. Ils peuvent me mettre sur pied mais ça leur paraît trop dangereux pour mon corps car je n’ai pas de réserve. Je les entends se poser plein de questions. Là je craque et je réalise que je ne vais peut être pas pouvoir réintégrer l’aventure. Je suis très mal à ce moment-là. Je me prépare psychologiquement à sortir. Je ne veux pas m’écrouler alors je me prépare mentalement.

    On a l’impression que tout est allé très vite. Combien de temps s’est déroulé entre votre prise en charge par l’équipe médicale et l’abandon ?

    Cela se produit l’après-midi, je suis transportée à l’infirmerie en début de soirée. Je suis mise sous perfusion directement sur le bateau. Le médecin était inquiet. Le lendemain après-midi, on m’annonce que je ne peux pas réintégrer l’aventure.

    Avez-vous mis du temps à être rapatriée en France ?

    Ils ont dû réorganiser mon retour qui n’était pas prévu… J’ai dû rester 4 jours sur place avant d’être rapatriée en France. J’ai dû me ré-alimenter en petites doses plusieurs fois par jour. Quand je suis rentrée en France, je suis allée voir le médecin, le temps que ça se remette.

    Vous êtes plutôt discrète dans l’aventure, ce n’est pourtant pas ce que vous disiez dans votre portrait…

    C’est vrai que je parais discrète pourtant je ne l’étais pas tant que ça ! J’étais hyperactive sur le camp, j’allais tout le temps chercher du bois, de l’eau, je cherchais à manger. On ne le voit pas. J’étais la première levée très souvent. En groupe, je suis très sociable. J’étais naturelle quoi. C’est vrai qu’en regardant les épisodes, j’étais toute calme…

    Que pensez-vous de Béatrice en tant que chez de tribu ?

    C’est une bonne chef de tribu sur les épreuves. Elle a une bonne faculté pour analyser le jeu, pour adopter une stratégie de jeu efficace. Sur le camp, c’était un peu plus difficile. Elle prenait son rôle de chef à cœur. Souvent Béatrice était souvent en désaccord. Des fois, cela pouvait créer des petites tensions.

    Koh-Lanta c’était le rêve de votre vie et cette aventure s’est soldée par un abandon… Ce n’était pas trop dur de s’en remettre ?

    C’est une grosse déception mais je suis contente de ce que j’ai vécu, j’ai réussi à rester moi-même jusqu’au bout. Mon corps m’a lâché, je me fais une raison. Je ne pensais pas que mon corps allait lâcher.



  • Si vous trouvez d’autre ITVs de Carine n’hésitez pas a les mettre, je mettrais celle de MyTF1 lorsqu’elle sera disponible. Je met maintenant celle de Emilie (dont il y a en a beaucoup).



  • ITV de Emilie pour Gala :

    « Je n’ai pas été une super chef, il faut bien l’avouer… » : Emilie de Koh-Lanta, sacrifiée par son équipe des rouges
    VICTIME D’UNE STRATÉGIE IMPARABLE

    L’aventure Koh Lanta avait plutôt bien démarré pour Emilie, restée avant dernière sur les poteaux lors de l’épreuve inaugurale de cette « Guerre des Chefs ». Oui, mais…
    Devenue chef des rouges suite à son exploit lors de la toute première épreuve, la jolie girondine de 35 ans a fait les frais d’une scission au sein de son équipe… « Cette élimination, je l’ai senti venir, on ne va pas se mentir. Je n’ai pas été surprise. Après le départ de Victor, j’ai vu le vent tourner » nous confie-t-elle. Avant d’ajouter : « Je ne l’ai pas bien vécu pour autant et il y a un eu un contre coup… ». Interview de chef !

    Quelles sont pour vous les qualités que doit avoir un chef ?

    Il faut avoir une autorité naturelle, être très pédagogue, expliquer sans imposer… En aucun cas jouer au « petit chef ». Rester humble et être performant !

    Pensez-vous avoir été une bonne chef ?

    Non, honnêtement… Je n’ai pas été une super chef, il faut bien l’avouer. Disons que dans ce genre d’aventure, j’aurais préféré ne pas l’être. Il ne fait pas bon être mise en avant dès le début, c’est à double tranchant…

    Si vous aviez su que le statut de chef était à la clef de l’épreuve des poteaux, vous seriez vous laissée tomber avant la fin ?

    En revanche, non, je n’aurais jamais pu faire ça ! Jamais. Ce n’est pas mon esprit. J’aime trop la gagne pour faire ce genre de chose. Il y a sans doute des choses que j’aurais pu faire différemment mais pas ça.

    Pour faire le feu, chez les Rouges, c’était qui le chef ?

    Sans hésiter, on l’a vu, c’était Victor. Il s’était entraîné, surentraîné… Le feu n’avait pas de secret pour lui. Quand je suis sortie, je ne savais pas qu’il avait ré-intégré le jeu et je l’ai su bien plus tard. J’ai été heureuse pour lui parce que c’est un aventurier qui méritait d’aller bien plus loin. J’étais hyper contente. Malgré tout ce qu’on peut dire sur lui, il donne le meilleur de lui-même et il est super motivé. En revanche, il n’avait pas l’humilité pour être chef…

    Quand il était question de nourrir la tribu, qui devenait le chef ?

    On mettait tous la main à la pâte. Vraiment. On était solidaires, bien organisés. Pour chercher le coco, pêcher. Maud et Xavier avaient davantage de connaissances mais, vraiment, tout le monde s’y mettait. Et quand il s’agissait de vider les poissons, notre poissonnière Chloé prenait évidemment son rôle très à cœur. Il fallait bien qu’elle montre ses talents et je pense qu’elle était fière de montrer qu’elle était là, qu’elle servait à quelque chose ! Faire sa part du travail sur le camp…

    Sur les épreuves, qui prenait le lead ?

    Vraiment, chez les rouges, je pense qu’on était tous très aguerris. A part Chloé, évidemment, qui était la moins sportive. Mais sinon, on avait tous de belles qualités sportives et on aurait pu vraiment, en tous les cas jusqu’à ce que je parte, on avait une équipe hyper complète. Sportivement ou dans la survie. On était bons… Mais les autres étaient meilleurs.

    Le chef ès stratégie, pour vous, c’était qui ?

    Maud, sans hésiter. Elle était meneuse du groupe des quatre que formaient Cyril, Chloé, Alexandre et elle… Je ne l’ai pas vu venir tout de suite. Ce n’est qu’après le premier conseil que j’ai compris. Mais c’était trop tard. J’aurais pu faire des alliances avec elle… Si je l’avais choisie dans mon équipe c’est parce que j’avais cerné des énormes qualités d’aventurière dans la survie et que physiquement elle tenait le choc. Maud, malgré les stratégies qu’elle a pu faire et qui m’ont coûté mon aventure, c’est une femme, à son âge, qui est très forte.

    Et le chef des têtes à claques, celui ou celle dont vous vous seriez volontiers passée, c’était qui ?

    Je ne peux pas le cacher, c’était Chloé. Je ne l’avais pas vraiment choisie, elle ne voulait pas vraiment être dans mon équipe non plus. L’une comme l’autre, on aurait préféré que ça se passe autrement.

    Pensez-vous que les chefs ont de trop grandes responsabilités dans la Guerre des Chefs ?

    Certainement. Après, c’est voulu, c’est fait pour ça, c’est le concept de cette saison. On a surtout un rôle décisif dans les épreuves d’immunité. Ça créé des tensions quand on perd, le chef est encensé quand il gagne… C’est un cadeau empoisonné ce rôle de chef !

    Vous participeriez à un « Retour des Chefs » s’il y en avait un, un jour ?

    Clairement : je signe tout de suite et je reviens demain ! je n’ai pas montré ce que j’aurais voulu montré, on m’a coupé l’herbe sous le pied, je n’ai pas vécu l’aventure, j’attends que ça de pouvoir prendre ma revanche et de montrer de quoi je suis capable.

    Pour vous, de tous les Koh-Lanta, c’est qui le chef absolu ?
    J’ai beaucoup d’admiration pour Clémence (Clémence Castel, double gagnante de Koh Lanta, ndlr). C’est une femme courageuse et inspirante, de par ses qualités humaines et son mental. Je doute qu’elle ait encore envie de remettre ses deux titres en jeu mais je serai folle de joie de participer un jour à Koh Lanta face à elle.



  • ITV de Emilie pour Télé-Loisirs :

    Emilie virée de Koh-Lanta 2019 : "Chloé a beaucoup de chance que certaines images ne soient pas passées…"

    L’aventure Koh-Lanta est déjà fini pour Emilie, candidate de cette saison aux Îles Fidji. Cet ex-chef des Rouges a vu son équipe se retourner complètement contre elle…

    La sentence a été irrévocable pour Emilie, candidate de la tribu rouge de Koh-Lanta 2019. Après avoir été sacrée chef lors du premier épisode, la jeune femme a vite dégringolé. A l’issue du deuxième épisode, l’aventurière au caractère bien trempé a dû jouer son bracelet d’immunité, abandonnant au passage son rôle de chef de tribu. Après l’élimination de Victor, elle se savait menacée… Face au clan des quatre composé de Chloé, Xavier, Cyril et Alexandre, elle n’a pas fait le poids. Elle dresse le bilan de son aventure riche en émotions !

    Télé-Loisirs : vous attendiez-vous à être éliminé ?

    Emilie : J’en étais pratiquement sûre, ce n’était pas une surprise. Je m’étais préparée mentalement à ça. Au moment où je sors, je suis un peu blasée, je ne réalise pas trop. J’étais triste.

    Quand Victor est évincé du jeu, saviez-vous que vous alliez être la prochaine ?

