[φ] Spinoza, Prince de la Philosophie, et le topic de la Nécessité



  • Est-ce que vous connaissez celui que l’on appelle … Le Prince de la Philosophie ? 👑
    0_1514002398167_469309f5-0365-4d35-aecc-50fa9421de99-image.png
    (Baruch inspirant tellement le respect qu’on lui fait beaucoup de place et qu’on ramasse les mégots sur son passage) 😚

    Baruch [Baruk] / Benedict / Benedictus / Bento Spinoza / Espinoza / Despinoza / D’Espinoza / Disney / Despinosa / Espinosa / Keskecéketoucénom !!? 🤤

    Goddam SHIT. Sérieux. Si je voulais vous faire comprendre que les mochi sont délicieux, je vous en ferai bouffer. Je suis dans le même état pour Baruch, j’aimerai vous glisser direct sous le nez son cadavre L’Ethique pour que vous compreniez.
    ¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪
    Certains ont été offusqués de mon topic sur Descartes ?
    D’autres de mon humour antisémite ? Bonne nouvelle: dans ce topic ça sera les DEUX !
    🖕 :trollface: :dancing1:
    ¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪

    Il aurait dû devenir rabbin, il s’est fait mettre à la porte.
    Il aurait dû mourir assassiné, il est devenu éternel.

    Incontournable, au point de faire dire à certains “Olalaaa, Spinoza, ou pas de philosophie” (comme tagueul hégueul), et pourtant il est méconnu. Du moins pas aussi renommé que Descartes. Il faut dire que le gros nez aura injustement fait de l’ombre sur ses proches successeurs, mais la lumière des étoiles déchirent toujours les ténèbres les plus profonds. Et de nos jours, il est encore et encore remis en actualité. On a même eu un pecnot qui l’a cité avant le débat du Second Tour des Présidentielles (ça aura été la seule phrase intelligente dite sur ce plateau). 😎

    • Quel est le comble pour un Juif Hollandais ?
      D’être au four et au moul…
      IIIIINNHHHH text alternatif

    24 novembre 1623, Amsterdam (Provinces-Unies).
    Alors que Descartes écrivait ses navets, vint au monde, quelques mètres plus loin, celui qui allait faire de sa vie un cauchemar (si ce pauvre René n’était pas mort avant).
    Mais on ne fait pas de fumée sans feudj !
    Il est important de savoir - car cela revient pas mal dans sa philosophie - que c’est un juif.(ou_u)o 🕎
    - Aaah mé Bino tu féchié avec té juifosses là, t’en four partout ! (<-blague crad’ hidden)
    😥
    Né dans le quartier feudj d’Amster’, enfant de feudj marranes, il est élevé à la feudj et est destiné à être rabbi. Il étudie la Torah et autres pavés religieux (comme il aurait trop galéré si c’était la Nuit de Cr…OMONDIEUTAITOI) mais découvre aussi des ouvrages moins classiques comme Moïse Maïmonide. Toutes ces lectures ne sont pas en rien dans le développement de sa pensée, pensée qu’il ne tardera à affirmer … non sans conséquences.
    Quelque part, il avait un peu l’air de le chercher (avec sa jupe aguicheuse), son herem. Pas ~harem~, -rem ! En gros il faisait tellement flipper son Rav, qu’il s’est fait excommunié un coup de pied au jambon hors de sa communauté.
    Avec ça, il se prend une monumentale malédiction, lui souhaitant des trucs comme …

    ! … des mauvaises nuits…
    text alternatif

    A ce propos, son prénom signifie littéralement “béni” (on peut retrouver on nom dans le souhait “béni soit Dieu” = Baruch Hashem en hébreu). 😎
    ¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪
    Façon OSEF Joseph, il part s’émanciper dans le Royaume de la Philo’ et découvre - mélangé dans la passion et l’horreur - la philosophie cartésienne. Il apprend si bien les idéologies cartésiennes, qu’il les enseigne et les réexplique dans un livre (Principe de la philosophie cartésienne). Putain, le René était même pas foutu de s’exprimer correctement, manquerait plus devoir le torcher !
    🌻 💊 Transition prise de médicaments 💊 🎵
    Descartes est connu par sa passion pour la raison, et pour être l’un des êtres les plus réfutés malgré la popularité de ses idées. Mais COMBIEN ont réfutés le pauvre René … avec SES PROPRES armes ? En fait … il l’a carrément épluché comme une PATATE ! 🥔 😱
    ¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪
    De ses pontes, on peut retenir les deux majeures:

