17 → 18 septembre: Ligue des Champions ⚽ :
18 septembre → : Ad Astra 📽
18 septembre : American Horror Story - 9x01 📺

Persona 5



  • Voici 2 ans après le topic de Persona 5, qui s’apprete selon toute vraisemblance à voir une version ultime et peut être même un portage sur tablette à joycon.

    text alternatif

    Un peu d’histoire, Persona c’est quoi ?

    I. A l’origine : Shin Megami Tensei

    “Digital Devil Story: Megami Tensei” (Megami Tensei se traduisant par “Réincarnation de la Déesse”), est une saga de livre de science-fiction plutôt populaire au Japon, écrit par Aya Nishitani et publiés dans le pays à partir de 1986. Bon nombre de développeurs à l’époque ont voulu faire une adaptation en jeu vidéo de ces bouquins, et c’est finalement Atlus, édité par Namco, qui réalisera le premier, sobrement intitulé “Megami Tensei”, publié en 1987.

    S’en suivra une saga de jeu, ayant un succès important au Japon. En effet, la saga de livre comme de jeu sont rapidement devenu des produits culturels cultes. C’est un peu comme leur “Witcher”, ou leur “Seigneur des Anneaux”.

    Après quelques jeux fidèles aux livres, Atlus va commencer à produire “Shin Megami Tensei” (Se traduisant cette fois-ci, par “Réincarnation de la vraie Déesse”), s’émancipant des contraintes de l’adaptation, et créant leur propre univers sur les bases de celui des bouquins.
    Le jeu sort sur Super Nintendo, entre autres, et c’est un énorme succès. Fort de leur réputation sur les adaptations précédentes, Atlus confirme leur savoir faire en terme d’univers, de design et de narration atypique.
    Cette fois, le jeu affirme également une direction artistique bien propre à lui pour les monstres, qui restera pour toute la saga, le même artiste travaille aujourd’hui toujours sur les jeux SMT.

    Faisons un petit aparté pour expliquer de quoi parle Shin Megami Tensei.
    En général, ce sont des jeux qui racontent des “fins du monde” à la japonaises. Des jeux qui, n’ont de cesse que de nous poser des questions sur notre rapport à l’autre, à l’humain, au monde, et à Dieu. A Dieu, ou aux Dieux, puisque les monstres sont pour la plupart inspirés de la mythologie, asiatique, nordique, égyptienne, et autre.
    Le joueur peut “capturer” des monstres, en discutant avec eux et en les convainquant, pour les pousser à se battre avec lui et, bien souvent, éviter de grands malheurs. Ces monstres possèdes des types, et des… Oui, c’est Pokémon. Enfin, Pokémon s’est inspiré du système de combat des SMT !

    Bref, Atlus pérennise un bon moment au Japon, mais n’arrive que rarement à percer outre terres nipponnes, par manque de moyens, mais également car les thématiques abordés par les jeux étaient très adultes, alors qu’en Occident à cette époque, le jeu vidéo n’est encore vu que comme un jouet.

    II. Situation du Japon, et jeunesse japonaise.

    A la fin du 20e siècle, le Japon connait une véritable crise sociale. La population est plongée dans une dépression ambiante, et la jeunesse n’a plus vraiment confiance en l’avenir.
    Le Japon est un pays qui, est perçu par beaucoup d’habitants comme un pays qui s’est révolutionné technologiquement trop vite, oubliant de se restructurer socialement.

    La jeunesse est bien consciente des tares du système. Elles sait que, au Japon, le monde adulte est encore plus impitoyable que celui scolaire. Cependant, ils ne réalisent pas d’émeutes, ou ne se battent pas forcément contre le gouvernement. Ils acceptent ça par fatalisme, se disant que c’est ainsi.

    Ce contexte, crée chez les japonais un amour considérable pour les années lycée, et scolaires en général. Ce sont des années un peu innocentes où ils ne sont pas complètement mit en face des responsabilités et de la compétition constante.

