Éducation : retour du redoublement


  • Admin

    Le nouveau ministre de l’Éducation relance l’idée du redoublement.

    Le redoublement est-il vraiment efficace ? Déjà dans les années 70, les ministres se posaient la question. Inutile, voire contre-productif, pénalisant, le redoublement n’est plus considéré comme un remède dans l’apprentissage scolaire. Avec la loi Jospin, en 1989, il ne peut plus être imposé contre l’avis des parents. Et le ministre sait de quoi il parle : “J’ai moi-même connu un petit accident, j’ai redoublé une classe” a-t-il un jour indiqué le sourire en coin.

    Droite pour, gauche contre

    Au fil des ans, les redoublements baissent, en particulier à l’école primaire, mais le serpent de mer ressurgit régulièrement au gré des gouvernements. La droite étant plutôt pour, la gauche, plutôt contre. Et qu’en pensent les intéressés ? Comme les adultes, certains sont pour, d’autres sont contre. Utile ou pas, le débat est loin d’être tranché.

    Source : francetvinfo.fr


    Pour ou contre ? Quel est votre avis sur le redoublement ? Avez-vous déjà redoublé ? Avec le recul cela vous a-t-il aidé ?



  • Arf j’en sais rien. D’un côté on fait passer des élèves avec 5 de moyenne en classe suivante ce qui est stupide.

    D’un autre, le redoublement pour des élèves avec des moyennes comme ça ne permet pas forcément du mieux, et surtout ils restent un an de plus au collège alors qu’a priori, ils ne sont pas scolaires…



  • Je ne savais même pas que c’était devenu exceptionnel depuis Jospinou.

    Je ne vois pas en quoi ça pose problème de doubler car si l’année écoulée a été calamiteuse, autant la refaire plutôt que se gaufrer à coup sûr la suivante. L’éducation n’est pas une course à tout prix, il faut tenir compte que chacun ne progresse pas de la même façon pour diverses raisons (facultés d’acquisition, environnement social, glandage, etc). Et c’est pas honteux de doubler une classe.

    (j’ai repassé ma 1ère et c’est heureux sinon j’aurais certainement foiré ma terminale et le Bac).



  • Pour ou contre ?
    Pour

    Quel est votre avis sur le redoublement ?
    Est-ce que c’est “efficace” , “utile”? C’est souvent la question que l’on pose. Je répondrais, cela dépend utile et efficace pour qui?
    Pour certains ça leur fait du bien et ça leur permet de repartir sur de bonnes bases. Pour d’autres, c’est évident qu’ils ne progresseront pas en faisant une année de plus dans la même classe. Mais faut-il pour autant se dire “bah, il sait pas, il saura jamais, laissons -le passer dans la classe supérieure” Non, non et mille fois non. Car il n’y a pas que l’élève qui redouble ou pas à prendre en compte, il y a aussi le message que ça renvoie aux autres. Un gamin qui bosse dur pour parvenir péniblement à un 55% ou un 60% et qui voit son copain, qui fout que dalle, qui obtient du 30% et à qui on dit “vous êtes tous les deux admis dans la classe supérieure?” Est-ce que celui qui bosse dur pour garder la tête hors de l’eau ne va pas se dire l’année suivante qu’il a tort de se fatiguer pour le même résultat que quelqu’un qui fout rien.
    Et faut bien se dire que les élèves ont très vite compris le mécanisme de cette chasse au redoublement. J’ai un gamin dans ma classe (4e primaire donc cm1 en France) qui oscille entre 3 et 4 sur 10 toute l’année mais que j’entends dire aux autres “m’en fous, je vais passer car je peux pas redoubler”. (beh oui pauvre chou pourquoi tu te casserais le cul pour avoir quelque chose que tu obtiendras sans rien foutre. Gggrrrr )
    Et le pire c’est qu’il a raison, je vais probablement devoir le laisser passer.

    Avez-vous déjà redoublé ?
    Non, je pouvais pas ça m’aurait coûté trop cher lol. Pour chaque point sous les 90% (en primaire) et 80% (en secondaire) je devais payer mes parents. Snif snif


  • Team

    Contre.

