The Room



  • Après the Black Room et Panic Room, continuons donc notre série des topics de film avec le mot « room » dedans, voulez vous…

    The Room est un film américain sorti en 2003, avec Tommy Wiseau à la production/écriture/realisation/interprétation/faisage des cafés, et qui est unanimement reconnu comme…

    0_1536783413680_mauvais-film2.gif

    (comprenez, le meilleur plus mauvais film du monde)

    text alternatif

    Il raconte l’histoire de Johnny (joué par Tommy Wiseau), qui se voit trompé par sa copine Lisa avec son meilleur ami Mark. Il va le découvrir et ne sera pas content.

    (voila, désolé de vous avoir spoilé la quasi-totalité de l’intrigue)

    text alternatif

    The Room est devenu culte en tant que nanard ultime, le big boss final des mauvais films, véritable cas d’école réussissant à cumuler tout ce qu’il ne faut pas faire dans un long métrage. Une oeuvre particulièrement pédagogique donc.

    text alternatif

    En vrac on peut enumérer :

    • des fonds verts mal gérés
    • un jeu d’acteur plus que discutable (la palme revenant à un Wiseau en roue libre et persuadé de faire au mieux)
    • des personnages qui vont et viennent au sein d’un tragique Vaudevile mal ficelé, certains disparaissant définitivement pour laisser place à d’autres.
    • un rythme d’une leeenteur
    • des passes de football. Beaucoup de passes de football parcequeee… voila.
    • le personnage de Denny (je n’ai pas le courage de vous parler ici de Denny, il vous faudra malheureusement vous salir les yeux et les oreilles vous-même si vous souhaitez en savoir plus sur lui)
    • des “Oh hi” à la pelle. Je vous recommande en entrée le “Oh hi Mark”, spécialité du jour
    • des scènes d’une vacuité absolue
    • ____________________________ (à remplir vous-même avec quelque chose qui ne fonctionne pas dans un film. La première chose qui vous vient à l’esprit. Dites-vous que ça y est.)

    text alternatif

    Précisons que nous sommes bien loin d’un film amateur avec ici une prod à quelques 6 millions de dollars.

    Ce film est ce qu’on pourrait appeler « un miracle ». De par son processus de réalisation plus que chaotique (une bonne partie du cast a claqué la porte en cours de route), il est extra-ordinaire qu’il soit arrivé jusqu’à la case « projection dans une grande salle ».

    La genèse de The Room sera raconté dans le livre The Disaster Artist par Greg Sestero (le dénommé Mark du film), livre qui sera lui-même adapté au cinema par James Franco en 2017.



  • Si certain(e)s sont interessé(e)s par plus de détails concernant l’OVNI, je recommande l’excellente critique du fossoyeur.


  • Admin

    You’re tearing me apaaaaaaaaaaart, Lisa !





  • Je suis un fan absolu. Pour vous dire, quand je jouais à des MOBA, j’avais comme pseudo WhyLizaWhy et WhatAStoryMark, et rien ne vallait les conversations dans le chat quand mes teamates reconnaissaient la référence.


  • Community Manager

    J’en avais déjà vu quelques passages par curiosité pour le phénomène, mais je ne m’infligerai pas l’intégralité du film… :hihi: Ce qui est amusant, ou terrifiant, c’est qu’on a beau avoir tous en tête une idée de ce qu’est le pire jeu d’acteur du monde, on est quand même surpris de découvrir avec ce film qu’il y avait encore pire. En ce sens, c’est vraiment un film extraordinaire, en tant que spectateur on y découvre un niveau de consternation qu’on pensait impossible.

    Et sinon, j’avais l’impression que la célébrité de la réplique “oh hi Mark!”, au point que ça en devienne un meme, ne provenait pas que du fait que c’est horriblement mal interprété, mais était surtout liée au fait que la phrase tombe comme un cheveu sur la soupe (le mec dit un truc genre “je suis super vnr, argh, je ne l’ai pas frappée, noooon, jamais, oh coucou Mark”). :lol:



  • C’est mon film préféré - Je l’avais vu dans les théâtres, et même j’avais rencontré Tommy Wiseau et Greg Sestero. Tommy Wiseau ne fait pas semblant dans ce film; c’est simplement comme il est. Mon objectif est obtenir les autographes de tout les acteurs sur mon DVD, une jour.


  • Community Manager

    @espy L’expression pour “I saw it in the theater” c’est : “je l’ai vu en salle”. Pardon de te corriger, c’est indélicat de ma part mais ton français est tellement bon :wiiii: que je pense que tu pourrais être sensible à une minuscule aide lexicale…

    Et sinon, c’est assez marrant de se dire que Tommy Wiseau est pareil dans la vie… Quel personnage !



  • Ce film est si nul que ça et il faut le voir pour la même raison?
    J’ai juste? 😄

    Je ne l’ai pas vu, mais ça m’intrigue.


