19 février → 20 février Ligue des champions - 1/8e de finale aller ⚽

Les ehpad privés de KORIAN et ORPEA torturent nos vieux



  • @Carcha,

    C’est juste un sujet qui fait de l’audimat. Donc ça sort régulièrement “à la télé” ou dans la presse.

    Mais La violence hospitalière (qui inclut ces structures) est connue et dénoncée régulièrement depuis euh… minimum 30 ans ?

    Il y a les “façades” qui se sont améliorées, mais pas l’essentiel.

    C’est juste “joli sur la plaquette”.



  • @printemps encore une fois on ne peut pas généraliser, il y a beaucoup d’EHPAD où les accompagnements se passent plutôt bien. Évidemment que tout ne sera pas parfait parce qu’on n’a pas encore réponse à tout, mais beaucoup d’établissement réfléchissent.

    L’évolution ne s’est pas faite qu’en façade ; on connaît mieux les maladies neuroévolutives (on n’est plus à la démence sénile inéluctable, les diagnostics sont plus fins et les solutions plus adaptées), on n’a plus des salles des 15 lits alignés, les gens ne sont plus attachés des pieds à la tête dans leur lit, …

    En revanche oui, je suis d’accord avec toi sur le fait qu’on ne parle que de ce qui fait de l’audimat, donc de ce qui cloche dans les EHPAD.
    Mais bien sûr, ceux qui sont bienveillants, dans lesquels on se bat pour tenter d’effacer ces idées préconçues, on se bat pour avoir des budgets et on arrive à faire des belles choses avec le peu qu’on a, dans lesquels on a une déontologie, une éthique, ceux-là on n’en parle pas… Des fois que ça les encourage.

    C’est facile de se retrancher derrière “de toute façon on n’a pas les moyens pour bien bosser”. C’est vrai qu’il est absolument nécessaire de réfléchir au système de santé, de continuer à se battre pour que ça change. Mais en attendant on peut essayer de travailler différemment pour offrir des accompagnements les plus bienveillants possible.

    J’ai l’impression qu’on se rend pas compte du mal que ça fait de choisir de ne traiter que des établissements négatifs ; c’est destructeur pour quelqu’un qui va entrer en EHPAD, c’est culpabilisant pour les familles qui sont contraints de faire entrer leurs parents, et culpabilisant pour les professionnels qui y travaillent et décourageant pour ceux qui auraient éventuellement pu vouloir y bosser.



  • Bientot ça va être la faute des journalistes de faire leur travail d’alerte.

    Toute la fin du reportage est consacré à un ehpad qui marche bien justement pour montrer ça, mais bon c’est plus facile de parler sans savoir.



  • Oui c’est exactement j’ai dit, oui :rolleyes:

    Par contre c’est vrai que je n’ai pas encore regardé le reportage, je ne sais pas si je le ferai, je verrai en fonction de l’envie.

    Cela étant dit je ne visais pas particulièrement ce reportage dans mon post précédent, mais de que l’on entend ou lit le plus souvent dans les médias et les réseaux sociaux (et chez les syndicats aussi, d’ailleurs).

    J’ai lu beaucoup de réactions sur ce reportage précisément et tu es le seul, @carcha, à me signaler qu’ils y montrent des EHPAD où ça se passe plutôt bien. Ca semble être moins remarquable.



  • C’est exactement ce que tu as dit oui, il faut surtout pas parler des scandales sinon ça va décourager les gentils ehpad qui sont bien, et tu as aussi parlé sans savoir ce qu’il y a dans le sujet que tu critiques. Bref une bien belle contribution.



  • Encore une fois, ce n’est pas ce que mon message voulait véhiculer. Je n’ai pas dit qu’il ne fallait parler que de ce qui se passait bien, il faut dénoncer (et j’ai essayé de le dire) mais je pense qu’on peut essayer de nuancer.

    Mais je te remercie pour tes encouragements Carcha.



  • Ce qui a été fait justement mais encore une fois faut prendre le temps de regarder avant d’émettre un avis sur les méchants journalistes en quêtes d’audimat.


  • Community Manager

    Sans savoir lol.

    C’est marrant les 2 seuls qui bossent dans le domaine ont les 2 seuls avis mesurés, mais ça doit être un hasard.