    C’est dans ce contexte, que Atlus, décide de créer un spin-off à sa série ultra populaire.

    III. Shin Megami Tensei: Persona

    Revelations: Persona, est un jeu se déroulant dans le milieu lycéen. On joue notamment un groupe d’entre eux, confrontés à des phénomènes paranormaux.
    Le jeu est un carton, et parle de choses encore plus adultes que les anciens SMT. En utilisant cette idée du groupe de lycéens japonais, il ancre le joueur dans sa réalité avec une immersion sans pareille.
    Le jeu introduit les concepts de Persona, tirés de la psychologie analytique, et s’en inspire pour créer un univers en marge de celui des Shin Megami Tensei, un univers sombre et qui s’inspire fortement de notre réalité pour nous faire réfléchir, et nous mettre le nez devant les problèmes de celle-ci.

    S’en suivra une suite, Persona 2, qui appuiera d’autant plus cette logique. Surtout quand on sait que le boss de fin est…

    Adolf Hitler

    La série des Persona connait un succès incroyable. Même en Occident, la série commence doucement à faire parler d’elle. Atlus enfonce le clou avec Persona 3.
    Persona 3 prend le parti d’appuyer encore plus sur cette nostalgie estudiantine, avec la gestion d’un calendrier de classe, des cours, et des relations encore plus poussées et personnalisables entre les personnages.
    Le joueur joue cette fois un véritable membre de cet univers, et c’est lui qui choisit qui il apprécie, ou non, et même qui il aime. L’intention de réalisation de Persona 3 est de nous immerger le plus possible pour que nous croyons en ce qui se déroule, que nous nous sentons impliqué et que nous nous attachons aux personnages.
    Et, ça marche. Le jeu est un véritable succès, à tel point que la popularité de la série Persona surpasse celle des Shin Megami Tensei, déjà cultissimes au Japon.
    Les “Persona” deviennent aussi ancrés dans la pop-culture japonaise que les Pokémon chez nous. Au Japon, énormément de gens connaissent Persona, au moins de vue.

    S’en suivra Persona 4, qui confirmera l’essai de la série vers quelque-chose de très immersif et tourné vers la vie étudiante japonaise. En plus de ça, le jeu commence réellement à parler de problèmes “actuels” de notre société.

    Pendant ce temps, des SMT, et des spin-off crossover continueront de sortir sur la plupart des consoles, notamment Sony et Nintendo.

    IV. Persona 5

    Alors qu’Atlus travaille sur Persona 5, un événement important se produit au Japon.
    La catastrophe de Fukushima, et les désastres écologiques et naturels qui l’ont suivit.

    Très touchés par ça, Atlus décide de changer totalement leurs plans pour Persona 5.
    Ayant été des étendards de critique sociétale japonaise, ayant également été profondément touchés par la catastrophe, il est hors de question que Persona 5 soit juste un autre épisode. Cette fois, il faut frapper fort, pour que le message puisse être entendu et compris par le plus de personnes possible.

    Le jeu sort, et c’est une véritable bombe.
    Tout y est excellent. De l’UI/UX en passant par les musiques, le jeu ressemble à une véritable révolution du J-RPG. La saga Persona, ayant toujours évoluée en marge des Dragon Quest ou Final Fantasy, étant considérée comme une saga vraiment à part, plus sombre et plus complexe, devient quelque-chose qui pioche dans toute la variété de la production japonaise pour faire passer un message : Cette fois, la jeunesse ne doit plus se morfondre. C’est à son tour de prendre les rênes du Japon, car les générations précédentes ont tout foiré, et n’ont pas l’intention d’améliorer les choses.

    text alternatif
    Joker, ou peu importe comment le joueur décide de l’appeler, est le héros de cet épisode.
    C’est un adolescent accusé d’un crime qu’il n’a pas commit, car il a protégé une femme dans la rue face à quelqu’un qui avait le bras long dans la police. Mit en conditionnelle, et envoyé dans un lycée ou il ne connait personne, Joker va vite comprendre

    que notre monde est ainsi, car notre nos inconscient restent toujours les mêmes. L’homme est formaté, et n’arrivera pas a s’émanciper des sociétés qui l’oppresse , à travers le monde des Persona, et cet univers parallèle qui est en réalité une déformation de notre inconscient à tous.

