Marjorie - Koh Lanta Cambodge


  • Team

    Marjorie

    0_1487419551999_KLCMARJORIE.jpg

    42 ans - cantinière
    Nord (59)

    C’est une acharnée du travail ! Cantinière dans un restaurant d’entreprise, la laborieuse Marjorie se lève chaque jour à 5h du matin pour nettoyer sa maison avant de partir ! Chez elle, Marjorie s’occupe de tout… A 42 ans, cette maman de deux grands enfants, veut enfin faire quelque chose pour elle. Et prouver à ses proches, qu’elle est capable de surmonter les redoutables épreuves de Koh-Lanta !

    Vidéo Présentation de Marjorie


  • Présidente du Reboot et des endives

    J’adore le look, en plus cantinière :lol:

    J’ai toujours imaginé @tilou un peu comme ça :hum:



  • @FionSuperstar c’est complétement à côté de la plaque :fock:



  • On tiens notre première sortante de la saison… :hihi:



  • Noooon!! mais se lever à 5h du mat pour nettoyer la baraque :abba:

    Faut vraiment être atteinte .


  • Présidente du Reboot et des endives

    @Eleha Sa présentation est trop naze :lecid:



  • Que ce soit la photo ou la présentation :lol:


  • Team



  • Pas intéressante, c’est un profil vu et revu. On sait déjà que dès les premiers jours elle va nous saouler parce que ses gosses lui manquent et sera éliminé avant la réunif


  • Team

    Elle me fait marrer, ça va péter avec elle :faim:



  • @FionSuperstar a dit dans Marjorie - Koh Lanta Cambodge :

    J’adore le look, en plus cantinière :lol:

    J’ai toujours imaginé @tilou un peu comme ça :hum:

    maintenant que je l’ai vue , je suis dépitée :crryy:



  • Voici les premières ITV de Marjorie depuis son élimination. La première est pour TéléLoisir :

    Marjorie quitte Koh-Lanta : “Ma hantise était de paraître ridicule durant les épreuves”

    Après un parcours plus qu’honorable, Marjorie a été éliminée de Koh-Lanta ce vendredi soir. Mais qu’importe, cette maman de 42 ans a réalisé son rêve !

    Au terme du dixième épisode de Koh-Lanta Cambodge diffusé ce vendredi 12 mai sur TF1, Denis Brogniart a éteint le flambeau de Marjorie, la Nordiste très appréciée de ses camarades. Arriver au-delà de la réunification était un rêve inespéré pour cette maman de 42 ans qui n’avait jamais été séparée des siens. Encore nostalgique des moments passés sur l’île, la Dunkerquoise revient sur l’aventure qui a changé sa vie !

    Télé-Loisirs : que cherchiez-vous à vous prouver en participant à l’aventure ?
    Marjorie : je voulais montrer que je pouvais faire autre chose qu’être la maman ou la femme à la maison. Je voulais vraiment me dépasser et voir de quoi j’étais capable.

    Vous n’aviez jamais été séparée de vos proches…
    Jamais ! Cela fait 24 ans que je suis avec mon mari. Ma fille a 21 ans, mon fils, 18 ans, je ne les ai jamais quittés à part les deux jours où je suis allée passer les test à l’INSEP (tests d’effort effectués lors du casting, ndlr).

    Vous avez fait de nombreuses déclarations d’amour à votre mari ! Cette aventure a-t-elle changé quelque chose à votre relation ?
    On s’aime encore plus qu’avant mon départ. Je ne pensais pas que c’était possible ! On est encore plus complices, ça nous a rapprochés.

    Pensiez-vous pouvoir aller aussi loin ?
    Si on m’avait dit que j’irais au-delà de la réunification, je n’y aurais pas cru. Je ne voulais surtout pas partir en première. J’ai quand même 42 ans, je ne suis pas sportive, faire Koh-Lanta et aller aussi loin, c’est un rêve qui se réalisait.

    Vous attendiez-vous à être éliminée ?
    Je le soupçonnais. Les autres ont vu que j’étais fatiguée, que j’étais usée, que j’étais plus affaiblie qu’eux.

