Vos souvenirs de la présidentielle 2002



  • Ce sujet s’adresse aux plus vieux, on était au collège, au lycée, parfois déja dans la vie active.

    On se souvient tous du climat super bizarre dans le pays.
    A cette époque, c’était un événement aussi cataclysmique que les attentats du 11 septembre, c’est comme ça que je l’avait ressenti.

    Pour les plus jeune n’ayant pas connu, voila un petit zapping de ce qu’il y avait eu à la télé cette semaine la.
    A voir, c’est assez édifiant de se replonger dedans.

    Stupeur, Jospin se retire de la politique, Martine Aubry pleure sur le plateau de France 2, minute de silence sur le plateau d’Ardisson, un black dans Secret Story qui réagissait au confess, reportages sur le nazisme et tout, manifestations monstres dans la rue, union de la gauche et de la droite pour battre la bête immonde, installation de système de désinfection symbolique à la sortie des isoloirs, c’était quelques chose d’incroyable.

    A l’époque, j’étais au collège, on arrêtait pas d’en parler.
    Et bien sur, au collège, on était un peu des petits cons, y’avait plus de monde pour Le Pen :lecid:
    Il faut dire que j’habite dans un petit village, et qu’il y avait énormément de racisme dans le coin, petit je le sentais en écoutant les gens. Et j’avoue être assez fier que malgré ces origines j’ai pu dévelloper une conscience politique à l’opposé de toute ces coneries.

    De cet épisode je pense qu’énormément de monde de notre génération s’est vraiment interressé à la politique, on peut dire que c’était un mal pour un bien.


  • Présidente du Reboot et des endives

    J’étais au collège aussi, je n’ai pas souvenir qu’on en parlait dans la récré. A cette époque, Pokémon était le centre de ma vie de toute façon.
    Au soir des résultats, ça avait jeté un froid à la maison. C’était bizarre. J’ai encore l’annonce en tête.



  • Je me souviens que je militais pour le ni-ni a l’époque de l’entre deux tours. Ni menteur, ni super menteur.



  • Une horreur, j’ai voté Chirac !


  • Admin

    J’étais en 3e à ce moment-là, le moment où pas mal de jeunes commencent à s’ouvrir à la politique puisque c’est un peu le sujet des cours d’Histoire. Au 2e tour, j’étais en voyage scolaire en Angleterre, et je me souviens que le Lundi matin, que nos profs nous ont annoncé le résultat, tout le monde a hurlé de joie dans le bus. Je doute qu’un truc pareil se reproduise avant un long moment


  • Présidente du Reboot et des endives

    Ah oui je me souviens des profs qui prenaient clairement position contre Le Pen !



  • @aurel a dit dans Vos souvenirs de la présidentielle 2002 :

    Une horreur, j’ai voté Chirac !

    En même temps ces salauds de Motivés et autres Zebda avaient appelé la jeunesse a voter Chirac… Le bruit et l’odeur qu’ils chantaient…



  • @FionSuperstar a dit dans Vos souvenirs de la présidentielle 2002 :

    Ah oui je me souviens des profs qui prenaient clairement position contre Le Pen !

    Oui, pendant sa campagne Le Pen aussi avait pris clairement position contre les fainéants de profs :ahah:



  • @Carchastain a dit dans Vos souvenirs de la présidentielle 2002 :

    un black dans Secret Story qui réagissait au confess,

    Secret Story n’est apparu que 5 ans plus tard. Tu dois faire allusion au Loft.



  • Déjà 15 ans :o Que le temps passe vite. :abba:



  • J’avais huit ans, aucun souvenir. Mais j’ai vu quelques reportages et émissions tv dessus, ça devait être impressionnant comme ambiance.



  • Comme je ne pouvais pas voter cette année là (problème de carte plus valide suite à un déménagement et je savais pas), j’étais descendu dans le var chez un ex que j’avais retrouvé par copain d’avant, prof profondément socialiste, je l’avais accompagné pour voter Jospin, et ensemble on avait regardé les résultats à la télé où il était catastrophé que le pen se trouvait au second tour et pas Jospin.
    Mon ex (10 ans après) était devenu une tapette. C’est un très mauvais souvenir. :sleep:

    C’était un ex où j’étais resté peu de temps avec. Pas un ex majeur.



  • C’était ma première élection présidentielle depuis ma majorité, et je n’y ai même pas voté pour le premier tour, ayant passé le gros de ma journée sur la route.

    Je n’avais même pas fait l’effort d’une procuration. A l’époque, la politique ne m’intéressait pas autant qu’aujourd’hui, et c’est pas la molle campagne d’alors qui m’avait incité à m’y mettre.

    Comme beaucoup, j’attendais un inévitable second tour PS-UMP.
    La rrrroutine habituel quoi, dirait le perroquet dans Astérix.

    J’étais au volant lorsque j’ai appris que Le Pen passait, et ça m’a secoué. Et pas seulement d’indignation. Ca a réveillé un truc en moi. A cette seconde, j’ai pris conscience du fait que les urnes pouvaient encore faire trembler le corps politique de ce pays, que tout ça pouvait changer, en bien, comme en mal.

