« Les djihadistes n’ont jamais eu d’état d’âme...



  • … je ne vois pas pourquoi nous en aurions pour eux.» La Ministre de La Défense pour justifier que la France ne fera rien pour éviter la peine capitale aux djihadistes français, hommes ou femmes, s’ils étaient condamnés à mort en Irak.

    Portée politique, morale, philosophique de cette position ?

    On ramasse les copies si vous avez envie d’en écrire. :mrgreen:



  • Les djihadistes français sont délibérément partis faire la guerre, contre leur propre pays.

    “Faire délibérément la guerre” implique d’avoir pleinement pris conscience des risques encourus (éventualité d’une défaite, de la mort)
    “Contre leur propre pays” implique une trahison, et donc de ne plus attendre la moindre aide venant de celui-ci.


  • Le Club des Jeunes

    Il y a des redressements psychologiques mais je connais mal la chose.
    Parmi eux il peut en avoir certains qui peuvent renoncer complètement et - après leur peine - se refaire une vie mais cela avec les actes sur le dos. Après, agir ainsi c’est toujours leur rendre ce qu’ils nous donnent et ils sont responsables de ce qu’ils encourent.

    Bref, j’en sais que dale. 😢 On pourrait faire comme la ministre dit, mais quelque pat ça serait comme agir uniquement par l’émotion.



  • @britten a dit dans « Les djihadistes n’ont jamais eu d’état d’âme... :

    … je ne vois pas pourquoi nous en aurions pour eux.» La Ministre de La Défense pour justifier que la France ne fera rien pour éviter la peine capitale aux djihadistes français, hommes ou femmes, s’ils étaient condamnés à mort en Irak.

    Portée politique, morale, philosophique de cette position ?

    On ramasse les copies si vous avez envie d’en écrire. :mrgreen:

    Ça sent pas bon… du tout.



  • Je suis d’accord avec elle, il ne faut avoir aucune pitié pour eux car ils n’en auraient aucune pour nous.
    La très grande majorité de ceux partis là-bas connaissaient très bien les méthodes utilisées par l’EI, surtout qu’elles sont mises en avant dans leurs vidéos de propagande. Quand on les écoutes une fois capturés, ils disent presque tous qu’ils n’étaient pas combattants et n’ont jamais participé à des tueries.
    A les entendre ils sont tous venus faire de l’humanitaire…



  • Je ne sais pas combien sont déjà morts ces dernières années? 100.000? 200.000? Et c’est pas fini. Plutôt que de tuer les prisonniers, je serais d’avis de les dispatcher sur la planète entière, les mettre entre les mains d’équipes médicales afin qu’elles élaborent de vrais diagnostiques sur ces personnes. En faire des rats de laboratoire, qui finiraient en dissection. Et pas de quartier pour leurs enfants, eux aussi doivent participer a ces études. On pourrait les faire se reproduire en cage pour observer leur comportement après plusieurs générations et ainsi en apprendrions nous plus sur le développement de certains processus parasites du comportement humain.
    L’histoire se répète, mais Oceania vaincra.



  • Ce n’est pas facile comme question : D’un côté il y a l’émotion, de l’autre la réflexion ; d’un côté il y a les principes, de l’autre le pragmatisme.

