Fabian - Koh Lanta Fidji


  • Team

    #Fabian

    0_1504026844203_fabian-1-12f251-0@1x.jpg

    47 ans - Suisse

    Travailleur Social
    Tribu : Makawa

    Fabian le dit lui-même, il est un survivant. Son enfance et son histoire hors du commun ont fait de lui l’homme qu’il est aujourd’hui. Marié et papa de deux enfants, il se fait un devoir d’aider les autres, comme lui a été aidé par le passé. En participant à Koh-Lanta, il veut prouver à ses enfants que rien n’est impossible dans la vie !


  • Team

    Je n’aime pas les tatouages du coup là :/


  • Team

    Il se la joue à la Laurent on dirait bien :hum:



  • Y a Fabian ce soir dans Salut les Terriens d’Ardisson.



  • Voici ses premières ITV après son élimination :

    ITV pour TéléStar :

    Fabian, Koh-Lanta Fidji: “Je faisais peur aux aventuriers”

    Télé Star : Grosse surprise pour vous. Tiffany a donné un collier d’immunité à sa copine. Vous avez été éliminé grâce à un coup de maître de Tiffany et de Magalie…
    Fabian : Je pense que je faisais peur aux aventuriers. Je ne suis donc pas vraiment surpris que mon nom soit sur les papiers. Mais je suis content d’être sorti sur une phase de jeu car j’aime ça. Ce qu’ont fait Magalie et Tiffany est génial.

    Pas de regret alors ?
    On vient à Koh Lanta pour gagner, le seul regret, c’est de sortir. Mais je suis content de mon aventure.

    Est-ce une forme d’échec du “parrain” ?
    Non, je ne sors que du positif de tout cela. Je ne suis pas abattu pour cela. Koh-Lanta est un jeu. Elles ont gagné. Il faut savoir perdre quand on est un bon compétiteur.

    Vous avez été pas mal critiqué sur Twitter. Comment vivez-vous tout cela ?
    Je n’ai aucun agacement. Ce qui compte, ce sont les choses incroyables que j’ai partagées avec les autres, pas le besoin de certains de faire le buzz. On n’a pas tout montré non plus. Les critiques ne m’atteignent pas. Je n’ai pas le temps pour ça. Certaines m’ont fait rire comme les parodies où il y a des gags sur les poules, les poulaillers -allusion à son enfance difficile, ndlr- ou sur mes tatouages. Je suis joueur et bon joueur.

    Auriez-vous été partant pour le Koh Lanta All Stars qui est actuellement en tournage ?
    Oui mais on ne me l’a pas proposé. Peut-être que je ferai un jour un «Old stars » ! (Il rit)



  • Interview pour Le Figaro :

    Fabian (Koh-Lanta) : «Je n’ai manipulé personne»

    INTERVIEW - Candidat emblématique de la saison tournée aux Fidji, le Suisse de 48 ans au parcours de vie incroyable a fait les frais d’un inattendu retournement de situation.

    Dans cette saison de Koh-Lanta Fidji, les candidats ont l’occasion de se rendre, à tour de rôle, sur l’île du Paradis Perdu. Un lieu où plusieurs coffres cachés renferment des privilèges. Lors de ses recherches, Tiffany a eu l’opportunité d’y dénicher un collier d’immunité sans qu’aucun de ses partenaires d’aventure ne le sachent. Aucun ou presque. La jeune comédienne en a fait profiter son alliée Magalie, cible de six votes au conseil. Et contre toute attente, après 30 jours de survie, c’est Fabian qui a été contraint de quitter le jeu avec un admirable fair-play.

    Fabian, dans votre portrait, vous disiez craindre que le premier regard des autres candidats puisse vous porter préjudice. Qui a eu la curiosité d’aller au-delà des apparences?
    C’est vrai, le premier abord par rapport à mon tatouage au visage est parfois délicat. Lors de la première épreuve, j’étais dans le bateau avec Sandrine donc nous nous étions salués. Une fois tous ensemble sur la plage, les premiers à être venus vers moi ont été Maxime et Manu. Ils portaient sur moi les premiers regards et m’ont adressé les premières paroles de mon aventure. Avec eux, la relation a été incroyable, ce sont des gens très intelligents. J’ai appréhendé le regard des autres mais mes peurs se sont très rapidement atténuées. Dans le contexte de Koh-Lanta, on laisse les apparences de côtés.

    Lors du remaniement des équipes, vous avez troqué votre foulard rouge contre un jaune. Avec le recul, regrettez-vous de vous être déclaré rouge de coeur jusqu’au bout?
    Pas du tout. Pour moi, Koh-Lanta, ce n’est ni bleu, ni jaune mais c’est rouge. C’est le fan qui parle. Parmi l’équipe rouge du départ, j’ai fait un pacte avec certaines personnes - Sandrine, Mélanie, Maxime, Manu et par la suite Marguerite - mais pas avec tout le monde.

