L'art contemporain...



  • Héritiers des cubistes, des futuristes, fauvistes et autres modernistes, mais aussi des horreurs des deux Grandes Guerres, l’art contemporain est une véritable continuation rebelle face aux pompiérisme, les arts dits “classiques”.

    Des œuvres avec un message, un impact fort, il y en a eu ! Que l’on aime ou non une oeuvre (peinte, sculptée etc) on saurait probablement ressentir un message transmis. Les œuvres se voulaient choquantes, aussi, depuis longtemps déjà. Les féministes des années 70 l’avaient bien compris. The Dinner Party de Judy Chicago,
    0_1509798234982_9a994815-28ca-43b9-b9f5-680627dec20f-image.png
    Les Nana et autres sculptures de Niki de Saint-Phalle, etc
    0_1509798313922_b50c2c5f-9143-4af8-9532-ef26eb47989c-image.png
    On est de retour dans l’époque de De Beauvoir et de Simone Veil. Il s’en passait des choses, au XXème siècle !

    Après la guerre on craignait ne plus savoir quoi faire d’artistique.
    Comment créer après Auschwitz ? C’était un peu la question. On sort d’une guerre épouvantable, on pourrait reprendre ce qu’on faisait avant, mais … c’est plus pareil.

    Toutefois les artistes seront surtout poussés par l’avenir.
    0_1509798566164_ad187586-d97f-4ee4-bc7f-6828a1fab544-image.png (Giacometti)

    Pas mal racontent leur aujourd’hui en pensant au lendemain. L’après-guerre, le XXème siècle, c’est aussi le début de nouvelles habitudes…
    0_1509797222402_71421a67-c597-4a18-8627-edf0ea950c79-image.png (Hanson)
    La consommation de masse…
    0_1509797033843_49a95892-2556-41e8-a90c-d7a2b7d35755-image.png (Arman)
    …La publicité…
    0_1509797105583_ebb5d652-90d0-4af2-891d-ee494be30b00-image.png(Warhol)
    …et l’omniprésence de l’image.

    D’autres préfèrent l’évasion, le rêve, le fou… Les Surréalistes, Dali, les dadaïstes, Marcel Duchamp,…
    0_1509797911110_a5ab7c65-0add-424f-a0a9-6b813cf96ca7-image.png (Vladimir Kush)
    Ça nous changeait un peu des thèmes classiques comme les sacres, les crucifixions, et les histoires mythologiques (même si on les nem toujours).

    Dans les œuvres que je vous ai présenté, il doit en avoir au moins une que vous connaissez, même vaguement. Et pourtant quand on dit “art contemporain” on pense plutôt à des choses comme ça:… non en faite je vais éviter les images, trop grossier.

    Le problème n’es pas apparu ce matin, mais il pouvait déjà se présentir depuis cette époque d’après-guerre. On est bien en droit de se demander où est la légitimité d’une oeuvre d’art.

    Maintenant je vais être brève. Avant ça pouvait choquer, mais maintenant: voir des assiettes cassées, des cartons mâchouillés, et plus de clitoris en une journée dans une expo qu’un gynécologue pourrait en voir durant une carrière, ça ne choque plus. CA SAOULE.

    Une artiste féministe des années 70 qui expose un clitoris d’une certaine façon, rappelant un message fort: le patriarcat, le rôle des femmes, etc ça peut nous intéresser.
    Un mégalomane qui expose une toile blanche, ses boutons de manchettes, ou des traces de peintures placées au pifomètre sans vraiment faire passer quoi que soit (émotion, message, histoire, questionnement,…), c’est beaucoup moins passionnant.
    Mais je pense que la palme d’or revient aux gros cochons qui aiment exposer de l’érotisme vulgaire juste pour ce que c’est (teub, cuisseaux, nichons, chatons, etc). Les plus égocentriques d’entre-eux placés dans l’art de la performance, pinceau coincé entre ses deux jambons,…

    Les enfants ingrats des derniers mouvements artistiques, beaucoup de hipster, de narcissiques, qui profitent de l’allure de certaines œuvres pour mimer sans vraiment savoir ce qu’ils font. Quelle sensation on ressent quand on entre dans un petit musée rempli d’objets cassés, de tableaux presque non-peints, de sex-toy géants ?
    On ne parle pas de notre société et de ses problèmes, on utilise le sophisme pour transformer ce que l’on veut en art. Au point que c’en est devenu un véritable problème.

    Je ne nie pas qu’il y ait encore, de nos jours, de vrais artistes. Le problème c’est qu’on ne les met plus en avant. Maintenant on met en avant qui on veut, sans se soucier du talent et du travail, pour privilégier le piston.