  • On ne peut jamais généraliser.
    Ce que je pointe c’est que c’est juste de l’audimat, car ces scandales sont parfaitement connus depuis belle lurette.
    C’est pas une émission où on découvre des trucs.

    Ok sont pas tous attachés aujourd’hui (!) sont simplement sous médocs dès leur arrivée.
    Les HP aussi ont évolués ^^

    Chibi, ton post est le reflet parfait de ce que j’écris.
    Oui il y a eu des progrès sur les connaissances médicales et les diagnostics.
    Mais ça n’apporte aucun confort à la p’tite vieille ou au p’tit vieux. Ils s’en foutent du diagnostic et de leur dossier médical.



  • Il faut surtout réaliser que ces reportages sur les EHPAD, les hôpitaux et autres structures ne représentent qu’à peine 10% de ce qui se passe entre les murs. J’ai fait un EHPAD public en tant qu’aide-soignant l’été et un EHPAD privé en tant qu’étudiant et franchement, les résidents étaient “”“mieux traités”’’" dans celle qui était privée (j’insiste sur les guillemets car j’englobe plein de choses là-dedans). Juste pour dire encore une fois que c’est établissement dépendant.


  • Animateurs

    @honey a dit dans Les ehpad privés de KORIAN et ORPEA torturent nos vieux :

    Sans savoir lol.

    Sans avoir vu le reportage, c’est ça qu’il voulait dire (c’est pourtant assez clair) et en soit, il a raison.
    Chibi critique le fait que les journalistes enfoncent les ehpad sans montrer ce qu’il y a de bien sauf que bah justement, c’est montré ce qu’il y a de bien.

    Après avis mesuré ou non, y a quand même des ehpad horrible et on a le droit de ne pas être mesuré devant de la merde pareille.
    Après, ça fait justement des années et années que c’est comme ça, t’as pas l’impression que ça avance énormément quand même dans certains établissement car ça ressort tous les ans.



  • @printemps a dit dans Les ehpad privés de KORIAN et ORPEA torturent nos vieux :

    Mais ça n’apporte aucun confort à la p’tite vieille ou au p’tit vieux. Ils s’en foutent du diagnostic et de leur dossier médical.

    Je comprends bien ce que tu veux, je pense, mais je me suis mal exprimée.
    L’intérêt d’avoir un diagnostic n’est pas de poser une étiquette (enfin si, ça intéresse certains, mais pas les professionnels du terrain en général ^^) mais de proposer un accompagnement adapté, justement pour la personne puisse se sentir le mieux possible.

    La ligne directrice des établissements d’hébergement est d’adapter l’accompagnement au plus près des besoins et des souhaits de la personne.



  • @chibi a dit dans Les ehpad privés de KORIAN et ORPEA torturent nos vieux :

    @printemps a dit dans Les ehpad privés de KORIAN et ORPEA torturent nos vieux :

    Mais ça n’apporte aucun confort à la p’tite vieille ou au p’tit vieux. Ils s’en foutent du diagnostic et de leur dossier médical.

    Je comprends bien ce que tu veux, je pense, mais je me suis mal exprimée.
    L’intérêt d’avoir un diagnostic n’est pas de poser une étiquette (enfin si, ça intéresse certains, mais pas les professionnels du terrain en général ^^) mais de proposer un accompagnement adapté, justement pour la personne puisse se sentir le mieux possible.

    La ligne directrice des établissements d’hébergement est d’adapter l’accompagnement au plus près des besoins et des souhaits de la personne.

    Puis franchement, sans dénigrer personne, certains diagnostics ne servent à rien dans une prise en charge au quotidien comme il est attendu en EHPAD.



  • @dimi c’est vrai aussi, il faut qu’il soit fait dans un objectif d’aide à la personne et aux professionnels (donc viser les déficits et les forces restantes).
    Et comprendre que la personne ne fait pas exprès, qu’elle n’est pas méchante, mais qu’elle a une maladie, une dégénérescence qui fait que son cerveau ne fonctionne plus comme avant (genre dans les DFT).



  • Le gros problème qu’ils ont en EHPAD, c’est que la plupart de leurs aide-soignants ne le sont en fait pas. Ce sont des faisant fonction, parfois sans aucun diplôme et aucune connaissance, qui ont appris le travail sur le tas. Les jeunes AS qui sortent de l’école se dirigent vers d’autres structures où pour le coup, elles sont plus en nombre qu’en EHPAD. Si on formait un peu plus d’aide-soignants ou si au moins on proposait à ses faisant fonction de rémunérer leur formation ou faire une sorte de VAE, ce serait pas mal.