    Il y avait une action (Le pen passait), il fallait une réaction (lui faire barrage). Ce devoir de citoyen qu’est le vote retrouvait -tout au moins à mes yeux- un souffle nouveau.

    Inutile de préciser que je pointais à l’isoloir 15 jours plus tard.


  • Team

    Je me souviens très bien du 21 avril 2002.
    J’avais 14 ans, je ne m’y connaissais pas vraiment à l’époque, j’étais parti du principe que ça allait être Chirac et Jospin au second tour, et j’étais pour Jospin parce que mes parents étaient pour Jospin.

    Lors du premier tour, mes parents étaient en vacances à l’étranger et j’étais chez mes grands-parents.
    La télé était pas très grande, placée en hauteur dans la cuisine, donc on voyait pas distinctement les images.
    Lorsqu’ils ont annoncé les qualifiés pour le second tour, de loin, j’avais l’impression de voir Chirac et Jospin. Et là, j’ai entendu mon grand-père crier “OH PUTAIN!”. Puis j’ai compris que c’était pas Jospin, mais Le Pen.

    Dans les jours qui ont suivi, je me suis demandé ce que ça ferait si Le Pen allait devenir président, ça m’inquiétait un peu. Ma grand-mère m’a expliqué de manière assez claire que c’était impossible que ça arrive.
    Mes grands-parents n’avaient pas voté au premier tour à cause de leurs vacances, ils se sont sentis bien cons (d’ailleurs j’ai pas manqué de leur faire remarquer :morange:). Ça m’a personnellement vacciné contre l’abstention.



  • Non mais durant ces elections de 2002, ce qui m’a plus gavé ce sont les gens qui voulaient voter Jospin au second tour, qui ne sont pas allé voter au premier tour pour douze milles raisons qui leur semblaient bonnes et qui après allaient défiler comme des cons dans l’entre deux tours car ils n’avaient pas d’autres choix que de voter Chirac.
    Bande de nazes.



  • Et nous risquons aujourd’hui le même scénario. Quelle était l’opposition au RPR et PS hors FN? Dans le mille: Bayrou et Le Page, les deux qui aujourd’hui écument les médias pour porter la voix de Macron. Personne n’en voulait en 2002 et les électeurs ont préfèré Le Pen. 15 ans plus tard, les français feraient le même choix s’il n’y avait pas l’alternative Mélenchon. Le problème, c’est que Macron continue de rêver que les français voteront pour la continuité de la politique de Hollande.



  • Non nous ne risquons pas de vivre la même chose, parce qu’on s’y attends, qu’on a l’habitude de voir le FN faire des bons scores depuis les récentes élections intermédiaire, et j’ai le sentiment que la réaction ne sera pas la même.

    On aura pas de minute de silence dans les émissions, de responsables politiques qui pleurent en plateau, pas de lofteur secretistes des anges de l’ile des marseillais qui réagit au confess, rien. Et c’est assez triste, la première dédiabolisation du FN c’est pas Marine qui l’a faite, c’est pas la stratégie de Philippot ou je sais pas quoi, c’est les médias eux même qui ont commencé à la traiter comme une candidate normale.

    Maintenant après cet apparté, si on pouvait ne pas partir sur la présidentielle actuelle, il y a déjà bien assez de topics pour ça :prude:



  • Mais elle est une candidate normale, tout comme Sarkozy et Hollande le furent, tout comme Macron et Fillon le sont. Excellente en communication, en mensonge, en manipulation… Elle est juste d’extrême droite, comme l’est le président de Hongrie, comme Putin, comme beaucoup de dirigeants sur la planète.



  • JMLP a construit sa popularité et celle de son parti sur leur diabolisation par les médias, on peut pas aujourd’hui leur reprocher de faire l’inverse et de faire le jeu du FN en les considérant normalement. Le FN monte parce que le rejet des autres cumulés est devenu plus fort que son propre rejet (pour autant en 1 contre 1 il n’a toujours aucune chance de remporter une élection d’importance, grâce au front républicain toujours existant), c’est pas tant du fait du FN qui est devenu tout gentil ou des médias qui le brossent dans le sens du poil que du fait des autres qui se moquent du monde impunément.
    Voilà pour la petite parenthèse.

    [/HS] Je me rappelle pas vraiment de ma réaction à moi, j’avais 16 ans et j’étais seul chez moi, et j’avais trouvé ça assez étonnant pour appeler ma mère qui était en soirée pour lui dire, et elle s’était écriée de (mauvaise) surprise car, comme tout le monde je pense, elle devait s’attendre à un duel Chirac / Jospin. J’ai plus trop de souvenir de la folie qui a gagné le pays dans les 2 semaines qui ont suivi.



  • JMLP a pu percer en politique grâce a Mitterrand qui l’a utilisé pour contrer la droite. A l’époque le FN n’était qu’un nid de racaille et de pseudo-intellectuels. Ce n’est pas de la diabolisation, c’est la vérité.


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.