    A vous de présenter un peu vos impression sur l’art contemporain, ce que vous aimez, ou non. Faites nous partager des choses intéressantes comme aberrantes.
    0_1509801929160_2c049ab1-ece6-41f6-a64d-1ce4fc04a1ee-image.png



  • @beanobecher a dit dans L'art contemporain... :

    Mais je pense que la palme d’or revient aux gros cochons qui aiment exposer de l’érotisme vulgaire juste pour ce que c’est (teub, cuisseaux, nichons, chatons, etc). Les plus égocentriques d’entre-eux placés dans l’art de la performance, pinceau coincé entre ses deux jambons,…

    Il y a encore pire à mes yeux. Le gros cochon qui expose du vulgaire mais n’assume pas.

    On a tous souvenir du gros plug vert gonflable installé sur la place Vendôme par l’artiste Paul McCarthy.

    text alternatif

    Si ce dernier avait joué à fond la carte du subversif, en défendant son oeuvre pour ce qu’elle représente (un gros sextoy destiné au fion), au moins aurait-il gagné une part de mon estime. Juste pour avoir défendu son travail vis à vis de ses detracteurs les plus puritains.

    Sauf que dans une tentative bancale de calmer les esprits, le gars a tenté de nous présenter son œuvre disgracieuse comme… un sapin.

    Ok.

    L’artiste dont les thêmes de prédilection gravitent d’ordinaire autour du cul, de la sodomie et de la merde, a ici juste voulu faire un sapin.

    Je suis prêt à accepter beaucoup de choses de la part d’artistes contemporains, mais qu’ils se dégonflent autant que leurs oeuvres, et se foutent complétement de la gueule de leur public, j’ai plus de mal.



  • @le-periannath a dit dans L'art contemporain... :

    de la sodomie

    C’est du chocolat?



  • @le-periannath Je savais qu’il allait être mentionné, celui-là. :clap:
    Des artistes qui se moquent de leur public, un problème majeur que je reprocherai au monde de l’art, surtout celui d’aujourd’hui (car on en a).



  • @le-periannath a dit dans L'art contemporain... :

    @beanobecher a dit dans L'art contemporain... :

    Mais je pense que la palme d’or revient aux gros cochons qui aiment exposer de l’érotisme vulgaire juste pour ce que c’est (teub, cuisseaux, nichons, chatons, etc). Les plus égocentriques d’entre-eux placés dans l’art de la performance, pinceau coincé entre ses deux jambons,…

    Il y a encore pire à mes yeux. Le gros cochon qui expose du vulgaire mais n’assume pas.

    On a tous souvenir du gros plug vert gonflable installé sur la place Vendôme par l’artiste Phttp://sexes.blogs.liberation.fr/2017/11/01/les-pissotieres-paradis-perdu/paul McCarthy.

    text alternatif

    Si ce dernier avait joué à fond la carte du subversif, en défendant son oeuvre pour ce qu’elle représente (un gros sextoy destiné au fion), au moins aurait-il gagné une part de mon estime. Juste pour avoir défendu son travail vis à vis de ses detracteurs les plus puritains.

    Sauf que dans une tentative bancale de calmer les esprits, le gars a tenté de nous présenter son œuvre disgracieuse comme… un sapin.

    Ok.

    L’artiste dont les thêmes de prédilection gravitent d’ordinaire autour du cul, de la sodomie et de la merde, a ici juste voulu faire un sapin.

    Je suis prêt à accepter beaucoup de choses de la part d’artistes contemporains, mais qu’ils se dégonflent autant que leurs oeuvres, et se foutent complétement de la gueule de leur public, j’ai plus de mal.

    Mais pourquoi faudrait-il que l’artiste dise ce qu’il a voulu faire ? Par ailleurs, pourquoi faudrait-il qu’il proclame que son œuvre est un plug alors que de toute évidence elle n’en est pas un ? En effet, un plug a vocation à être un objet sexel, or cette œuvre est bien trop monumentale pour cette utilisation. L’artiste ne nous démontre-t-il pas par cette œuvre que nous sommes complètement conditionnés par notre vision et les réflexes mentaux que nous avons appris à avoir par notre vue ? À mon avis, cette œuvre s’insctit directement dans le sillage du célèbre « Ceci n’est pas une pipe » de René Magritte.

    0_1509848352435_6FCFB67F-A95A-4975-A4C9-39DF440FFD6C.jpeg

    En effet, ça ressemble à une pipe mais dans la réalité ce n’est qu’un dessin, une illusion visuelle avec laquelle on ne pourra jamais fumer. Pourtant, par conditionnement mental on appelle quand même cela une pipe.

    De la même façon, l’oeuvre de McCarthy n’est pas un plug, même si notre conditionnement visuel nous fait en voir un : Il est bien trop gros pour qu’on puisse l’utiliser comme tel, c’est donc une illusion.

    Ici, on n’est pas dans l’art figuratif classique, on est dans l’art intellectuel, conceptuel contemporain. Pour ceux qui ne comprennent pas cela (par delà le fait qu’on peut apprécier ou pas la démarche), ceux qui veulent une explication concrète, l’artiste répond : « C’est un sapin.» Par sa taille, sa forme et son utilité concrète, ça s’apparente en effet plus à un sapin qu’à un plug.