    • L’Ethique, oeuvre posthume publiée en 1977
    • Le Traité Théologico-Politique (ou TTP), publié anonymement en 1670

    ¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪¸¸.•¨•♫♪

    ON VA ENFIN PASSER AUX CHOSES SÉRIEUSES !
    0_1513812745769_74b664b2-316a-4e14-a7ae-1b016b8592d0-image.png

    • 🌈 Le Traité Théologico-politique 🌥

    Ecrit principalement pour ces 3 raisons :

    • Défendre l’idée d’un Etat libre des oppressions religieuses et une liberté d’expression menaçée en Hollande
    • Une liberté d’expression dans le domaine philosophique, alors encore tenue en laisse par la théologie (pas d’image pour ça dsl)
    • Se défendre des accusassions qui lui sont faites : être athée. <_<

    Il offre la possibilité d’avoir une approche raisonnée en faveur d’une piété meilleure, et pour le bien de l’Etat.
    J’avoue, … text alternatif … j’ai pas eu assez de temps pour lire le livre en entier. Par contre, je me souviens que la première partie est consacrée à la théologie, s’attaquant principalement à l’Ancien Testament, avec carrément des remises en question de certaines logiques de l’histoire (comme la date de l’écrit d’un truc, son auteur etc). Il va même analyser certains écrits avec un œil critique, un peu comme le ferait un historien. L’autre partie touche plus à la politique (méjépalu).

    • ✨ 🦄 L’Ethique 🌼 :happy-10: ☁

    Comme une pastèque à l’étal, ce bouquin majestueux, inspiré de la mathématique, est un mastodonte dans le monde des livres, comme dans celui de la philo’. Réputé complexe, il n’est pourtant pas aussi illisible que … mmmh chépa … oazaaar … du Hegel ? :trollface: Il s’agit plutôt d’une philosophie pratique (= qui touche à l’art de vivre) que de piètre métaphysique. C’est aussi de l’Eudémonisme, c’est-à-dire qu’il a pour but l’accès à la Béatitude, utile personnellement mais aussi socialement ou politiquement, d’après l’auteur.
    La bête est organisée par des Propositions avec des Démonstrations, parfois ajouté de Scholies, de Corollaires, d’Axiomes et des Définitions au début de chaque partie, des Lemmes et autres Pokémons, avec un abus sévère de CQFD dans tout le bouquin. Mais flemme de vous dire ce que c’est que tous ces machins, zavé qu’à aller voir par vous-même.
    L’ouvrage se sépare en 5 parties: De Dieu, De l’Esprit, Des Affects, De la Servitude humaine, De la Liberté humaine

    • I. De Dieu

    Dieu, ou la Nature (Deus sive Natura), est la base. Par Nature, il entend le Tout (l’Absolu, l’Infini,… rien n’existe en dehors) et pas les fleurs, le sauvage… C’est pas Ushuaïa ici. Son concept de Dieu est vraiment très intéressant car elle n’a rien d’un dieu ordinaire. Contrairement à tous ces dieux moisis de la loose, CE Dieu n’est PAS un vieux barbu débile qui demande aux gens de conduire des camionnettes… Tu t’égares, Edgar. Il n’est pas un être omniscient et conscient comme on peut souvent imaginer, mais une chose infini qui englobe le tout, une puissance totale, ainsi qu’une chose nécessaire (forcée d’exister), cause de tout de façon spontanée (et pas comme s’il jouait aux Sims) mais surtout l’Essence-même de toutes choses (Proposition XXV, Partie I) . Grosso modo, Dieu = réalité = perfection.

    • “Par réalité et perfection, j’entends la même chose.” (Explication VI, Partie II)
    • “Tout ce qui est, est en Dieu, et rien ne peut sans Dieu ni être ni se concevoir.” (Proposition XV, Définitions, Partie I)
    • “Dieu est de toutes choses cause immanente, et non transitive” (Proposition XVIII, Partie I)
    • “L"existence de Dieu et son essence sont une seule et même chose.” (Proposition XX, Partie I)

    La doctrine qui en serait la plus proche est le panthéisme, mais pas mal d’autres affirment qu’il s’agirait carrément d’un Dieu d’athée. En fait je vous déconseillerai de ne pas lui donner des noms de boissons chaudes, vous pourriez y perdre des dents. Ce pauvre Baruch n’a pas cessé de se faire remarquer partout où il allait, avec ses idées perchées. De son vivant, certains le soupçonnaient d’être athée et Dieu Nature qu’il le prenait mal. :trollface:

    • II. De l’Esprit

    Vous vous rappelez de Dédé ? Avec ses histoires de glande pinéale, de distinction corps / esprit malgré des rapports étroits entre-eux ? Eh bien oubliez (et ne jetez rien aux recyclages ♻).
    Ici, on va définir l’origine et la nature de l’âme humaine, mais pas comme on l’entendrait habituellement.
    commence à sortir des cachets d’aspirine
    Pour notre tête bouclée, il n’existe qu’UNE Substance, je vous laisse deviner de quoi il s’agit…

    ! Dieu. Obvious.
    “Par Substance, j’entends ce qui est en soi et se conçoit par soi.” (Définition III, Part.I)
    “Par cause de soi, j’entends ce dont l’essence enveloppe l’existence, autrement dit, ce dont la nature ne peut se concevoir qu’existante.” (Définition I, Part.I)
    “A la nature de Substance appartient d’exister.” (Proposition VII, I)

    La Substance ne dépend de rien, et ne provient de rien d’autre que d’elle-même. Par contre, elle peut être la cause d’autres choses : les Attributs et les Modes.
    Les Attributs, c’est ce qu’on attribut à une substance comme constituant son essence du genre “l’eau c’est mouillé”. 0_1513900092326_genius.png
    Les Modes proviennent et se conçoivent par autre chose (aka par la Substance). Ce sont des modifications, du genre “Ce chat est moche” --> la mocheté n’est pas dans l’essence du chat, c’est juste ce chat qui n’a pas eu de chance… 😿 :trollface:

    Dieu (la Substance) à deux Attributs: la Pensée et l’Étendu. Bien entendu, ces deux attributs ne sont pas opposés, juste différents. On n’est pas dans Yu-Gi-Ho, Baruch n’est pas un dualiste Descartes.
    0_1513903437525_yugi.png
    (Depuis le temps que je voulais mettre une croix sur cette face de con)
    Dieu est à la fois chose pensante et chose étendue (je rappelle qu’il s’agit du Tout, et pas d’un être omniscient comme dans la Bible par exemple). L’ordre et l’enchaînement des choses est le même que celui des idées (voir Proposition VII, Partie deuAAAAH JE PARLE COMME LUI 😫).
    L’Humain, englobé dans Dieu, est un mode de ce dernier dans son Étendu par le corps, et dans sa Pensée par l’esprit (ou l’âme). L’Homme consiste en un Esprit et un Corps qui sont unis. Donc l’âme qui continue à vivre après la mort du corps tu CRÈVES ! 👻 🔫 Tout ce qui se passe dans le corps, l’esprit le perçoit. L’esprit est constitué d’idées qui ont pour objet le corps, et le corps existe en acte.

    Mais déjà le corps. Parce qu’il n’y a pas de raison de ne pas considérer le corps comme une noble chose, comme on le fait avec l’âme, comme il dirait.
    Les corps sont soit simples (un corps), soit composés (plusieurs corps assemblés). Les corps sont soit en mouvement soir au repos, certains sont plus rapides que d’autres, sont état (mouvement, repos, etc) est déterminé par un autre corps (=affectés par une cause extérieure). L’individu est un corps composé. Le Corps humain est composé d’individus (composé de corps composés, je sais c’est chelou dit comme ça), tout comme l’Esprit est composé d’un très grand nombre d’idées. Le corps humain est affecté d’un très grand nombre de manières, mais ces affections ne donnent pas une idée adéquate du corps à l’esprit humain. Ces idées confuses enveloppent des connaissances faussées. Ces perceptions, mélangés à l’imagination, sont des connaissances inadéquates, mais il existe des connaissances adéquates.
    Les connaissances adéquates sont des idées vraies qui se rapportent à Dieu, comme des idées communes au corps humains et aux corps extérieurs qui leurs sont propres.
    La connaissance adéquate : quand il forme des idées adéquates, l’esprit connaît les choses comme dieu les connaît, telles qu’elles sont en soi, éternellement et nécessairement.
    Les trois genres de connaissance : l’imagination (= qui donne des idées inadéquates, la raison et l’entendement intuitif (qui, tout deux, donnent des idées adéquates).

    Ce qu’il faut retenir, est que l’humain n’a PAS de libre-arbitre (dans ton nez René), mais il peut au moins percevoir des idées de façon adéquates, au-delà de sa perception mutilée, et par la raison et l’entendement, accéder à une perception plus juste et donc plus proche de la connaissance de Dieu. C’est pourquoi il va aborder les Affects (ou sentiments), car la compréhension de celle-ci est une nouvelle étape jusqu’à la Béatitude.

    • III. Des Affects

    Jusqu’alors, c’était la CATA’. Quand les philosophes parlaient des affects (ou sentiments), ils ne se basaient par sur les lois communes de la Nature. Pourquoi ? Parce-que (évidemment) il a fallu qu’un banc de saucisses considère l’Homme comme un truc HS au reste, perturbateur de l’ordre de la Nature, voire un Empire dans un Empire (cf. Marc-Aurèle la tourterelle). Et pourtant, l’Homme ne fait que suivre les logiques naturelles, n’a pas d’absolue puissance sur sur lui et ses actes (en fait ce sont juste tous des gros ignorants), et les faiblesses humaines n’ont pas pour cause des VICES. WTF des vices. C’est toi qui est dévissé !

    Pour comprendre les Affects, il faut remonter à leur cause.
    Les trois affects primaires sont: la Joie, la Tristesse et le Désir.
    Déjà, l’esprit et le corps sont soit actifs (agissent) soit passifs (subissent). Les actions naissent d’idée adéquates et les passions d’idées inadéquates.
    Chaque chose persévère dans son Être, l’essence de la chose est la force de cette persévérance dans un temps indéfini, la chose veut se conserver, et seules les causes extérieures peuvent détruire une chose (la négation de la chose ne peut être en elle).
    L’effort de l’Esprit seule est la Volonté, le Corps seul est l’essence de l’Homme (aka ce qui rend les hommes communs entre-eux), l’essence des deux est l’Appétit, ou le Désir si cet Appétit est accompagné d’une idée consciente de l’Appétit. Désir et Appétit sont une seule et même chose, car, que l’Homme soit conscient ou non de son Appétit, ça ne change pas la chose.

    La Tristesse est un affect qui diminue la puissance.
    La Joie est un affect qui l’augmente.
    Le Désir est l’essence-même.
    (voir Définitions des Affects, après la Proposition LIX, III)

    Tous ces affects peuvent être provoquées par un quelconque objet accidentellement, mais le phénomène est nécessaire (comme tout ce qui est), donc il n’y a pas à essayer de s’en débarrasser, le réprimander la chose, mais plutôt la comprendre.
    De ce lien accidentel entre l’objet et les affects, naît soit l’Amour (Joie née d’une cause extérieure) ou la Haine (Tristesse née d’une cause extérieure). La Joie accentuant la puissance, la Tristesse l’abaissant, il est normal que l’on désir aller vers ce qui nous rend joyeux et fuir ce qui nous attriste. C’est pourquoi on désire conserver une chose aimée, et détruire une chose haïe. Tout ça, ce sont des Passions (des affects passifs, dont on est que cause partielle)
    Les affects actifs sont des affects non passionnels lorsque l’esprit forme des idées adéquates des objets de joie ou de tristesse.

    La partie se finie avec des définitions des affects, que je ne donnerai pas (oui j’ai pas envie de me faire hanter par l’auteur pour plagiat), mais que je vous invite à aller voir, même si vous n’avez pas envie de vous taper toutes les pages.

    :faim: On va enfin savoir comment être libre !
    Bon. Je le dis maintenant, les deux dernières parties, je ne les ai pas encore vraiment lu. J’ai une idée sommaire de ce qu’il y a (et j’ai de toute façon mon bouquin sous le nez <-- petits chanceux !), mais je vais rester plus brève (en plus j’ai sûrement créer un Holy Pavé d’Or. Le XXXL Prenium !

    • IV. De la Servitude humaine

    Par Servitude, Bouclettes entend l’impuissance humaine à maîtriser ses affects. Les Hommes peuvent, en effet, être conscients de leurs actes et désirs, ils n’en sont pas moins ignorants des causes de celles-ci. C’est ainsi que l’on est mené à avoir des par exemple des préjugés ou encore des dépendances (comme l’Amour et le Désir immodéré de l’alcool chez les poivrots EN BAS DE CHEZ MOUAH qui me foutent la HAINEUH, mourrezzzz saletééé !! text alternatif).
    Heureusement, on peut se défaire toutes ces contraintes et avoir une meilleure emprise de soi-même. C’est pas du libre-arbitre, mais c’est déjà bien (c’est même mieux :wiiii: ).

    Ainsi, pour passer de l’état de Servitude à celui de Liberté, il préconise ceci:

    • Comprendre les bonnes et les mauvaises Passions

    • Intégrer dans la vie affective la Raison (par ex. “Un désir qui naît de la raison (= engendré en nous en temps que nous agissons adéquatement à notre essence) ne peut être excessif.” (Proposition LXI, IV)

    • Être séropositif

    • Agir pour le bien commun (savoir que sans société il n’y a de réelle liberté)

    • V. De la Liberté humaine

    Contrairement à ce que certains devaient penser, les Passions ne sont pas toutes des contraintes, et aussi nécessaires que la Raison (même si Bouclettes accorde une importance centrale à la Raison), seulement certaines sont “positives” et d’autres non. Ce qui veut dire que, bien qu’elles aient chacune leur nécessité, certaines peuvent être un avantage, tandis que d’autres sont mauvaises, mais pas négligeables non plus dans un certain sens. Par exemple, l’Orgueil ou l’Abjection est une ignorance de soi, et donc indique une impuissance d’âme (voir Propositions LV et LVI, IV). Il s’agit d’une Passion mauvaise car elle provient d’idées inadéquates, idées inadéquates qui indique que le sujet subit (affect passif = idées inadéquates, CQFD <- Ok j’ai son tic). Mais qu’en faire ?
    La raison ne peut, au moyen de la seule volonté, suffire pour nous libérer des passions mauvaises.
    Remèdes aux affects passifs:

    • Connaître le corps et soigner l’esprit au moyen d’une manière maîtrisée d’imaginer (Prop. I à X ).

    • L’amour non superstitieux envers Dieu, amour pour un être impérissable qui ne peut se changer en haine (Prop. XI à XX).

    text alternatifENFIN ! Tout cela mène à la Béatitude, qui n’est pas la récompense à la vertu, mais la Vertu elle-même.

    • La science intuitive : connaître et se connaître du point de vue de l’éternité, être libre (Prop. XI à XXXI).

    • L’amour intellectuel de Dieu : aimer Dieu de l’amour dont il s’aime lui-même et s’aimer comme “il” nous aime (Prop. XXXII à XXXVII).

    • Le devenir de l’esprit dans ces conditions, libération à l’égard de la crainte, rôle du corps, être définitivement actif (Prop. XXXVIII à XL).

    • Est-il besoin d’être “parfait” pour commencer d’être heureux et vertueux ? (Prop. XLI et XLII) ?

    J’ai moins détaillé ces dernières parties, mais en gros c’est quelque chose qui demande un certains effort et qui ne se comprend pas du tac-au-tac. C’est pourquoi sa toute dernière phrase est:
    “Mais tout ce qui est remarquable, et difficile autant que rare.”

    Bon, j’ai assez détaillé l’Ethique, mais c’est un livre plus riche que ça, et que je vous conseille à découvrir, même si c’est pas le genre de live qui se lit d’une traite. L’auteur nous donne des réflexions mais si on veut activement le comprendre et étudier ce livre (et pas juste le lire) il faut le comprendre et le suivre, mais dans mon cas je n’ai pas l’impression qu’il embrouille. Au contraire il prend soin de donner des exemples et des démonstrations pour clarifier ses propositions (très épurées). Donc si vous voulez en savoir plus, vous avez l’ouvrage (comme je l’ai vous pouvez me poser des questions, je pourrai toujours vous copier des extraits), il y a aussi ce site: http://www.spinozaetnous.org/index.php … qui m’a pas mal servi pour cette intro’.

    Avec sa méthode mathématique (extrêmement plus rigoureuse que celle de gros nez), il défonce les superstitions, la scolastique, le libre-arbitre, le dualisme, et autres idéologies chelou.
    A cause de tout ça, il se voit forcé de ne pas faire publier son bouquin avant sa mort se doutant bien qu’il risquait gros. Certaines de ses idées, qu’ils développait pendant des années, fuitaient toutefois. Ça attisait la curiosité de certains (voir ses Correspondances), notamment celle de Leibniz. Leibniz, avec une personnalité aussi pleine que du néant, va piquer des idées comme le monisme (monde comme un tout, doctrine opposée au dualisme) mais va y aller à sa sauce.
    Ce qui est triste, c’est qu’après un génie aussi badass que Baruch, on a eu encore et encore des navets comme Leib’, Hegel, Voltaire (et son dieu horloger au smic) ou Sartre.
    Mais OSEF, parce qu’enfin quelqu’un rappelle que l’on peut vivre joyeusement, en sortant du gouffre de l’ignorance. 😎

    Soyez heureux et libres, bande d’ignorants. 💕 :trollface: Et Jouayeux Nowel ! 🎅

    text alternatif
    Pour Sa Majesté des Putes: @Prostipute



  • Pas mal comme presentation.
    Je continue quand meme de préférer BHL à ce Spinoza.



  • @lesveltegrizzly a dit dans [φ] Spinoza, Prince de la Philosophie, et le topic de la Nécessité :

    Pas mal comme presentation.
    Je continue quand meme de préférer BHL à ce Spinoza.

    WAT ? BHL ? BHL ?? SÉRIEUSEMENT ? 😥



  • Ma prof le surnommé Spinou :lol:



  • @beanobecher a dit dans [φ] Spinoza, Prince de la Philosophie, et le topic de la Nécessité :

    @lesveltegrizzly a dit dans [φ] Spinoza, Prince de la Philosophie, et le topic de la Nécessité :

    Pas mal comme presentation.
    Je continue quand meme de préférer BHL à ce Spinoza.

    WAT ? BHL ? BHL ?? SÉRIEUSEMENT ? 😥

    Oui j’aime bcp le travail de ce philosophe et notamment tout le travail intellectuel qu’il a fait sur la seconde guerre mondial et le traumatisme qu’a pu etre la Shoah pour tout les peuples du monde.
    C’est cela que je reproche a Spinoza justement, c’est qu’a aucun moment il ne mentionne ce sujet pourtant tellement fondamental et essentiel pour tout travail de philosophe.



  • @ratonhnhakéton a dit dans [φ] Spinoza, Prince de la Philosophie, et le topic de la Nécessité :

    @lesveltegrizzly si je comprends bien, tu reproches à Spinoza de ne pas avoir parlé de la Shoah dans son œuvre ? :hum:
    Rassure-moi, c’est une blague ?

    On ne se moque pas de la Shoah monsieur!



  • @ratonhnhakéton a dit dans [φ] Spinoza, Prince de la Philosophie, et le topic de la Nécessité :

    @lesveltegrizzly Spinoza est un philosophe du 17è, je vois mal comment il aurait pu parler d’un événement qui aura lieu 300 ans plus tard.

    Il aurait pu le predire.



  • @lesveltegrizzly a dit dans [φ] Spinoza, Prince de la Philosophie, et le topic de la Nécessité :

    @ratonhnhakéton a dit dans [φ] Spinoza, Prince de la Philosophie, et le topic de la Nécessité :

    @lesveltegrizzly Spinoza est un philosophe du 17è, je vois mal comment il aurait pu parler d’un événement qui aura lieu 300 ans plus tard.

    Il aurait pu le predire.

    Oh putain, toha je t’aime :wiiii:



  • Quant à toha Bino, tu m’as sacrément gâté pour Nowel, c’est énoooooooooooooooorme ! Et moha qui t’ai rien offert… Bon ben j’me rattraperai avec un petit topic sur Bourdieu (petit petit… cey vite dit), là j’aurai la conscience tranquille et toha la tête remplie !

    Ben après cette lecture abyssale, j’me sens encore plus confus que je ne l’étais avant, merci bien è_é

    Okay j’connaissais rien à Baruch (et je soutiens qu’on prononce ça « BAROUR », comme J-S Bach qu’on prononce “BAR”), pour moha c’était juste un type ayant philosophé sur des notions religieuses… Alors j’ai compris que c’était plus complexe que ça, mais sans véritablement y voir autre chose. De ce que j’en ai compris, Baruch (dis le à haute-voix, « BAROUR », ça fait du bien aux oreilles :hehe:) parle de la nature humaine et de l’entendement, c’est-à-dire des mêmes sujets que Hobbes, et toute sa philosophie (sur la nature humaine, les affects…) semble partir de ses réflexions sur Dieu. Donc, je vois pas bien pourquoi il est considéré comme un athée. Et en fait je vois pas bien ce qu’il a apporté à la connaissance…

    Parce que distinguer la substance de son appréciation, les Stoïciens le faisaient déjà, Hobbes également. Lorsqu’il parle des affects moteurs ou primordiaux, il parle de joie, de tristesse et de désir… En dehors du fait que ces notions soient totalement reliées à la religion, Hobbes en faisait également part. Les types de connaissance qu’il établit, ben ce sont grosso merdo les mêmes que celles de Hobbes, de même que la manière d’aborder les passions (ou affects passifs)… En fait cey ça, c’est comme quand j’avais lu du Sun Tzu après avoir lu du Machiavel, l’impression d’apprendre la même chose en moins élaboré… Baruch serait tout simplement du sous Hobbes ?

    Vu que tu ne l’as pas cité une seule fois depuis que nous nous parlons (ça fait un peu ampoulé le « nous », mais je kiffe 🕶 ), je suppose que tu ne t’es jamais intéressée à Hobbes, donc je vois mal comment tu pourrais être d’accord avec ma proposition « Baruch < Hobbes », mais j’tiens quand même à avoir ton avis là-dessus. Et puis finalement, quand je regarde Locke la loque ou René la taupe, même si je les considère comme dépassés sur de très nombreux points, je peux te dire en quoha chacun d’eux a fait évolué la pensée de son temps, ce que leur philosophie avait de marquant et d’unique (et ce même si je n’ai fait que feuilleter Dédé), mais Baruch, j’y arrive pas.



  • @peanou a dit dans [φ] Spinoza, Prince de la Philosophie, et le topic de la Nécessité :

    Ma prof le surnommé Spinou :lol:

    😃 Cute ! Je prends !

    @lesveltegrizzly a dit dans [φ] Spinoza, Prince de la Philosophie, et le topic de la Nécessité :

    @beanobecher a dit dans [φ] Spinoza, Prince de la Philosophie, et le topic de la Nécessité :

    @lesveltegrizzly a dit dans [φ] Spinoza, Prince de la Philosophie, et le topic de la Nécessité :

    Pas mal comme presentation.
    Je continue quand meme de préférer BHL à ce Spinoza.

    WAT ? BHL ? BHL ?? SÉRIEUSEMENT ? 😥

    Oui j’aime bcp le travail de ce philosophe et notamment tout le travail intellectuel qu’il a fait sur la seconde guerre mondial et le traumatisme qu’a pu etre la Shoah pour tout les peuples du monde.
    C’est cela que je reproche a Spinoza justement, c’est qu’a aucun moment il ne mentionne ce sujet pourtant tellement fondamental et essentiel pour tout travail de philosophe.

    C’est pas un vrai feudj aussi. é_è Cépoursa qu’il s’est fait mettre dehors.

    @Prostipute Mes cadeaux de Nowel sont toujours classes. 😎
    En effet je n’ai jamais lu Hobbes, si ce n’est deux ou trois chapitres du Leviathan (ce qui ne change pas grand chose), mais je peux pas tolérer qu’on considère Ba-ROUR comme un SOUS-Hobbes. En fait i ne s’est même pas intéressé à Hobbes non plus, du moins pas autant qu’il s’était intéressé à Descartes, et oui il n’a rien inventé en parlant de joie, désir etc, et il est bien considéré comme un penseur qui uni le stoïcisme et l’épicurisme. C’est vrai qu’il a fait pas mal de choses, au point de t’embrouiller, je pense que le lire directement peut être un moyen de voir un peu mieux le personnage (assez space).
    Et pour les impacts intellectuels, Spinou’ est considéré comme un précurseur des Lumières, notamment pour sa défense de la liberté de penser, son point de vue su la religion, etc, et il a aussi beaucoup marqué par les intellectuels modernes (pas uniquement philosophes) surtout au début du XXème siècle. <_<



  • Barour, à ce que j’ai lu récemment de lui, a été l’un des premiers, sinon le premier, à défendre l’idée que “dieu cey la nature”. Bon on va lui accorder ça, et il aura sa place dans ma thèse (aussi vilain soit-il).

