Un nouveau télescope pour révolutionner l'astronomie amateur


  • Admin

    Un nouveau télescope développé par la start-up française Unistellar peut mettre l’univers profond à la portée de tout le monde, et même transformer chaque utilisateur en assistant pour l’astronomie professionnelle. Directeur scientifique de cette entreprise et membre de l’institut Seti, partenaire de cette innovation, l’astrophysicien Franck Marchis nous parle de ce télescope révolutionnaire.

    Malheureusement, plusieurs vocations naissantes d’astronomes amateurs se sont brisées face au mur de la réalité. En effet, on ne peut qu’être charmé par les images somptueuses de nébuleuses et de galaxies publiées dans les magazines d’astronomie ou sur Internet. L’envie de les voir de ses propres yeux ou de les photographier est donc bien compréhensible. Sauf que l’astronome en herbe finit souvent par réaliser que s’il est facile de contempler la surface de la Lune, les lunes de Jupiter ou les anneaux de Saturne, il n’en va pas de même pour explorer les objets du ciel profond. Certes, moins d’un millier d’euros peuvent suffire pour acheter des instrument montrant ces objets mais la déception est parfois au rendez-vous. Les images obtenues sont plutôt floues, peu lumineuses et certainement pas colorées.

    L’amateur découvre que du travail et du temps sont nécessaires pour s’offrir de belles observations à l’œil nu. Le pas suivant est la photographie, qui apporte la couleur, grâce au temps de pose, mais l’addition atteint alors quelques milliers d’euros. Il faut multiplier les prises de vue, qui s’étalent sur plusieurs heures, et disposer d’un télescope dont le diamètre du miroir est assez grand pour collecter suffisamment de lumière, au moins 200 mm, et qui soit capable de suivre le mouvement de la voûte céleste. Des filtres colorés ou « antipollution », pour atténuer la dégradation du spectre lumineux en ville, s’imposent souvent et, pour de belles images, mieux vaut déplacer son équipement en campagne loin de l’éclairage urbain. Il faut ensuite se lancer dans le travail du traitement d’images sur ordinateur, une affaire passionnante mais sérieuse. Alors commence le plaisir d’obtenir de superbes images de la nébuleuse planétaire de la Lyre (M57 pour les astronomes amateurs) ou de la galaxie des Chiens de chasse.

    L’eVscope, un télescope capable d’identifier galaxies et nébuleuses

    Une innovation technologique va peut-être démocratiser encore plus l’accès à l’astronomie, à l’ère des technologies exponentielles chères à Peter Diamandis. Elle vient d’une start-up française, Unistellar, qui développe l’eVscope (Enhanced Vision Telescope). Connecté et offrant une vision amplifiée, il a le potentiel de révolutionner l’astronomie amateur.

    Futura a eu l’opportunité d’assister à une démonstration de l’eVscope lors de la manifestation organisée par l’Association française d’astronomie (AFA) sur le Beffroi de Montrouge, le samedi 29 juillet pour la Nuits des Étoiles. Le résultat était bluffant. Même sous un ciel brumeux et dans la pollution lumineuse de la ville, quelques secondes ont suffi pour former une image en couleurs de la nébuleuse planétaire de la Lyre. En dessous de ses capacités dans cet environnement, le télescope offrait une vue déjà impressionnante.

    En effet, l’eVscope combine une technologie qui permet d’accumuler les photons d’une faible source lumineuse, par un temps de pose, comme le fait un appareil photo, et une technique de traitement de l’image en temps presque réel. En une poignée de secondes, l’engin crée une image qui nécessiterait un télescope d’au moins un mètre de diamètre, alors que celui de cet essai disposait d’un modeste miroir de 114 mm. L’image obtenue s’observe à travers un oculaire, comme dans un instrument classique. Mieux, le télescope reconnaît les astres observés, qu’il s’agisse d’étoiles ou de galaxies, et il affiche automatiquement les noms et quelques caractéristiques des objets présents dans le champ.

    Unistellar a mis en ligne des vidéos réalistes qui permettent de se rendre compte des performances de ce télescope encore à l’état de prototype. La start-up veut continuer à le développer en s’appuyant notamment sur une campagne de financement participatif qui sera lancée en automne 2017. L’eVscope sera proposé à moins de 1.000 euros, avec comme objectif les première livraisons pour mi-2018.

    Les ambitions de ses fondateurs dépassent ce cadre. Depuis quelques mois, un nouveau membre a rejoint l’équipe et il est connu des lecteurs de Futura : c’est Franck Marchis, de l’institut Seti. Nous avons donc demandé à l’astrophysicien de nous parler de l’eVscope et pourquoi Unistellar se trouve désormais associée avec Seti.

    text alternatif

    De gauche à droite, trois des membres d’Unistellar : Franck Marchis (directeur scientifique et astronome professionnel à l’institut Seti), Arnaud Malvache (président et directeur technique), Laurent Marfisi (directeur général), avec un prototype de démonstration à Aix-en-Provence en juin 2017. Manque sur cette photo Antonin Borot, l’un des cofondateurs d’Unistellar. © Unistellar

    Source et suite : futura-sciences.com


  • Admin

    Vivement qu’il soit disponible ! :wiiii:



Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.