Et les mistrals gagnants



  • Et les mistrals gagnants est un film/documentaire français (là je suis sûre de ne pas me tromper en mettant le titre VO) réalisé par Anne-Dauphine JULLIAND en 2015 et sorti en 2017.
    text alternatif
    Anne-Dauphine Julliand est journaliste, elle a eu 4 enfants et deux sont décédées d’une maladie lysosomale. Elle a publié, en particulier, un ouvrage témoignant de la vie, la maladie et la mort de sa fille.

    Et les mistrals gagnants raconte, à hauteur d’enfant (caméra sous l’épaule) la vie, la maladie, les soins, bref le quotidien de Ambre, Camille, Charles, Imad et Tugdual, âgés de 5 à 9 ans et malades depuis longtemps.

    Je trouve ce film très beau, il n’est pas pesant malgré la gravité du thème.
    Il n’y a pas de voix off mais seulement des musiques qui accompagnent les gestes et les mots de ces p’tits bouts d’homme, de leurs parents et de leurs soignants.
    Si vous avez l’occasion de le voir, je vous le conseille, à tout âge.


  • Team

    Exactement le genre de films que j’évite comme la peste.



  • @mahonia ah oui ? Pourquoi ?


  • Team

    @chibi Je ne supporte pas de voir des gens malades donc des enfants, encore moins. Ça me fout en bad pour quelque jours ce genre de connerie.



  • oulala pareil que @Mahonia , c’est le genre de film qui va me faire pleurer comme une merde, et je vais pas arrêter d’y penser.



  • Chacun a son niveau de tolérance c’est sûr ! Pour ma part je ne le trouve pas insupportable.
    Il peut faire pleurer les yeux, mais il ne me semble pas traumatisant. Touchant, mais pas traumatisant.

    La maladie n’est pas montrée comme cruelle, le film porte juste un regard sur la réalité de ces enfants.


  • Admin

    Il est sorti sur grand écran ou seulement en DVD/Bluray ?



  • @ratonhnhakéton sauf erreur il est sorti au cinéma aussi, et a rencontré plus de succès qu’attendu, donc même certaines petites salles l’ont passé !



  • En cherchant une réponse plus précise, j’ai lu ça sur Allociné :

    "Et les mistrals gagnants"
    Le titre du film fait référence à la chanson de Renaud (que l’on entend à la fin) qui a accompagné Anne-Dauphine Julliand du début à la fin de la conception du projet. Elle confie :
    “Un jour, j’ai réalisé qu’à chaque fois que je me mettais à écrire, je chantonnais Et les mistrals gagnants. J’ai compris que la chanson de Renaud résumait à elle seule tout le propos du film. Le film, ce n’est pas : « Je vais vous montrer ce qu’est un enfant malade », c’est : « Je vais vous inviter à vous rappeler de l’époque où vous étiez minot. Cette insouciance. » C’est propre à l’enfance, nous l’avons tous eue. Et je crois que la fameuse sagesse qu’une fois adulte nous cherchons tous à gagner, ce n’est rien d’autre que cette insouciance. Cette promesse de la vie. En sachant avec lucidité que l’enfance ce n’est pas facile. Qu’il y a des larmes, des douleurs…”



Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.