  • @Chibi,

    C’est bien joli de proposer un accompagnement adapté parce qu’un diagnostic a été posé.

    Sauf que le confort de vie (au sens large, pas que au sens matériel) au quotidien ne dépend pas de la justesse d’un diagnostic ou d’une équipe qui devient multi-pluridisciplinaire.

    Je ne pense pas qu’un dg soit recherché et posé en étiquette. Et je n’ai pensé ou compris que c’est ce que tu écrivais.

    Le principe même de L ehpad ou de ces structures est à revoir. Partant de là, oui on n’intervient qu’en façade. On essaye d’améliorer un truc branquignol à la base, forcément l’efficacité ne peut pas être au rendez vous.



  • @printemps vui, c’est certain qu’un diagnostic est loin d’être une priorité, et n’est pas suffisant pour un accompagnement satisfaisant.
    Je te rejoins également sur le fait que le système est à revoir, et en particulier quand on prend en compte l’évolution sociale et médicale de ces dernières et prochaines années.



  • @Chibi
    Mon point de vue est qu’il aurait fallu deja depuis longtemps tenir compte des connaissances “pro” (médicales psycho mais aussi sociales) et agir au niveau des politiques d’urbanisation et d’organisation “du vivre ensemble”.
    On sait depuis au moins 30 ans que faire cohabiter personnes âgées et touts petits Et plus grands est super bénéfique pour tous.
    On sait depuis aussi longtemps que la socialisation est essentielle et retarde beaucoup “la déchéance”.

    Or on continue de mettre les touts petits d’un côté, les vieux de l’autre, et ce n’est pas qqs après midi par an en visite que les “plus grands” (enfants voire ado) vont vraiment rencontrer les anciens.

    Cette "mise à l’écart de la société " des anciens ben ça ne peut pas faire qu’ils soient considérés “vraiment”.

    Forcement, puisque la collectivité (les élus) a échoué à s’organiser correctement, Et continue de le faire, on arrive à ces situations où “les vieux” sont “à gérer”.

    Sauf que (toujours de mon point de vue) ils ne sont pas une catégorie à part.
    Il y a des pathos liées au vieillissement certes. Mais ce n’est pas une raison pour les éloigner, les isoler de la société. Pas, du moins, autrement que pour les personnes plus jeunes atteintes de patho qui rendrait difficile ou impossible le vivre ensemble.



  • @printemps je suis d’accord avec la quasi intégralité de ce que tu avances ici, même si les accompagnements en gériatrie tendent également vers une renormalisation de la vieillesse au lieu d’une censure, et qu’ils tentent de ne plus mettre à l’écart comme ça a été le cas depuis environ toujours (rien que le terme “partir à la retraite” est parlant).

    Mais il y a encore beaucoup de travail pour accepter le vieillissement et en particulier le vieillissement pathologique.
    Il en est de même pour les handicapés psychiques des plus jeunes. Ce sont des catégories qui dérangent.



  • @carcha a dit dans Les ehpad privés de KORIAN et ORPEA torturent nos vieux :

    Oui mais on est d’accord, tout dépends du fric.
    Tout dépends du but de l’établissement, si c’est dégager de l’argent pour un fond de pension américain c’est mort, si c’est tout donner pour que la vie des résidents soient au mieux la ça va.

    Le problème des ehpad privé c’est ça, le fric aux actionnaires plutot que d’embaucher l’aide soignante supplémentaire qui soulagerait totalement le fonctionnement de l’établissement.

    Ce n’est pas forcément une question d’actionnaires. Les EHPAD ont des aides de l’état et en fonction du nombre de leurs patients malades ils en perçoivent plus ou moins. Donc le but, pour garder les aides c’est d’avoir des patients malades justement. Donc on bourre les personnes âgées d’anti-dépresseurs (parce-que le corps médical a le dessus sur tout) alors qu’elles n’en ont pas forcément besoin, on leur mets pleins d’ateliers thérapeutiques etc. Le problème aussi c’est que le corps médical a le dessus sur tout et les approches non-médicamenteuses ne sont pas suffisamment mises en place. On préfère mettre des contentions aux personnes âgées et les bourrer de médocs pour ne pas qu’elles bougent.