Les GAFA ont-ils la légitimité pour censurer un président ?


  • Le Club des Vieux

    Je trouve que le débat est intéressant du coup j’ouvre le topic.



  • Non.
    Sauf qu’ils ne censurent pas le président en lui supprimant son compte donc fin du topic.
    Ce n’est pas un débat c’est un fait.
    Internet c’est pas que twitter et facebook, Trump a toujours accès à internet il peut parler ailleurs, et il peut ouvrir son propre site ou il pourra dire ce qu’il veut.

    Je crois qu’on a oublié ce qu’est internet, peut-être même que certains ne l’ont jamais vraiment su et pensent vraiment qu’il n’y a rien hors des 4-5 sites sociaux qu’on fréquente cycliquement. Et donc l’accès à ces sites sont un droit fondamental. Sauf que non.

    Un compte twitter n’est pas un droit fondamental.
    Un compte lereboot n’est pas un droit fondamental.


  • Le Club des Vieux

    Je trouve quand même que le débat peut avoir lieux, c’est intéressant. D’un côté on sait très bien qu’ils sont puissants ces GAFA, parce qu’on leur en donne le pouvoir. Et de l’autre oui ce n’est pas un droit que d’être autorisé sur ces sites.



  • Bah oui le vrai débat c’est la puissance des gafa, ils doivent être démantelés, il n’est pas sain que toute l’économie numérique se fasse autour de quelques géants.

    On est sur un problème qui s’est déjà posé dans l’histoire au début du 20ème siècle des entreprises américaines étaient devenu colossales et des lois americaines anti trust ont dû être prise pour ramener tout ça à la raison. On vivra quelques chose de similaire de notre vivant avec les gafam (je l’espere).

    Par contre, juste au passage : twitter n’est pas un gafam, n’appartiens pas à un gafam, et n’st pas spécialement riche en fait par rapport à ce qu’il représente.


  • Le Club des Vieux

    @Carcha y’a Facebook aussi dans la course avec le profil FB et insta de Trump.
    Et Google + Apple qui ont censuré l’app de repli, Parler, donc censuré le président meme indirectement.



  • Trump n’est pas sur Parler.
    Parler c’est un repère de nazis, comme 4chan.
    Il y a pas de modération donc toute la fosse a purin de l’humanité finit par s’y retrouver.

    Le store de Apple, Google etc sont comme leur nom l’indique des magasins. Un commerçant met ce qu’il souhaite dans sa boutique sans avoir de compte à rendre.



  • Le truc c’est qu’on a beau dire ce sont des boites privées, si ça ne plait pas on se désinscrit sauf que c’est rentré dans les moeurs journalistiques notamment de citer les tweet des uns et des autres toute la journée, donc d’un point de vue com pour les politiques c’est devenu inévitable et c’est un cercle vicieux.

    C’est l’importance donnée au GAFA dans la sphère publique qui est un problème…

    Et eux se sont fait les couilles en or avec les tweet de Trump et le traffic que ça génère et tout d’un coup veulent décapiter le monstre qu’ils ont créé, grand bien leur fasse, mais un minable pareil sans plateforme serait resté personne, donc ne soyons pas dupe.



  • ErTXD-FW8AAcy3D.png



  • Il a été banni pour avoir enfreint les règles, Twitter a fermé les yeux pendant 4 ans sur ses turpitudes

    Bah à force de diffuser des fausses rumeurs et inciter ses partisans à une insurrection je trouve que c’est un peu normal.

    Les réseaux sociaux sont des organismes privés et donc pas nécessairement neutres. Trump a outrepassé les règles président ou pas, next.



  • C’est vrai que c’est intéressant et plus complexe qu’il n’y parait comme question.

    D’un côté, on a Trump qui a clairement outrepassé les regles pendant des années, a constamment tendu le baton pour se faire battre, et qui n’a jamais manifesté la moindre étincelle de remise en question face aux recadrages du réseau social.
    D’un autre, on a Twitter qui est dans son bon droit, mais qui cherche aussi à se donner le beau rôle alors qu’ils sont loin d’être en position de le faire (cf thread ci-dessous)



  • @Maléfique a dit dans Les GAFA ont-ils la légitimité pour censurer un président ? :

    Et Google +

    Tain j’ai cru que c’était revenu ça. 🤓

    Imaginez, si ça se trouve, Google est peut-être en négos avec Donald à l’heure qu’il est.

    -Ok, M. Trump. Donc on vous accueille sans probleme sur Google+Revival qu’on lance la semaine prochaine, vous y recréez votre réseau social, vous vous y lachez comme vous voulez, et dans un an, on est devant Twitter. :money:



  • Non mais franchement, le Président des États Unis d’Amérique censuré par Twitter pour mensonges répétés, appels à la violence et à la sédition. :lecid: Où vont les démocraties, la question est là quand on voit les ploucs, les beaufs, les sinistres crétins qui sont élus à leurs têtes.

    Comme dirait l’autre : « Est ce qu’on imagine le général de Gaulle… »


  • Eurovision

    Comme je le disais sur un autre topic, si Donald Trump venait sur le Reboot et postait les mêmes conneries que sur Twitter, il serait banni assez rapidement.
    Or, le Reboot a-t-il la légitimité pour censurer un président?

    On pose la question dans le mauvais sens : la liberté d’expression, ce n’est pas de pouvoir dire ce qu’on veut où on veut, en obligeant les gens à nous écouter. C’est que les pouvoirs publics n’ont pas à nous interdire d’exprimer des idées qui ne leur plaisent pas.
    Tant que nos propos n’enfreignent pas les droits d’autres personnes, on peut dire ce qu’on veut sans crainte de poursuites pénales.

    Les GAFA et autres plateformes en ligne ne sont pas des pouvoirs publics. De ce fait, ils sont en droit de définir leur propre charte, et de décider du type de propos qu’ils ne veulent pas voir sur leurs sites.
    On pourrait se dire que c’est choquant, vu que chaque site peut ainsi limiter la liberté d’expression selon des critères arbitraires. Mais je peux donner quelques exemples pour expliquer pourquoi ces limitations sont pertinentes :

    • les propos sexistes ne sont pas interdits par la loi, mais certains forums pourraient décider qu’ils ne veulent pas en voir parmi leurs messages ;
    • être désagréable et désobligeant n’est pas interdit par la loi, mais certains forums pourraient décider que les membres qui emmerdent tout le monde méritent d’être bannis ;
    • certains forums ne souhaitent pas qu’il y ait de discussion politique, parce que ça peut parfois pourrir l’ambiance d’une communauté.

    Si on étend la même logique à des plateformes plus grandes que les forums, ça donne des réseaux sociaux qui ont le droit de censurer les propos de tout le monde, y compris des gens importants comme le président des États-Unis.
    D’autant qu’en plus, Trump tenait des propos non seulement contraires aux CGU de Twitter, mais également dangereux pour la sécurité publique.

    Après, je comprends la gêne que ça peut susciter : quand on se fait bannir d’un forum ou d’un serveur Discord, c’est pas pareil que quand on se fait bannir de Twitter, surtout quand on est un dirigeant politique. Et face à des entreprises aussi puissantes que les GAFA, on a un peu de mal à leur déléguer l’encadrement de la liberté d’expression.
    Mais la solution ne peut pas être un encadrement étatique plus strict, à mon avis. Et je comprends même les gens qui disent qu’ils font davantage confiance à une entreprise comme Twitter qu’à un État comme la France, par exemple.

    Et pour conclure sur une position très personnelle, ça ne me choque pas que l’on bannisse l’extrême droite des forums ou autres plateformes en ligne. Je fréquente un serveur Discord qui bannit allègrement tous les fachos, même quand ils ne disent rien d’irrespectueux, parce que l’extrême finit presque toujours par pourrir les communautés quand on lui laisse trop de liberté.
    Donc que Trump et ses ouailles se fassent dégager des réseaux sociaux, ça ne me dérange pas du tout.



  • Les réactions sont partagées sur ce sujet complexe et sensible qu’est la liberté l’expression tech et le pouvoir des plates-formes major privées vis-à-vis du légal.

    Je n’ai pas encore d’avis à formuler, si tant est qu’il ait une quelconque importance. En construction…

    La priorité est d’avoir coupé le sifflet à Donald bouche_scotch.gif afin qu’il cesse d’attiser les braises avant son déménagement.


Log in to reply