Actuellement sur Le Reboot :

📽 :
19 septembre → : Les Frères Sisters
26 septembre → : La Prophétie de l’horloge
🎮 :
28 septembre → : FIFA 19
🎲 :
Patchwork : À table ! (→ 28 septembre)
Duels : Les Battles du cinéma

La Nuit a dévoré le monde



  • En se réveillant ce matin dans cet appartement où la veille encore la fête battait son plein Sam doit se rendre à l’évidence : il est tout seul et des morts vivants ont envahi les rues de Paris. Terrorisé, il va devoir se protéger et s’organiser pour continuer à vivre. Mais Sam est-il vraiment le seul survivant ?

    La nuit a dévoré le monde est une adaptation du roman éponyme de Pit Agarmen ( ou Martin Page, c’est le même mec :sleep: ) et réalisé par Dominique Rocher.
    Avec Golshifteh Farahani :cupid2: , Anders Danielsen Lie et Denis Lavant.

    Axé sur la solitude du personnage principal et la façon dont il survit, et non sur les zombies, ce film aborde ce thème comme rarement je l’ai vu.
    Un peu long forcément, le mec étant seul dans son appart haussmannien :mpurple: , je l’ai trouvé néanmoins hyper intéressant.
    La bande sonore est très importante, Sam se servant de la musique pour tenir le coup, et ça donne un petit plus au film je trouve.
    J’ai beaucoup aimé le passage où

    il va pour jeter ses voisins par la fenêtre et change d’avis

    c’est assez touchant.

    Alors allez le regarder et venez donner votre avis :faim:



  • Ah oui ce film, j’en avais entendu parler à sa sortie. J’avais un peu peur que ce soit un navet vu que les films de SF et post-apo sont pas la spécialité du cinéma français. Ce que tu dis me rassure un peu et me donne envie de le voir.



  • C’est pas un chef d’oeuvre mais je m’attendais à un truc vraiment nul donc j’ai été agréablement surprise.
    J’ai suivi ses pétages de plombs avec intérêt :mpurple:



  • Bon bah je viens de le voir et je confirme que c’est plutôt une bonne surprise. Pour un film qui repose presque entièrement sur la prestation d’un seul acteur, c’est bien foutu et il n’y a pas trop de longueurs.
    J’aime bien l’idée de se concentrer sur la solitude du personnage plutôt que nous montrer la survie de manière spectaculaire à grands renforts de déchiquetage de zombies, de course-poursuites, etc. Ça permet de montrer comment un personnage seul parvient à trouver des palliatifs et des exutoires pour ne pas devenir complètement fou.

    Je trouve juste dommage qu’il bute (même si involontaire) la seule personne vivante qui se balade dans le coin mais ça participe à l’ironie du sort.

    J’y vois quand même deux gros défauts majeurs qui font que je ne peux pas non plus m’extasier devant ce film :

    • Les zombies sont vraiment bofs. Un peu de maquillage et un peu de sang mais on y croit pas trop. Leurs bruits aussi n’inspirent pas vraiment la crainte.

    • Il manque un petit quelque chose qui fait qu’on ne parvient pas à entrer complètement dans l’histoire et ça c’est propre à la mise en scène française qui n’a pas pour habitude de filmer de la SF, et ça se ressent un peu trop.