Centenaire [pluzin] de l’Armistice du 11 novembre 1918


  • Admin

    La guerre de 14, c’est un événement lointain dans le temps maintenant, on n’y pense plus où plutôt on n’y accorde plus la même importance parce qu’on ne connait plus personne y ayant participer.
    Loin des yeux loin du cœur comme on dit. Cela marche aussi bien dans l’espace que dans le temps.



  • :sleep: Devoir de mémoire - Plus jamais ça.

    Même si cette boucherie semble lointaine, elle est proche à la fois (101 ans c’est peanuts à l’échelle humaine), faut pas qu’elle tombe dans l’oubli. Et même si il n’y a plus de survivants, il y a encore des descendants dont je fais partie et c’est pourquoi j’y suis sensible sans verser dans le pathos commémoratif.



  • Hier soir en revenant des clopes, je suis passé à côté d’un monument aux morts de toutes les guerres. Il y avait une commémo préliminaire. Quasi pas de civils à part des militaires dont un général de je ne sais quelle armée, des super-médaillés de breloques de la veste au calot, des jeunes pious-pious de la marine et autre uniformes au garde-à-vous raides comme des piquets, des sous-fifres municipaux à écharpe BBR, des représentants d’anciens combattants avec leurs porte-drapeaux. Un petit discours vite fait sans sono (j’ai rien entendu). Ils ont invité les gens à déposer une bougie sur la stèle. C’était joli à la nuit tombée. Ça a été bâché en moins d’une demi-heure puis ils ont tous obliqués vers la mairie proche pour s’enfiler un vin d’honneur et des 'tits biscuits dans le gosier.



  • C’est dingue quand même. Il n’y a plus que des militaires pour commémorer la paix, le refus de la guerre, la non violence et l’amitié entre les peuples.



  • @Super-Dupont sans compter ceux de Barkhane ou Chammal qui s’amusent à titrer des bombes guidées depuis leur Rafale parce que ca fait de grands “bang”.



  • @Passo a dit dans Centenaire [pluzin] de l’Armistice du 11 novembre 1918 :

    @Super-Dupont sans compter ceux de Barkhane ou Chammal qui s’amusent à titrer des bombes guidées depuis leur Rafale parce que ca fait de grands “bang”.

    Oui mais c’est pas pareil. On nous cache beaucoup de choses.



  • Très émouvantes les statues de bronze patinées en gris inaugurées cet après-midi Parc André Citroën au mémorial des 549 millitaires † en Opex.

    Forte portée symbolique soulignant la disparition avec 6 porteurs d’un cercueil… invisible ! Les postures, les plis des vêtements, la position des mains sont très réalistes et à échelle humaine.

    memo2.png

    memo1.png

    memo3.png

    mem04.png

    memo5.png

    [Sculpteur : Stéphane Vigny]

    Autour et en contrebas, une coursive avec les noms gravés par pays/années (ils ont prévu de la place pour les nouveaux vu que les opérations sont malheureusement loin d’être terminées…)


  • Admin

    Au lendemain de l’armistice, 15000 Français reviennent du front la “gueule cassée”. Traumatisés, abandonnés par l’État, ces hommes offrent une vision d’horreur à leurs familles et la société. La Française Suzanne Noël et l’Américaine Anna Coleman Ladd, l’une pionnière de la chirurgie réparatrice, l’autre artiste, vont leur venir en aide.

    Paris hurle sa joie. L’armistice est signé !

    Sitôt la nouvelle connue, une marée humaine envahit les trottoirs, les avenues, déborde les boulevards. On s’embrasse, on pleure, on chante La Marseillaise en agitant son drapeau tricolore. Georges Clémenceau, président du Conseil, ministre de la Guerre, est acclamé au Palais Bourbon. Il est considéré comme le père de la victoire. Ce 11 novembre est son apothéose. Il savoure les applaudissements qui éclatent avant même qu’il ne prenne la parole.

    Quatre années de guerre viennent de s’achever. Le soulagement est immense.
    Plus de 18 millions de personnes ont perdu la vie dans le conflit. Clémenceau monte à la tribune pour rendre hommage aux soldats : “Grâce à eux, dit-il, la France, hier soldat de Dieu, aujourd’hui soldat de l’Humanité, sera toujours le soldat de l’Idéal”. On l’acclame.

    C’est que la guerre n’a pas fait que des morts. Il y a les blessés et, parmi eux, ces “gueules cassées”. L’expression est du colonel Picot, lui-même mutilé de guerre. Ils sont environ 300 000 en Europe dont 15 000 en France. Ce sont des soldats en état de choc, victimes à la face d’une balle de mitrailleuse ou d’un éclat d’obus. Parfois, toute la mâchoire inférieure a été touchée. Le retour de ces mutilés donne lieu à des situations atroces.

    Le drame du retour dans les familles

    Dans “Hommes sans visage” la Suissesse Henriette Rémi évoque son travail dans un dispensaire pour grands blessés de guerre.

    Contre toute attente, ces mutilés sont aussi rejetés par l’Etat français. "La loi du 31 mars 1919 a, certes, entériné le droit des blessés à réparation et accordé le versement d’une pension d’invalidité et un appareillage adapté aux mutilés. Mais les blessures de la face ne sont pas jugées invalidantes pour le travail et n’ouvrent droit à aucune aide publique " précise la journaliste Marina Bellot.

    On le voit, le “soldat de l’Idéal”, cher à Clémenceau, est avant tout un soldat vaillant, valide, vigoureux. L’association l’Union des blessés de la face et de la tête est créée en 1921.
    Mais il faudra encore quatre ans pour que le préjudice de défiguration soit enfin reconnu.
    Quelques années plus tard, elle rencontre à Londres Derwent Wood, sculpteur bénévole dans un hôpital qui fabrique des “masques de portrait” pour les blessés à la face. En 1917, il encourage la jeune femme à faire de même à Paris, où les besoins sont immenses. Son atelier est subventionné par la Croix-Rouge américaine.
    Elle se lance avec passion dans cette aventure, pourtant très éprouvante.

    Une méthode est mise en place. Les photographes saisissent la défiguration du visage afin de la comparer à des photos antérieures. Anna Coleman Ladd modèle ensuite le masque en argile ou en pâte à modeler, qui donnera ensuite le masque-prothèse.

    Source : https://information.tv5monde.com/terriennes/11-novembre-ces-femmes-qui-reparaient-les-gueules-cassees-330529



  • @Ratonhnhakéton Tain mais les blessures témoignent de la boucheries c’est ouf!
    Cette dame a du leur faire du bien avec ses masques et c’est vrai qu’en général on cache les estropiés et les ‘pas présentables’ donc c’est la double peine pour eux…



  • Les masques prothèses étaient le seul recours qui existait à l’époque pour recouvrer une simili apparence humaine, la chirurgie faciale n’existait pas comme aujourd’hui après un accident de la route ou une morsure de chien…

    Dans un domaine esthétique parallèle, je regardais dernièrement un reportage sur les gamins Africains nés avec un bec de lièvre (fente labiale et palatine) bannis dans leurs village comme s’ils étaient des envoyés du diable… Des médecins se sont donnés pour mission de les réparer gratuitement par suture et autre technique avec une efficacité impressionnante en un moins de temps. Les gamins pouvaient ensuite vivre normalement au sein de leur communauté.



  • 13 noms de plus à graver sur le nouveau mémorial Opex du Parc André Citroën. Oeuvrez burins et marteaux lapidaires.



  • @Jiminy-Cricket Ouais putain ça fait chier! Des bons gars en plus…


Log in to reply