Vos aventures à l'hôpital


  • Team

    Quand on y va c’est jamais bon, il peut se passer tellement de choses dans un hôpital ! Bon en général c’est pas grave heureusement…

    Je propose ce sujet pour qu’on puisse parler de notre vécu à l’hôpital, un bras cassé, un test désagréable, ou plein d’autres choses.



  • Aucune hospitalisation [réglé pour moi]



  • Une trique d’enfer.

    J’avais été hospitalisé pendant près d’une semaine après une opération du coude. Je partageais une chambre avec un type qui regardait toute la journée les clips de M6 (je ne sais plus si ça s’appelait M6 à l’époque)

    Parmi ces clips, il y avait cette bande de petits pédés qui passaient plusieurs fois par jour et qui me donnaient une trique d’enfer.

    Allez savoir pourquoi ! :lecid:

    Or, dans un hôpital, ce n’est pas évident de se branler dans une chambre à deux !

    Bref, ce fut horrible ! :lol:



  • c’est pour ça qu’il faut toujours prendre une chambre seul -----> [ ]


  • Team

    @Eyda Ok mais c’est toi qui paye :sleep:



  • @Knut j’ai des tarifs préférentiels :hehe:



  • @aurel a dit dans Vos aventures à l'hôpital :

    Aucune hospitalisation [réglé pour moi]

    T’as pas eu l’appendicite? :peur:



  • Eh non, j’ai toujours mon excroissance au boyau. Intacte comme au premier jour ! :huuu:



  • @aurel a dit dans Vos aventures à l'hôpital :

    Eh non, j’ai toujours mon excroissance au boyau. Intacte comme au premier jour ! :huuu:

    C’est dangereux, tu as une épée de Damoclès sur ta tête :cry:



  • Mais non, j’aurai chopé un cancer colotruc avec que mon appendice pourrisse.



  • @Jackasse a dit dans Vos aventures à l'hôpital :

    @aurel a dit dans Vos aventures à l'hôpital :

    Aucune hospitalisation [réglé pour moi]

    T’as pas eu l’appendicite? :peur:

    Janvier 2006 pour la mienne ...



  • @Maléfique a dit dans Vos aventures à l'hôpital :

    Janvier 2006 pour la mienne

    Et, la chambre était lumineuse ? le voisin sympa ? la bouffe pas trop bouillie ? les couloirs ne sentaient pas trop le désinfectant ? les infirmières portaient des croc ? les infirmiers étaient nus sous les blouses ?



  • @aurel a dit dans Vos aventures à l'hôpital :

    Mais non, j’aurai chopé un cancer colotruc avec que mon appendice pourrisse.

    Mon grand père maternel est mort à 80 ans d’une appendicite qui avait évolué en péritonite aigue. Par contre, pour le cancer colotruc, il était niquel au moment de sa mort ! :cesara:



  • @Passo a dit dans Vos aventures à l'hôpital :

    @Maléfique a dit dans Vos aventures à l'hôpital :

    Janvier 2006 pour la mienne

    Et, la chambre était lumineuse ? le voisin sympa ? la bouffe pas trop bouillie ? les couloirs ne sentaient pas trop le désinfectant ? les infirmières portaient des croc ? les infirmiers étaient nus sous les blouses ?

    J’avais une chambre solo, grand luxe, pour la bouffe, on ne mange pas trop après l’appendicite, même qu’on réapprend à faire:poop:



  • Autre souvenir, mais là plus lointain. J’ai 18 ans, je suis en vacances chez ma cousine à côté de Tours. Soirée très arrosée avec ses copains à elle. Je vends ma cousine aux enchères et on décide de la jouer au football. Je suis nul au foot et je me déboite le genou. Direction l’hôpital de Tours dans une horrible 2CV. Je suis aux urgences avec ma cousine et l’alcool se dissipant ça commence à devenir douloureux. Arrive un interne, un malabar, un boucher, je suis terrorisé, il me manipule le genou, je gueule, crac ! c’est remis. Ma cousine soulagée : “on peut rentrer maintenant ?” L’interne : “Vous oui, lui, (moi), non !” Adieux de Fontainebleau avec ma cousine. Moi : “Mon Dieu, que vas tu dire à Hubert ? (son père, mon oncle)” Elle : “Je n’ose pas l’imaginer!” (Elle avait raison : Son papa avait très mal pris que son neveu dont il avait la garde finisse à l’hôpital. :mrgreen: ) Je suis maintenant tout seul et les urgences me virent. Mais pas dans une chambre, il n’y a plus de place, dans un couloir avec mon lit en rang d’oignon contre le mur avec les lits d’autres miséreux. La nuit se passe dans un demi sommeil. Des portes qui claquent, des brancards qui passent devant moi avec des accidentés de la route, des patients dans le style steaks hachés. Ce soir là est un jour de départ en vacances et l’hôpital de Tours récolte tous les accidentés de la route à 50 kms à la ronde. Et puis, quand ça se calme un peu, j’entends les soupirs de la vieille dame dont le lit est juste derrière le mien. Elle passe son temps à gémir “Je ne veux pas mourir ! Je ne veux pas mourir !” Affreux ! Une des pires nuits de toute ma vie ! :lecid:



  • @Britten T’as oublié le passage où tu vois un mec bandant.



  • @Fljotavik a dit dans Vos aventures à l'hôpital :

    @Britten T’as oublié le passage où tu vois un mec bandant.

    C’était pas le même jour. Et puis quand j’avais 18 ans, je n’avais pas besoin de chercher le mec bandant. Le mec bandant, c’était moi ! ;-)



  • @Britten Je crois que les hopitaux de Tours n’ont pas beaucoup changé depuis! :peur:

    J’ai eu une mauvaise expérience avec eux aussi, meme si j’en rigole aujourd’hui. C’était juste apres les fetes de noel, j’étais pas en grande forme donc mes parents me filent des cachetons contre les nausées, histoire que je puisse faire la route pour rentrée chez moi. Sauf qu’une fois arrivée (2h plus tard), je commence a avoir des espèces de spasmes musculaires hyper douloureux, et certains de mes muscles commencent a se paralyser petit a petit… j’appelle SOS médecin, qui me raccroche au nez 2 fois, avant de me dire de me debrouiller pour venir a pied. Certes, j’habitais a 5 minutes de lhosto, sauf qu’avec la moitié du corps paralysé, ca m’a pris 40 min (les passants m’ont sans doute pris pour une malade sortie de psy, vu que j’habitai juste en face) :lecid:

    J’y arrive tant bien que mal, poireaute 500ans pour me faire recevoir par 2 médecins qui se foutent de ma gueule, me disent que c’est pas grave qu’il faut juste une piqure, mais qu’il va falloir pour ca m’envoyer dans un autre hopital :head_bandage: Un petit voyage en ambulance plus tard, je me fais engueuler copieusement pas l’infirmiere pour mon automédicamentation, puis me fait installer dans une chambre dans le noir ou on fini par m’oublier apres m’avoir fait la dite piqure.

    J’ai du retourner a l’accueil de moi-meme et faire comprendre a ces connasses que j’allais avoir besoin qu’on m’appelle un taxi, vu qu’on m’avait déplacé a 20 bornes de chez moi en ambulance en plein milieu de la nuit :huuu:

    Bref, expérience pourrie a l’hopital de Tours-Nord :snob:



  • @Silmaril Ça alors ! C’était quand ?



  • @Britten Je sais plus trop, 2007 ou 2008. (J’allais dire “ya pas longtemps quand j’étais a la fac”, avant de réalisé que c’était ya 10 ans déja! :lecidacouette:)


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.