    Le problème est que non seulement la peine de mort a été supprimée en France mais que son interdiction a été également inscrite dans la constitution (“Nul ne peut être condamné à la peine mort” - Article 66-1 de la constitution.) C’est au nom de ce principe, maintenant inscrit dans les principes généraux de notre République, que la France n’extrade jamais quiconque risque d’être condamné à mort dans le pays qui le réclame, et qu’elle se bat diplomatiquement comme un beau diable pour préserver de l’exécution tous ses nationaux qui pourraient être condamnés à mort à l’étranger… Sauf les djihadistes, ces pourritures terroristes, où là on préfère le pragmatisme : autant laisser les autres (ici les irakiens) faire le boulot qu’on ne peut pas faire chez soi, c’est à dire les anéantir, les tuer… Si on y réfléchit un peu, ce pragmatisme affiché par la France est très similaire à celui des Etats Unis qui ont fait torturer des terroristes à l’étranger après le 11 septembre, chose qu’ils n’auraient jamais pu faire sur leur territoire, ou qui ont ouvert Gantanamo sur l’île de Cuba car le premier juge venu aurait fait fermer cette prison qui violait tous les droits constitutionnels du pays si elle avait été aux Etats Unis. Les Etats Unis sont ils sortis grandi de ce pragmatisme ? Une démocratie peut elle avoir des principes fondateurs à géométrie variable sans devenir une sorte de ventre mou où peuvent prospérer toutes formes d’extrémismes, qui, eux, sont toujours pragmatiques à leur sauce ? Dans l’immédiat, l’exécution judiciaire des djihadistes qu’on laisserait faire sans bouger le petit doigt satisfait nos pulsions primaires de vengeance sanglante, mais quid de l’image de notre pays, qui se prétend des droits de l’homme, s’il montre que ces droits de l’homme ne concernent pas tout le monde, et que certains de ses nationaux méritent d’être exécutés quand la constitution proclame pourtant le contraire, quelque soient les circonstances, “Nul ne peut être condamné à la peine de mort” ?



  • @britten

    Merci d’avoir développé ; c’était pas aussi clair dans ma réponse.



  • @britten a dit dans « Les djihadistes n’ont jamais eu d’état d’âme... :

    Ce n’est pas facile comme question : D’un côté il y a l’émotion, de l’autre la réflexion ; d’un côté il y a les principes, de l’autre le pragmatisme.

    Le problème est que non seulement la peine de mort a été supprimée en France mais que son interdiction a été également inscrite dans la constitution (“Nul ne peut être condamné à la peine mort” - Article 66-1 de la constitution.) C’est au nom de ce principe, maintenant inscrit dans les principes généraux de notre République, que la France n’extrade jamais quiconque risque d’être condamné à mort dans le pays qui le réclame, et qu’elle se bat diplomatiquement comme un beau diable pour préserver de l’exécution tous ses nationaux qui pourraient être condamnés à mort à l’étranger… Sauf les djihadistes, ces pourritures terroristes, où là on préfère le pragmatisme : autant laisser les autres (ici les irakiens) faire le boulot qu’on ne peut pas faire chez soi, c’est à dire les anéantir, les tuer… Si on y réfléchit un peu, ce pragmatisme affiché par la France est très similaire à celui des Etats Unis qui ont fait torturer des terroristes à l’étranger après le 11 septembre, chose qu’ils n’auraient jamais pu faire sur leur territoire, ou qui ont ouvert Gantanamo sur l’île de Cuba car le premier juge venu aurait fait fermer cette prison qui violait tous les droits constitutionnels du pays si elle avait été aux Etats Unis. Les Etats Unis sont ils sortis grandi de ce pragmatisme ? Une démocratie peut elle avoir des principes fondateurs à géométrie variable sans devenir une sorte de ventre mou où peuvent prospérer toutes formes d’extrémismes, qui, eux, sont toujours pragmatiques à leur sauce ? Dans l’immédiat, l’exécution judiciaire des djihadistes qu’on laisserait faire sans bouger le petit doigt satisfait nos pulsions primaires de vengeance sanglante, mais quid de l’image de notre pays, qui se prétend des droits de l’homme, s’il montre que ces droits de l’homme ne concernent pas tout le monde, et que certains de ses nationaux méritent d’être exécutés quand la constitution proclame pourtant le contraire, quelque soient les circonstances, “Nul ne peut être condamné à la peine de mort” ?

    Donc si je résume, des individus (quand bien même seraient-ils français) qui commettent des méfaits dans un pays étrangers sont jugés par la justice de ce pays… Qu’est-ce qui vous choque là-dedans ? En plus on ne parle pas de journaliste, de prisonnier politique, on parle de “soldats”,de “terroristes”… Donc on parle de gens qui viennent guerroyer dans un pays étranger… Ma foi, les conséquences sont plutôt prévisibles en plus d’être légitimes.