    Vous étiez très à l’écoute des autres. Etait-ce une stratégie ?
    Moi et la stratégie, ça fait 2 ! J’étais un peu la maman de l’aventure. J’aime bien que les personnes soient bien, qu’elles ne soient pas mises à l’écart des autres. Bastien, Mathilde, Clémentine pourraient être mes enfants !

    Vos proches sont-ils fiers de vous ?
    Ils attendaient les images avec impatience. Quand ils ont vu le premier épisode, ils n’avaient pas assez de leurs yeux pour regarder la télé. Ma hantise était de paraître ridicule durant les épreuves. Je ne suis pas sportive, j’avais peur d’être ridicule et qu’ils aient un peu honte d’une certaine manière. Le cochon pendu, j’ai tenu moins de 10 minutes, je me sentais nulle.

    Vous semblez être proche de Manuella… Êtes-vous restées en contact après le tournage ?
    Elle est venue passer un week-end à la maison avec son mari et ses enfants. Nos maris se sont rencontrés. On aurait dit deux gamines. Manuella a été ma confidente, mon amie, mon binôme depuis le début de l’aventure.

    Et des autres aventuriers ?
    J’ai des nouvelles de tout le monde mis à part Yassin et Franck. Je ne pensais même pas au début de l’aventure pouvoir créer des liens pareils. J’ai rencontré des personnes géniales !



  • ITV pour Gala :

    Koh Lanta – Marjo­rie élimi­née : « Je voulais être autre chose pour mes enfants qu’une simple maman »
    LA CANDI­DATE DE 42 ANS A ÉTÉ ÉLIMI­NÉE DE L’AVEN­TURE

    Elimi­née après quarante jours d’aven­ture éprou­vante dans Koh Lanta Cambodge, Marjo­rie évoque ses plus beaux souve­nirs, mais aussi les pires moments de son parcours. Pour cette maman de 42 ans qui ne s’imagi­nait pas tenir si long­temps, ce qui compte par-dessus tout, c’est la fierté de ses enfants.

    Gala : Pourquoi avez-vous été élimi­née?

    Les autres se sont rendu compte de mon état de fatigue. Tout était plus compliqué, je mettais plus de temps à me lever… Je ne leur en veux pas. Ils ont dit qu’ils voulaient voter au mérite et c’est normal. J’étais la moins spor­tive et la plus fati­guée. Je n’ai aucune rancune car ce n’est qu’un jeu, je suis déjà contente d’être arri­vée jusqu’ici.

    Marjo­rie : Êtes-vous satis­faite de votre parcours? Qu’est-ce qui vous a surpris le plus chez vous?

    Je suis très satis­faite! Jamais je n’aurais pensé aller si loin. Je m’étais dit : « Si je vois la réuni­fi­ca­tion, c’est déjà super »… Mais aller au delà de la réuni­fi­ca­tion, ça je ne m’y atten­dais pas. C’était vrai­ment magique. J’ai été surprise par mon mental. Je me suis trou­vée forte. Jamais je n’aurais pensé que j’étais capable de faire le parcours du combat­tant… Et encore moins l’épreuve de dégus­ta­tion! J’aurais jamais imaginé mettre des bestioles dans ma bouche…

    Comment ont réagi vos proches?

    Ils étaient très contents de me revoir. Ils ont vu le temps passer, et ils ont compris que j’avais tenu long­temps. Quand je suis rentrée, mon mari et mes deux enfants étaient très fiers. Ils m’ont dit : 'Tu ne te rends pas compte, tu as été vrai­ment loin!" C’était impor­tant pour moi, c’est aussi pour ça que je me suis lancée dans l’aven­ture : je voulais être autre chose pour mes enfants qu’une simple maman. Aujourd’hui ils me voient comme une battante, une guer­rière.

    Ce sont vos enfants qui vous ont poussé à tenter l’aven­ture?