    Ils étaient quatre malgré tout et ils voulaient coûte que coûte rester à quatre… Je ne suis pas stratège. Je suis entière. Quand on me fait un coup comme ça, je ne peux pas, cela n’aurait pas été naturel. J’ai pris sur moi, j’ai essayé de ne pas m’emporter. J’ai été hyper sympa. En temps normal, dans la vraie vie, cela ne se serait pas passé comme ça… J’ai vraiment fait des efforts, mais je n’avais plus ma place. Maud est la meneuse de ce groupe. Elle cachait bien son jeu, mais finalement c’était elle la plus stratège de tous.

    Vous ne vous êtes pas fait une amie… Vous n’êtes pas tendre avec Chloé !

    (Elle rit) Honnêtement, c’est plus l’inverse. On ne la voit pas, mais dès le premier épisode, elle me dit clairement qu’elle ne veut pas être dans mon équipe. C’était la plus faible physiquement. Elle a beaucoup de chance que certaines images ne soient pas passées. Elle ne fait strictement rien sur le camp ! Son comportement sur le camp, sa façon de penser, sa façon de critiquer… Ce n’était franchement pas la plus sympa ! L’une et l’autre, on est à l’opposé. On ne sera jamais amies, on a rien en commun. On n’a pas de rapports.

    Considérez-vous avoir été une bonne chef ?

    Non, je n’ai pas été une bonne chef. Ce rôle de chef, cela peut paraître valorisant, mais ce n’était pas un cadeau du tout… On est mis en avant, forcément on est critiqués et jugés par son équipe. Je n’ai pas choisi d’être chef. Dans ce genre d’aventure, j’aurais préféré me faire plus discrète et aller le plus loin possible petit à petit. J’avais ma carte à jouer dans les épreuves, c’est évident mais j’aurais préféré être plus discrète.

    Vous reprochez l’alliance des 4 (Maud, Chloé, Cyril et Alexandre) et pourtant avec Victor et Xavier, vous êtes les premiers à parler stratégie…

    Victor, Xavier et moi on avait tissé des liens, on se faisait confiance mutuellement. On voulait une équipe forte. On ne s’était rien promis pour après la réunification. C’était la logique d’éliminer Chloé. On avait fait une stratégie au mérite. C’était une stratégie saine malgré tout, les quatre autres ne l’ont pas vue comme ça.

    Qu’avez-vous appris sur vous ?

    J’ai appris que je pouvais faire preuve d’un “self-control” que je n’imaginais pas, mes proches me trouvent d’une zénitude incroyable. J’ai appris que je pouvais faire passer des messages sans forcément crier, sans en faire des tonnes… J’ai appris à être plus calme.



  • ITV de Emilie pour le Figaro. Fr

    Émilie: «Koh-Lanta c’est 80% de stratégies»

    INTERVIEW - La courtière en prêt immobilier de 35 ans de la région bordelaise est la troisième aventurière éliminée de la saison 20 du jeu d’aventures de TF1.

    LE FIGARO. - Pas trop frustrée de quitter l’aventure si tôt?
    Émilie
    . - Si, c’est affreux comme sensation. Je suis hyper frustrée, très déçue. Au bout de dix jours, je n’ai rien prouvé du tout. Mon aventure a été beaucoup trop courte, ça a été une aventure éclair.

    Ne regrettez-vous pas d’avoir joué pour rien votre bracelet d’immunité?
    Évidemment! Quand on regarde l’émission, on se dit que j’ai fait n’importe quoi. Mais sur place, c’est différent. Toute la journée, on m’a dit qu’on allait voter pour moi, un vrai bourrage de crâne, sans compter le stress d’être éliminé. Une fois que j’ai vu les images, j’ai compris que je n’aurais pas dû le jouer mais j’avais trop peur et j’ai préféré jouer la sécurité.

    D’autant plus qu’il vous aurait été très utile ce soir?
    Effectivement, j’aurais gagné quelques jours supplémentaires. Mais on ne peut pas faire machine arrière et quitte à refaire, je referais pareil. Partir avec mon bracelet, aurait été encore plus frustrant.

    Vous partez alors que Victor revient. N’éprouvez-vous pas un sentiment d’injustice quand on sait que vous avez tenté de le protéger?
    Non. À quelques jours près, ça aurait pu être moi, évidemment que je l’aurais préféré. Victor le mérite. Quand j’ai su qu’il revenait, j’étais hyper contente pour lui. Je n’ai pas le sentiment de m’être sacrifiée. Depuis le début, je pense que Victor est un aventurier méritant, qui ne devait pas sortir aussi tôt.

    Pourquoi avoir scellé une alliance dès le début avec Victor et Xavier?
    On s’entendait très bien tous les trois. C’était une «alliance» entre guillemets c’est-à-dire que c’était une alliance dans une équipe. On voulait créer une équipe forte, qui pouvait aller jusqu’à la réunification mais on ne s’était rien promis pour la suite. On voulait vraiment voter au mérite. Au conseil où Victor est parti, la logique pour nous était d’éliminer le maillon faible de l’équipe, en l’occurrence Chloé. Ensuite, si Victor ou Xavier estimait que j’étais moins méritante, ils n’auraient pas hésité à voter contre moi. Oui, il y a eu cette affinité entre nous trois mais on voulait être dans une équipe, on n’était pas du tout enfermés sur nous-mêmes.