  • @britten a dit dans L'art contemporain... :

    Mais pourquoi faudrait-il que l’artiste dise ce qu’il a voulu faire ?

    Ah mais il ne faut pas, justement. Je n’ai jamais dit qu’un artiste devait expliquer son oeuvre. S’il peut s’en passer, c’est d’autant mieux. Ca veut dire que l’oeuvre se suffit à elle-même dans le message qu’elle véhicule.

    J’aurais encore préféré que McCarthny ne dise rien, et laisse ses détracteurs se dépatouiller tous seuls.



  • @britten Je n’aurais pas dit mieux. Il y a souvent confusion (et dans ce topic un peu aussi) entre les codes de l’art classique, où il faut du beau et des sentiments, et ceux de l’art “conceptuel contemporain” comme tu dis, où il faut réfléchir et réagir.

    Un truc triangulaire vert de 20 mètres de haut, c’est un truc triangulaire vert de 20 mètres de haut. C’est autant un plug qu’un sapin, mais si, pour la bienséance qui n’aime que l’art classique avec des fleurs, il faut dire que c’est un sapin, alors soit, on va dire ça.



  • @shaad a dit dans L'art contemporain... :

    @britten Je n’aurais pas dit mieux. Il y a souvent confusion (et dans ce topic un peu aussi) entre les codes de l’art classique, où il faut du beau et des sentiments, et ceux de l’art “conceptuel contemporain” comme tu dis, où il faut réfléchir et réagir.

    Un truc triangulaire vert de 20 mètres de haut, c’est un truc triangulaire vert de 20 mètres de haut. C’est autant un plug qu’un sapin, mais si, pour la bienséance qui n’aime que l’art classique avec des fleurs, il faut dire que c’est un sapin, alors soit, on va dire ça.

    Voilà ! <3



  • Plug ou sapin, vous la trouvez belle cette oeuvre vous ? C’est sans doute pas ce qui est espéré, mais on peut supposer qu’une exposition en plein milieu de la place Vendôme (faut voir l’architecture autour hein) c’est censé être vaguement plaisant à l’oeil, nan ?



  • @oranginita Non, non, non, non, la réflexion esthétique contemporaine écarte l’idée du beau.



  • En effet l’art contemporain a comme spécialité de remettre en cause l’art classique, et se veut même porte-parole idées engagées. Pourquoi respecter la logique des proportions, des réalités ? L’art, si puissant soit-il, peut faire bien plus que du beau ? Et est-ce son rôle de faire du “beau” ? N’est-ce pas le réduire à une simple décoration ? L’art a souvent voulu énoncer un message. Un message politique, personnel, sensoriel, mais l’art veut donner une âme à son objet. Et l’art contemporain veut se libérer de codes dits “classiques” pour aller plus loin.

    Pour le sapin, le problème c’est que personne n’est réceptif à ce qu’il veut transmettre. Comme l’a déjà souligné quelqu’un plus haut, l’artiste aime beaucoup l’univers scato’, alors son sapin/plug, c’est comme un nouvel renvoi à tout cela. Le problème c’est que si son but était JUSTE de provoquer et de se faire remarquer, sans dénoncer, transmettre, on même “faire du beau” ou évoquer une émotion, pas étonnant que les gens méprisent la chose. La provocation par l’image du sexe semble plus exaspérer et saouler qu’autre chose. Ce sapin n’a fait que rappeler une image sexuelle, et quand une “oeuvre” se contente de faire ça c’est très lourd.



  • @beanobecher Peut-être que le but de McCarthy était de choquer les bourgeois (place Vendôme) à un moment où une partie d’entre eux, la frange catho, cassaient les couilles sur les sujets sociétaux qui étaient en débat. Ça les a fait gueuler comme des cochons, objectif rempli, c’est bien joué. Parfois l’art contemporain c’est aussi simple et bref que ça.



  • @shaad a dit dans L'art contemporain... :

    @beanobecher Peut-être que le but de McCarthy était de choquer les bourgeois (place Vendôme) à un moment où une partie d’entre eux, la frange catho, cassaient les couilles sur les sujets sociétaux qui étaient en débat. Ça les a fait gueuler comme des cochons, objectif rempli, c’est bien joué. Parfois l’art contemporain c’est aussi simple et bref que ça.

    Ah oui possible, et c’est réussi du coup. Vu comme ça.



  • @shaad a dit dans L'art contemporain... :

    @beanobecher Peut-être que le but de McCarthy était de choquer les bourgeois (place Vendôme) à un moment où une partie d’entre eux, la frange catho, cassaient les couilles sur les sujets sociétaux qui étaient en débat. Ça les a fait gueuler comme des cochons, objectif rempli, c’est bien joué.

    Sauf qu’à mes yeux il a même pas été au bout de cette démarche.

    S’il avait vraiment souhaité choquer sans ceder une once de terrain, il aurait tout aussi pu dire : “Oui c’est un plug anal géant. Ca vous emmerde ?”


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.