Daniel Clowes


  • Community Manager

    0_1535358239294_f567f5d6-2dff-4d82-a16e-70a6642156ba-image.png

    Connaissez-vous l’auteur de BD américain Daniel Clowes ?

    Je l’ai découvert y a 2 ans dans les Inrocks, qui publiait les premières pages de Patience, l’histoire d’un homme raté dont la compagne enceinte est assassinée (en dire plus serait en dire trop).

    Ses histoires relèvent du roman graphique et sont longues et sans séparations en tomes.

    Son style graphique est reconnaissable, sans que je puisse le qualifier spécifiquement n’étant pas un pro du métier.
    Ses personnages se ressemblent souvent.

    Ex : Patience

    0_1535358811355_0d61cd60-31f3-4153-8916-ccc6f9eb7af8-image.png

    Je recommande aux amateurs de récits fantaisistes et dérangés.


  • Community Manager

    J’ai 2 de ses graphic novels, Patience et David Boring offerte par Chibi pour mon anniv ❤

    Celui-là est en noir et blanc mais ça ne m’a pas dérangé le moins du monde, avec toujours ce trait caractéristique et je l’ai avalé en moins de temps qu’il faut pour le dire.
    L’histoire est plus linéaire que Patience, moins fantastique et plus terre-à-terre, mais aussi dérangée dans son déroulement et le comportement de ses personnages.



  • Toi tu connais Daniel Clowes ? :abba:

    De lui j’ai lu Ghost World, Pussey !, Wilson et Le Rayon de la mort. Patience avait l’air cool mais j’ai jamais pris le temps de le lire.

    J’aime bien son univers décalé remplis de losers à qui il arrive des trucs incroyables qui font verser l’histoire dans le fantastique ou là science fiction.


  • Community Manager

    Je commence Comme un gant de velours pris dans la fonte reçu pour Noël, son premier roman graphique paru dans Eightball et le premier édité en français.

    Un homme croit reconnaitre sa femme disparue dans un film au cinéma, il va partir à sa recherche.
    Et puisque c’est un (anti-)héros de Clowes, il va lui arriver plein de trucs, déjà plus en trois chapitres qu’il nous arriverait à nous commun des mortels en une vie.

    Ça me plait beaucoup, comme d’hab.