Pierre-Emmanuel Barré, le sale gosse du PAF