Fin du support de Windows 7 : les chiffres clefs du compte à rebours


  • Admin

    Dans moins d’un an, Microsoft mettra fin au support de Windows 7. Voici quelques chiffres clefs en rapport avec le compte à rebours.

    text alternatif

    Microsoft livrera la dernière mise à jour de sécurité publique pour Windows 7 dans moins un an, mettant ainsi fin aux 10 années de service du système d’exploitation. Voici quelques chiffres qui vont compter pour les 12 derniers mois de Windows 7.

    10

    Comme Windows 10. En effet, c’est Windows 10 qui doit remplacer Windows 7 comme système d’exploitation par défaut de l’entreprise. Actuellement, si l’on compare le taux d’adoption à date équivalente dans leur cycle de vie, Windows 10 accuse un retard par rapport à Windows 7. En mars 2013, 41 mois après son lancement, Windows 7 faisait tourner environ 49 % de tous les PC sous Windows.

    12

    C’est le nombre de Patch Tuesday que recevra Windows 7 avant la fin définitive du support. Ces mises à jour, livrées en général le deuxième mardi de chaque mois et composées de groupes de correctifs, permettent de corriger les dernières vulnérabilités signalées ou découvertes.

    30

    C’est le nombre de mois pendant lesquels Microsoft prendra en charge la mise à jour de fonctionnalité finale de Windows 10 livrée avant la mise à la retraite de Windows 7. L’update de fonctionnalité portera probablement la référence « Windows 10 October 2019 Update » et « 1909 ». Elle sera normalement déployée en octobre.

    L’an dernier, Microsoft a décidé d’étendre la prise en charge des mises à niveau de fonctionnalités individuelles de 18 à 30 mois. Cette extension ne concerne que les éditions Enterprise et Education d’automne. Les mises à jour de printemps de Windows 10 ne bénéficieront que de 18 mois de mises à jour de sécurité et autres mises à jour.

    36

    C’est le pourcentage de PC sous Windows qui tourneront encore sous Windows 7 à la fin du support de l’OS. Cette estimation moyenne est basée sur les évolutions observées sur 12 mois par Net Applications dans l’adoption d’un nouveau système. Ce nombre a beaucoup varié ces deux dernières années, passant d’un creux de 29 % à un pic de près de 40 %.

    C’est aussi le nombre maximum de mois pendant lesquels les entreprises clientes pourront bénéficier de la mise à jour « Windows 7 Extended Security Updates » (ESU) après la mise à la retraite de Windows 7 en janvier 2020. Le support étendu ne sera disponible que pour les PC tournant sous Windows 7 Professionnel ou Windows 7 Entreprise, et seulement si ces systèmes d’exploitation ont été obtenus via un contrat de licence en volume. Microsoft accordera une remise sur les ESU aux clients qui ont également souscrit des abonnements Software Assurance de Microsoft pour Windows ou à des abonnés à Windows 10 Enterprise ou Windows 10 Education, y compris des abonnés Microsoft 365.

    Windows 7 ESU sera vendu pour des périodes de 12 mois. La prolongation de support est limitée à deux périodes. Contrairement au modèle de licence par utilisateur adoptée par Microsoft pour Windows 10, la licence ESU sera vendue par appareil.

    43

    C’est le pourcentage de PC Windows tournant actuellement sous Windows 7, selon Net Applications. Ce n’est que depuis le mois dernier que Windows 7 est - enfin - passé à la seconde place derrière Windows 10.

    67

    C’est le pourcentage de PC Windows tournant sous Windows 7 le plus élevé atteint par le système d’exploitation. Ce record a été atteint en juin 2015, un mois avant le lancement de Windows 10.

    259

    C’est le tarif officiel, en euros, de la mise à niveau d’un ordinateur personnel compatible Windows 7 vers Windows 10 Pro. Une mise à niveau de Windows 7 vers Windows 10 Famille coûte 145 euros.

    515

    C’est, selon Microsoft, le surcoût en dollars (étude US) de l’usage de Windows 7 pour les entreprises par rapport au coût de Windows 10. C’était plus exactement le montant annoncé en avril 2017, à moins de trois ans de la fin du support de Windows 7. L’estimation de Microsoft était basée sur une étude de Forrester Research, demandée et payée par la firme de Redmond.

    642 millions

    C’est le nombre approximatif de PC tournant actuellement sous Windows 7 dans le monde. Il a été obtenu en multipliant la part actuelle de Windows 7 par 1,5 milliard, la base installée mondiale de Windows, d’après un chiffre cité régulièrement par Microsoft. En comparaison, Windows 8 et Windows 8.1 représentent environ 93 millions de PC, et Windows 10 alimente environ 682 millions de machines.

    Source : lemondeinformatique.fr



  • doublon, bug connexion de chez moi



  • Je suis sous windows 7 et je peux pas liké ton post, le début de la fin.


  • Admin

    Comme je te comprends. Je suis sous W10 depuis sa sortie pour des raisons pro mais aussi, à titre perso pour bénéficier de DirectX12 pour jouer au jeux vidéo et je regrette de ne plus utiliser Windows 7. Certes il lui manque quelques fonctionnalités bien pratique apparues sous W8.1 ou W10, mais cet OS a été un bel aboutissement dans le monde de M$, aussi bien en ce qui concerne la stabilité que la convivialité et l’apparence. Sans parler des mises à jour de W10 qui sont une plaie sans nom. C’est dommage de devoir se défaire d’un OS comme Seven.


