La légitime défense différée



  • Muriel Robin, qui a tourné un téléfilm sur Jacqueline Savage, est à l’origine d’une pétition visant à autoriser la légitime défense différée pour les femmes. De nombreuses personnalités françaises ont signé cette pétition et une manifestation est organisée devant le tribunal de Paris.

    Source :
    https://www.20minutes.fr/justice/2344243-20181001-jacqueline-sauvage-muriel-robin-peut-faire-changer-loi-legitime-defense

    http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/tv/muriel-robin-en-jacqueline-sauvage-au-nom-des-femmes-battues-01-10-2018-7907577.php



  • Je trouve ça incroyable qu’on puisse avoir une idée comme celle-ci… En gros se faire justice soi-même. Le fait que ce soit possible que pour les femmes et non pour les hommes rend la chose encore plus bête, les violences existent partout… Enfin bref, quand les célébrités à deux francs jouent les intellectuels ça ne vole pas haut.


  • Banned

    J’aurais tendance à être contre pour pas que ce soit la porte ouverte à toutes les fenêtres. Je suis du combat de Jacqueline Sauvage, j’ai aucun mal à admettre qu’elle puisse être devenue folle au point de faire ce qu’elle a fait et j’estime que bien que prémédité et différé, c’est de l’ordre de la légitime défense dans son cas, mais justement son cas est trop particulier et ces situations nécessitent à mon avis de statuer au cas par cas et ne pas légiférer pour ne pas qu’il soit trop facile de revendiquer ce droit en cas d’abus.


  • Animateurs

    Pareil, je trouve ca assez abherrant. Que ca arrive parce que quelqu’un qui a subit des sévices toute sa vie craque du jour au lendemain, ok, mais l’autoriser c’est banaliser la chose, et et suggérer que c’est la seule solution pour les personnes battues/abusées. C’est du cas par cas pour alleger les peines, mais on ne peut pas generaliser comme ca un acte qui mene a la mort de quelqu’un.



  • @silmaril Oui d’ailleurs pendant un jugement les représentants de la justices (avocats et juges) prennent le temps d’étudier les causes qui ont poussé au meurtre. Mais malgré tout un meurtre reste un meurtre, il doit être puni, mais si parfois c’est plus symbolique.



  • Le texte de la pétition si on le lit est très prudent par rapport à la légitime défense différé.
    En l’état, c’est signable car n’allant pas loin dans les propositions, seule une invitation à ouvrir le débat au parlement est lancée, d’autant qu’il n’y a pas que ce point dans cette pétition.



  • Contre, faire justice soi même ça amène un tas de dérive, même si la Justice fait pas toujours son boulot et que parfois les gens craquent c’est pas pour autant que ça doit être autorisé



  • @carcha a dit dans La légitime défense différée :

    Le texte de la pétition si on le lit est très prudent par rapport à la légitime défense différé.

    En effet. Je copie colle ici le texte, dans un souci de clarification.

    "Tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son conjoint ou de son ancien conjoint. L’an dernier, 123 ont ainsi perdu la vie. Et 225.000 autres ont été victimes de violences conjugales. Ces femmes ne sont pas des inconnues : ce sont nos mères, nos filles, nos amies, nos voisines. Le président Emmanuel Macron a fait de l’égalité femmes-hommes la grande cause de son quinquennat ; et la lutte contre les violences faites aux femmes a été proclamée ‘grande cause nationale’ pour l’année 2018. Et pourtant, un silence assourdissant persiste. Il faut que cela s’arrête. Il faut que notre cri de révolte soit aussi retentissant que le déni qui règne aujourd’hui.

    M. Macron, agissons pour que ces femmes ne meurent plus dans l’indifférence totale, pour que nous n’ayions plus honte de ces cadavres.

    Une femme battue ne doit pas être doublement terrifiée par un autre cauchemar qui va commencer

    Les lois existent, mais leur application est inégale. Des initiatives efficaces sont développées, mais leur déploiement repose trop souvent sur l’implication de quelques-uns. Il faut donner les moyens d’agir à ceux qui prennent en charge les femmes victimes et les hommes auteurs de ces violences.

    En mettant fin à l’horreur, une femme battue ne doit pas être doublement terrifiée par un autre cauchemar qui va commencer. Lors des premiers dépôts de plainte, les victimes doivent être écoutées avec la plus grande attention. Nous demandons une formation O.B.L.I.G.A.T.O.I.R.E nationale de tous les métiers de loi (police, gendarmerie, magistrats) et un plan d’urgence pour l’hébergement des femmes.

    Il faut faire évoluer la médiation pénale, en imposant à l’agresseur une interdiction d’approcher le domicile de l’agressée. Il faut contraindre les hommes ‘violents’ à se soigner.

    Enfin, il est urgent de repenser la loi sur la légitime défense : comment une femme pourrait-elle répondre en ‘proportion’ à un ou des coups de poings donnés par un homme? C’est impensable. Pour les cas de violences conjugales, qui touchent aussi les enfants, la légitime défense est obligatoirement différée et ne peut être proportionnée. Une évolution de la loi devrait néanmoins se garder de donner le droit aux victimes de se faire justice elles-mêmes. C’est cet inextricable qu’il faut résoudre.

    Si vous voulez manifester votre engagement, je vous propose que nous nous retrouvions toutes et tous le samedi 6 octobre à 14h, devant le Palais de Justice de Paris, boulevard du Palais, dans le 1er arrondissement. Tous ensemble, montrons à ces femmes que nous leur tendons la main, et que viendra un jour où elles ne seront plus seules."

    source : https://www.lejdd.fr/societe/sauvons-celles-qui-sont-encore-vivantes-lappel-de-personalites-contre-les-violences-conjugales-3762068



  • Trop compliqué pour moha. Je m’en tiendrai à l’idée qu’à partir du moment où une personne (pas seulement une femme, le droit ne devrait même pas avoir à reconnaître de différence entre les genres/sexes) est en danger, elle a droit de se défendre avec les moyens à sa disposition.



  • Contre tout régime d’exception ou de privilèges basées sur le sexe, l’ethnie, l’orientation sexuelle, etc…

    Donc non. Il n’y a aucune raison pour laquelle une légitime défense “differée” serait admise pour les femmes, mais que dans le contexte d’une aggression armée, d’une prise d’otages, d’un cambriolage armé, le citoyen lambda se verrait soumis aux critères d’immédiateté, de proportionnalité, etc…



  • @ehrgeiz a dit dans La légitime défense différée :

    Contre tout régime d’exception ou de privilèges basées sur le sexe, l’ethnie, l’orientation sexuelle, etc…

    Du coup, on réduit les congés mater à 11 jours ? Comme les pater ?



  • @peri a dit dans La légitime défense différée :

    @ehrgeiz a dit dans La légitime défense différée :

    Contre tout régime d’exception ou de privilèges basées sur le sexe, l’ethnie, l’orientation sexuelle, etc…

    Du coup, on réduit les congés mater à 11 jours ? Comme les pater ?

    Pourquoi forcément réduire ?

    On peut tout à fait admettre une augmentation des congés paternité, ou dire que les choses n’ont pas à être changées car la distinction effectuée par la loi est fondée sur une utilité objective (On reconnait la différence de durée de jours de congès maternités tout simplement parce que c’est la femme qui enfante et qu’elle a besoin de d’avantage de repos) et donc dans l’esprit de l’article 1 de la DDHC.



  • @ehrgeiz a dit dans La légitime défense différée :

    (On reconnait la différence de durée de jours de congès maternités tout simplement parce que c’est la femme qui enfante et qu’elle a besoin de d’avantage de repos)

    Exactement.
    Tout comme on pourrait prendre en compte le fait que dans l’écrasante majorité des cas de meurtre d’une personne par son conjoint (ce qui arrive environ tous les deux jours), c’est la femme qui morfle.

    Un contexte peut-être propice à un régime d’exception basé sur le sexe. Non ?



  • Ceci étant dit ça reste délicat.

    Si je me prononce “contre”, ça veut dire que je suis partisan du statut quo sur une situation qui ne présente pour l’heure pas d’amélioration et reste catastrophique.

    Et me prononcer “pour” reviendrait à reconnaitre que la légitimité de l’auto-defense (à ne pas confondre avec la self-defense attention) dans notre société. Ce qui me fait quelque part un peu chier, je l’avoue.



  • @peri a dit dans La légitime défense différée :

    @ehrgeiz a dit dans La légitime défense différée :

    (On reconnait la différence de durée de jours de congès maternités tout simplement parce que c’est la femme qui enfante et qu’elle a besoin de d’avantage de repos)

    Exactement.
    Tout comme on pourrait prendre en compte le fait que dans l’écrasante majorité des cas de meurtre d’une personne par son conjoint (ce qui arrive environ tous les deux jours), c’est la femme qui morfle.

    Un contexte peut-être propice à un régime d’exception basé sur le sexe. Non ?

    Non. Les régimes d’exception n’entraînent que des revendications visant à l’instauration de nouveaux régimes d’exception, et donc a une société morcelée ou la loi n’est plus la même suivant les déterminismes des individus ou leurs marqueurs sociaux et religieux.
    On se retrouvera dans une situation ou le groupe/lobby qui crie le plus fort est celui qui se fera entendre.

