Les blessures de ceux qu'on aime



  • Je suis toujours surprise de voir qu’en une petite phrase, il arrive à me mettre à genoux sans même s’en apercevoir. Pourquoi ceux que nous aimons le plus sont-ils les plus sourds à notre souffrance ?



  • Parce que justement on se soucie de leur avis, parce qu’on fait tout un monde de petits riens dès que ça les concerne, parce qu’il y a toujours un décalage entre la façon dont une chose est dite et celle dont on l’interprète…les relations avec autrui sont compliquées parce qu’elles sont pleines de quiproquos, de non-dits, d’interprétations, d’attente et que ce joli mélange finit toujours à un moment ou un autre par blesser l’une, l’autre voire les deux.



  • Je dirais aussi que c’est peut être dur à accepter, mais souvent nos proches savent que les phrases sont blessantes, parfois ils ne se rendent juste pas compte à quel point



  • La souffrance n’est pas toujours visible , comme on souffre énormément on a l’impression que la terre entière devrait y être sensible mais pour le comprendre il faut avoir cette même sensibilité et dans un couple par ex ce n’est pas forcément le cas .



  • Vous avez tous les deux parfaitement raison. Je suis quelqu’un qui se protège beaucoup, peu de gens entre dans ma spère perso, du coup j’ai tendance à baisser ma garde au bout d’un moment, à me dire, c’est bon tu crains plus rien et du coup bam quand ça tombe, je n’y étais pas préparée et j’ai vachement du mal à encaisser. Du coup, j’ai juste envie de remettre mes masques, mes protections.



  • Personnellement je ne trouve pas normal que les proches puissent nous blesser au point de parler de souffrance ; la relation prend une forme malsaine dans ce cas, non ?

    S’il y a une phrase qui vexe ou qui frustre, d’accord ça peut arriver, mais on en parle et on voit d’où vient le problème pour le régler, ça ne devrait pas aller jusqu’à faire souffrir.



  • @chibi a dit dans Les blessures de ceux qu'on aime :

    Personnellement je ne trouve pas normal que les proches puissent nous blesser au point de parler de souffrance ; la relation prend une forme malsaine dans ce cas, non ?

    S’il y a une phrase qui vexe ou qui frustre, d’accord ça peut arriver, mais on en parle et on voit d’où vient le problème pour le régler, ça ne devrait pas aller jusqu’à faire souffrir.

    je suis d’accord. Après je suis quelqu’un qui fonctionne de façon un peu spécial. Si on me dit quelque chose qui me blesse (et c’est encore arrivé ce we) je me dis que c’est comme ça, la personne pense ça, elle doit avoir raison ou ne pas me connaitre, dans les deux cas, à quoi bon en parler.



  • @jihae a dit dans Les blessures de ceux qu'on aime :

    @chibi a dit dans Les blessures de ceux qu'on aime :

    Personnellement je ne trouve pas normal que les proches puissent nous blesser au point de parler de souffrance ; la relation prend une forme malsaine dans ce cas, non ?

    S’il y a une phrase qui vexe ou qui frustre, d’accord ça peut arriver, mais on en parle et on voit d’où vient le problème pour le régler, ça ne devrait pas aller jusqu’à faire souffrir.

    je suis d’accord. Après je suis quelqu’un qui fonctionne de façon un peu spécial. Si on me dit quelque chose qui me blesse (et c’est encore arrivé ce we) je me dis que c’est comme ça, la personne pense ça, elle doit avoir raison ou ne pas me connaitre, dans les deux cas, à quoi bon en parler.

    C’est pas un peu dangereux à long terme cette politique de cocotte minute ? :baillon:



  • Faut pas hésiter à dire ou a faire comprendre a l’autre qu’on aime pas ci ou ça. Et s’il comprend pas ça c’est qu’il méritait pas d’être si proche de nous. Il faut s’en éloigner au lieu de souffrir chaque fois



  • @keysersöze a dit dans Les blessures de ceux qu'on aime :

    @jihae a dit dans Les blessures de ceux qu'on aime :

    @chibi a dit dans Les blessures de ceux qu'on aime :

    Personnellement je ne trouve pas normal que les proches puissent nous blesser au point de parler de souffrance ; la relation prend une forme malsaine dans ce cas, non ?