  • Admin

    L’échéance approche à grands pas.

    Vous qui êtes sous Windows 7, que comptez-vous faire ? Migrer sous Win 10 ? Passer à un autre OS, Linux, Mac OS ? Rester sous Win 7 ?



  • @Ratonhnhakéton Ma mère a Win 7 et vu que son pc est une ruine, elle va carrément le changer.
    Si le matos avait été performant, je pense que Win 10 aurait pris le relais (même si je préfère Win 8.1).



  • Sur PC je suis sous windows 7 il restera jusqu’à la panne de la machine, après je ne sais pas.



  • @Ratonhnhakéton a dit dans Fin du support de Windows 7 : les chiffres clefs du compte à rebours :

    L’échéance approche à grands pas.

    Vous qui êtes sous Windows 7, que comptez-vous faire ? Migrer sous Win 10 ? Passer à un autre OS, Linux, Mac OS ? Rester sous Win 7 ?

    J’ai ouï dire qu’il y avait des distributions Linux adaptées aux vieux ordis. J’ai un vieux portable au boulot qui ne me sert plus à rien parce que trop faible pour faire tourner autre chose que XP. Faudrait que j’essaie Linux dessus et installer des trucs de bureautique de base.


  • Admin

    @Fuong regarde du côté de Linux Mint avec l’environnement XFCE ou alors Peppermint 7 encore plus léger.


  • Admin

    L’Allemagne versera 800.000 euros pour maintenir Windows 7 en vie

    Les autorités allemandes paieront cette année un peu moins d’un million d’euros pour pouvoir encore et toujours recevoir les mises à jour pour Windows 7. La migration est en cours dans le pays, mais pas encore terminée.

    Le support de Windows 7 a pris fin le 14 janvier. Cela signifie que le système d’exploitation ne recevra désormais plus les mises à jour sécuritaires, et que son utilisation deviendra peu sûre.

    Mais toutes les entreprises n’ont actuellement pas encore migré vers Windows 8 ou Windows 10. Au niveau mondial, on estime à 200 millions de machines à encore utiliser le système d’exploitation entre-temps dépassé. Parmi eux, on recense 33.000 machines des différents gouvernements allemands (Länder), selon le journal Handelsblatt.

    Malgré l’interruption, qui avait été annoncée il y a quelques années déjà, Microsoft proposera encore des mises à jour contre paiement. Les grandes entreprises, qui n’en ont pas encore terminé avec leur migration, pourront les acquérir pour gagner du temps. Mais pour les petites organisations et les consommateurs, ce service n’est pas proposé.

    Le service en question n’est cependant pas bon marché. Ce qu’on appelle les Windows 7 Extended Security Updates (ESU) seront disponibles jusqu’au 10 janvier 2023, mais elles seront chaque année plus chères. Cette année et en fonction de la version, les prix oscilleront de 25 à 100 dollars par machine. D’ici 2022, ils atteindront 100 à 200 dollars par machine.

    L’Allemagne a entamé la migration vers Windows 10 en 2018 déjà, mais tous les pouvoirs publics ne sont pas prêts aujourd’hui. Ce genre de migration à grande échelle s’avère souvent un processus intensif et de longue haleine. Surtout si une organisation doit être sûre que d’anciennes applications fonctionneront encore sur un système d’exploitation plus récent. C’est le même problème que celui rencontré lors de l’arrêt du support de Windows XP, il y a quelques années.

    Les machines tournant sur Windows 7 continueront certes de fonctionner normalement, mais comme elles ne recevront plus de nouveaux patches, les problèmes de sécurité qui seront découverts à l’avenir, ne seront plus résolus. Il en résulte que les ordinateurs, surtout s’ils sont connectés à internet, deviendront très vulnérables.

    Source : datanews.levif.be



  • Fichtre de ces mises à jour accélérées à marche forcée sous prétexte d’évolution techno auquel « il faut » se soumettre, souvent plus complexes et pas forcément plus stables et sécurisées car mal abouties en terme R&D [mode essuyage de plâtres et aide au débugage sans frais grâce aux retours des clients-victimes]. Sans parler des nouvelles fonctionnalités qui ne sont bien souvent que des gadgets et utilités marketing sans réelle valeur ajoutée.

    Pas que pour l’Allemagne, mais imagez le volume des parcs informatiques administratifs d’un paquet de pays qui tournent encore sous W7 bien rodé et fiable. Ce sont des millions d’ordis et de serveurs à faire migrer au frais des contribuables à chaque MAJ (remplacement de machines, frais de licences, personnel de maintenance, formation). C’est une course sans fin au bénéfice hyper rentable pour M$ monopole et consorts.

    Imaginez aussi l’investissement que ça représente pour une petite entreprise ou un indépendant qui doit renouveler son système d’exploitation, ses logiciels et ses périphériques à intervalles rapprochés sous peine d’obsolescence et d’extinction s’il ne peut suivre.