Peur de la neige : pourquoi les "chionophobes" angoissent à la vue du moindre flocon


  • Admin

    CRAINTE - Elle peut prêter à sourire mais il importe de la prendre au sérieux, car elle peut empêcher certaines personnes de sortir de chez elles. Alors que les flocons continuent de tomber ce mercredi sur de nombreux départements, des psychologues nous éclairent sur la “chionophobie”, la peur de la neige.

    text alternatif

    “Il y a une chose qui m’angoisse particulièrement en hiver, et qui vient de se réveiller suite au passage de la météo : j’ai peur de la neige”, jure Florence, 34 ans, sur un forum de discussion. Martin, 25 ans, renchérit : “J’ai peur qu’elle ne se s’arrête jamais et que nous soyons ensevelis”. Cette phobie a un nom : “On parle de chionophobie, un terme désignant aussi les animaux qui sont incapables de s’adapter à la présence de la neige, pour dénommer la peur de celle-ci”, nous explique Mandy Rossignol, professeure de psychologie à l’Université de Mons.

    Cette phobie liée aux conditions climatiques, à la manière de celles de l’obscurité, des éclairs, des nuages…, est avant tout corrélée avec la peur de conduire sous la neige : “Je suis totalement incapable de rouler sur de la neige ou du verglas. Il est tombé 10 cm de neige hier, ce matin j’ai annulé l’école pour ma fille, et je vais annuler mes rendez-vous pour la journée. Pourquoi ? Parce que rien que l’idée de conduire même 200m sur la neige me tétanise. J’ai peur de ne rien contrôler, peur de mettre la vie de mes deux enfants en danger…”, expliquait ainsi sur un forum Christine, 43 ans, lors d’un épisode neigeux en 2012.

    Ce que confirme Samuel Dock, psychologue parisien joint par LCI : “Concernant la phobie de la neige, on remarque la plupart du temps que ce n’est pas la neige elle-même qui fait peur, mais plutôt le fait de glisser, et plus encore de glisser sur la route. Une phobie somme toute ‘rationnelle’, on parlerait presque de ‘pseudo phobie’, mais qui peut prendre des allures pathologiques lorsqu’elle interdit de prendre sa voiture et de sortir. La peur de ‘glisser’, de l’accident, peut devenir en effet très inhibitrice”, estime-t-il.

    Pour Mandy Rossignol, la peur de la neige provient surtout “d’une forme de pensée catastrophique” : le sujet est enfermé dans une sorte de fatalisme qui le maintient dans un cercle vicieux et l’empêche de sortir de sa phobie. “Ces personnes vont adopter des attitudes trop prudentes qui augmentent les chances de vivre l’expérience redoutée, ou elles vont s’interdire de sortir et ainsi éviter de se confronter à la source de leur peur. De manière générale, il faut bien savoir que l’évitement est la première réponse du phobique (j’ai peur de la neige donc je ne sors pas), et que l’évitement est toujours un facteur de maintien dans l’anxiété”, analyse la spécialiste.

    Par ailleurs, souligne le Docteur Jérôme Palazzolo, psychiatre et psychothérapeute, “on peut devenir phobique de tout. C’est une question d’apprentissage”. “Toute situation anxiogène associée à la neige pourra déclencher une phobie de la neige”, poursuit-il, selon un mécanisme de la phobie expliqué dans le schéma ci-dessous.

    text alternatif

    […]

    Source et suite : https://www.lci.fr/psycho/meteo-peur-de-la-neige-pourquoi-les-chionophobes-angoissent-a-la-vue-du-moindre-flocon-2110845.html



  • J’leur pète la tronche aux gens qui n’aiment pas la neige ! La neige, c’est trop bien, on peut se faire des batailles, se rouler dedans (farpaitement), s’amuser à laisser des traces comme le petit Poucet, faire de la luge…Et puis, SURTOUT, quand on marche dans la neige, ça fait SCROUTCH SCROUTCH. :wiiii:


  • Admin

    Mais ouais ! Farpaitement ! :wiiii:
    J’adore la neige. Déjà parce qu’elle change les paysages que l’on voit au quotidien.
    Mais surtout parce qu’elle fait ralentir le quotidien des chimpanzés névropathes.
    Enfin parce qu’elle permet de faire des raquettes et du ski.
    Pis surtout, c’est joli la neige. Ouais.



  • Je suis mdr quand je vois aux infos des gens - des citadins surtout - qui patinent ou qui sortent de route sur seulement quelques centimètres de neige.

    On ne leur a jamais appris qu’il ne fallait SURTOUT pas accélérer à fond ce qui réduit l’adhérence, de préférer le frein moteur et ne pas filer des grands coups de volants à gauche et à droite. Mais y aller toujours en douceur.

    Quand les bagnoles seront devenues autonomes et développées dans des conditions idéales, on va bien rigoler de les voir sur la neige ou le verglas… Hu hu !



  • @egon a dit dans Peur de la neige : pourquoi les "chionophobes" angoissent à la vue du moindre flocon :

    .Et puis, SURTOUT, quand on marche dans la neige, ça fait SCROUTCH SCROUTCH. :wiiii:

    Et aussi, c’est sympa d’apposer sa signature dans la neige en faisant pipi dessus.



  • Pour les dames l’exercice est plus difficile, j’en conviens.



  • J’ai entendu dire que les chionophobes faisaient chez eux des parties de « floor is snowa »

    0_1548316415934_2db78f6a-cd64-4195-b69c-a6ae810957bb-image.gif



  • Bon je vais rectifier les choses avant qu’@Egon me pète les dents :peur: quand j’étais plus jeune j’adorais la neige , maintenant je l’aime toujours autant mais derrière les vitres de chez moi ( enfin avant car ici la neige ne fais guère d’apparitions) neige est synonyme de froid et je déteste avoir froid enfin rouler sous la neige non merci :fock: j’adore les paysages de givre sur les arbres . voilà !



  • J’ai absolument pas peur de la neige, par contre j’ai peur de prendre la voiture quand il neige, chose que je n’ai d’ailleurs jamais faite depuis que j’ai le permis (10 ans).

    Sinon j’aime bien la neige quand je suis au chaud chez moi, c’est beau à voir, mais sinon non puisque = froid glacial :affole:




Log in to reply