    S’il y a une phrase qui vexe ou qui frustre, d’accord ça peut arriver, mais on en parle et on voit d’où vient le problème pour le régler, ça ne devrait pas aller jusqu’à faire souffrir.

    je suis d’accord. Après je suis quelqu’un qui fonctionne de façon un peu spécial. Si on me dit quelque chose qui me blesse (et c’est encore arrivé ce we) je me dis que c’est comme ça, la personne pense ça, elle doit avoir raison ou ne pas me connaitre, dans les deux cas, à quoi bon en parler.

    C’est pas un peu dangereux à long terme cette politique de cocotte minute ? :baillon:

    Si en règle général, ça finit mal.



  • @Jihae

    Avant de réfléchir sur un tel comportement de l’autre, mieux vaut d’abord réfléchir sur soi et son niveau de sensibilité , et de susceptibilité.
    .
    Se sentir blessé n’implique pas que des paroles ou des actes ou un comportement blessants soient avérés, loin de là.
    .
    Alors ils le sont pour toi puisque tu te sens blesséE. Mais le sont-ils de façon intrinsèque, objective ?



  • @printemps a dit dans Les blessures de ceux qu'on aime :

    @Jihae

    Avant de réfléchir sur un tel comportement de l’autre, mieux vaut d’abord réfléchir sur soi et son niveau de sensibilité , et de susceptibilité.
    .
    Se sentir blessé n’implique pas que des paroles ou des actes ou un comportement blessants soient avérés, loin de là.
    .
    Alors ils le sont pour toi puisque tu te sens blesséE. Mais le sont-ils de façon intrinsèque, objective ?

    En l’occurence je me suis peut être mal exprimée, ce n’est pas son comportement ou ses propos que j’interroge, d’ailleurs il peut dire ou faire ce qu’il veut. Ce qui me surprend toujours c’est la blessure que je peux ressentir justement parce que ça vient de personnes que j’aime. Et c’est complètement subjectif, rien de rationnel là dedans. Le truc c’est que je suis souvent désarçonnée de voir que lorsque je baisse la garde, vlan je me prends un coup de pelle, à un moment où je ne m’y attendais pas et c’est là que ça fait mal. Parce que comme tout le monde quand je m’y prépare, bon ça pique un peu mais m’en fous. Quand je m’y attends pas et que c’est quelqu’un que j’aime, alors là, ça me couche direct



  • @Jihae

    C’est pourtant complètement normal et logique.
    .
    Je vais user d’une metaphore :
    Fais grandir un enfant dans une sphère stérile, un cocon.
    En grandissant , dès qu’il entrouvrira son cocon, il se prendra plein de germes qui le feront souffrir car immunité à zéro pour cause d’absence de contacts pendant sa croissance.
    .
    Toi, tu fais toi meme ton cocon. Tu te rends étanche à l’extérieur.
    C’est à dire qu’effectivement tu ne souffres pas de l’extérieur du fait de ton cocon. Tu ne te confrontes pas.
    .
    Donc tu ne renforces jamais ta sensibilité.
    .
    Alors quand tu entrouvres ton cocon, comme à l’intérieur c’est super fragile et sensible, forcément tu ressens ++++, car aucun “immunité”, car tu n’as pas appris à gérer les “stimuli”.
    .
    C’est donc parfaitement normal et pas du tout étonnant que tu te les prends de plein fouet.



  • Alors je suis d accord avec ta metaphore mais vu mon vieil age et mon vecu, j en ai pris plein la gueule et c est pour ca que depuis une petite dizaine d annees j ai ferme la porte, pour etre en paix.
    Pour le reste je suis d accord avec ton point de vue.
    Du coup il me faut etre plus vigilante a l avenir. Ca evitera les coups de pelle 🙂



  • Je pense qu’il serait bien plus efficace d’aller bosser en thérapie pour te consolider, car la vigilance c’est juste pas efficace, et ça ne permet certainement pas de vivre en paix 🙂


Log in to reply