    Mais ça n’a pas été perçu comme ça par les autres candidats…
    Non, pas du tout. Au contraire, ils ont joué la force numérique et je pense qu’ils ont eu peur de notre trio. On leur a expliqué notre stratégie mais ils ne supportaient pas Victor. Selon eux, il mettait une mauvaise ambiance dans l’équipe. Bien sûr, il est agaçant. Moi-même qu’il l’apprécie beaucoup, quand j’ai vu les images, je n’ai pu que comprendre. Mais en vrai, c’est aussi quelqu’un qui donne le meilleur de lui-même. Il est tellement exigeant envers lui qu’il attend aussi beaucoup des autres.

    Cette «alliance» vous a finalement coûté votre place dans l’aventure…
    En quelque sorte oui. Eux étaient quatre, nous étions trois. Je pense que le choix de l’équipe a fait ma perte. Il aurait suffi d’une autre personne à la place d’un de ces quatre-là pour que toute mon aventure soit différente.

    Pourtant c’est vous qui avez composé cette équipe des rouges…
    Je me le reproche beaucoup. En fait, quand j’ai constitué l’équipe, j’ai d’abord pensé à la survie sur le camp, aux performances physiques alors que j’aurais dû un peu plus choisir avec mon cœur. À la base, j’avais dans mon viseur Cindy, Aliséa ou Carinne et j’aurais dû faire ce premier choix de suite au lieu de choisir les plus forts. Je m’en veux parce qu’au final, je me suis sentie un peu seule dans mon équipe. Avec le recul, je me dis que j’aurais dû faire différemment.

    Quel a été votre sentiment quand vous avez été désignée chef des rouges?
    J’ai ressenti une grosse pression car malgré le bracelet d’immunité, je savais que je pouvais être en danger. C’est un rôle un peu ingrat dès le début de l’aventure, de porter son équipe, d’être mise en lumière de suite… C’est à double tranchant. Dans les victoires c’est top mais dans les défaites, on l’a bien vu, on porte tout le poids sur son dos.

    Comment avez-vous abordé ce rôle?
    Je me suis dit que je resterais moi-même quoi qu’il arrive, que je n’allais pas jouer le chef. Sur le camp, n’étant pas une pro de la survie, je n’intervenais pas trop et dans les épreuves, j’essayais de jouer mon rôle au mieux.

    Selon vous, pourquoi le courant n’est pas passé avec Chloé?
    On est trop différentes, on est à l’opposé. On ne peut pas s’entendre avec tout le monde. Il n’empêche que je sais ce que ça fait de perdre une épreuve donc quand je la vois après la dernière épreuve d’immunité, elle me fait de la peine. Je ne suis pas quelqu’un de méchant, je ne vais pas être mauvaise pour être mauvaise donc je ne voulais pas plus l’accabler et je suis allée la réconforter.

    Imaginiez-vous Koh-Lanta comme ça?
    Au départ, j’avais très peur de la survie, du manque de confort, des bêtes… Au final, je me rends que les stratégies sont bien plus dures. La nature humaine est bien plus difficile que la nature elle-même. Je savais qu’il y aurait des stratégies mais je ne me rendais pas compte à quel point. Je suis tellement authentique que je n’arrive pas être stratège. Koh-Lanta c’est 80% de stratégies.

    Si vous deviez refaire Koh-Lanta, que changeriez-vous?
    Justement, je pense que je me conditionnerais à être plus stratège et à jouer le jeu des stratégies.

    Cette année, tous les chefs assistent au conseil, la nuit, et on les voit revenir sur leur camp, le lendemain matin. Où dormez-vous?
    On dort sur l’île où a lieu le conseil. Il est impossible de naviguer la nuit, c’est trop dangereux donc on reste sur place mais on est isolé. Forcément, on n’est pas tout seul car il y a des gens de la production pas loin mais et on a de contact avec personne.



  • ITV de Emilie pour LCI :
    "J’aurais peut-être dû leur passer de la pommade" : éliminée de “Koh-Lanta”, Emilie ne digère pas la stratégie des rouges

    INTERVIEW – Patronne des rouges lors des deux premiers épisode de “Koh-Lanta : le combat des chefs”, Emilie a été éliminée par son équipe vendredi soir. Un départ sur lequel elle revient sans langue de bois pour LCI.

    Chronique d’un départ annoncé. Après avoir perdu son statut de cheffe la semaine dernière, Emilie s’est mise à dos le reste de l’équipe rouge en s’opposant au choix de Chloé pour les diriger. Ses critiques à l’encontre de la poissonnière ont sans doute pesé lourd au moment du conseil, après la défaite de son équipe lors de l’épreuve d’immunité. Mais la courtière en prêt ne regrette rien, comme elle l’a confié à LCI.

    LCI : Après avoir terminé deuxième de l’épreuve des poteaux et pris la tête de l’équipe rouge lors du premier épisode, vous attendiez-vous à partir si vite ?

    Emilie : Pas du tout ! Surtout, je ne m’attendais pas à ce que le jeu devienne stratégique aussi rapidement. Je sais que ça en fait partie. Mais je n’étais préparée à ce que ça arrive si vite.