    Sur la base de ce principe, on pourrait par exemple, autoriser systématiquement le port d’arme pour les juifs sous prétexte qu’ils sont proportionnellement plus susceptibles d’être agressés que le français moyen.
    Il y’a une différence de taille entre le fait pour le législateur de prendre en compte une situation particulière dont la prise en compte répond a un impératif d’utilité publique, et le fait d’accorder d’avantage de droits a une catégorie d’individus en particulier dans une logique de réparation/compensation dans le but de compenser un déterminisme (sexe, origine) ou un marqueur social permanent (orientation sexuelle, religion)

    Il est tout à fait possible de dissuader ces actes en les punissant de manière plus générale, par exemple, en augmentant les peines planchers dans les cas de violences conjugales avérées (ou même en cas d’atteintes aux personnes tout court).
    On ne passe pas de l’absence totale de violences au meurtre, c’est un processus qui va crescendo. Faire en sorte que la personne violente fasse d’avantage de prison, assurer un suivi psychologique à la victime pour l’amener à mettre de la distance entre elle et la personne violente, c’est super important.

    Une femme qui tue son conjoint ca arrive également, plus rarement (Une fois tous les quinze jours) mais on peut tenir compte d’une situation particulière, majoritaire, sans être totalement aveugle vis à vis de son pendant opposé.



  • Les violences conjugales sont un obstacle surmontable pour l’évolution de la société. C’est bien ce genre de pétition pour bouger les lignes.



  • @super-dupont a dit dans La légitime défense différée :

    Les violences conjugales sont un obstacle surmontable pour l’évolution de la société. C’est bien ce genre de pétition pour bouger les lignes.

    Disons que ce genre de pétition envisage juste un dernier recours radical à une situation désespérée.

    Mais ce recours influerait il sur les causes du probleme? Monsieur cesserait il de frapper Madame, s’il prenait conscience que celle-ci pouvait impunément riposter ? Rien n’est moins sur.



  • @peri a dit dans La légitime défense différée :

    @super-dupont a dit dans La légitime défense différée :

    Les violences conjugales sont un obstacle surmontable pour l’évolution de la société. C’est bien ce genre de pétition pour bouger les lignes.

    Disons que ce genre de pétition envisage juste un dernier recours radical à une situation désespérée.

    Mais ce recours influerait il sur les causes du probleme? Monsieur cesserait il de frapper Madame, s’il prenait conscience que celle-ci pouvait impunément riposter ? Rien n’est moins sur.

    Ce genre de pétition, plutôt rare, permet de débattre d’un sujet grave tout simplement. Pour résoudre le problème, c’est un peu plus compliqué, il n’y a rien de scientifique à chercher ^^



  • Vouloir la légitimation de la légitime-défense pour les donz’, c’est très flou comme phrase. Je peux pas dire être contre car on devrait avoir le droit de se défendre en cas d’agression, ce qui est naturel et déjà le cas en fait. Après c’est plus compliqué à prouver devant les flics que t’as cassé le nez à machin parce qu’il t’a mis la main au Q, et quand bien même ils te croiraient, ils ne recevront peut-être pas favorablement tes méthodes de défense. Genre “mais kestufoutais avec un revolver chargé aussi ?”.

    Ensuite … pourquoi les FEMMES ? Et pas “tout le monde” ? Genre les enfants ils vont bien ? Les mecs n’ont jamais de problème ils ont tous une vie2roha ? Et toi ça va chez toi ? Et le droit de faire quelque chose, ici se défendre, ça implique la capacité de le faire. Hélas certains ne peuvent se défendre correctement.

    Et enfin : ça serait, à mon sens, absurde de pas pouvoir se défendre lors d’agression ou de problèmes en tout genre. Surtout s’il en va de notre survie (même lors d’attentes matérielles et non à la personne, car sans argent on est à la rue…). Mais après ça serait bien que les fonctionnaires dans l’ordre public aient une raison d’être. Une vraie raison hein, et pas le rôle de décor pour faire “livin’ in the city”. Genre ils ont le job de protéger les gens… bah quand on peut pas se défendre on aimerait bien compter sur eux !



  • @beanobecher a dit dans La légitime défense différée :

    Ensuite … pourquoi les FEMMES ? Et pas “tout le monde” ? Genre les enfants ils vont bien ? Les mecs n’ont jamais de problème ils ont tous une vie2roha ? Et toi ça va chez toi ? Et le droit de faire quelque chose, ici se défendre, ça implique la capacité de le faire. Hélas certains ne peuvent se défendre correctement.

    C’est ce que j’essayais d’expliquer. Légitime défense facilitée pour tous, ou pour personne.