    Pourquoi, par deux fois, avoir été solidaire du vote des «jeunes», des anciens jaunes, après la réunification?
    Une fois la réunification atteinte, la donne change. Avant, on vote contre les moins méritants ou ceux avec qui on a le moins d’affinité. Après, on vote contre les plus forts parce que nous sommes dans un jeu et que nous voulons tous aller au bout. Mais les promesses que j’ai pu faire durant mon aventure, je les ai toutes tenues.

    Lorsque vous annoncez à Caroline votre choix de voter contre elle, saviez-vous à ce moment-là qu’elle était blessée?
    Oui mais ma décision personnelle était prise avant, elle le savait très bien. Pour moi, elle n’était pas méritante. Caroline est venue nous voir avant le conseil pour nous dire qu’elle ne se sentait pas bien et qu’elle était blessée. Quand je l’ai annoncé à la tribu des rouges, c’était une vérité. Et dans l’épisode diffusé sur TF1, c’est passé comme un mensonge… Marvyn a pu le confirmer, elle était blessée et voulait quitter le jeu.

    Vous sembliez à votre aise dans l’exercice de la survie, sur le camp et les épreuves. Qu’avez-vous eu le plus de mal à vivre dans cette aventure?
    Le remaniement des équipes et le changement de camp. Contrairement à la majeure partie des rouges du départ qui n’ont pas eu à bouger, j’ai dû rejoindre - avec Maxime, Manu et Caroline - une nouvelle île et un nouveau camp que je ne connaissais pas. C’était difficile de tout devoir recommencer à ce moment-là. Il fallait retrouver nos repères, c’était comme reprendre l’aventure de zéro.

    Avant votre dernier conseil, en dehors du collier de Romain, pressentiez-vous qu’une autre collier d’immunité puisse avoir été trouvé ou gagné?
    Non, absolument pas. Je ne savais même pas que Tiffany avait passé du temps seule après notre épreuve de confort puisque j’étais avec Romain, André et Magalie en train de profiter de notre gain. À mon retour sur le camp, Sandrine et Mélanie m’avaient prévenu que les votes des ex-jaunes allaient se tourner contre moi. Cela ne me choquait pas. Mais ce qui s’est passé durant ce conseil est juste génial parce que je sors sur une phase de jeu incroyable. C’était un très beau coup de poker. Je suis joueur, je suis sorti la tête haute et fier de mon aventure.

    En attribuant votre «vote noir» à Maxime, vous démontrez une nouvelle fois votre loyauté envers lui…
    Certains téléspectateurs me qualifient de manipulateur sur les réseaux sociaux alors que je suis droit dans mes bottes. Je n’ai jamais changé mon avis. Maxime est mon binôme de l’aventure. Il a aussi eu le droit à son lot de critiques mais c’est quelqu’un qui a été d’une grande loyauté à mes yeux. C’est quelqu’un de très sensible et de très humain. C’est très difficile de faire Koh-Lanta quand on a le coeur sur la main comme lui. Je l’ai compris dans ses choix, ses dilemmes et c’était une évidence de lui donner ce «vote noir».

    Avez-vous eu le sentiment durant le jeu de tirer les rênes et de manipuler les gens comme les téléspectateurs le disent?
    L’histoire du parrain et de la marionnette était partie d’une grosse rigolade mais ça a été pris au sérieux à l’écran. J’ai donné mon avis sur plein de choses sans volonté de manipuler qui que ce soit. J’ai toujours été franc avec les gens, je venais les voir avant le conseil pour leur dire pourquoi j’allais voter contre eux. Je l’ai dit à Caroline. J’ai dit à Sébastien que je voulais le sortir parce qu’il était plus fort que moi. Nous étions entre adultes, chacun faisait les choix nécessaires pour aller le plus loin possible. Je donnais mon avis et j’écoutais les avis des autres. Toutes les décisions prises ne venaient pas forcément de moi!

    Vos proches ont-ils reconnu le Fabian de leur quotidien dans ce Koh-Lanta?
    Absolument! (Rires.) Ma femme a reconnu mon côté joueur. Mes proches ont eu l’intelligence de faire la part des choses entre le quotidien et le jeu. Koh-Lanta, ce n’est pas la vraie vie. Nous sommes dans un jeu où la finalité est d’atteindre les poteaux et de gagner 100.000 euros. Si les gens arrivent dans cette aventure en voulant être la personne parfaite et en se recoiffant à chaque fois avant de passer devant la caméra, il ne faut pas y aller. Je suis arrivé avec mes kilos en trop, mon accent vaudois et j’allais répondre à mes interviews avec des bouts de bernard-l’ermite entre les dents! (Rires.) J’ai joué, je me suis pris au jeu et je me suis amusé.