  • Community Manager

    @Eleha Un extrait pour toi :


    Le jeu est catastrophique, le script incohérent et les dialogues navrants. (Traduction ci-dessous parce que ce serait dommage de passer à côté de ça).

    -Bonjour!
    -Je peux vous aider ?
    -Oui, je peux avoir une douzaine de roses rouges s’il vous plaît?
    (il retire ses lunettes de soleil)
    -Oh salut Johnny, je ne savais pas que c’était toi. Voilà tes roses.
    -C’est ma commande ! Combien ça fait ?
    -Ca fera 18 dollars.
    -Voilà. Garde la monnaie ! (il voit le chien) Salut le chien !
    -Tu es mon client préféré.
    -Merci beaucoup. Au revoir !



  • J’avais très envie de le voir, après avoir maté le film The Disaster Artist ( que j’avais étonnamment trouvé très touchant. :cryyy: James Franco a tellement assuré dans le rôle de Wiseau :cesara: )
    Malheureusement il n’était dispo qu’en français…:blase: J’ai tenu dix minutes ( Ce doublage de merde ! :lecid: Pis je voulais tellement voir le très célèbre : “You’re tearing me apart, Lisa !” :caillou: )
    Je me suis donc rabattu sur le Honest Trailer du film, il est a hurler de rire ! :pouhahaha: ( J’espère que Guigui ne m’en voudra pas… :sleep: :masked_cat: ) :

    Le “Maybe it’s OK to give up on your dreams” m’a fait hurler :lolapanneau:



  • @oranginita Mythique et magistral. Juste 30 secondes de scène et la liste des défauts est longue comme le bras.

    1- On a droit à 17 secondes du mec qui se gare puis entre dans la boutique. 17 secondes de rien, qui aurait pu etre résumé en 2 plans de 2, 3 secondes chacun, grand max.
    2- Le jeu est effectivemment execrable, le ton est monocorde
    3- Le son sonne faux, a clairement été réenregistrement en studio en post-prod (ce qui est le cas de tout le reste du film d’ailleurs)
    4- la fleuriste n’a pas reconnu ce qu’elle prétend pourtant être son “client favori”, quant bien même le gars à un physique et un look a être reconnu depuis le trottoir d’en face.
    5- les répliques semblent arriver dans le désordre (ce “that’s meeee” qui sort de nulle part)
    6- “you’re ma favorite costumer” doit arriver dans le top 5 du panthéon des répliques non naturelles, celles que personne ne dirait dans la réalité.
    7- Le Johnny confirme son statut de “client préféré” en tournant les talons sans un sourire, ni l’envie de taper un brin de discut
    8- le timing global, bien expédié, sans respiration entre les répliques. Tu sens que le patron de la boutique devait pas être super chaud pour perdre son temps avec ce tournage, et que l’équipe n’a eu droit qu’à 60 secondes pour torcher la prise.

    Au final ça donne à la scène une dimension un peu triste. Un peu comme si la fleuriste était secrètement amoureuse de lui, et tentait n’importe quoi pour attirer son attention.
    “tu es mon client préféré, (reeeste)”. La musique de fond, qui se veut romantique, termine d’accentuer ce côté tragique.


  • Community Manager

    @peri :lol: J’adore ta relecture de la scène (la fleuriste secrètement amoureuse).
    Et oui ya mille incohérences dans ces quelques secondes…
    Elle le reconnaît pas avec ses lunettes (un hommage à Clark Kent?) alors que comme tu le dis il passe pas inaperçu, et lui non plus n’a pas l’air de la connaître alors qu’il est son client préféré.
    La commande des roses n’est pas claire : soit il les avait pré-commandées et venait simplement les retirer, auquel cas sa question “est-ce que je pourrais avoir une douzaine de roses rouges?” n’a pas de sens, soit il ne les avait pas pré-commandées, et dans ce cas on ne comprend pas que la meuf ait justement un bouquet tout prêt et qu’il fasse “that’s me!” comme s’il avait attendu la commande alors que ça fait un dixième de seconde qu’il l’a faite.

    Finalement la seule explication à tout ça c’est la théorie que tu avances. Il ne connaît pas cette fleuriste, mais elle le connaît. Elle prétend ne pas le reconnaître au début, par timidité, puis voyant que la conversation est nulle, lui lance comme un cri du coeur “je te kiffe ma race, t’es mon client préféré, regarde moi!” mais lui n’en a que faire, il ne l’a jamais remarquée, il dit bonjour au chien, merci bien, au revoir madame. CE DRAME.



  • @careless J’aime beaucoup la théorie voulant que la grand-mère ne joue pas la comédie et se contente de parler en toute honnêteté. Ca rend l’annonce du cancer du sein encore plus dérangeante. :mrgreen: