Valérian et la Cité des mille planètes


  • Admin

    Valérian et la Cité des mille planètes est un film de science-fiction français écrit, produit et réalisé par Luc Besson, sorti en 2017.

    text alternatif

    Il s’agit d’une libre adaptation de l’univers de la série de bande dessinée française Valérian et Laureline, dessinée par Jean-Claude Mézières et scénarisée par Pierre Christin. Le titre du film fait référence au deuxième album, L’Empire des mille planètes, paru en 1971, mais reprend principalement la trame du sixième album, L’Ambassadeur des Ombres, paru en 1975.

    SYNOPSIS ET DÉTAILS
    Au 28ème siècle, Valérian et Laureline forment une équipe d’agents spatio-temporels chargés de maintenir l’ordre dans les territoires humains. Mandaté par le Ministre de la Défense, le duo part en mission sur l’extraordinaire cité intergalactique Alpha - une métropole en constante expansion où des espèces venues de l’univers tout entier ont convergé au fil des siècles pour partager leurs connaissances, leur savoir-faire et leur culture. Un mystère se cache au cœur d’Alpha, une force obscure qui menace l’existence paisible de la Cité des Mille Planètes. Valérian et Laureline vont devoir engager une course contre la montre pour identifier la terrible menace et sauvegarder non seulement Alpha, mais l’avenir de l’univers.


    J’aime bien la SF mais je n’aime pas perdre mon temps devant un film naze. Après avoir lu quelques critiques il en ressort que le film avait du potentiel qui n’a pas été exploité et que le scénario est nul. D’autres se contentent juste de dire que c’est du Besson et que c’est donc une bouse, la critique est facile.

    L’avez-vous vu et si oui, qu’en avez-vous pensé ? Vaut-il le coup ou est-il vraiment naze ?



  • Ben disons que c’est très beau, très bien maîtrisé visuellement et certains concepts sont vraiment intéressant (je pense notamment à l’espèce de BigMarket virtuel)

    Voila pour ce qui va.

    C’est tout le reste qui ne va pas. Du coup je passe en mode spoil.

    Déja l’affiche annonçait ça :
    0_1513202552454_618ed823-cef5-4093-a3cb-5a55b64b6905-undefined
    Agents spatio “TEMPORELS”. Alors je sais que c’est ce qu’ils sont dans la BD. Or dans le film, de voyage temporel, il n’y en a aucun. Ce qui est susceptible de dérouter celles et ceux qui s’étaient laissés séduire par l’affiche. Adapter les aventures de deux agents spatio-temporels sans toucher au voyage dans le temps ? C’est absurde.

    Les 2 protagonistes
    J’ai vraiment eu du mal à m’attacher à eux. Les deux sont beaux, jeunes, doués dans ce qu’ils font, sont sûr d’eux-même et de leurs qualités. Du coup ils en deviennent insupportables. D’autant plus insupportables qu’ils sont les uniques survivants de la première mission qu’on les voit mener, et qu’ils n’en ont visiblement rien à battre de leurs coéquipiers laissés morts derrière. Laureline se soucie même plus de l’état de sa robe.
    Par ailleurs, on découvre nos deux héros alors qu’ils font déjà équipe ensemble depuis quelques temps, Valerian draguant Laureline bien lourdement. Et quand je dis “lourd”, c’est carrément de la demande en mariage enflammée bien avant le premier baiser. Ca pourrait être amusant si le gusse était ironique. Sauf que non, il est 100% sérieux. Il veut son “oui”.
    En fait je réalise que pour corriger les deux défauts cités plus haut, il aurait suffit à Besson d’adapter le début de la BD, en se penchant sur les origines de Laureline, jeune sauvageonne vivant au XIe siècle et ramenée par Valerian au XXVIIIe siècle.
    Ainsi on aurait eu, et un peu de voyage dans le temps, et la rencontre entre les deux, ce qui nous aurait permis de les accompagner dans leur relation, de mieux la comprendre, et de stimuler d’avantage notre empathie pour eux.

    L’intrigue principale
    Ah oui, là c’est pas évident. Le film est monstrueusement décousu, très bordélique et on ne sait pas trop où il veut nous conduire. On commence par une scène apocalyptique où un monde paradisiaque (la planete Mül) se fait détruire, puis on embraye sur V et L en mission, chargés de récupérer un supposé “convertisseur”, pour enfin les voir retourner sur Alpha où on leur annonce qu’un Mal (toxique, radioactif et tout) gangrène le coeur de la cité. Mal qui va s’avérer être… les Pearl, la population de la dite planete détruite au début (une population qui, soit dit en passant, est totalement pacifique). Du coup, le tout fait pétard mouillé. Le “Mal” n’en est pas un, et le film se boucle sur une dernière scène d’action sans véritable enjeu prenant.

    De plus, soulignons que les Pearls m’apparaissent comme un mélange peu subtil entre les Na’vis d’Avatar et les Minimoys de Besson, soit une enième revisite de l’amérindien vivant en paix et en osmose dans son paradis perdu, et qui se retrouve à combattre un adversaire envahisseur pas gentil et sur-militarisé (oui, les terriens) qui veut l’exterminer. Avec le message écolo peu élaboré qui va avec.

    Enfin je trouve dommage de voir le film gâcher à ce point ses effets et dilapider son potentiel.
    Je vais ici le comparer aux Avengers ou Gardiens de la Galaxie, qui sont parmi les très bon films de SF de ces dernières années. Ces films prenaient le temps de développer leurs persos, les confrontant entre eux, pour ensuite les allier. Dans Valerian, c’est juste un coup Valerian qui cours pour sauver Laureline, un coup vis versa. Quant aux quelques persos intéressant qu’ils croisent sur leur chemin, ceux-là disparaissent en l’espace de quelques minutes. C’est le cas du perso de Bob le pirate joué par Alain Chabat, qui était pourtant plein de promesses.

    Bref, tout ça pour dire que ce film m’apparait plus comme un catalogue, une succession de petits épisodes, un truc réalisé par EuropaCorp pour présenter son savoir-faire technique dans le domaine, plus que pour raconter une véritable histoire, homogène et cohérente.



  • Je partage entièrement votre avis Mr @Le-periannath je l’ai trouvé esthétiquement très jolis avec de bonne idées sur les espèces et la technologie mais sinon je me suis fait chier comme un rat mort, l’humour est à chier, le duo ne fonctionne pas … une horreur !!!

    Mais je devrais le savoir depuis le temps dès que je vois EuropaCorp je devrais directement sortir de la salle où couper ma Tv :cryy:


  • Banni

    @tatane a dit dans Valérian et la Cité des mille planètes :

    Mais je devrais le savoir depuis le temps dès que je vois EuropaCorp je devrais directement sortir de la salle où couper ma Tv :Cryy:

    Tu m’étonnes !!!



  • @albedo tu vas le regarder quand il passera sur canal ?


  • Banni

    @tatane pas sûr…


  • Team

    L’affiche donne pas envie :hum: (oui je donne un avis inutile “marketing” puisque j’ai pas vu le film, et que ça me parle pas vraiment)


  • Le Club des Vieux

    Je l’ai pas vu mais un cast pareil c’est la lose 😕



  • Je l’ai vu, en plusieurs fois parce que j’ai un peu dormi et un peu fait autre chose devant, et je suis d’accord avec @Tatane .
    Visuellement c’est jouli comme tout mais qu’est-ce que c’est chiant.
    Et Cara joue comme une patate.



  • Excellente analyse de periannath, dont je partage à peu près l’avis.
    Je pense que Besson avait l’envie, la technique et hélas la pression du film français le plus cher de tous les temps, et que du coup c’est un film raté.
    Le début est excellent, magnifique même, poésie et beauté des images, des sentiments, ensuite ça file la migraine car il y a trop de choses, trop d’images, trop d’effets spéciaux, trop de bruit, trop de mouvements et trop rapides, un peu comme un repas qui ferait foie gras de l’entrée jusqu’au dessert et ça finit en indigestion.
    Au final c’est moyen et c’est assez incompréhensible en fait.
    J’essaierai la VO peut-être un jour, il parait qu’elle est bien meilleure.



  • Le film qui a flingué la carrière de Luc Besson, sa société de prod est en difficulté financières critiques maintenant 😞

    C’est triste car qu’on aime ou pas le bonhomme, c’est un des rares si ce n’est le seul cinéaste français a avoir de grosses ambitions pour ses films.


  • Community Manager

    Me rappelant vos critiques dithyrambiques (😌) j’ai décidé de le prendre en blu-ray. Verdict… bientôt.



  • Simple : si le Marvel moyen te semble divertissant tu devrais aimer ce Valérian.
    Le truc triste c’est que tu sens que le film reste l’exposition d’un univers et de personnages qui devaient être développées dans des suites, mais vu le bide du film on aura juste droit à une fausse couche.


  • Community Manager

    @keysersoze3843 Tout dépend de l’état d’esprit dans lequel je regarde un film

    0_1531469145088_39c70ab3-2b51-434a-82d7-9fcbd49f6d6a-image.png

    Je m’attends pas à être ébloui ni à voir du grand cinéma, surtout que les critiques sont pas bonnes, mais un bon divertissement donc j’aurais du mal à être déçu.
    (Faut que ce soit un peu cohérent aussi, c’est pê le seul truc qui me fait peur)


  • Community Manager

    Vu.

