Loubna de Cordoue



  • Bonjour,

    Comment s’émanciper quand on est femme, esclave, et vivant au 10e siècle ?

    Il n’y a pas de miracle, pour que ça soit possible, certaines conditions doivent être satisfaites, la première et la plus importante, c’est de vivre dans une société qui autorise à la femme de participé activement à la vie sociale, lui permettre d’apprendre et de s’exprimer librement.

    Loubna n’a pas accepté d’être une esclave parmi des centaines dans le palais du calife Abderrahman III, elle a très vite compris que la culture était son seul moyen d’acquérir sa liberté et de bâtir un avenir plus précieux et plus bénéfique. Elle s’est donc investi dans l’apprentissage de la grammaire, de la poésie, et de la calligraphie, il s’est appuyé sur son intelligence et son talent, et a travaillé jusqu’à ce qu’elle soit devenu la secrétaire du calife de Cordoue Al-Hakam II, grand défenseur de la culture.

    Nous ne connaissons pas sa date de naissance, et nous ne savons que très peu de choses sur son enfance et son adolescence, tout ce que nous savon c’est que Loubna Bint Abdelmawla est venue en Andalousie comme esclave d’origine espagnole et a été élevée dans le palais du sultan AbdouRahman III :
    “Rien ne prédestinait Lubna à devenir l’une des personnalités éminentes du développement culturel de Cordoue. Capturée enfant lors du pillage de sa ville natale, elle devient esclave du calife Abd al-Rahman III, puis de son fils al-Hakam II, un homme éclairé et tolérant. Elle reçoit une éducation complète au palais et, à force de persévérance et de travail acharné, elle parvient à intégrer l’élite intellectuelle du califat, tout en évoluant au plus près du pouvoir.” (Lubna. La copiste de Cordoue : Olivier Gaudefroy)

    L’historien andalou Ibn Bashkawal a écrit à son sujet: “Elle était douée en écriture, en grammaire, poète, perspicace en arithmétique, et ses connaissances en mathématiques étaient vastes et excellentes. Elle était une participante à la science et elle était une calligraphe dans les palais et personne n’était plus nobles qu’elle”

    Le calife Al-Mustansir avait un intérêt particulier pour la science, il cherchait à copier des livres sa bibliothèque privée. et il a trouvé en Loubna la personne la plus qualifier pour mener à terme son projet.

    Lubna a commencé à travailler comme écrivain en copiant des livres dans la bibliothèque du calife Al-Hakam II de l’an 960 à 976. Sa bibliothèque à l’époque comprenait 400 000 volumes. “Selon les chroniques arabes, à l’époque d’Al-Hakam II, il pouvait y avoir, dans certains quartiers de la ville, plus de 170 femmes lettrées chargées de copier des livres, ce qui donne une idée de la culture mais aussi de la place des femmes sous le règne de ce calife éclairé. Outre Lubna, l’histoire a retenu le nom de Fatima, une autre secrétaire d’Al-Hakam II.”, “Elle fut aussi avec Hasdaï ibn Shaprut [médecin, diplomate et mécène juif du Xe siècle] à l’initiative de la création de la fabuleuse bibliothèque de Madinat al-Zahra.” (wiki).

    L’Andalousie peut et doit nous inspirer, non seulement le 8 mars mais toute l’année, Parce que l’Andalousie était une terre de dialogue et de tolérance, un lieu ou les “vérités” religieuses étaient mises à l’écart. Nous avons encore des témoignages de tout ça dans la poésie, comme par exemple ce poème de Mohieddine Ibn Arabi :

    A présent mon cœur est capable de toutes images,
    Il est prairie pour les gazelles
    Et monastère pour les moines
    Il est temple pour les idoles,
    Et Kaaba pour les pèlerins.
    Il est Table de la Thora
    Et Livre du Saint Coran.
    La religion que je professe
    Est celle de l’amour,
    Partout où se dirigent ses montures
    L’amour est ma religion et ma foi.

    Le même texte chanté par la douce voix de Notre chanteuse bien aimée Amina Alaoui :

    Bonne journée à tout le monde, (avec un surplus de 25% pour les femmes du forum)



  • Bonne journée des droits des femmes chers tous


Log in to reply