    Il faudrait même supprimer les notes. Une fois débarrassés de ces contraintes tout irait beaucoup mieux. Mais voilà l’école est devenue une usine où tout ce qui compte c’est le résultat…



  • Bah si l’élève est pas motivé et/ou qu’il a accumulé des difficultés depuis plusieurs années, je vois mal en quoi ledit redoublement servirait à quelque chose, si ce n’est faire perdre du temps à tout le monde (élève comme profs).
    Il y aurait des tas de choses à faire pour endiguer le problème à la racine au lieu de chercher à mettre des pansements sur une plaie béante, à commencer par tout faire pour que les élèves n’accumulent pas du retard dès la primaire.



  • Je suis pour le redoublement mais après quand il s’agit d’élève qui ne dépassent pas les 6/7 de moyennes au lycée je pense que le mieux et un changement d’orientation dans une filière moins scolaire. Car ça sert à rien de faire trimer un élève jusque au bout d’une filière qui ne l’intéresse pas et d’être largué pour le bac. Un ancien pote avait fait une seconde générale qui l’a complétement dégouté de l’école, il a rien fait de son année et il s’est beaucoup plu dans son bac pro électronique. Il aurait redoublé sa seconde générale je pense qu’il aurait abandonné à nouveau. De même pour ma cousine qui a été en échec scolaire arrivé au lycée. Après deux années sabbatique (abandon en seconde et cfa l’année suivante) elle s’est réorienté en bac pro horticulture qu’elle passe cette année. Je suis plutôt pour un système de passerelle à partir de la 3ème au lieu de cantonner des élèves à des bacs générales et techno qui souvent ne plaisent pas.



  • @nwanda a dit dans Éducation : retour du redoublement :

    Avez-vous déjà redoublé ?

    Moi, oui. Et c’est une des meilleures choses qui me soit arrivé.

    C’était ma seconde. Je sortais alors de 2 ans de collège, passés à me trainer des camarades de classe avec qui le courant refusait de passer. A l’époque je me souviens que je préférais fréquenter d’anciens copains d’école primaire partis dans d’autres établissements, bien qu’habitant toujours le quartier.

    A l’époque, je comptais sur le lycée pour faire un peu table rase du college et repartir sur une bonne base. Raté. J’ai du me retrouver avec la pire classe de toute ma scolarité réunie. Un peu comme si l’éducation national avait savamment étudié avec qui je m’entendais le moins pour me concocter une “nightmare class” sur mesure. Ajoutez à ça un professeur principal qui avait érigé l’humiliation en technique pédagogique, et vous avez le cocktail parfait pour faire se décrocher un petit ado gringalet déjà pas super dans sa peau.

    J’ai souvenir de m’être dit “continuez sans moi, je vais pas courir pour rester à votre niveau”. Du coup j’ai repiqué pour faire connaissance l’année suivante avec celles et ceux qui resteraient mes meilleurs amis d’école (on est toujours en contact via les réseaux sociaux)

    Donc pour moi ca a été parfait. Ceci dit j’ai conscience que mon contexte s’y prêtait. J’irai donc pas défendre le redoublement dans l’absolu. Chez d’autres ça peut être dévastateur.



  • Question : pourquoi dit-on redoubler et non doubler ? Redoubler c’est quadrupler non (2x2) ?



  • Pour

    Je travaille avec des enfants qui pour certains ont au départ certaines lacunes, qui deviennent des gouffres au fur et à mesure des années où l’on a forcé des passages en classes supérieures qui n’auraient clairement pas dû se faire. Convaincue qu’il vaut mieux un bon redoublement qu’un passage alors que le niveau n’est pas du tout acquis. En fin de parcours ces élèves sont en souffrance en classe, complètement largués et perdent toute estime d’eux-mêmes. Tout redoublement ne sera peut-être pas efficace, mais l’éviter à tout prix est une façon d’amputer des chances à un enfant selon moi. C’est comme si on baissait les bras d’entrée de jeu et une façon de dire “de toute façon tu ne vaudras pas mieux dans un an… donc à quoi bon”.