    Parlez-nous de votre activité de chanteur au sein du groupe F.H.O.B.I, quelle place cela occupe dans votre vie?
    Adolescent, j’ai toujours adoré la musique, je suis très ouvert. Ma maman adorait Charles Aznavour et je suis maintes fois allé le voir en concert. J’adore ses textes. C’était une évidence d’exprimer cette passion avec un groupe, avec des potes et des musiciens professionnels. Avec F.H.O.B.I, nous faisons du metal latino, cela me plaît énormément. En 2013, nous avons fait deux tournées européennes dans les plus grandes salles. À Hambourg, j’ai eu la chance d’avoir la loge où était passé Kurt Cobain et James Hetfield. C’était un rêve éveillé tout comme j’ai vécu un rêve éveillé en faisant Koh-Lanta.

    Où en est votre projet de biographie?
    J’ai deux projets incroyables: je suis en train de monter mon entreprise, je vais travailler avec des jeunes en difficulté sociale pour des formations. J’organise des camps de renforcement et de soutien pour les sortir de l’ordinaire. Je me suis entouré de coachs professionnels et de psychologues pour effectuer un suivi de tous ces jeunes. Et il y a la finalisation de mon livre que je souhaiterais pouvoir sortir durant le printemps 2018.



  • Interview pour Gala :

    Koh-Lanta : Fabian, éliminé : « Je vais sortir mon auto­bio­gra­phie dans les mois à venir »

    Appré­cié des uns, détesté des autres, Fabian est l’un des candi­dats emblé­ma­tiques de Koh-Lanta Fidji. Éliminé par les derniers aven­tu­riers restants, le Suisse revient sur son parcours.

    Il a été éliminé ce vendredi 3 novembre : Fabian quitte l’aven­ture Koh-Lanta Fidji. Le Suisse a répondu aux ques­tions de Gala, et fait notam­ment face aux télé­spec­ta­teurs et télé­spec­ta­trices qui l’ont accusé d’être mani­pu­la­teur.

    Gala : Êtes-vous fier de votre parcours  ?
    Je suis fier d’avoir parti­cipé à Koh-Lanta. Mon aven­ture était juste incroyable. Je suis content de ne pas être sorti sur une mésen­tente ou un clash. Je suis sorti durant une phase de jeu et c’est super.

    Gala : On vous a souvent repro­ché d’être trop stra­tège voire « mani­pu­la­teur ». Que répon­dez-vous à ces accu­sa­tions ?
    Stra­tège, oui, ça se voit. Mani­pu­la­teur, je ne sais pas. S’il y a un mani­pu­la­teur, c’est qu’il y a forcé­ment des gens qui sont prêts à être mani­pu­lés et je ne pense pas que ce soit le cas. Certains candi­dats, qui voulaient aller plus loin, se sont alliés à moi, mais je ne pense pas du tout les avoir mani­pu­lés.

    Gala : Que cher­chiez-vous en vous inscri­­vant à Koh-Lanta  ?
    Je voulais prou­ver à mes enfants que rien n’est impos­sible. Que peu importe d’où l’on vient, on peut faire une aven­ture aussi incroyable que Koh-Lanta et en sortir la tête haute.

    Gala : Avez-vous souf­fert des condi­tions de vie sur le camp  ?
    Pas spécia­le­ment. Quant à l’absence de mes proches, je m’y étais préparé. Avant de partir, j’avais enre­gis­tré des messages pour mes enfants. Ma femme les leur faisait écou­ter pour qu’ils n’aient pas l’impres­sion que j’étais loin d’eux.

    Gala : Quels sont les retours de vos enfants depuis la diffu­­sion des émis­­sions  ?
    Elvis, le plus petit est content de voir son papa à la télé­vi­sion. Le plus grand, lui, s’en fiche un peu, même si ses copains à l’école lui disent que c’est super.

    Gala : Qu’est-ce que Koh-Lanta vous a appris sur vous  ?
    Koh-Lanta m’a permis de m’ouvrir émotion­nel­le­ment. Juste­ment, je lance mon entre­prise. Je me rends compte main­te­nant que j’ai des capa­ci­tés. Certaines personnes souhaitent colla­bo­rer avec moi parce qu’elles se sont rendues compte que j’étais quelqu’un de solide.

    Gala : Koh-Lanta vous a donc ouvert de nouveaux hori­­zons ?
    L’aven­ture m’a permis de chan­ger radi­ca­le­ment d’orien­ta­tion profes­sion­nelle, puisque j’ouvre actuel­le­ment mon entre­prise de team buil­ding. C’est l’occa­sion de travailler avec des jeunes en diffi­culté sociale. Je vais égale­ment sortir mon auto­bio­gra­phie dans les mois à venir.

    Gala : Main­­te­­nant que la réuni­­fi­­ca­­tion a eu lieu, qui voyez-vous aller au bout de Koh-Lanta  ?
    Je crois en Maxime et souhaite qu’il arrive à l’épreuve des poteaux.



Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.