    Je casse le suspense : ça m’a plu.
    C’est exactement ce que j’avais envie de voir : un space opera qui se la pète pas, qui a pour lui un visuel canon (c’est pas seulement beau, c’est aussi toujours juste, d’autres films sont beaux mais veulent faire des paillettes quand ils pètent), qui réussit le tour de force de jouer une formule à l’ancienne tout en y apportant de la fraicheur.

    La jaquette indique “entre Le Cinquième élément et Avatar” et j’ai été heureux de retrouver davantage du premier que du second (y a beaucoup de bons sentiments mais ce n’est jamais aussi niais qu’Avatar, film qui correspond d’ailleurs aussi à ma première parenthèse ci-dessus).

    Je suis triste que ça ait floppé, même si à mon sens une ou des suites ne sont pas indispensables, ça s’arrête pas nulle part comme je l’ai craint, le film a un début et une fin, et n’est jamais incompréhensible.



  • Vu (étonnant !)

    Je ne regrette pas de l’avoir vu, même si j’ai été contente de voir quand il se terminait. C’est long pour ce que ça raconte.
    C’est une jolie coquille (inégale dans sa beauté cela dit), mais une jolie coquille vide.

    Je trouve que les acteurs ne collent pas à leur personnage ; tout semble forcé, leur jeu comme les prises de vue.
    Le scénario est très faible, si bien que le tout ressemble à un enchaînement de scènes sans rapport les unes avec les autres, juste une suite d’idées déposées un peu au hasard.
    La morale, bien qu’un peu moins lourde que dans Avatar, est pleine de bons sentiments :

    les gentils indigènes vivent en paix et au rythme de la nature jusqu’à ce qu’arrive le méchant militaire à l’ego pathologique, et qui préfèrera mourir et emmener avec lui ce qui pourrait compromettre son honneur.
    Les touches d’humour, qui voulaient probablement ajouter un peu de légèreté au film, sont loin d’être subtiles.
    Par ailleurs, je trouve que l’image de la femme est représentée à la manière des années 60 (je sens venir le “féminazie”, mais tant pis).

    Bref, je ne vais pas à contre courant de la majorité des avis ici, et je rejoins la critique construite, et juste à mon sens, de @Le-periannath.

    Cela dit, je suis contente qu’ @Honey ait pris plaisir à le regarder, ça compte comme point positif ?



  • @chibi a dit dans Valérian et la Cité des mille planètes :
    .

    Par ailleurs, je trouve que l’image de la femme est représentée à la manière des années 60 (je sens venir le “féminazie”, mais tant pis).

    Le probleme de Besson, ça a toujours été les femmes.



  • @stabban je n’ai pas tellement de points de comparaison pour en juger, mais je trouve ça très net dans ce film.



  • @stabban a dit dans Valérian et la Cité des mille planètes :

    @chibi a dit dans Valérian et la Cité des mille planètes :
    .

    Par ailleurs, je trouve que l’image de la femme est représentée à la manière des années 60 (je sens venir le “féminazie”, mais tant pis).

    Le probleme de Besson, ça a toujours été les femmes.

    ça dépends, il a pas beaucoup de problème quand il s’agit de les harceler.


  • Community Manager

    J’ai enfin vu ce film qui prenait la poussière chez moi depuis des mois…
    Bon, ça ressemble effectivement beaucoup au Fifth Element, en moins bien.
    Je ne me suis pas ennuyée parce que visuellement on en prend plein les yeux (même si justement ça part un peu trop dans tous les sens, c’est la débauche CGI), et moi j’aime bien Cara Delevingne, mais j’ai trouvé qu’il y avait quand même beaucoup d’incohérences, ça agace un peu.
    Exemples :

    -l’idée du marché virtuel c’est top. Mais pourquoi les mecs s’embêtent à envoyer Valérian dans l’univers virtuel, au péril de sa vie à travers les quartiers dangereux du marché, alors que Laureline traverse le désert réel à pied sans aucun souci pour le rejoindre ? Pourquoi ne pas faire directement le chemin jusqu’au lieu de l’échange perle/tatou-alien tout en invisible du début à la fin ? J’ai peut-être loupé un truc. :hum:
    -Qu’apprend Laureline grâce à la méduse pêchée avec Chabat qu’elle ne savait pas déjà ?
    -Pourquoi Valérian s’embête à faire tout un stratagème avec Rihanna pour prendre l’apparence d’un des gros aliens, pour au final enlever son camouflage au bout de 2 minutes et tabasser de l’alien sans plus attendre ?

    Enfin tout est comme ça… :lecid: Faut dire aussi que j’ai pas lu les BD, c’est sans doute mieux contextualisé sur papier.
    Enfin malgré tout, le film remplit son rôle de divertissement pur, faut sans doute pas chercher plus loin…