Keith Flint est mort



  • text alternatif

    A une époque, le début des années 1990, où la nouvelle vague techno préférait l’anonymat, Keith Flint, son allure, ses danses et sa voix de cyborg punk étaient devenus l’incarnation iconique de The Prodigy, groupe star de l’électro britannique. Lundi 4 mars, le chanteur, parolier et danseur anglais a été retrouvé mort, à l’âge de 49 ans, à son domicile de Great Dunmow (Essex). Liam Howlett, le fondateur de The Prodigy, a confirmé qu’il s’agissait d’un suicide, commis, sans doute, ce week-end.

    Dans une déclaration publiée sur Facebook, le groupe rendait hommage à son performeur :

    « C’est très choqués et avec la plus grande tristesse que nous pouvons confirmer la mort de notre frère et meilleur ami Keith Flint. Un vrai pionnier, un innovateur et une légende. Il nous manquera pour l’éternité. »

    Né le 17 septembre 1969 à Redbridge, à l’est de Londres, Keith Charles Flint croise la route de Liam Howlett, à la fin des années 1980, dans un club de Braintree, petite ville du comté d’Essex, où Flint a déménagé après avoir arrêté ses études. DJ formé au piano classique, avant de s’intéresser au rock (Sex Pistols, The Specials…), puis de se passionner pour la culture hip-hop, Howlett s’est tourné vers l’énergie des musiques électroniques qui s’épanouissent dans les raves, ces soirées souvent organisées illégalement.

    Enthousiasmés par la musique produite par le DJ, Keith Flint et son camarade danseur Leeroy Thornhill, lui proposent d’agrémenter ses sets de leurs chorégraphies. Baptisé The Prodigy, le trio signe son premier contrat discographique en 1991 avec le label XL. Après des premiers singles (What Evil Lurks, Charly), le groupe publie son premier album, Experience, en 1992.

    suite de l’article


Log in to reply