[Electoral Reboot] Présidentielle de 1965 (premier tour)


  • Team

    Le mandat du président se termine, et il est désormais temps de décider s’il restera au pouvoir ou non. Charles de Gaulle n’aura pas démissionné avant la fin de son mandat pour accélérer le processus électoral, il a décidé de rester en poste jusqu’au moment de l’élection présidentielle, où il remet en jeu sa présidence.

    Le président sortant se représente, et espère affirmer ainsi sa domination dans l’exécutif, même si une grande partie de la gouvernance de la nation s’est faite sans son approbation, du fait de la cohabitation avec d’abord Guy Mollet, puis Gaston Monnerville. Il défend toutefois un bilan intéressant aux affaires étrangères, ayant permis à la France de rester un pays indépendant sur la scène mondiale.

    Face à lui se dressent plusieurs challengers.
    À gauche, les principaux partis se sont réunis derrière la candidature de François Mitterrand, qui n’a jamais caché son inimitié pour le général, et souhaite en terminer avec cette anomalie du duo exécutif bipolaire. Pour lui, si le parlement est à gauche, le président doit l’être aussi, pour ne pas bloquer les réformes et permettre d’avancer dans une direction claire.
    Marcel Barbu se présente également. Sans étiquette et de gauche, avec un discours axé autour des droits de l’homme, de la famille et du référendum d’initiative populaire.

    Au centre, nous voyons la candidature de Pierre Marcilhacy, pro-européen convaincu, dont le discours est en opposition avec la politique souverainiste du président actuel. Il souhaite changer la place de la France dans le concert des nations, afin d’aboutir à de véritables institutions européennes. Son manque de notoriété a néanmoins rendu sa campagne assez peu visible par le grand public.
    Autre centriste, Jean Lecanuet se présente avec le soutien du MRP et du CNIP. Démocrate-chrétien et atlantiste, le jeune candidat irrite lui aussi le général de Gaulle, car il bénéficie d’un soutien financier américain et souhaite que la politique étrangère de la France soit davantage alignée sur celle des États-Unis.

    À droite, enfin, une partie de la classe politique décide de soutenir le général de Gaulle, mais une autre opposition sera présente, à savoir celle de l’extrême droite, ici représentée par Jean-Louis Tixier-Vignancour, étroitement épaulé par son directeur de campagne Jean-Marie Le Pen. Il reproche notamment à Charles de Gaulle l’abandon de l’Algérie, devenue indépendante pendant ce mandat.

    Le président sortant sera-t-il réélu, ou allons-nous avoir déjà un nouveau président pour cette Cinquième République?
    À vous de décider, et de voter.


  • Team

    Je m’en veux, mais je vais à nouveau poker @All. :hihi:



  • @Madarjeen ils sont tous morts tes gars -_-


  • Team

    @Passo Certains vivent encore dans nos cœurs.



  • @Madarjeen a dit dans [Electoral Reboot] Présidentielle de 1965 (premier tour) :

    @Passo Certains vivent encore dans nos cœurs.

    loool



  • @Madarjeen pas tous :huuu:



  • j’ai oublié ma carte d’électrice …



  • @Printemps a dit dans [Electoral Reboot] Présidentielle de 1965 (premier tour) :

    j’ai oublié ma carte d’électrice …

    A quoi ca sert de leur avoir donné le droit de vote 20 ans plus tot…



  • @Stabban

    Surtout que c’est toujours noté “carte d’électeur” dessus :hihi:



  • a voté :clapmoumoute:


  • Team

    'Tain si Mitterrand est élu dès 1965, ça va bien changer l’histoire. :lol:



  • Mitterrand va être le président du Reboot pendant 30 ans, je le sens.


  • Team

    Non, je pense que je limiterai à deux mandats par président. :morange:
    Quitte à présenter quelqu’un d’autre à sa place s’il est élu deux fois.


  • Team

    J’ai l’impression qu’on n’aura pas besoin d’un second tour. :hum:


  • Team

    Le premier tour est terminé, et il n’y aura pas de second tour!
    Voici le visage de notre nouveau président de la République :

    alt text

    François Mitterrand est élu avec 56,25% des suffrages exprimés (47% en comptant les votes blancs). Charles de Gaulle n’est donc pas reconduit pour un nouveau mandat, se contentant de 16% des voix. Cela est un véritable désaveu pour le fondateur de la Cinquième République.
    Marcel Barbu a été l’autre surprise de ce scrutin, totalisant 11% des voix, tandis que Pierre Marcilhacy et Jean Lecanuet passent la barre des 5%.
    Seul Jean-Louis Tixier-Vignancour n’a obtenu aucune voix dans tout le pays, la honte.

    Le nouveau président doit désormais composé avec une majorité éclatée entre le PCF, la SFIO et le PSU. Pour ce faire, il décide de faire un choix assez logique, en nommant Gaston Defferre au poste de Premier ministre, qui devra diriger un gouvernement de coalition réunissant les différentes forces de gauche.



  • @Madarjeen a dit dans [Electoral Reboot] Présidentielle de 1965 (premier tour) :

    Je m’en veux, mais je vais à nouveau poker @All. :hihi:

    Tu fais bien. De t’en vouloir :sleep:



  • @Madarjeen
    Ca en est ou, Miterrand a fait son 5ème mandat déja ?



  • @Madarjeen a dit dans [Electoral Reboot] Présidentielle de 1965 (premier tour) :

    'Tain si Mitterrand est élu dès 1965, ça va bien changer l’histoire. :lol:

    Ha oui ça sera la merde vingt ans plutôt :hum:


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.