    Votre obstination à vous opposer à Chloé n’a pas joué en votre faveur. Regrettez-vous vos critiques à son encontre ?

    Je ne regrette pas du tout ! La choisir comme cheffe était un mauvais choix stratégique. On l’a bien vu ensuite lorsque Béatrice et Maxime ont décidé de la nommer à notre place. J’étais déjà en colère après le départ de Victor, en colère contre les autres. Et j’aurais voulu que les autres pensent un peu équipe plutôt que de penser stratégie.

    Avec le recul, auriez-vous dû être un peu plus diplomate et arrondir les angles avec eux ?

    Peut-être qu’il aurait fallu… Mais je ne peux pas faire semblant. J’étais dans un tel état de fatigue, de stress, de colère, de déception… J’aurais peut-être dû leur passer de la pommade, leur dire qu’ils avaient raison… Mais je pense que ça n’aurait rien changé à l’issue du conseil.

    Avez-vous l’impression de payer votre dynamisme, votre énergie, votre tempérament de chef au fond ?

    Je ne sais pas… Vous savez même mes proches me félicitent d’avoir été aussi zen ! J’ai été cool, soft, j’ai dit les choses mais je ne me suis pas emportée plus que ça. J’ai déjà pris beaucoup sur moi. C’est sûr que dans ce genre d’aventure, il y a tellement de stratégie qu’il faut faire attention à ce que l’on dit. Mais je préfère avoir été éliminée en restant moi-même que d’être allée au bout en étant transparente.

    "Koh-Lanta", c’est une métaphore de la vie professionnelle dans ces moments-là ?

    Oui et non. Quand on est dans son domaine professionnel, on sait ce qu’on fait. Dans ma vie quotidienne, je tiens les rênes, je sais où je vais. Je connais mes qualités. Moi je suis commerciale et c’est un monde où il faut se battre, toujours. Un peu comme dans Koh-Lanta. La différence, c’est qu’il est difficile de garder le contrôle et de rester objectif quand on a faim, quand on est fatigué… Ce n’est pas évident.

    Dans l’avion du retour, avez-vous rejoué l’aventure cent fois dans votre tête ? Et avez-vous mis du temps à vous en remettre ?

    Quand je suis sortie, il n’y avait pas trop de surprise. Je savais qu’il y avait des chances que ce soit moi. Après, la première chose à laquelle on pense, c’est le plaisir de retrouver ses proches. Cette joie-là a pris le dessus. C’est plus, aujourd’hui, en regardant l’émission que je suis triste. Je me dis que c’est dommage d’avoir réussi à aller là-bas pour partir aussi tôt.

    On a l’impression que sans vous et Victor, les rouges sont assez mal partis. Vous pensez la même chose ?

    Oui. Déjà en éliminant Victor, l’équipe s’est tirée une balle dans le pied. Et même si je n’ai pas la prétention de dire que j’étais indispensable, je pense que j’avais des qualités essentielles pour aider les rouges à aller plus loin. Je suis vraiment impatiente de voir ce qui va leur arriver.

    Qui tire les ficelles dans cette équipe ? Xavier ? Maud ?

    Ce n’est pas du tout Xavier, non. Il est spectateur de tout ça. C’est vraiment Maud qui tient les rênes de leur quatuor avec Alexandre et Cyril. C’est elle qui gère toute cette stratégie. On ne s’y attendait pas au départ, mais elle a été très forte pour ça.

    Qui va gagner cette saison de Koh-Lanta ?

    J’ai deux choix. Un choix de cœur qui est Cindy. Je l’adore, même si ce n’est pas une aventurière au sens classique. Et puis un choix au mérite qui est Maud. Parce qu’elle représente tout ce qui est Koh-Lanta. Elle est stratège, elle est forte physiquement, dans la survie elle sait tout faire. Tout avec son âge, ce qui est beau. Vraiment, elle le mérite.



  • ITV de Carine pour MYTF1 suite a son abandon médicale :

    Koh-Lanta, la guerre des chefs : Exclu. Carinne, sa sortie médicale : "J’espère repartir dans une nouvelle aventure"

    Dans “Koh-Lanta, La guerre des chefs”, diffusé ce vendredi 29 mars sur TF1, Carinne est sortie sur décision médicale. En exclusivité pour MYTF1, elle revient sur son aventure au sein de l’équipe jaune.

    Vous avez dû quitter l’aventure sur décision médicale. Que s’est-il passé ?
    J’ai commencé à me sentir mal après le deuxième jeu de confort, où j’ai fait une crise de spasmophilie. J’avais l’étrange sensation que mon corps se vidait. Je pensais qu’avec un peu de repos, ça irait mais ça n’a fait qu’empirer. J’ai dû appeler le médecin d’urgence. Je pense que mon corps n’avait pas assez de nourriture surtout que nous, les jaunes, nous n’étions pas très doués pour en trouver. J’avais quasiment rien mangé en 8 jours et mon petit gabarit n’a pas aidé. A l’infirmerie, le médecin m’a aussi expliqué que j’étais complètement déshydratée. On nous dit de boire 4L d’eau par jour et moi je ne buvais pas assez, je le reconnais. J’ai eu du mal à retrouver des forces et le médecin ne voulait pas prendre de risque. Lorsque Denis m’a annoncé la mauvaise nouvelle, je m’étais déjà préparée psychologiquement mais j’en ai pleuré !