    Et je vois pas le rapport avec Guantanamo, car ça c’était bien une création américaine gérée par des américains pour ne pas respecter les lois de leur propre constitution. Après ouais, la France aussi elle aime déroger à ses règles dans ses anciennes colonies, mais bon c’est un autre sujet…



  • Est ce qu’il y a pas une forme d’hypocrisie finalement à fustiger les américains et leur prison de guantanamo si nous nous asseyons sur le principe de refus de la peine de mort ?

    C’est une question que je me pose car moi même j’ai souvent considérer qu’ils abusaient, mais maintenant que ça nous touche nous j’ai aucune pitié pour les conditions de détention d’Abdeslam et j’en ai rien à cirer si des djihadistes français sont pendus par les kurdes/irakiens.

    Je pense qu’on est dans un sujet tellement sensible, tellement passionnel qu’on perd de vue nos principes de justice.

    Et au fond, il y a de l’hypocrisie parce que le refus de les rapatrier à aussi pour raison inavouable que les kurdes pourront les châtier plus durement que nous ne pourrons jamais le faire avec nos lois… Chez nous la peine de mort est abolie donc on la fait par procuration en laissant les kurdes faire le sale boulot… Hypocrisie totale.



  • Il y a plusieurs options, si on tient compte aussi que les gouvernants ne font pas forcément ce qu’ils disent.

    Par exemple en Allemagne, les officiels ne se prononcent pas beaucoup publiquement sur leur opinion quant au sort des Allemands condamnés a mort en Irak. Par contre on sait qu’en coulisse ils négocient pour que la peine soit commuée en perpétuité. Les allemands sont vraiment anti-peine de mort et pensent qu’une peine de zonzon à vie dans une réserve a cafard Irakienne est bien plus pénible qu’une mort rapide.
    En France ça va être autre chose, publiquement les gouvernants vont affirmer que la peine de mort n’entre pas dans nos principes républicains mais dans les faits ils vont laisser couler car finalement le débat récurent sur la peine de mort montre que les français ne sont pas vraiment opposés à cette peine.

    Avec ce genre de positionnement, on ne fait pas ce qu’on dit, que ce soit en France ou en Allemagne, la majorité est ravie.



  • Certaines personnes étrangères qui commettent des méfaits en France sont jugées dans leur pays de culture et de lois différentes. C.est pas nouveau qu.un tribunal en France n.est pas à même de juger certains actes commis par des personnes étrangères à la culture et aux lois françaises.
    Et l’inverse est vrai.
    Les extraditions existent pour autre chose que de ramener sur un territoire pour un mefait commis sur ce territoire.

    Et cette idée sujet du post va dans le sens contraire.


  • Team

    Je suis de ceux qui pensent qu’il ne faut pas faire des exceptions à la loi pour qui que ce soit, même pour les pires ordures. À ceci près que les djihadistes soient réellement les pires ordures que la France ait connues, ce dont je ne suis pas convaincu (car tout cela est, sur un certain nombre d’aspects, plus géopolitique et social que moral).

    Si on commence à faire des exceptions pour eux, on pourra les faire pour n’importe qui d’autre.



  • @madarjeen a dit dans « Les djihadistes n’ont jamais eu d’état d’âme... :

    Je suis de ceux qui pensent qu’il ne faut pas faire des exceptions à la loi pour qui que ce soit, même pour les pires ordures. À ceci près que les djihadistes soient réellement les pires ordures que la France ait connues, ce dont je ne suis pas convaincu (car tout cela est, sur un certain nombre d’aspects, plus géopolitique et social que moral).

    Si on commence à faire des exceptions pour eux, on pourra les faire pour n’importe qui d’autre.

    Pour ma part, je ne suis pas pour une classification des ordures. Il serait hasardeux de chercher à estimer qui est le plus monstrueux entre un djihadiste, un violeur d’enfant, un serial killer, etc, et à en déduire telles ou telles jurisprudences.

    Mais dans le cas du soldat de l’EI, il y a un contexte particulier. On est confrontés à un individuqui se retrouve emprisonné par une puissance étrangère, et ce après avoir renié sa citoyenneté et prêter serment d’allégeance à une puissance ennemi de la France.

