Le topic à remonter le temps


  • Animateurs

    @Lulu ouais, je trouve que Préhistoire ce n’est bien qu’en primaire (pour poser des bases sur d’ou viennent les choses), ou alors au lycée dans les matieres scientifiques pour l’évolution et un exemple de démarche scientifique. En dehors de ca ca doit vite tourner en rond non? C’est pour quelle matiere chez toi en 1ere?



  • @Silmaril Cours d’histoire. Vu qu’on doit, avec le 1er degré (=5e-4e du collège), approcher le métier d’historien à travers des “enquêtes”, je ne trouve pas ça mal la Préhistoire comme mise en bouche parce qu’on voit autre chose que des sources littéraires que les élèves vont essentiellement utiliser plus tard. Et ça permet de voir une bonne partie de sciences auxiliaires à l’Histoire en même temps.

    Ils aiment assez être “archéologues sur papier”, retracer la dispersion de l’Homme sur la surface de la Terre.

    Même si je n’aime pas cette période, je trouve du plaisir à donner ce cours.


  • Animateurs

    Bon, il fallait bien que je mette un truc sur la “statuette d’oiseau” sculptée il y a 13200 ans en Chine, a Linjing, meme si je la trouve un peu naze cette statuette :hihi:

    C’est la derniere fierté des chercheurs du laboratoire de Bordeaux, et c’est un site assez prometteur a plein de niveaux (je bosse sur une partie des restes humains en ce moment :hehe:)


  • Animateurs

    On avait tout faux sur ce tigre à dents de sabre !

    Lui, un redoutable carnivore, roi de la savane argentine voilà 5 millions d’années ? Que nenni ! contredit une étude anglo-américaine.

    "Thylacosmilus atrox vivait voilà 5 millions d’années dans ce qui est aujourd’hui l’Argentine. […]. De la taille d’un jaguar, Thylacosmilus appartenait au groupe des Sparassodonta, un groupe éteint de carnivores proches des marsupiaux. Ses deux longues canines avant plongeantes devaient en faire un redoutable chasseur. Du moins, c’est ce qu’on pensait jusqu’à ce que Christine Janis, de l’Université de Bristol (Royaume-Uni) et ses trois collègues se penchent un peu plus sur les restes de l’animal, soit les quelques ossements et exemplaires de crânes dont ils disposent. […]

    cover-r4x3w1000-5ef5ecf181314-skullsthylacosmilussmilodon-peerj26ju20.jpg
    Crânes et reconstructions du Thylacosmilus atrox (à gauche) et du tigre à dents de sabre Smilodon fatalis (à droite).

    Ses impressionnantes canines, relèvent les chercheurs, ont des caractéristiques différentes de celles des tigres à dent de sabre nord-américains. Notamment, leurs formes triangulaires plus proches d’une griffe que d’une lame. Ensuite, ces animaux n’ont pas d’incisives, bien pratiques pourtant quand il s’agit de racler la viande sur les os des proies. Leurs molaires également sont singulières et ne ressemblent pas plus à celles “broyeuses d’os" des carnivores. Au contraire, passées au microscope électronique, ces dents présentent des micro-traces d’usures plus caractéristiques d’une diète constituée de chair molle que d’ossements. […]

    Loin d’être un redoutable prédateur, le fauve devait bien plus être un charognard. Moins tigre qu’hyène, donc, ses énormes canines devant lui servir à éventrer les carcasses qu’il trouvait sur son chemin.

    […]. En outre, comme l’a précisé l’un des auteurs Borja Figueirido, “Voilà cinq millions d’années, l’écosystème était très différent de celui d’aujourd’hui. On s’imagine à tort que la situation d’alors en Amérique du Sud était comparable à celle de l’Afrique actuelle où les mammifères tuent leurs proies et où des oiseaux géants charognards se repaissent des charognes. Mais peut-être était-ce tout l’inverse…!”

    En effet, à cette époque, s’épanouissaient les Phorusrhacidae, aussi surnommés “oiseaux de terreur”, une famille éteinte de piafs géants tutoyant les 3 mètres de haut. Incapables de voler, ils étaient dotés de longues pattes leur permettant de courser leur gibier à plus de 50 km/h, ainsi que d’un bec démesuré, acéré et recourbé comme un crochet leur permettant de déchirer les chairs. Peut-être étaient-ce alors eux les prédateurs ultimes, Thylacosmilus, gros matou aux canines hypertrophiées, devant se contenter de finir les restes…

    Source: https://www.sciencesetavenir.fr/animaux/grands-mammiferes/on-avait-tout-faux-sur-ce-tigre-a-dents-de-sabre_145529?xtor=RSS-26



  • @Silmaril Unn ragondin à grande dents! On s’est fait arnaqué!!


  • Animateurs

    @Jackaoult :lol:

    C’est comme les T-rex a plumes, cette arnaque! On dirait juste un membre du groupe Kiss :hihi:

    Documentary-reveals-what-the-Tyrannosaurus-Rex-really-looked-like.png
    da8e26d3a1097e1a3918236d24145947.jpg



  • @Silmaril :lol:
    Tu regardes recherches archéologiques sur ARTE? C’est hyper intéressant!


  • Animateurs

    @Jackaoult ah non tiens j’ai jamais regardé (en meme temps je regarde pas la télé, encore moins la TV francaise), faudrait que je jette un oeil!



