Cash investigation



  • Parce que ce sont des crevards !

    Pas encore vu. Je me le remise ici pour plus tard même si je vais encore avoir la gerbouille.



  • On a quand même de la chance d’avoir une émission de service public qui peut se permettre de s’attaquer comme ça à la première fortune de France.
    Tout les pays n’ont pas ça.



  • Tu m’as doublé de 9 jours, madonna !
    Je regarde cet épisode justement, mais pas mal d’autres sujets valent le coup. C’est juste parfait. 😎 Surtout avec la voix-off juste awesome. :wiiii:



  • 5/2/19

    Un dossier sur le business en or bleu de la pêche au thon (albatore, rouge) entre les mains des plus gros armateurs qui raflent des aides de l’UE (de l’argent public) tout en faisant des montages financiers opaque et autres truanderies pour obtenir toujours plus de quotas et contourner les réglementations, en plus d’épuiser les ressources halieutiques à cause des techniques de surpêche. Ce pillage pour la course au profit et à la rentabilité, je suis encore dégouté !



  • 18/6/19

    Aujourd’hui, Élise est en train d’asticoter les fournisseurs de graines à usage unique (devenus propriétaires mondiaux du vivant bio = hold-up) et les cultures hors-sol avec la normalisation des fruits & légumes, la diminution manifeste de leurs apports alimentaires au profit de la production à la bourre-lolotte et contre-nature. 😀



  • C’est pour ça que les vieux sont en pleine forme avec leur tomate nutritives de ouf des années 60 et que nous sommes fatigués pour un rien!! On mange des tomates sans rien en dedans je suis colère 😠



  • Des tomates sous perfusion non mais bientôt on va faire pousser des tomates en pierre sur la lune pff



  • Franchement, j’ai observé la dégradation gustative ces dernières années. Insipides. Des tomates, des pêches ou des brugnons même pas sucrés, juteux et durs comme pas possible. Sans parler du prix de ouf pour une qualité déplorable.



  • Le site de résistance de semence Kokopeli a eu un record d’affluence après l’émission. Ils ont des graines de qualité bravo Elise!!



  • https://kokopelli-semences.fr/fr (semences libres de droits)

    Capture d’écran 2019-06-21 à 02.02.45.png

    Depuis plus de 20 ans, l’association s’oppose à la main mise de l’agro-industrie et mène un combat sans relâche pour les semences libres de droits et reproductibles.

    La vidéo en streaming direct n’est pas disponible comme par hasard… Bientôt les semenciers majors multi-gloutons sans foi ni loi vont faire pression sur GoogleTube afin qu’elle soit supprimée en native pour motif d’“entrave au secret des affaires”.

    N’empêche que ce n’est pas de la fiction > [JORF n°0174 du 31 juillet 2018].

    https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000037262111&categorieLien=id
    [texte en langue juridique dissuasive pour noyer le pwasson, tel un saumon qui revient frayer à contre-courant sur son lieu de naissance et qui se fait choper par une patte d’ours qui a besoin de faire du gras].

    Loi votée dans l’indifférence générale même si “nul n’est sensé ignorer la loi” :charte:





  • Bookmark > Mardi 24/9/19 - 21h05

    Au secours, mon patron est un algorithme

    Un repas livré en un clic, des amis à portée d’écran, des robots au service de l’homme : Google, Facebook, Uber… ont révolutionné notre vie. Mais ce monde merveilleux de la tech cache une réalité beaucoup moins reluisante.

    Pour faire tourner leurs applications, ces géants de l’économie numérique emploient une armée de petites mains invisibles. Des travailleurs jetables, sous-payés, sans contrat de travail et sans protection sociale.

    Sandrine Rigaud est partie à la rencontre de ces forçats du clic, qui partout dans le monde, pour quelques cents la tâche, nourrissent les systèmes d’intelligence artificielle.
    L’équipe de Cash investigation a pédalé aux ordres de ces algorithmes pour livrer pizzas et burgers pour raconter comment les rois de la foodtech poussent leurs livreurs à bosser toujours plus vite. Des jobs où le risque n’a rien de virtuel.

    *Enquête également sur les conditions de travail des nettoyeurs du net, appelés les modérateurs de contenu ou 'nettoyeurs du Web" (aka gigantesque poubelle de tout et de rien).



  • J’ai encore la crise à voir ce que je vois et à entendre ce que j’entends ! :horreurmalheur: Mais c’est de la crise juste et nécessaire.



  • Punaise, là c’est le volet sur les règles de modération calibrées chez Facebook.
    Lors de la formation, il doivent apprendre par cœur ce qu’il faut garder ou supprimer, juste des règles fixes à appliquer sans discernement contextualisé, comme des machines (ex : un demi-téton = ok / un téton entier = pas ok). C’est hyper charté à l’aveugle.



  • Replay intégral > https://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/cash-investigation/cash-investigation-du-mardi-24-septembre-2019_3603915.html

    Enjoy le monde de demain d’aujourd’hui !

    “Avec les nouvelles technologies, vous pouvez embaucher quelqu’un, le payer une misère et le virer quand vous n’en avez plus besoin.”
    [le “trop cool lol” Lukas Biewald, fondateur de Figure Eight]

    Extrait >