    Votre élimination médicale fait revenir Victor dans la course. C’était une bonne ou mauvaise nouvelle pour votre équipe ?
    J’avais essayé de tenir le coup en me reposant dans la cabane, toute l’après-midi. Avec les jaunes, on avait discuté de cette probabilité. On craignait tous mon départ et le retour de Victor. A ce moment-là, c’était plutôt une mauvaise nouvelle parce qu’on n’avait pas eu une très bonne image de lui, sur la première journée.

    Vous étiez contente d’être dans l’équipe jaune ?
    Oui très ! Dès qu’on me choisit d’ailleurs, je suis contente d’être dans l’équipe jaune. Béatrice a constitué son équipe au feeling et c’est comme ça que je fonctionne aussi. Emilie aurait pu aussi me choisir. On avait passé un peu de temps ensemble lors des premières 24h et je la trouvais très sympathique. Mais lorsqu’elle a constitué son équipe avec Victor et Xavier, je sentais le stratège dominer et je n’allais pas me sentir bien dans cette équipe. Ça a été un grand soulagement quand Béatrice m’a choisie.

    Est-ce que Béatrice est une bonne chef d’équipe ?
    Dans les épreuves, c’est une excellente chef d’équipe. Béatrice a une capacité d’analyse rapide et sait où placer les aventuriers selon leurs capacités. Je pense que c’est dû au fait qu’elle joue au foot. Sur le camp en revanche, c’est un peu plus difficile. On essaie de prendre des décisions en groupe et elle n’est jamais d’accord. C’est vrai qu’avec la faim et la fatigue, ça peut devenir pesant. C’est pour ça aussi que je m’énerve un peu dans l’épisode d’avant quand elle nous empêche de manger ce qu’on a récolté. Mais après, c’est normal qu’il y ait des petites tensions.

    Vous êtes fière de votre aventure ?
    Moi je suis très contente de mon aventure. Je pense que tout le monde redoute ce qui m’est arrivée et en même temps, je ne peux pas m’en vouloir. C’est mon corps qui m’a trahie ! Maintenant, j’ai vécu une belle expérience. Je suis restée moi-même, active sur le camp et j’ai tout donné sur les épreuves. Quand je me vois à la télévision, c’est moi. Je me reconnais et je reçois beaucoup de témoignages d’amour. J’ai des gens qui poussent la porte de mon salon de coiffure pour me voir ou me demander un autographe. Je reçois aussi beaucoup de dessins d’enfants. Ils sont trop mignons. Je suis devenue leur idole. C’est que du bonheur !

    Qu’est-ce que vous avez envie de garder de ce Koh-Lanta : La guerre des chefs ?
    L’aventure humaine. Le fait d’être en équipe et de se surpasser tous ensemble pour gagner. Moi quand je suis partie, j’ai dit : “Je ne pars pas pour me faire des amis”. En fait, je suis revenue avec une famille. Parce qu’on a vécu cette expérience de dingue tous ensemble, ça nous a soudé. Il ne se passe pas une journée sans qu’on se parle tous ! De mon côté, je ne désespère pas d’avoir l’opportunité de repartir dans une nouvelle aventure Koh-Lanta. Je suis restée sur ma faim, c’est le cas de le dire !



  • ITV de EMilie pour MYTF1 suite a son élimination :

    Koh-Lanta, la guerre des chefs : Exclu. Emilie éliminée : "J’ai trop de rancœurs pour ne garder que le meilleur"

    Dans “Koh-Lanta, La guerre des chefs”, diffusé ce vendredi 29 mars sur TF1, Emilie a été éliminée par son équipe. En exclusivité pour MYTF1, l’ancienne chef des rouges revient sur son aventure.

    Pourquoi avoir choisi de participer à Koh Lanta ?
    J’avais envie de challenge, de relever un nouveau défi mais aussi de sortir de ma zone de confort. J’ai la chance d’avoir une vie très épanouie et heureuse. Je ne manque de rien et je voulais revenir aux vraies valeurs des choses. Etre consciente à nouveau de tout ce que j’ai à la maison et me recentrer sur moi-même.

    L’aventure a bien démarré pour vous. Deuxième des poteaux, chef de l’équipe rouge aux côtés de Xavier et Victor. Mais très vite, le vent tourne…
    Dès le premier conseil des rouges, lorsque Victor est éliminé, je comprends alors que rien ne va plus. J’ai senti 4 personnes liguées contre nous et qui n’étaient pas du tout dans la même optique de jeu que nous. J’ai su que si on ne gagnait plus les épreuves d’immunité, je serais la prochaine à partir.

