Félicie - Koh Lanta Cambodge


  • Team

    Félicie

    0_1487419181637_KLCFELICIE.jpg
    27 ans - éducatrice Spécialisée
    Paris (75)

    Félicie se proclame gladiatrice ! Son physique impressionnant l’a même conduit à travailler un an chez les pompiers de Paris. Mais c’est finalement en tant qu’éducatrice spécialisée que cette Parisienne aussi sensible que forte s’épanouit. La résistance qu’elle a acquise la conduira-t-elle sur les poteaux ?


  • Team

    aussi ! :tagada:


  • Team

    Un peu plaintive la gladiatrice :hum:



  • On dirait Ronda Rousey non ?

    (coucou @Jackasse )



  • @Carchateau-d'Hyrule a dit dans Félicie - Koh Lanta Cambodge :

    On dirait Ronda Rousey non ?

    (coucou @Jackasse )

    Blasphème!!!

    Franchement je vois même pas qui c’est :hihi:

    On l’a pas trop vu dans l’épisode 1 hyper Dylano-centré , mqi ouais y’a un faux air.



  • Elle m’a gonflé hier soir à se plaindre pendant tout l’épisode, elle est direct arrivé chez les bleus avec un mauvais esprit.


  • Team

    @Césarito Je crois qu’elle a gonflé tout le monde :mrgreen:

    Bon en même temps les jaunes avaient fait pas mal de choses chez eux et ils se retrouvent dans une équipe de feignasse :lecid:



  • Voici ses interviews après son élimination. On commence par TéléLoisir :

    Cinquième éliminée de Koh-Lanta Cambodge, Félicie, qui se fait appeler “La Gladiatrice”, paie les conséquences d’un moral en berne.
    On ne s’attendait pas à ce qu’elle sorte aussi rapidement du jeu. Ce vendredi 7 avril 2017, Félicie - qui était pourtant l’une des compétitrices les plus attendues au tournant - a été éliminée par les bleus dans Koh-Lanta Cambodge. L’ex-jaune n’avait en effet plus le moral lors des derniers jours de son aventure, et elle n’est jamais vraiment parvenue à remonter la pente. Elle se justifie pour Télé-Loisirs !

    Télé-Loisirs : Vous avez déclaré en fin d’émission : “Ils ont eu raison de m’éliminer”… Avec le recul, vous voyez toujours les choses de la même manière ?
    Félicie : Oui. Quand on commence à avoir des faiblesses, il faut éliminer ceux qui sont moralement en train de chuter. Je ne leur en veux pas du tout. J’avais toujours de l’espoir, mais mes proches me manquaient, j’étais fatiguée, un peu malade…

    Depuis combien de temps souffriez-vous de cette baisse de moral ?
    Mes proches m’ont manqué dès le premier jour. Même si je ne l’ai pas montré. C’est difficile d’anticiper. C’est vraiment quand on est dans l’aventure qu’on s’en rend compte. Koh-Lanta est une vraie prise de conscience à ce niveau-là. J’étais dans une équipe qui m’a toujours motivée. Mais la dissolution des jaunes m’a mis un coup. Même si j’étais présente dans les épreuves physiques, j’avais plus de mal sur le camp. Peut-être qu’en étant restée chez les Jaunes, si l’équipe n’avait pas disparu, mon moral aurait peut-être été meilleur. Sandro et Maria qui étaient proches de moi sont partis chez les rouges. Je l’ai mal vécu, surtout vis-à-vis de Maria.

    Vous étiez l’un des éléments les plus forts des jaunes, est-ce que vous vous en rendiez compte ?
    Dans les épreuves, je savais que j’étais une plus value. Mais je n’en avais pas forcément conscience, parce que j’avais l’impression que Sandro, puis Vincent, avaient un rôle plus important. Je n’ai pas eu de mal pour me faire une place, mais j’ai été beaucoup plus discrète dans Koh-Lanta que dans la vie de tous les jours. Je n’étais pas la même. Je suis arrivée dans le jeu le cœur lourd, avec des soucis personnels. Ça a peut-être influencé ma façon d’être. Mais je suis aussi discrète dans la vie. J’ai un caractère fort, mais si j’avais été vigoureuse, j’aurais pu réagir différemment dans certaines situations.