    Un soir, on regar­dait l’émis­sion avec ma fille, et elle m’a dit : « ça te dirait qu’on s’inscrive ensemble? » J’ai répondu "pourquoi pas, et on a fait toutes les démarches ensemble. Quand ils m’ont rappe­lée pour me sélec­tion­ner, ma fille était triste de ne pas avoir été choi­sie! Mais ensuite, elle m’a beau­coup aidée, elle me rappe­lait les dates des castings, elle choi­sis­sait mes vête­ments. J’allais courir deux fois par semaine avec mes enfants. Mon mari aussi m’a soute­nue. C’était mes coachs person­nels. En fait, on s’est lancée dans l’aven­ture à quatre je dirais. Je n’étais pas seule.

    Qu’est-ce qui était le plus dur sur place?

    C’était l’absence de ma famille. Je n’étais jamais partie sans eux. Avec mon mari, nous avons les mêmes horaires très mati­naux, on passe tous nos après-midi ensemble. On n’est pas habi­tués à être loin les uns des autres. Déjà quand j’étais partie deux jours pour faire tous mes vaccins, ça avait été dur : on s’appe­lait tout le temps. Alors quarante jours, sans porta­ble…

    Quel est votre meilleur souve­nir de l’aven­ture?

    Le coup de télé­phone à ma famille. Quand on est loin et qu’on n’a pas de nouvelle, c’est terrible. C’était vrai­ment le plus diffi­cile, de ne pas savoir comment ils allaient. Entendre de son de leur voix m’a fait beau­coup de bien.

    Et votre pire souve­nir?

    Je crois que c’est quand j’ai vu la côte de boeuf partir (quand les Bleus ont gagné l’épreuve de confort, ndlr), j’en avais les larmes aux yeux. On n’a jamais gagné d’épreuve de confort, donc c’était diffi­cile. Sur place, on a telle­ment faim qu’on passe beau­coup de temps à parler de ce qu’on rêve­rait de manger…

    Quelle est la première chose que vous avez mangé en rentrant?

    Un welsh! (rires) C’est un plat typique du Nord, très riche, avec du fromage et des frites. En rentrant, j’ai tout de suite dit à mon mari : « ce soir on va manger un welsh! » Pendant l’aven­ture, j’en parlais souvent et j’ai fait rêver mon équipe avec ça. Quand on avait trop faim, ils me disaient : “Marjo­rie, parle nous encore de ton welsh…” (rires)

    Certains télé­spec­ta­teurs vous ont trouvé trop discrète, c’est quelque chose que vous regret­tez?

    Non, car c’est mon carac­tère. Je suis comme ça. Je suis restée fidèle à moi-même du début à la fin. S’il fallait aller cher­cher de l’eau, ou aller cher­cher du bois, je l’ai fait sans problème. Ce n’est pas mon genre de protes­ter.

    Avec quels candi­dats avez-vous tissé les liens les plus forts?

    Manuela a été ma confi­dente, ma binôme. Elle était aussi maman donc ça nous a rappro­chées. Je me suis aussi bien entendu avec Sandro et Bastion… ça a été plus compliqué avec Yassin, par exemple. Mais il avait prévenu qu’il n’était pas là pour se faire des amis. Au final on finit par tisser des liens avec tout le monde. J’ai été parti­cu­liè­re­ment touchée quand tout le monde me féli­ci­tait après les épreuves. Moi je me trou­vais nulle, mais eux ils m’encou­ra­geaient et me disaient : « T’es vrai­ment impres­sion­nante, tu t’en rendras compte en regar­dant les images! »

    Vous prenez plai­sir à regar­der l’émis­sion?

    Oui, je regarde en famille. Chaque épisode me paraît court, ça passe trop vite. La première fois, ça fait bizarre de se voir à la télé­vi­sion, mais main­te­nant je suis habi­tuée et j’aime bien l’image de moi que donne l’émis­sion. Ça me ressemble. Et puis j’aime surtout voir le regard dans les yeux de mon mari et de mes enfants, lorsqu’ils voient ce que j’ai accom­pli.



  • Y’a que moi qui la trouve plus potable dans l’émission qu’en photo?



Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.