    Après le départ de Victor, vous ne tentez même pas une alliance de dernière minute pour sauver votre peau ?
    Quand Victor a été éliminé, j’avais vraiment la haine parce qu’il ne méritait pas ça. J’étais dans un état d’esprit où je me disais vraiment : Mais qu’est-ce que tu fous dans cette équipe ? Ce n’est pas possible de commencer une aventure comme ça. Les autres sont soudés. Moi à la base, la stratégie ce n’est vraiment pas mon fort. Je suis tellement authentique que je savais que ce serait mon point faible. J’ai essayé de leur faire comprendre que ce n’était pas la bonne stratégie à adopter. Ok, ils ont éliminé Victor parce qu’ils ne l’apprécient pas humainement parlant … Mais derrière, j’attendais d’eux qu’ils prennent conscience qu’il fallait être fort le plus longtemps possible. Je leur ai montré en n’étant pas d’accord avec leur choix de nommer Chloé chef d’équipe.

    Vous regrettez de l’avoir prise dans votre équipe ?

    Je n’ai pas eu le choix parce que j’avais recruté trop de garçons dans mon équipe. J’aurais dû écouter mon instinct en choisissant Aliséa, Cindy ou Karine dans mon équipe de suite au lieu de prendre des hommes d’abord. En plus, Chloé ne voulait pas être dans mon équipe et me l’avait dit de suite. C’était pas une bonne surprise.

    Lorsque Chloé perd l’épreuve d’immunité, vous ne semblez pourtant pas fâchée contre elle …

    Non parce que je ne suis pas une personne méchante. C’est un jeu et même si stratégiquement, j’aurais dû l’enfoncer, je ne voulais pas trahir la personne que je suis. J’avais aussi perdu une épreuve d’immunité alors je me voyais mal lui reprocher. Je ne voulais pas lui jeter la pierre et je savais qu’elle avait fait de son mieux.

    Victor est revenu dans l’aventure sur l’abandon de Carinne. Vous êtes contente pour lui ?

    Je n’ai pas su tout de suite que Victor était revenu. Quand Carinne n’est pas bien au moment où je sors, je garde même un petit espoir de revenir. Pour moi, Victor était déjà rentré. J’y ai cru jusqu’au bout et j’aurais aimé avoir cette chance. Maintenant quand j’ai su que c’était lui, j’étais évidemment hyper contente pour lui.

    Qu’est-ce qui a été le plus difficile à vivre dans cette aventure ?
    Sans aucune hésitation, le manque de ma famille. Je m’éloignais beaucoup pour pleurer toute seule sur le camp… Le côté stratégie a été aussi très difficile. Entendre des choses sur mon compte comme quoi je suis la plus mauvaise de l’équipe, etc … C’est horrible.

    Est-ce que le fait de voir les épisodes à la télévision, ça ravive des souvenirs et peut-être quelques frustrations ?
    Déjà en revenant chez moi, j’ai eu le contre coup de ce qu’il s’était passé. Je n’avais évidemment pas prévu de revenir aussi vite. Mais c’est vrai que de se replonger dans l’aventure à travers la télévision, je revis les émotions et c’est très fort. Je me suis souvent refait le film de mon aventure depuis. Et si j’avais fait ci ? Et si je l’avais choisi plutôt lui ? Au final, je ne regrette pas mon aventure même si ce n’est pas celle que j’avais rêvée.

    Est-ce que vous arrivez à être fière de votre parcours ?
    Je trouve que ce que je vois à l’écran, c’est fidèle à ce que je suis donc ça, ça me rend fière. Je suis restée moi-même. Maintenant, je ne suis pas fière d’être restée aussi peu de temps dans l’aventure. C’est très dur à vivre encore aujourd’hui. Je suis une compétitrice et je me voyais aller plus loin. En tout cas, j’en avais les capacités. Mais je ne peux pas regretter mes choix parce que mon aventure aurait été complètement différente. Avec le recul, j’aurais fait pareil mais je me dis quand même que tout s’est joué à des détails.

    Que pensent vos enfants de votre parcours ?

    Mes enfants sont à fond et regardent les épisodes avec moi. Ils sont très admiratifs ! Je pense que pour un enfant, c’est beau de voir sa maman dans Koh-Lanta. Mais j’essaie de les préserver des réactions qui ne sont pas toujours sympathiques sur les réseaux sociaux. Je veux qu’ils gardent le positif de cette aventure. Pour moi, ça prendra un peu plus de temps. J’ai trop de rancoeurs encore pour ne garder que le meilleur.

    Quel est le meilleur souvenir que vous garderez de Koh-Lanta ?

    Avoir fait les poteaux et gagné la deuxième place, ça restera un moment magique pour moi. C’est un très beau souvenir que je garderais longtemps. Je n’en ai pas eu assez malheureusement.



  • ITV de Victor suite a sa seconde élimination.