    Ce qui, indépendamment de ses actes de guerre, contribue à le placer un peu plus hors de notre juridiction tout en jetant jeter le flou sur l’attitude à adopter vis à vis de lui.

    Bref ça reste une question épineuse.



  • Sans compter que de les faire rapatrier, les rejuger en France, les emprisonner ça va coûter cher. Symboliquement, les gouvernants politiques ont le choix entre “la république, ses lois et ses valeurs” sont les mêmes pour tous les français, où qu’ils soient, quelques fussent leurs erreurs, la france n’abandonne jamais ses ressortissants… et … renier la loi et les valeurs de la république.



  • Oui les mêmes pour tous les français , en théorie, car en France il y a la notion du coupable “coupable en possession de tous ses moyens” et "coupable pour cause d’impossibilité de discernement " avec des nuances et des "degrés de culpabilité " entre les deux.


  • Team

    @le-periannath Personne n’est propriétaire de sa nationalité, un citoyen ne peut pas unilatéralement décider qu’il n’est plus français. Sinon, la question pourrait aussi se poser pour un activiste anarchiste qui ferait une action considérée comme terroriste à l’étranger.


  • Le Club des Vieux

    @britten a dit dans « Les djihadistes n’ont jamais eu d’état d’âme... :

    … je ne vois pas pourquoi nous en aurions pour eux.» La Ministre de La Défense pour justifier que la France ne fera rien pour éviter la peine capitale aux djihadistes français, hommes ou femmes, s’ils étaient condamnés à mort en Irak.

    Portée politique, morale, philosophique de cette position ?

    On ramasse les copies si vous avez envie d’en écrire. :mrgreen:

    Je trouve ça sain de dire et ça et enfin que quelqu’un soit clair sur le sujet. Les soit disant centres de déradicalisation était des façades pour financer le voyage des enfants de ceux déjà partis (ou alors des escroqueries comme cela a été révélé plus tard), mené par des charlatans, comme la meuf qui écumait les émissions TV et qui avait le QI d’une huitre et le bon sens d’un manche à balai.

    A un moment on va pas non plus laisser revenir un mec qui a pendant des années égorgé des gens et violé des gosses. Non, et puis pour une fois qu’un pays de l’Ouest n’est pas en mode ingérence et n’essaie pas de régenter un autre pays en lui faisant la morale ça fait du bien…

    Et toutes les ITV immondes de ceux qui veulent revenir se faire juger en France, ben non tu fais de la merde, t’assumes. Et puis c’est pas genre la connerie de “oh j’ai fait un braquage”. C’est plutôt oh j’ai participé à une organisation qui a massacré les Yazidis, a organisé la traite et l’esclavage sexuel, une organisation qui a mis en scène des vidéos sordides, une organisation qui a commandité le massacre de civil en Europe et ailleurs sous forme d’attentats. Donc non pas choquant, ciao les vermines :byecry:



  • Florence Parly, Ministre des armées, a réaffirmé ce lundi 22 janvier n’avoir “aucun état d’âme” quant au sort des djihadistes français ayant rejoint les daeshiens… "Les djihadistes n’ont jamais eu d’états d’âme, je ne vois pas pourquoi nous en aurions pour eux ».

    C’est cash, mais pas mieux !

    Que ces abrutis soient jugés à Bagdad ou ailleurs la corde au cou ou pas, mais qu’ils ne viennent pas demander aux tribunaux de leur pays natif contre lequel ils sont entrées en guerre de les juger pour sauver égoistement leur peau de lâche. Qu’ils assument leurs paradoxes, fallait avoir du plomb dans la cervelle avant d’aller faire le mariole chez les daechiens.



  • A défaut d’entamer des procédures judiciaires sur les français djihadistes arrêtés en Irak, les francais se contenteront du procès de Jawad Bendaoud.

    France is back Francis Baque!!!:farwest2:

    http://www.ledauphine.com/france-monde/2018/01/26/les-dix-phrases-surrealistes-de-jawad-bendaoud-a-son-proces