    Persona 5 est donc extrêmement fourni en métaphores, et parfois le message y est peu subtil, car l’intention est vraiment de réveiller les gens, et leur faire comprendre qu’ils ont le pouvoir de faire changer les choses.

    Persona 5 est un succès international. Son message ne parle cette fois plus qu’aux japonais, mais au monde entier. L’immersion étudiante y est encore plus forte, et permet au joueur de vraiment s’attacher à l’aventure et ce qui s’y déroule, tout en entendant le message que le jeu veut faire passer.

    V. La consécration : Joker dans Super Smash Bros.

    Nous y voilà !
    Joker, et donc Persona, est une saga aussi importante, voir plus, que les Final Fantasy au Japon. En plus de ça, c’est un véritable phénomène culturel quand on implique les Shin Megami Tensei.
    Cette première série, a été d’énormes succès sur les premières consoles de Nintendo. Et, la firme de Kyoto ont toujours eu une certaine amitié avec Atlus, ces devs qui sortent carrément de la normale, surtout pour l’époque.

    Avec le succès international de Persona 5, Joker à tout à fait sa place dans Smash Bros. Joker, car, c’est le héro dont l’épisode à su parler au plus de monde. C’est l’épisode qui a fait connaître Persona au grand public occidental.
    Mais plus que ça, c’est un héros qui incarne tout un tas de messages positif que font passer Atlus à la jeunesse actuelle. Celui de garder espoir, quoiqu’il arrive, parce qu’on peut changer les choses.


    Le texte que vous venez de lire vient est tiré d’ici :
    http://www.jeuxvideo.com/forums/42-3013499-58379503-1-0-1-0-qu-est-ce-que-persona-joker.htm
    Je trouve qu’il est bien écrit et donne envie de découvrir la série donc je le réutilise comme introduction à ce topic


  • Admin

    Excellent jeu, j’ai eu beaucoup de mal à me lancer dans la série des Persona à cause d’à priori négatifs sur la musique et la DA… Eh bien y’a que les cons qui ne changent pas d’avis, je me suis laissé tenter par ce 5e Persona et je ne regrette pas du tout.



  • Moguri de Nolife/Cosy Corner m’a beaucoup donné envie de jouer à ce jeu. Par quel opus me conseillez vous d’aborder cette série ? On peut jouer aux premiers sur PC ?



  • Non jusqu’à présent ce sont des exclusivités Playstation.
    Si ça s’ouvre à d’autres plateforme ça s’ouvrira à Nintendo mais je vois pas ça arriver sur PC.

    Je ne connais pas bien la série, je ne saurais pas conseiller, mais les jeux sont scénaristiquement indépendant, l’ordre n’a aucune importance.


  • Admin

    @fuong Bah perso j’ai donc commencé par le 5 et je suis à fond dedans. Par contre faut avoir un peu de temps à y consacrer au début, sinon tu vas trouver que ça ne démarre jamais (c’est, globalement, très long)
    Et comme le dit @Carcha ce sont des exclus PlayStation 😕 Les 3 et 4, sur PS2, se trouvent en magasin d’occasion parfois (j’ai pas souvenir de les avoir vu dans celui de ta ville mais j’y ai pas mis les pieds depuis 2 mois donc bon…)



  • On m’a à de nombreuses reprises conseillé Persona 5 , mais je n’ai jamais sauté le pas pour plusieurs raisons :

    • pas traduit en français !!! Un petit jeu en anglais ça va, se taper un long RPG tout en anglais quelle plaie !!
    • le côté social à faire en journée me rebute au plus haut point, devoir lier des amitiés et trucs dans le genre dans la niaiserie japonaise pour être plus fort en combat je trouve cela d’un relou !!
    • la fusion des personas n’est pas un système qui me plaît. Je trouve qu’avec ça, on n’a jamais une équipe fixe, on en gagne on en sacrifie, ce système me perd!