    On vous surnomme la “Gladiatrice”, votre réputation ne va-t-elle pas en souffrir ?
    Non, mes proches seront toujours derrière moi. Koh-Lanta c’est un jeu. Dans la vie de tous les jours, il y a des épreuves bien plus difficiles à surmonter. Mais vous savez, je n’ai pas de réputation à tenir ! Ce que les gens pensent, ce n’est pas très grave… (elle rit).

    Voici maintenant son ITV avec TéléZ :

    Félicie, l’éducatrice spécialisée parisienne, est la perdante de cet épisode 5 du jeu d’aventures. De retour en France, elle envisage d’avoir un enfant.

    TeleZ : Est-ce que votre élimination de Koh-Lanta a été une surprise ?
    Félicie : Non mais j’avais quelques doutes en étant la dernière arrivée sur le camp. Et puis j’ai eu quelques petites faiblesses au quotidien, donc j’avais cette appréhension en effet.

    Qu’est-ce qui n’allait plus ces derniers jours à Koh-Lanta ?
    Il y avait quand même des choses qui allaient très bien ! Mais disons qu’on souffre tous du manque de sommeil, de la fatigue, du manque de nourriture et de nos proches. Cela a pesé dans la balance. Changer d’équipe m’a mis un peu le moral à zéro.

    La fin de la tribu jaune vous a déstabilisé ?
    Effectivement, ça a été un gros coup dur de quitter l’équipe jaune qui était très harmonieuse. J’avais beaucoup d’appréhension et de préjugés à arriver chez les bleus, mais l’accueil a été très chaleureux et très vite, je me suis adaptée à ces nouvelles personnes, et j’ai fait de très belles rencontres.

    Avez-vous volontairement montré des signes aux autres pour accélérer votre départ ?
    Non, c’était involontaire. Je n’ai pas calculé la fatigue, le manque de sommeil et l’évanouissement ! J’ai subi vraiment la difficulté, la dureté de Koh-Lanta. Si j’ai parfois dit que j’était fatiguée, ce n’était pas nécessairement pour sortir, mais ça a été entendu quand même. Les autres aventuriers en tiennent compte pour leur choix au Conseil pour l’élimination.

    Vous partez sans amertume de Koh-Lanta ?
    Oui, complètement, parce que, d’une part c’est un jeu, et puis c’est un mal pour un bien : je suis déçue de ne pas continuer mais d’un autre côté, je vais retrouver mes proches. Un autre bonheur va m’attendre.

    Vous rêviez de faire Koh-Lanta depuis longtemps ?
    Non c’était la première fois que je m’inscrivais et je n’ai jamais suivi l’émission de manière assidue, mais ça m’a toujours fait rêver quand je la regardais. J’avais des petits papillons dans le ventre. J’ai eu le bonheur et la chance d’être sélectionnée.

    Koh-Lanta a été une bonne expérience au final ?
    Oui c’est une fabuleuse expérience qui m’a permis de mieux me connaître, de m’analyser. Aujourd’hui, dans mon quotidien, je suis différente. Je suis plus douce avec moi-même et je profite davantage de mes proches.

    Vous n’êtes plus la gladiatrice de votre portrait ?
    Non pour moi, on peut être douce tout en étant une gladiatrice. Moi les épreuves, elles sont dans la vie. Koh-Lanta, ce n’est qu’un jeu ! Je me définis toujours comme une gladiatrice mais je m’écoute davantage. Je n’essaie plus d’être la première partout.

    Quels ont été vos moments préférés dans votre aventure ?
    Le premier, c’était le saut, le naufrage, parce que c’est l’inconnu qui commence. Et puis tous les moments quotidiens que l’on a pu partager dans la cabane, le soir, à discuter, aller chercher de l’eau, du manioc, qui sont de petits moments anodins mais qui relèvent vraiment de l’aventure.

    Vous êtes toujours en contact avec votre amie Maria ?
    Oui je suis en contact avec elle pratiquement tous les jours. C’est mon amie, sur le camp comme dans la vie.

    Vous auriez fait quoi des 100.000 euros si vous les aviez remportés ?
    Un apport pour acheter un appartement.

    Si on vous repropose de partir, vous dites oui sans réfléchir ?
    Non j’y réfléchis très très longuement parce qu’aujourd’hui, j’ai conscience de la dureté de Koh-Lanta et j’ai d’autres projets en tête donc je ne suis pas sûre de réitérer l’aventure. Je suis éducatrice spécialisée donc j’aime ce que je fais, donc j’aimerais m’y inscrire vraiment et des projets plus personnelles comme avoir un enfant avec mon compagnon.


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.