    Et puis si tu veux faire un concours de zizi, eh ben Hobbes a nettement fait plus pour les Lumières que Barour, même Jiji il le dit, donc prout :snob:



  • HOLY PHOQUE !
    0_1515415244350_4ecba415-a88a-4f94-a40e-8e80f2f0fab5-image.png
    LIS LE TTP, OMG !
    Le Traité théologico-politique. Hobbes a voulu VENDRE la liberté pour la sécurité, lui il DÉFEND la liberté et démontre que c’est pas la peine de vendre sa liberté, sous aucun cas, c’est PAS un sous-Hobbes, au contraire, il est BADASS. 😢 Avant les Lumières il concevait une république libre, laïque et démocratique. Ah ! Et il défendait le déterminisme aussi, contre l’armée de cartésiens qui lui volaient le trottoir d’en face.



  • QUOHA ?! Hobbes définissait la liberté par l’existence du droit ! Et le droit n’existe que par la soumission des individus aux lois. Cey tordu, farouchement de droite, mais même Jiji le concevait ! En société, on ne peut se dire libre si rien ne nous protège de l’arbitraire d’autrui. Il n’y a pas de société sans droit ni loi, il n’y a donc pas de société sans renoncement de son droit à faire ce que l’on veut ! Puté de naon dediou è_é

    “Aussi longtemps que chacun conserve ce droit de faire tout ce qui lui plaît, tous les hommes sont dans l’état de guerre” Hobbes, nemesis de Descartes



  • 0_1515437773995_4b0db568-0585-421e-91f7-d8ade2f30c0e-image.png
    Chévrai, le genre humain est plus passionnel que rationnel et à bien besoin de lois, mais il lui faut de bonnes lois, et que la liberté soit bien usée. Promis je lirai Hobbes.



  • Teuteuteu, Locke est plus intéressant, cey du Hobbes 2.0 :hehe:



  • @prostipute a dit dans [φ] Spinoza, Prince de la Philosophie, et le topic de la Nécessité :

    Teuteuteu, Locke est plus intéressant, cey du Hobbes 2.0 :hehe:

    :wiiii: Ayaa c’est vrai, le Lockness !



  • Tu peux pas savoir à quel point le monstre du Lockness est plus badass que le léviathan ! En lisant les deux, tu sens clairement que Hobbes est un homme du XVIIème siècle et que la loque fait office de transition entre la philosophie du XVIIème et celle des Lumières… Tiens d’ailleurs, ça me donne envie de faire un sujet sur les Lumières, paske y’a beaucoup à en dire sur cette période pas si saine qu’on le prétend :pervers:



  • @prostipute a dit dans [φ] Spinoza, Prince de la Philosophie, et le topic de la Nécessité :

    Tu peux pas savoir à quel point le monstre du Lockness est plus badass que le léviathan ! En lisant les deux, tu sens clairement que Hobbes est un homme du XVIIème siècle et que la loque fait office de transition entre la philosophie du XVIIème et celle des Lumières… Tiens d’ailleurs, ça me donne envie de faire un sujet sur les Lumières, paske y’a beaucoup à en dire sur cette période pas si saine qu’on le prétend :pervers:

    😂 Le monstre du Lockness, plus gros que le Léviathan, trop cool. :bave:
    Un sujet sur les Lumières, un VRAI :faim: il en faut un.



  • Bon ben puisque je m’attèle à cette énorme tâche, il serait tout aussi juste que tu pondes un petit sujet toha aussi, hein Bino :yeux:



  • @prostipute a dit dans [φ] Spinoza, Prince de la Philosophie, et le topic de la Nécessité :

    Bon ben puisque je m’attèle à cette énorme tâche, il serait tout aussi juste que tu pondes un petit sujet toha aussi, hein Bino :yeux:

    Ouiiii mais sur quiiii ? <u<