Isolé du monde, ce peuple ne se laisse pas approcher


  • Admin

    alt text

    Perdue au milieu du Golfe du Bengale, sur une des îles de l’archipel des Andaman, la tribu des Sentinelles refuse encore tout contact avec le monde extérieur. Ses membres vivent au plus près de la nature et ce sont des pêcheurs hors pair. Mais que sait-on vraiment de ce peuple isolé que personne ne parvient à approcher ?

    alt text

    Il existe encore, sur cette Terre, un peuple qui vit à l’écart du reste du monde. Sur l’île North Sentinel, dans l’archipel des Andaman, une tribu fondée il y a 60 000 ans, descendante de la première population humaine à avoir quitté l’Afrique, prospère loin de notre civilisation.

    Ce peuple de pêcheurs et de cueilleurs entretient le mystère sur son mode de vie et ses coutumes. Car il est encore aujourd’hui impossible de les approcher.

    Une tribu presque inconnue

    « Il est très difficile de bien les connaître, c’est la tribu la plus isolée du monde. » L’Argentine Fiore Longo est chercheuse au sein de l’unité italienne de l’organisation Survival International. Spécialiste des peuples autochtones d’Asie, et plus particulièrement d’Inde, la jeune femme connaît pourtant bien le sujet.

    « Les premiers contacts ont eu lieu en 1879, avec des officiers colons. Puis le gouvernement indien a lancé dans les années 1970 des expéditions en bateaux pour aller au contact de la tribu. Celle-ci a toujours rejeté les étrangers. Il n’y a eu qu’une exception, en 1991. » Cette année-là, l’anthropologue indien Trilokinath Pandit et son équipe réussissent à approcher les habitants de l’île, en offrant des noix de coco. L’occasion ne se reproduira plus jamais par la suite.

    alt text

    Hostiles, pour se protéger

    La tribu se montre en effet agressive à l’approche des étrangers. Une attitude que Fiore Longo explique sans peine : « Ils sont isolés, et donc vulnérables aux maladies. Être hostiles est une forme de protection pour eux, et cela s’explique d’autant plus que les peuples des îles aux alentours ont été décimés par l’arrivée des colons britanniques. À titre d’exemple, les Grands Andamanais, qui étaient initialement 5 000, ne sont aujourd’hui plus que 53. »

    Un comportement qui a rendu la tribu célèbre, notamment en 2004. Alors que le tsunami dévaste les côtes du Golfe du Bengale, le gouvernement indien s’inquiète des dégâts provoqués par la catastrophe sur North Sentinel. Des hélicoptères sont envoyés au-dessus de l’île et confirment la survie de la tribu, en étant reçus par des volées de flèches.

    alt text

    « Gardiens de la nature »

    Depuis, le gouvernement indien a décidé d’interdire à toutes personnes d’approcher l’île dans un périmètre de 5 km. Dans la même logique, Survival International milite pour que ce peuple soit laissé en paix : « S’ils ne veulent pas être approchés, c’est leur droit, nous devons le respecter. »

    Pour la chercheuse de l’association, ce peuple autochtone a même une leçon a nous donner : « Contrairement aux préjugés qui circulent souvent, ce peuple a évolué. Les Sentinelles se servent par exemple des épaves de bateaux pour fabriquer des armes en fer. C’est un peuple contemporain au nôtre. Et leur forêt est intacte, ils sont les meilleurs gardiens de la nature. » Aujourd’hui, il ne reste qu’une quinzaine de peuples isolés sur la planète.

    Source : ouest-france.fr



  • "Contrairement aux préjugés qui circulent souvent, ce peuple a évolué. Les Sentinelles se servent par exemple des épaves de bateaux pour fabriquer des armes en fer. "

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Évolutionnisme_(anthropologie)

    Je suis tellement convaincue qu’on devrait coupler la philo avec l’anthropologie au lycée. Ça éviterait l’entièreté de cet article. Parler à la place des gens, les ériger en leçon de morale et les placer sur une ligne d’évolution : autrement dit, l’article reproduit en tout point les discours de ces colonialistes qu’il dénonce pourtant fermement.



  • Je ne trouve pas que l’article soit sur la ligne du jugement, mais davantage dans la description de faits, même s’il y a quelques citations (ce n’est que mon avis de non experte, et je garde aussi en tête qu’il s’agit d’un article tiré de ouest France, donc vulgarisé).


  • Admin

    En plus il me parait difficile de laisser parler des gens qui veulent vous embrocher à coups de flèches avant même de vous avoir décrocher un mot ou un signe…


  • Présidente du Reboot et des endives

    Cette année j’ai lu Tristes tropiques de Levi-Strauss et étudiais un peu aussi. En dégage, chez moi en tout cas, l’idée qu’il faut laisser ces peuples vivre comme ils l’entendent. On détruit tout sur notre passage, mieux vaut s’abstenir s’ils ne veulent pas de nous.



  • @Chibi a dit dans Isolé du monde, ce peuple ne se laisse pas approcher :

    Je ne trouve pas que l’article soit sur la ligne du jugement, mais davantage dans la description de faits, même s’il y a quelques citations (ce n’est que mon avis de non experte, et je garde aussi en tête qu’il s’agit d’un article tiré de ouest France, donc vulgarisé).

    Ce n’est pas une question de jugement. Ce sont des habitudes et des concepts qui sont lourdement ancrés dans les pays colonisateurs, si bien qu’aujourd’hui ça passe dans les discours quotidiens sans même qu’on s’en rende compte. Je ne pense pas que l’auteur de l’article s’est dit “tiens, des arriérés”, mais il emploie des concepts et des formes de discours que l’on retrouve comme outils à l’esclavage et au colonialisme. Je trouve ça important de parler des concepts évolutionnistes, parce que ça met en lumières ce genre d’outils qu’on emploie malgré nous, parce qu’ils ont forgé la pensée européenne pendant longtemps.
    Pour le côté évolutionniste, j’avais cité le passage évident. Pour les autres thématiques, on peut remarquer ça :

    "Être hostiles est une forme de protection pour eux"
    Les faits : ils refusent presque tout contact. Est-ce qu’ils le perçoivent eux-mêmes comme une protection ? On n’en sait rien, comme on ne sait pas à quel point ils ont conscience du monde à l’extérieur de leur île, et encore moins comment ils se positionnent par rapport à celui-ci, ou comment ils se positionnaient avec leurs voisins, par exemple.
    Dans ces cas-là, quelle que soit la direction qu’on prend, il est bon d’employer des mots du genre “on suppose que”, or toutes les phrases sont fermement affirmatives.

    "Et leur forêt est intacte, ils sont les meilleurs gardiens de la nature."
    Idem, sauf qu’en plus, on leur colle un rôle. Ça n’a aucun sens de parler de gardiens de la nature.

    A mon sens, on leur applique donc un discours indirect, c’est à dire qu’on se sert de leur attitude pour leur conférer des pensées qu’ils n’ont à aucun moment exprimées directement, et on calque ce discours sur une morale écologiste. C’est en tout cas la façon dont je le perçois.

    Et quand ils parlent de “contact”, la tentative dont il est question, c’est celle-ci :

    Puis, il y a d’autres trucs, genre “une tribu fondée il y a 60 000 ans”. Au mieux, on sait qu’il y a eu des migrations dans ces régions à peu près dans ces eaux-là. De là à dire que cette tribu précise (encore même que le terme de tribu reste à débattre, mais ça c’est plus pour l’enculage de mouches) a été fondée en 60BP, il ne faut pas avoir froid aux yeux. Ça veut dire qu’on considère que la tribu est restée immobile et repliée sur elle-même, à cet endroit précis, pendant 60 000 ans. Des fossiles vivants ? Et hop, on reboucle avec l’évolutionnisme…

    Mais des discours comme ça, y’en a partout. Un seul exemple : les arts premiers. Rien que ce terme véhicule énormément d’idées et de discours qui sont, pour le moins, discutables.

    Et je le redis, ce que je prends à parti est bel et bien ce discours en lui-même, et pas forcément les gens qui l’émettent, parce que la plupart du temps, on ne se rend même pas compte de ce qui se cache sous ces petites pierres. C’est pour ça que je disais que l’anthropo serait idéale à enseigner en lycée, parce qu’elle a justement un passé qui a joué avec ces discours-là, et que la réflexion épistémologique qui en a suivi après-guerre et après-décolonisation (et encore aujourd’hui), met beaucoup de ces principes en lumières. Ce sont des sujets que je trouve super passionnants et sur lesquels je conseille vivement de se pencher (on l’aura compris).



  • J’ai bien compris que c’était l’interprétation qu’ils en faisaient de ces faits, mais ça ne me choque pas dans la mesure où pour en parler, on est obligés de mettre des mots. Automatiquement quand on verbalise des constats, il me semble qu’on se risque forcément à interpréter, même sans vouloir stigmatiser (d’autant qu’ici ce sont les propos rapportés de la chercheuse qui dérangent).

    Ou alors quelque chose m’échappe dans la manière de discuter autour de ces inconnus sans introduire les concepts dont tu parles, concepts pour lesquels je ne ressens pas la lourdeur historique de l’esclavagisme d’ailleurs. Mais c’est peut-être par ma naïveté innocente.
    Peut-être qu’il me faudrait lire (ou relire puisque j’en ai fait un peu à la fac) un texte qui semble plus anthropologique pour comparer à ce genre d’articles.



  • @Chibi Bah justement, dans la formulation de l’interprétation, c’est là que ça se joue. Dire “on en sait rien, mais on imagine que” et d’autre part “ça donne à réfléchir sur nos propres comportements” est plus honnête que de dire “Ils font ceci parce que cela”.
    La nuance est là, et je trouve qu’elle est de taille.



  • @Ao Ca y est, tu es une vraie préhistorienne-anthopo, a t’énerver sur ce genre de trucs dans la presse :wiiii:

    Je te rejoins sur la mauvaise utilisation a outrance de termes comme “peuple évolué” ou “populations primitives” qui cachent un jugement sur les modes de vie jugés marginaux, et qui sont souvent enveloppés de clichés pseudo-bienveillants… Je trouve ca hypocrite au possible dans une société on n’a plus le droit de dire qu’un peuple a une physionomie negroide ou mongoloide (alors que la variabilité physionomique humaine est une réalité sur laquelle on n’ose plus poser de mots en Occident), alors qu’a coté de ca on s’émerveille de ces “peuplades primitives protectrices de la nature qui ont miraculeusement réussi a évoluer sans l’aide du monde évolué moderne” :rolleyes:

    Mais en dehors de ca je n’avais jamais entendu parler de ce peuple, et je trouve ca bien qu’on les laisse tranquilles. Pourvu que ca dure!



  • @Silmaril a dit dans Isolé du monde, ce peuple ne se laisse pas approcher :
    Je trouve ca hypocrite au possible dans une société on n’a plus le droit de dire qu’un peuple a une physionomie negroide ou mongoloide (alors que la variabilité physionomique humaine est une réalité sur laquelle on n’ose plus poser de mots en Occident)

    alt text
    :hihi:



  • @Robin-Sparkles J’y pensais parce que justement en ce moment dans les musées ou je bosse en Afrique les restes humains archéologiques et modernes sont classés sous ses termes. Jamais on oserais utiliser ces mots chez nous, et pourtant, au niveau du squelette, ya pas photo: ils y a de véritables différences!


  • Team

    Ça fait très Oceanside de The Walking Dead.



  • @Silmaril Si tu savais ! Déjà que j’étais chiante avant, là c’est pire :lecid:

    En vrai, c’est ouf comment en quelques mois, ça a changé ma vision sur plein de choses.


  • Team

    @Ratonhnhakéton a dit dans Isolé du monde, ce peuple ne se laisse pas approcher :

    Alors que le tsunami dévaste les côtes du Golfe du Bengale, le gouvernement indien s’inquiète des dégâts provoqués par la catastrophe sur North Sentinel. Des hélicoptères sont envoyés au-dessus de l’île et confirment la survie de la tribu, en étant reçus par des volées de flèches.

    Je sais pas pourquoi mais ce passage m’a fait marrer, ils sont pas très accueillant.
     - “Hey salut, on s’inquiétait pour vous, ça va ?”
     * Tire des flèches *



  • @Ao Je vois totalement ce que tu veux dire!

    Cet article et ce débat me rappellent une autre population de chasseurs-cueilleurs, les Yanomami, en Amerique du Sud. J’avais lu et utilisé pour ma rechercher pleins de bouquins des anthropologues les ayant étudiés car ils ont souvent été utilisés comme comparaison ethnologique pour les populations préhistoriques (bim, préjugés inside!). Des supers livres, écrits par des grands noms de l’anthropologie…

    … et puis un jour j’ai vu un reportage qui expliquait les horreurs infligées a ces populations par les anthropologues, qui, en plus de leur avoir apporté des maladies extérieures, leur ont également apporté des armes blanches et leur ont inculqué des pratiques qui jusque la n’existaient pas: prostitution masculine et infantile, en échange de biens venus de l’Occident :lecid: L’horreur absolue. Et pour couronner le tout, au lieu de leur venir en aide quand ils ont été touchés par des épidémies, ils ont prétendu leur fournir des vaccins alors qu’il s’agissait en fait des tests cliniques dont 50% de placebos. Au départ des anthropologues, 80% de la population avait été décimée :cryy:

    Donc voila, j’espere que les Sentinelles ont un bon stock de fleches et qu’ils vont décalquer tous ceux qui essaieront de venir les moderniser et les eduquer :faim:



  • @Mahonia a dit dans Isolé du monde, ce peuple ne se laisse pas approcher :

    @Ratonhnhakéton a dit dans Isolé du monde, ce peuple ne se laisse pas approcher :

    Alors que le tsunami dévaste les côtes du Golfe du Bengale, le gouvernement indien s’inquiète des dégâts provoqués par la catastrophe sur North Sentinel. Des hélicoptères sont envoyés au-dessus de l’île et confirment la survie de la tribu, en étant reçus par des volées de flèches.

    Je sais pas pourquoi mais ce passage m’a fait marrer, ils sont pas très accueillant.
     - “Hey salut, on s’inquiétait pour vous, ça va ?”
     * Tire des flèches *

    Pareil.



  • Quand Frédéric Lopez va se ramener avec Michelle Laroque et Matt Pokora pour Rdv en terre inconnue, ça va leur faire bizarre. :cryhappy:



  • @Silmaril Je n’étais pas au courant de ce cas précis, mais il y a eu tellement de choses horribles… Et l’anthropo contemporaine a encore du mal à s’en relever, on sent bien que ce passé est très très très lourd. D’ailleurs, il n’y a pas beaucoup d’anthropologue sur la scène publique.
    Avec l’asso des étudiants en anthropo de la fac, on essaie de les faire venir pour des conférences. J’ai réussi à décrocher Descola en septembre :faim:
    Je ferai passer le programme ici pour ceux que ça intéresse.

    @Robin-Sparkles J’avoue. Ça me ferait bizarre aussi de voir Matt Pokora.



  • Si ça se trouve des civilisations extra-terrestres considèrent les habitants de la Terre exactement comme “nous” considérons ce peuple isolé, genre ils savent très bien qu’on est là mais ils nous laissent dans notre coin. C’est pas plus mal, on a assez de problèmes comme ça. M’enfin s’ils débarquent en hélico vaisseau super perfectionné, faudra pas leur balancer des flèches.



Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.