    J’ai vécu une adolescence particulièrement difficile. Plutôt excellente élève en primaire et en début de collège, je me suis retrouvée à ne plus avoir aucune place psychique pour tout investissement intellectuel. Mieux, j’ai même je pense plus ou moins utilisé inconsciemment la scolarité comme signal d’alerte pour mon entourage. Et ce sont effectivement les profs qui se sont en premier sérieusement interrogés, puis inquiétés (en tout cas qui me l’ont verbalisé). J’ai redoublé 2 fois. Premier redoublement extrêmement profitable, mais j’étais juste aux prémices de cette “crise”. Par la suite cela a été absentéisme, arrivée en cours dans des états lamentables, etc, etc. Je m’arrangeais pour avoir les notes les plus catastrophiques possibles parce que je l’avais décidé ainsi. On aurait pu se débarrasser de mon “cas” en me faisant passer et puis ma scolarité se serait très vite arrêtée, parce que de fait je n’aurais plus pu suivre quoi que ce soit, même si je l’avais voulu ensuite. Mon second redoublement a correspondu à la fin de cette crise interne chez moi. J’étais de nouveau libre, de façon mature et autonome pour penser, investir et prendre du plaisir à apprendre. J’ai redoublé 2 fois, mais ça ne m’a pas empêché d’aller ensuite à l’université, d’être en position de réussite et de m’intégrer professionnellement avec aisance. J’ai vécu personnellement ces 2 redoublements comme une chance, comme une façon de croire en moi, une façon de me laisser le temps de résoudre ce qui m’empêchait d’avancer. Je remercie ce système qui me l’a permis et je regarde toujours avec une certaine tristesse ces enfants à qui on ne donne pas cette chance aujourd’hui. Pour certains cela ne servirait peut-être à rien, mais qui sommes nous pour savoir à l’avance si ça ne serait pas le cas pour d’autres ? Parfois 1 an de maturité en plus peut faire toute la différence, alors que forcer un passage avec certaines bases non acquises rend la tâche extrêmement difficile pour rattraper ces lacunes.



  • @Ratonhnhakéton a dit dans Éducation : retour du redoublement :

    gauche contre

    Tu m’étonnes lol. C’est pas de gauche de dire à un élève que c’est une grosse merde qui n’a pas le niveau.



  • @Ratonhnhakéton a dit dans Éducation : retour du redoublement :

    Pour ou contre ? Quel est votre avis sur le redoublement ? Avez-vous déjà redoublé ? Avec le recul cela vous a-t-il aidé ?

    Pas contre, ça doit dépendre des élèves et des classes.
    Franchement si un gamin en CP n’arrive pas à suivre autant le faire redoubler pour qu’il acquière les bases, sinon il sera en échec tout au long de sa scolarité.
    Plus tard ça peut aussi servir à rien pour certains gamins qui n’ont pas le niveau et qui ne l’auront jamais même en redoublant. Mais on en fait quoi ?
    Sinon moi j’ai redoublé deux fois (ouais seconde et terminal) parce que je suis un glandeur.
    Est-ce que ça m’a servi ? J’en sais rien… la terminal j’avais pas bien le choix, la seconde j’ai changé de voie (avant plus technique que math, pas adapté) encore une fois c’était un peu obligé.



  • @Albedo a dit dans Éducation : retour du redoublement :

    @Ratonhnhakéton a dit dans Éducation : retour du redoublement :

    gauche contre

    Tu m’étonnes lol. C’est pas de gauche de dire à un élève que c’est une grosse merde qui n’a pas le niveau.

    Ni de droite non plus d’ailleurs … Car c’est pas très mature de dire à un enfant que c’est une grosse merde qui n’a pas le niveau.



  • @Yorgat a dit dans Éducation : retour du redoublement :

    @Albedo a dit dans Éducation : retour du redoublement :

    @Ratonhnhakéton a dit dans Éducation : retour du redoublement :

    gauche contre

    Tu m’étonnes lol. C’est pas de gauche de dire à un élève que c’est une grosse merde qui n’a pas le niveau.

    Ni de droite non plus d’ailleurs … Car c’est pas très mature de dire à un enfant que c’est une grosse merde qui n’a pas le niveau.

    C’est pas comme ça que c’est dit bien évidemment… :mellow:
    C’est comme ça que tu le ressens par contre quand on te dit que tu redoubles.
    Et quand t’es de gauche, faut être gentil, faut pas faire de peine, faut protéger, alors tout le monde passe à la classe supérieure, et tout le monde va avoir le bac, et tout le monde regarde les bisounours à la tv avant de dormir.