  • @Silmaril Les derniers épisodes étaient sur le Machu Pichu et la citée d’à côté ils ont aussi parlé d’archéologie du paysage, très intéressant…


  • Animateurs

    This post is deleted!

  • Animateurs

    🐱 Les ancêtres des chats ont beau avoir suivi lHomme à la trace, ils nont mangé dans sa main que tardivement 🐈

    Nous savons que notre chat domestique actuel est un lointain descendant d’un chat sauvage présent au Proche-Orient au début du Néolithique. Après avoir suivi les premiers agriculteurs du Croissant fertile jusqu’en Europe, dont les cultures de céréales attiraient les rongeurs, il tissa pourtant des liens bien plus tardivement avec l’Homme, selon une récente étude.

    cover-r4x3w1000-5f0c9bbe8bddd-058-2422244.jpg

    Alors qu’on le pensait issu du chat sauvage européen (Felis sylvestris sylvestris), nous savons depuis peu que le matou qui se trouve peut-être en ce moment-même en train de ronfler sur votre canapé (Felis sylvestris catus) descend en réalité du chat sauvage d’Afrique (Felis sylvestris lybica), un animal que l’on trouve encore en Afrique du Nord et au sud de l’Asie mineure. Attiré auprès des premiers agriculteurs de l’humanité par l’afflux de rongeurs que les stocks de grains provoquaient, on suppose que le petit félin sauvage a accompagné des populations depuis le Croissant fertile jusqu’à l’Europe dès sa néolithisation, vers 6.500 avant J.-C. Mais a-t-il suivi l’Homme ou est-ce les humains qui l’ont emmené avec eux, déjà attachés à sa présence et ses services ?

    Une domestication difficile à dater

    […] Magdalena Krajcarz et ses collègues ont analysé les isotopes stables d’ossements de chats du Néolithique tardif (datés de 4.200 à 2.300 ans avant J.-C.) trouvés en Pologne et constituant à ce jour les premières preuves de la migration du chat du Proche-Orient vers l’Europe centrale.[…]

    “Une relation commensale et libre”

    Les rapports isotopiques des chats proche-orientaux et européens sauvages ne présentaient que des différences mineures, suggérant que les chats partageaient à l’époque une meme niche écologique. L’équipe a en outre comparé l’écologie des chats venus du Proche-Orient avec celles des premiers chats domestiques connus en Pologne (datant de la période romaine) : d’après ses observations, l’agriculture humaine avait déjà eu un impact sur la signature isotopique des rongeurs dont se nourrissaient en grande partie les chats du Paléolithique. “Bien que les chats du Proche-Orient aient pu suivre les premiers éleveurs en Europe, ils étaient des synanthropes opportunistes, qui vivaient dans une relation commensale et libre avec l’Homme. Ils ne dépendaient pas encore totalement de lui pour leur alimentation et partageaient une niche écologique avec les chats sauvages indigènes.”

    La plus ancienne interaction documentée entre le chat et l’Homme remonte à 7.500-7.200 ans (article de 2004 publié dans Science) : il s’agit de l’enterrement d’un spécimen aux côtés d’un enfant découvert à Chypre. Si elle traduit forcément une forme d’apprivoisement du chat, elle ne peut toutefois suffire à parler de domestication. Les premières preuves solides de domestication, elles, se trouvent dans l’Égypte ancienne, au Nouvel Empire, environ 1.500 ans avant notre ère.

    Source: :masked_cat: https://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/archeologie/les-ancetres-des-chats-ont-suivi-l-homme-en-europe-mais-sont-restes-a-distance_145968?xtor=RSS-4 :masked_cat:



  • @Silmaril Hann y’a pas longtemps j’ai vu un reportage sur les félins et comment ils se sont répandus c’était intéressant, notamment quand ils ont passés, le détroit de Béring qui n’était pas sous l’eau et donc on le retrouve en Amérique Nord et Sud…

    Ils disent que les chats n’ont pas été totalement domestiqués car contrairement au chien qui vient du loup et a beaucoup été modifié génétiquement, le chat a un génome assez proche d’autres félins (de ce que je me rappelle)…



  • @Silmaril a dit dans Le topic à remonter le temps :

    @Jackaoult :lol:

    C’est comme les T-rex a plumes, cette arnaque! On dirait juste un membre du groupe Kiss :hihi:

    Documentary-reveals-what-the-Tyrannosaurus-Rex-really-looked-like.png
    da8e26d3a1097e1a3918236d24145947.jpg

    Un T-Rex à plumes, c’est quand même le truc tellement :lolilol:


  • Animateurs

    @Jackasse Ouais c’est ce qu’ils disent la aussi dans cette étude, et leurs analyses a eux confirment que les chats sauvages ont suivi l’Homme dans ses migrations sans y etre forcés, simplement parce qu’ils avaient compris que l’habitat humain attirait plein de proies cool pour eux.

    Mais on ne sait toujours pas exactement a quel moments certains chats ont fini par préférer etre nourris directement par l’Homme. Je suppose que comme pour le chien, ca a du passer par l’élevage qui estompe (un peu) les instincts naturels, mais j’ai l’impression que pour le chat ca a été juste un choix stratégique: pourquoi se casser le cul a chasser si ces neuneus d’humains veulent absolument le faire pour eux! :lool:

    Les chats nous manipulent depuis le début!!! :panic:



  • @Silmaril Oui non mais voilà ils sont opportunistes.

    Ont est leur bonne poire depuis le début :cryy: