Vers une destitution de Trump?



  • La probabilité que le président soit destinué a quasiment doublé mercredi.

    L’éviction surprise du patron du FBI James Comey n’a pas simplement soulevé une onde de choc à Washington : elle a également provoqué une flambée des paris sur une éventuelle destitution de Donald Trump, ont indiqué des bookmakers à l’AFP.

    Selon eux, la probabilité de voir le président américain visé par une procédure parlementaire d’« impeachment » avait quasiment doublé mercredi, passant de 33% à 60%, a affirmé Lewis Davey, porte-parole de la société irlandaise de paris en ligne Paddy Power.

    «On n’avait jamais atteint une telle probabilité d’un ‘impeachment’ de Trump dans son premier mandat», a-t-il commenté.

    Le soir.be


  • Eurovision

    'Tain s’il est destitué moins d’un an après son élection, ça va être tellement bizarre.
    D’un autre côté, ça me fera croire que c’était plus ou moins prévu dès sa victoire aux primaires (ou au moins anticipé), et que les Républicains l’ont laissé gagner pour mieux reprendre les manettes après.



  • C’est quoi cette procédure ? :hum:



  • Mouais tant rien n’est déclencher ça rester de la spéculation surtout vu la personne qui s exprime. Je pense que ça peut arriver mais actuellement ce ne sont que des analyses de bookmaker.



  • C’est hyper compliqué l’impeachment, il va y avoir l’élection dans pas si longtemps, à voir combien les démocrates vont obtenir.

    Et l’impeachment n’entraine pas forcément la destitution…



  • Les probabilités d’éviction énoncées par les bookmakers ne sont qu’une anecdote révélatrice de l’enquête en cours.

    Rappelons que le président américain vient de destituer le directeur du FBI, qui diligente une enquête sur ses liens avec les services russes. Cela peut paraître comme un aveu de culpabilité. D’ailleurs plusieurs hommes politiques républicains ont exprimés leurs troubles ou leurs déceptions…

    Et donc si les preuves sont effectives, et personne n’en doute vraiment, la destitution est probable…


  • Banned

    Je rêve d’un monde où aucun enculé ne serait corrompu :abba: (et donc de facto ne serait un enculé)



  • @Ganesh

    Cette enquête est liée au laxisme du directeur du FBI dans le dossier Clinton.

    http://www.lemonde.fr/donald-trump/article/2017/05/10/donald-trump-limoge-james-comey-le-directeur-du-fbi_5125141_4853715.html

    C’est officiellement pour restaurer « la confiance » dans le FBI que Donald Trump a pris sa décision. Pour la justifier, le président s’est appuyé sur un mémo sévère du ministre de la justice adjoint, Rod Rosenstein.

    Ce dernier y dresse un véritable réquisitoire à propos de l’enquête conduite par M. Comey à propos de l’usage discrétionnaire par l’ancienne secrétaire d’Etat Hillary Clinton d’un serveur privé quand elle était à la tête de la diplomatie américaine (2009-2013). Mme Clinton était accusée d’avoir fait transiter des informations sensibles par un réseau insuffisamment sécurisé et d’avoir ainsi mis en péril les intérêts américains.



  • @Ehrgeiz a dit dans Vers une destitution de Trump? :

    C’est officiellement pour restaurer « la confiance » dans le FBI que Donald Trump a pris sa décision. Pour la justifier, le président s’est appuyé sur un mémo sévère du ministre de la justice adjoint, Rod Rosenstein.

    Officiellement donc… mais ces arguments ne trompent personne.

    C’est la troisième personne que Trump vire en lien avec des enquêtes le concernant. Il y a eu d’abord Sally Yates, l’ancienne ministre de la justice puis l’ancien procureur de NY, Preet Bharara.

    Ensuite, il est étrange que Trump semble être soudainement indisposé d’une attitude du chef du FBI qu’il avait applaudi à l’époque. Et il le vire quand l’enquête du FBI se fait plus menaçante pour lui. Étrange coïncidence et drôle de timing.

    Avec Michael Flynn, son beau-fils Jarod Kushner, Jeff Sessions, Carter Page, J. D. Gordon, cela fait 5 personnes de l’entourage du président dont les liens avec les services russes sont prouvés.

    Il ne manque plus que la preuve de la connaissance de ces traitrises par Donald Trump pour qu’il tombe. Je ne jurerais pas qu’il termine son mandat…



  • @Ganesh a dit dans Vers une destitution de Trump? :

    C’est la troisième personne que Trump vire en lien avec des enquêtes le concernant. Il y a eu d’abord Sally Yates, l’ancienne ministre de la justice puis l’ancien procureur de NY, Preet Bharara.

    Les noms que tu cites constituent les restes de l’administration Obama. Ces fonctionnaires sont idéologiquement liés au mandat précédent et aurait fait “barrage” aux législations de Trump. Sally Yates par exemple s’est publiquement opposée au travel ban et a été virée pour cette raison.

    Ensuite, il est étrange que Trump semble être soudainement indisposé d’une attitude du chef du FBI qu’il avait applaudi à l’époque. Et il le vire quand l’enquête du FBI se fait plus menaçante pour lui. Étrange coïncidence et drôle de timing.

    Avec Michael Flynn, son beau-fils Jarod Kushner, Jeff Sessions, Carter Page, J. D. Gordon, cela fait 5 personnes de l’entourage du président dont les liens avec les services russes sont prouvés.

    Il n’y a aucune preuve de ces soit-disant liens avec l’Etat Russe. Il ne s’agit rien de plus que d’une campagne de destabilisation menée par les démocrates dans le but de reprendre la main.
    Au directeur du FBI, il est reproché d’avoir abandonné les poursuites contre Hillary Clinton malgré une montagne de preuves, mais poursuivi l’enquête sur les fameux “liens entre Trump et la Russie” sans relâche alors qu’il n’a rien trouvé et qu’il n’y a visiblement rien à trouver. On se rapproche plus du militantisme politique que de l’enquête sérieuse.

    J’aime bien le “Not at this time”, qui trahit immédiatement leur intention de faire durer le truc encore 10 ans.



  • @Ehrgeiz a dit dans Vers une destitution de Trump? :

    Il n’y a aucune preuve de ces soit-disant liens avec l’Etat Russe. Il ne s’agit rien de plus que d’une campagne de déstabilisation menée par les démocrates dans le but de reprendre la main. (…)

    On se rapproche plus du militantisme politique que de l’enquête sérieuse.

    alt text
    (Michael Flynn et Vladimir Poutine à la même table, lors d’un gala de Russia Today pour lequel Flynn fut grassement payé)

    Tes opinions politiques obscurcisse ton jugement. Il est clair que l’entourage de Trump est englué jusqu’au cou dans ses liens avec la Russie.

    A commencer par Michael Flynn dont les enregistrements secrets avec un diplomate russe ont été entendus par le Sénat. Ces appels évoquaient notamment les sanctions imposées à la Russie. Il a été démis suite à cela et il a lui-même reconnu avoir menti sur ces contacts.

    De plus, avant la nomination de Flynn, l’administration Obama avait communiqué des informations à Trump concernant les liens russes et les risque de chantage de Moscou envers Flynn. Malgré cela Trump s’est entêté à le nommer quand même.

    Plusieurs proches de Trump ont également été auditionnés par le FBI et le Sénat. Et bien que peu d’informations ne filtrent, la presse US confirme ces liens avec la Russie.

    On pourrait parler de Paul Manafort, l’ancien président de la campagne de Trump qui fut consultant de l’ancien président d’Ukraine Viktor Ianoukovitch, un allié du Kremlin. Il aurait été payé pour faire du lobbying pro-russe concernant la crise en Ukraine.

    Pour enfoncer le clou, il faut se rappeler qu’un responsable russe a confirmé ces contacts avec l’équipe de campagne de Trump. Deux jours après les élections, Sergei A. Ryabkov, ministre adjoint des Affaires étrangères, a déclaré qu’il y avait bien eu des contacts lors de la campagne entre les responsables russes et l’équipe de M. Trump. (1)

    Le limogeage du patron du FBI n’empêchera pas l’enquête de suivre son cours. Mais ce renvoi, acte rare dans la politique américaine, est surtout le signe qu’il y a bien quelque chose à cacher.

    Avec autant de personnes de l’entourage de Trump impliquées, il est difficile d’imaginer que la président n’était pas au courant. Et une fois cette preuve trouvée…

    SOURCES:
    (1) https://www.nytimes.com/2016/11/11/world/europe/trump-campaign-russia.html



  • @Ganesh a dit dans Vers une destitution de Trump? :

    alt text
    (Michael Flynn et Vladimir Poutine à la même table, lors d’un gala de Russia Today pour lequel Flynn fut grassement payé)

    Tes opinions politiques obscurcisse ton jugement. Il est clair que l’entourage de Trump est englué jusqu’au cou dans ses liens avec la Russie.

    Peut on raisonner de la même manière concernant la France et affirmer qu’a l’exception de deux-trois partis, le CRIF tient par les couilles la classe politique francaise, et que le diner annuel organisé par cette institution en est la preuve ?
    Tu n’es pas stupide, tu sais que la situation est plus complexe que cela.

    Flynn s’est fait l’avocat d’une politique de détente avec la Russie, donc d’une rupture avec le second mandat Obama marqué par une politique de sanctions sans précédent depuis la guerre froide. Ce qui lui est reproché dans les faits, c’est de ne pas avoir évoqué ce sujet de discussion lors de l’interrogatoire, et d’avoir négocié avec le représentant d’un état en litige avec les Etats-Unis. Une violation du poussiérieux Logan Act, en vertu duquel personne n’a jamais été poursuivi. Mais la réalité est que l’option politique d’un apaisement avec Poutine dérange les démocrates, néo-cons et toute la sphère de la Ctrl-Left.

    L’ affaire Flynn, et plus largement le dossier “Trump - Russie” est également une manière de justifier a-posteriori les écoutes illégales ayant visé l’actuel Président et son équipe.

    De plus, avant la nomination de Flynn, l’administration Obama avait communiqué des informations à Trump concernant les liens russes et les risque de chantage de Moscou envers Flynn. Malgré cela Trump s’est entêté à le nommer quand même.

    La nomination de Flynn dérange les cercles néo-conservateurs et démocrates (Bien qu’il y’aie identité de fait entre les deux depuis la fin de l’ère Bush) ne veulent pas d’un apaisement avec Poutine, dont je m’étonne d’ailleurs qu’il n’a pas été accusé d’être le principal responsable du réchauffement climatique, du naufrage du Titanic, et de la crise financière de 2008.

    On pourrait parler de Paul Manafort, l’ancien président de la campagne de Trump qui fut consultant de l’ancien président d’Ukraine Viktor Ianoukovitch, un allié du Kremlin.

    Durant les années précédent le coup d’état en Ukraine, Ianoukovitch a lancé plusieurs projets d’indépendance énergétique, lui permettant d’exploiter des gisements de gaz de schiste, et cela dans le but de ne plus dépendre du voisin russe pour ce qui est de l’approvisionnement en gaz.
    En Janvier 2013 Royal Dutch Shell signe un accord de partage de production du gaz de schiste sur le site de Yuzivska, dans le Donbass. Le 5 Novembre de la même année, l’agence Bloomberg annonce que le ministre de l’énergie a signé deux accords, l’un avec Chevron et l’autre avec Exxon Mobil, concernant l’exploitation du gaz de schiste en Crimée. La compagnie américaine remporte le contrat contre sa rivale russe Lukoil Overseas. Le ministre de l’énergie est fier d’annoncer que le gaz produit sera trois fois moins cher que le gaz russe et fait état de centaines de millions de dollars d’investissement par les compagnies anglo-saxonnes. Le gouvernement ukrainien se trouve être en contact, a la même période, avec l’italien ENI et EDF pour de l’exploration en mer noire. Dans le domaine énergétique comme dans les autres, c’est un mensonge que d’affirmer que Ianoukovitch est une marionnette du Kremlin.

    Pour enfoncer le clou, il faut se rappeler qu’un responsable russe a confirmé ces contacts avec l’équipe de campagne de Trump. Deux jours après les élections, Sergei A. Ryabkov, ministre adjoint des Affaires étrangères, a déclaré qu’il y avait bien eu des contacts lors de la campagne entre les responsables russes et l’équipe de M. Trump. (1)

    Oui, et ? Une politique d’apaisement crédible passe par l’établissement de contacts diplomatiques préalables a l’élection de Trump. Les deux camps se mettent d’accord sur les grandes lignes de la politique à venir.

    Le limogeage du patron du FBI n’empêchera pas l’enquête de suivre son cours. Mais ce renvoi, acte rare dans la politique américaine, est surtout le signe qu’il y a bien quelque chose à cacher.



  • @Ehrgeiz a dit dans Vers une destitution de Trump? :

    🙂

    Rencontre secrète avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, quelques heures après le limogeage du directeur du FBI. Moscou a balancé les photos sans en informer Washington. Trump vient encore une fois de se faire b… par le Kremlin.
    alt text



  • @Ganesh

    alt text

    Putain, vachement secrète la rencontre.
    Vous êtes ridicules avec votre obsession anti-russe.



  • En fait je le trouve so boring ce Trump au final :hihi:



  • This post is deleted!


  • @Ehrgeiz a dit dans Vers une destitution de Trump? :

    @Ganesh

    alt text

    Putain, vachement secrète la rencontre.

    Grace aux russes qui ont publié les clichés.

    Vous êtes ridicules avec votre obsession anti-russe.

    C’est pas nous qui le disons, mais un haut responsable de la Maison Blanche qui à la suite de l’histoire aurait déclaré "Ils nous ont piégé, voila le problème avec les Russes, ils mentent".

    Seuls deux photographes officiels (un americain et un russe) étaient présent. La presse n’avait pas été conviée.

    http://edition.cnn.com/2017/05/11/politics/oval-office-photos-donald-trump-russians/



  • LES LIENS DE L’ENTOURAGE DE TRUMP AVEC LA RUSSIE

    Pour en savoir plus sur l’entourage de Trump et ses liens avec la Russie, cliquez sur les 17 noms au-dessus de la page: http://edition.cnn.com/interactive/2017/politics/trump-russia-connections/

    alt text



  • Il y a pas mal d’infos à relayer concernant la possible destitution de Trump. On commence par la divulgation d’informations top secret au ministre russe des Affaires étrangères ou par sa demande au chef du FBI de stopper une enquête le concernant?

    Dans la première affaire, Trump revendique carrément la fuite:


    Dans la seconde affaire, Trump a, en tous cas, reconnu que la destitution de Comey, directeur du FBI était lié à l’enquête russe:

    “And in fact when I decided to just do it, I said to myself, I said 'you know, this Russia thing with Trump and Russia is a made-up story, it’s an excuse by the Democrats for having lost an election that they should have won.” (1)

    SOURCES
    (1) http://edition.cnn.com/2017/05/12/politics/trump-comey-russia-thing/



  • Quel bouffon. Si seulement on pouvait le renvoyer fissa à ses affaires…