A partir de ce 2 août l'humanité vit "à crédit"