  • Pour le doublement. Ça doit être une possibilité permettant de renforcer les acquis de l’enfant.

    Le problème de l’éducation nationale vient plutôt de l’établissement d’une compétition et d’un classement entre les élèves, et de permettre une sélection dans des écoles sur dossier et non sur concours.

    Un enfant ayant doublé correctement retrouvera ses bases, sa confiance, et pourra faire le parcours qui lui correspond… y compris prepa etc.



  • @Albedo a dit dans Éducation : retour du redoublement :

    @Yorgat a dit dans Éducation : retour du redoublement :

    @Albedo a dit dans Éducation : retour du redoublement :

    @Ratonhnhakéton a dit dans Éducation : retour du redoublement :

    gauche contre

    Tu m’étonnes lol. C’est pas de gauche de dire à un élève que c’est une grosse merde qui n’a pas le niveau.

    Ni de droite non plus d’ailleurs … Car c’est pas très mature de dire à un enfant que c’est une grosse merde qui n’a pas le niveau.

    C’est pas comme ça que c’est dit bien évidemment… :mellow:
    C’est comme ça que tu le ressens par contre quand on te dit que tu redoubles.
    Et quand t’es de gauche, faut être gentil, faut pas faire de peine, faut protéger, alors tout le monde passe à la classe supérieure, et tout le monde va avoir le bac, et tout le monde regarde les bisounours à la tv avant de dormir.

    C’était ressenti comme ça, car c’était promis par des adultes comme une punition, au lieu d’une option valable. Ce qui est psychologiquement et pédagogiquement stupide.



  • Ceci dit quand tu es comme moi un flemmard, quand tu redoubles tu te fais chier.
    Je me faisais déjà chier au premier passage, alors au second :mrgreen:
    Je pense que l’école “généraliste” n’est pas adaptée à tous.
    Pour moi clairement pas.
    Mon école idéale aurait été une école où on passe de l’enseignement d’une matière à l’autre pas selon un emploi du temps mais au gré de l’envie de l’élève. Plus axée sur des questions/réponses et réflexions ou de TP que de cours magistraux.
    Et bien sûr pas de niveaux de classe, mais de niveaux de matière. T’as 15 ans et tu veux faire le programme de math de tetminal, pourquoi pas, même si t’as le niveau 5ème en anglais.
    On veut monter tous les murs ensembles au lieu de faire mur par mur.
    Ce qui fait que tu retapes ta seconde parce que t’as été nase dans 2 matières, mais par contre tu as plus que le niveau sur d’autres. Ça c’est con.



  • Perso, j’avais des notes bonnes. J’étais 3e ou 4e de la classe au collège mais je sentais que je maîtrisais pas tout, et je crois avoir demandé un doublement à mes parents…

    Peut être parce que j’étais perfectionniste et que je voulais faire un sans faute.



  • @Yorgat a dit dans Éducation : retour du redoublement :

    Perso, j’avais des notes bonnes. J’étais 3e ou 4e de la classe au collège mais je sentais que je maîtrisais pas tout, et je crois avoir demandé un doublement à mes parents…

    Peut être parce que j’étais perfectionniste et que je voulais faire un sans faute.

    Ça m’étonnerait pas de toi oui :mred:



  • En fait quand j’y pense je me suis souvent fait chier à l’école, soit la matière m’intéressait et ça n’allait pas assez vite, soit j’en avais rien à carrer et je voulais même pas y aller.
    Au final en seconde j’en avais marre et ça partait en couilles. J’avais d’autres intérêts en dehors de l’école auxquels je consacrais beacoup de temps par moi-même, l’informatique, le cinéma, la médecine, la biologie.
    J’étais connu pour ça par mes profs, du coup ils savaient pas trop quoi faire de moi.
    J’ai eu entre autres une prof d’histoire qui me gonflait mes notes pour pas me faire de barrage (une prof d’anglais, de science éco aussi) , une prof de physique chimie qui me disait “je ne m’inquiète pas pour vous, je sais que vous vous en sortirez toujours” (je la suspecte avec le temps de m’avoir aussi gonflé les notes).
    En gros je passais pour un élève plutôt plus intelligent que la moyenne qu’en avait rien à foutre de l’école. Certains profs aimaient ça (ou le comprenaient - je sais pas), d’autres ne pouvaient pas le supporter.



Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.