    ITV pour Télé-Loisirs :
    Exclu. Victor, encore éliminé de Koh-Lanta 2019 : pourquoi il a parlé de son collier d’immunité à toute son équipe ! (VIDEO)
    Contre toute attente, et alors qu’il aurait pu sauver sa tête, Victor a été éliminé de Koh-Lanta, la guerre des chefs 2019… pour la deuxième fois ! Il explique ses choix pour le moins surprenants en exclusivité vidéo à Télé-Loisirs.

    es Jaunes en sont restés cois à l’issue du conseil du quatrième épisode de Koh-Lanta, la guerre des chefs, diffusé ce vendredi 5 avril 2019 sur TF1. Et ils ne sont pas les seuls ! Alors qu’il venait de trouver un collier d’immunité qui aurait pu lui permettre de rester a minima trois jours de plus dans l’aventure, Victor - qui avait déjà fait les frais d’une élimination à l’issue du second épisode - a fait le choix non seulement d’en parler à toute son équipe, mais également, et contre toute attente, de ne pas le jouer ! Il s’explique pour Télé-Loisirs.

    ⋙ Koh-Lanta 2019 : résumés des épisodes et replay, éliminations, audiences… Tout sur le jeu d’aventure de TF1 !

    Télé-Loisirs : Pourquoi avoir parlé de votre collier d’immunité à tout le monde ?

    Victor : J’ai décidé de m’amuser avec et d’en faire quelque chose d’intéressant. J’aurais très bien pu le garder, le jouer au conseil du soir-même pour me maintenir dans l’aventure. Mais finalement, je n’aurais fait que retarder l’échéance et je ne me serai pas intégré dans l’équipe jaune. Je me suis dit que j’allais tenter une stratégie. Il y avait deux effets possibles : une fois que tout le monde savait que j’avais un collier, théoriquement, quelqu’un aurait dû se sentir en danger. Du coup, on aurait pu monter des stratégies, pour essayer de rendre cette équipe jaune un peu plus rocambolesque. Malheureusement, ça n’a pas vraiment fonctionné…

    Pourquoi ne pas l’avoir joué ?

    Je me pose encore la question (rires). Pour moi, vu l’état d’esprit qu’avait Nicolas pendant toute la journée précédant le conseil, il y avait un espoir que les Jaunes décident – au moins pour trois d’entre eux – de voter contre lui. Ce qui a été le cas. Ce qui prouve que certains avaient décelé ses faiblesses et ses failles à ce moment-là. Je me suis dit que s’il y avait une chance sur cent que ça passe, et que j’arrive à gagner mon collier, ce serait tellement beau et ça ferait une aventure tellement plus incroyable… C’est parce qu’ensuite, il m’aurait été plus utile, que j’ai voulu tenter le coup.

    C’était naïf de penser qu’ils vous épargneraient…

    Du point de vue de l’équipe jaune, le choix qu’ils ont fait n’est pas forcément le plus pertinent. Parce qu’il y avait des gens comme Nicolas et Sophie qui ont fait preuve d’une baisse de régime assez importante. S’ils avaient voulu profiter de mon énergie et de mes compétences, ils auraient pu très bien faire le choix de ne pas voter contre moi.

    Vous faites l’éloge de Béatrice, en quoi cette aventurière vous impressionne-t-elle ?

    Tout simplement parce que je n’ai jamais eu d’animosité contre elle. Je reconnais toutes ses qualités. Elle est impressionnante sur les épreuves. Elle a une personnalité super-intéressante et attachante. La manière dont je l’ai abordée lors du premier épisode, pour qu’elle ne me sélectionne pas, a pu paraître comme très abrupte, mais ce n’était absolument pas de la méchanceté contre elle. C’était simplement mon obsession d’être avec le groupe que je m’étais déjà constitué le premier jour. C’était une erreur stratégique de ma part, avec le recul. Mais ce n’était pas du tout tourné contre Béatrice, et elle a prouvé en m’accueillant chez les jaunes de manière très sympathique qu’elle était un bon chef.

    Combien de poids avez-vous perdu ?

    Avant l’aventure, pour me préparer, j’ai pris dix kilos, ce qui se voit d’ailleurs à l’écran (rires), c’est la chose qui m’a marqué dans le premier épisode et les suivants, mon visage bouffi et mon ventre gras. Evidemment, ce n’est pas à ça que je ressemble dans la vie de tous les jours. Je n’ai pas eu le temps de les perdre, tout simplement.

    N’avez-vous pas l’impression aujourd’hui d’être passé à côté de votre Koh-Lanta ?

    Pas du tout. J’ai fait les choses comme j’en avais envie. Si certains ne comprennent pas mes choix, j’ai envie de leur dire qu’ils n’étaient pas à ma place. S’ils veulent prouver qu’ils auraient fait mieux, je les invite à s’inscrire au casting et à le prouver par les faits.

    Combien de fois avez-vous passé le casting ?

    C’était la première fois que je le faisais. Ça me trottait dans la tête depuis longtemps. J’ai attendu d’avoir des choses à raconter pour sortir du lot, et réussir le casting du premier coup.

    Partant pour un all-star ?

    Etant donné que cette aventure m’a beaucoup amusé et que j’y ai pris beaucoup de plaisir, je ne me ferais pas prier si j’étais amené à pouvoir faire un all-star.


Log in to reply