Suite à la MAJ du forum un bug sur l’affichage de la liste des topics dans les catégories. Le bug sera corrigé prochainemment.
Plus d’info : Echange entre l’équipe et les membres.

Une larve mangeuse de plastique


  • Présidente du Reboot et des endives

    Une larve mangeuse de plastique pour dépolluer l’océan

    Des chercheurs ont découvert une larve capable de manger le polyéthylène, l’une des matières plastiques les plus résistantes.

    La découverte d’une larve mangeuse de plastique pourrait être une solution pour dépolluer les océans dans lesquels les déchets plastique s’accumulent. Cette larve est élevée dans un but commercial et sert habituellement d’appât pour la pêche. Toutefois, à l’état sauvage, ce parasite se retrouve dans les ruches et se niche dans la cire d’abeille.

    Une larve dévoreuse de plastique utile pour l’environnement

    Federica Bertocchini, chercheuse au Centre espagnol de la recherche national, est à l’origine de la découverte de cet insecte. Elle explique que « Les déchets plastique sont un problème environnemental mondial, surtout le polyéthylène, particulièrement résistant et qui est très difficilement dégradable naturellement ». À l’état sauvage, cette larve parasite les ruches en se nourrissant du miel et de la cire d’abeille.

    Lorsqu’elle est élevée par l’homme, cette larve sert d’appât pour la pêche ou de nourriture pour les collectionneurs de reptiles. La chercheuse espagnole, également apicultrice, a découvert que cet insecte provoquait des dégâts sur ses propres abeilles. Elle a observé que les sacs en plastique dans lesquels elle plaçait la cire des ruches étaient criblées de trous. Ces derniers commencent à apparaître au bout de 40 minutes seulement. Après douze heures, la masse de plastique du sac était réduite de 92 milligrammes.

    alt text

    Une dégradation très rapide du plastique

    Ce taux de dégradation est « extrêmement rapide » comparé à celui de la bactérie Ideonella sakaiensis découverte en 2016 par des chercheurs de l’université de Kyoto. En effet, cette dernière pouvait dégrader un plastique mais au rythme de 0,13 milligramme par jour seulement. Ces chercheurs pensent que la larve ne fait pas que dévorer le plastique mais le transforme chimiquement grâce à une substance produite par les glandes salivaires.

    Les sacs plastiques laissés dans la nature peuvent prendre près d’un siècle pour se décomposer entièrement, une durée qui peut aller jusqu’à 400 ans pour les sacs conçus avec une matière plus résistante telle que le polyéthylène. Si les chenilles ne vont probablement pas sauver la planète, elles pourraient toutefois apporter une aide précieuse en dévorant les déchets de plastique polyéthylène qui s’accumulent dans les décharges et les océans.

    Source : http://www.consoglobe.com/une-larve-mangeuse-de-plastique-pour-depolluer-locean-cg



  • Ah, ça va, en lisant le titre je m’attendais à un nouveau topic anti-Macron. :sleep:



  • Vu la quantité de plastoc dans la nature, il va en falloir des milliers de milliards de ces bestioles avant qu’elles transforment tout avec leur bave. Le mieux serait d’en produire moins.

    Et puis il y aurait des larves partout jusque dans nos lits, eurk ! Parce qu’elles se reproduisent, mais à quelle vitesse ? Alors, il faudrait trouver d’autres bestioles bouffe-larves… C’est un cycle infernal ! :lecid:



  • Ah et puis, elles sont amphibies ces larves ? Parce qu’il va falloir qu’elles bossent dans les océans, les lacs, les cours d’eau, etc.

    (pas encore lu l’article)

    Quels seront leurs horaires de travail, salaires, avantages, repos, condition d’hygiène et de sécurité, convention collective et tout… Parce qu’une larve est un animal avec ses besoins, sans oublier sa sensibilité et sa dignité qui doivent être prise en compte comme tout être vivant.

    Sans ça, elles descendront fissa dans la rue, je vous le promets.


  • Présidente du Reboot et des endives

    @aurel C’est ce que j’ai pensé, faudra bien un bestiole mange-larves et une bestiole mange mange-larves…

    Mais bon ça peut être un progrès, faut voir.

    Le mot larve me dégoûte.



  • ♫♪♫ C’est la baaaave finale ! Groupons nous en cocons, l’Interrnationaa-aaa-aaa-aaleuuuu sera du genre mouche, libelllule ou papillon ♫♪♫ :huuu:

    Bref, imaginez le bordel quoi.



  • Perso, une larve qui ne nage pas, elle peut pustuler je ne l’embauche pas.



  • @FionSuperstar a dit dans Une larve mangeuse de plastique :

    @aurel C’est ce que j’ai pensé, faudra bien un bestiole mange-larves et une bestiole mange mange-larves…

    Mais bon ça peut être un progrès, faut voir.

    Le mot larve me dégoûte.

    C’est le problème avec les espèces importées et délocalisées de leur milieu naturel, ça m’a fait pensé à l’épisode des Simpsons où la famille part en Australie, Bart emmène un crapeau avec lui qui fini par envahir l’île, ils ont le même soucis là-bas avec les lapins, alors avec des larves, ça serai bien dégueu en effet!



Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.