    Ce que me tente beaucoup parcontre c’est l’excellent système de combat avec les faiblesses, et aussi le côté graphique assez particulier !

    Je parle plus ou moins en connaissance de cause puisque j’ai Persona 4 Golden sur Vita, j’y ai passé une petite vingtaine d’heures et j’ai décroché, sans l’envie d’y revenir.



  • Persona 5R officialisé.

    Avec uniquement un logo playstation en début de trailer, ils se font chier dessus en commentaire car les gens voulaient sur switch :tagada:


  • Admin

    Bah surtout avec l’annonce de Joker dans Smash Bros y’a même pas 2 semaines, se terrer dans les exclus PS4 c’est plutôt contradictoire…


  • Admin

    Terminé ! Il m’a fallu entre 75 et 80 heures de jeu mais j’ai ultra galéré sur la fin, ça m’aurait servi de farmer encore quelques heures.

    J’ai beaucoup aimé globalement, mais j’ai trouvé la fin suuuuuuper longue, j’ai trouvé les deux derniers donjons (celui de début Décembre et celui du 24 Décembre) particulièrement relous comparés aux autres.

    Vous aimerez si :

    • vous aimez passer du temps sur le même jeu
    • vous aimez le RPG tour par tour (le système de combat est très cool)
    • vous auriez aimé que Pokémon intègre un système de négociation pour savoir si le Pokémon veut bien se laisser capturer. Parce qu’au final, c’est peu ça le pitch du gameplay

    Vous n’aimerez pas si :

    • vous êtes anti-jeux japonais
    • vous détestez les dialogues / les phases sans action (il y en a beauuuuuucoup)


  • Le saviais-tu, c’est Shin Megami Tensei, la série mère de Persona, qui a inspiré Pokémon.



  • Bon c’est commencé du coup, quelle claque esthétique.
    Chaque menu, chaque écran de chargement, chaque boite de dialogue, chaque petit élément du HUD est réalisé avec une esthétique particulière.

    Mention particulière pour les boites de dialogue avec les personnages animés, c’est magnifique. C’est ça que je veux voir davantage dans les jeux vidéo, je veux que ce soit beau non pas forcément techniquement (cette course à l’armement stupide du 4K…) mais beau esthétiquement avec un vrai parti pris artistique.

    C’est un vrai plaisir de voir une identité visuelle si travaillée, ça donne vraiment envie de s’impliquer dans le titre je trouve.



  • Je poursuis mon aventure et j’avoue que je suis sans voix devant ce jeu que j’aurais jamais imaginé si profond.

    Je crois que c’est la première fois ou je vois une oeuvre ou ça se passe dans un lycée mais les thèmes abordés sont vraiment profond c’est pas des conneries de teenagers.

    Les thématiques abordés sont le fossé générationnel, les jeunes qui trouvent pas leur place et qui se prennent des leçons par des générations anciennes alors qu’elles sont pas forcément légitime à en donner. On a un groupe de jeune qui accède à un mouvoir secret, ça se passe dans le lycée donc y’a un petit coté “Harry Potter” ou ils se retrouvent après les cours pour faire des enquêtes sur leur prof déviant, le tout entrecoupé de scènes de vies quotidienne et des trucs magiques qui les dépasse.

    Putain que c’est bien, comment j’ai pu passer à coté depuis tout ce temps.



  • Demain 13h, annonce de P5R.
    https://personacentral.com/follow-up-news-on-p5r-confirmed-for-march-23-2019-after-the-persona-5-the-animation-stars-and-ours-special/

    Qu’est ce que ce sera ?
    Version amélioré sur console portable comme le fut P4 Golden.
    Spin off à la con.

    Si c’est ce que je pense, vous avez pas interet de passer à coté !




Log in to reply