Actuellement sur Le Reboot :

📽 :
17 octobre → : First Man : Le Premier homme sur la LuneLe Jeu
🎮 :
19 octobre → : Dark Souls RemasteredSoulCalibur VI
📺 :
19 octobre → : Daredevil (Netflix, S. 3)
20 octobre : Danse avec les stars 9
🎲 :
→ 21 octobre : Patchwork : À table 2

[Electoral Reboot] Législatives de 1958


  • Team

    Il s’agit des premières élections sous la Cinquième République. La nouvelle Constitution ayant été tout juste adoptée, il a été décidé que comme lors de la Quatrième République, les élections législatives se feraient à la proportionnelle. Décision un peu curieuse quand on sait que ce mode de scrutin a été tenu pour responsable de l’instabilité politique pendant toutes ces années, mais pour une raison qui échappe à tous les observateurs, on y croit.

    De gauche à droite, nous voyons tout d’abord le PCF, dirigé par Maurice Thorez, qui compte bien faire de cette nouvelle ère institutionnelle une ère de solidarité et de victoire de classe pour les prolétaires.
    La SFIO de Guy Mollet, de son côté, espère placer le pouvoir entre les mains d’une gauche socialiste et républicaine, en affirmant notamment son opposition au général de Gaulle, grand favori de l’élection présidentielle à venir.
    Enfin, le cartel de gauche se complète avec le Parti Radical de Félix Gaillard, qui se veut compatible avec la nouvelle République et la volonté de stabilité du général de Gaulle.

    À droite, on commence par les démocrates-chrétiens du Mouvement républicain populaire, dirigé par Pierre Pfimlin, qui veulent une majorité modérée autour des valeurs d’économie de marché et d’atlantisme assumé.
    Ensuite viennent les gaullistes pur jus de l’Union pour la nouvelle République, qui soutiennent activement Charles de Gaulle et veulent se donner les moyens de jeter les bases de la nouvelle Constitution. Michel Debré, principal rédacteur de la loi constitutionnelle, et pressenti comme le favori pour devenir Premier ministre en cas de victoire.
    Enfin, les patriotes conservateurs du Centre national des indépendants et paysans, dirigés par Roget Duchet, espèrent peser sur la législature et la majorité.

    Quelle coalition sortira vainqueur de cette première élection législative de la Cinquième République?
    À vous de décider et de voter!


  • Team

    Oui, j’ai oublié de mettre un vote blanc au sondage. :merde:



  • J’ai voté UNR parce que pro-général de gaulle et ça me semble être le courant dominant de l’époque.

    Est ce que tu pourrais nous mettre en spoiler le vainqueur de l’élection dans la vraie vie histoire qu’on puisse comparer ce serait marrant.


  • Team

    Dans la vraie vie, avec le mode de scrutin majoritaire :

    Les élections ont été très largement remportées par la droite, avec l’UNR en tête (34,6% des sièges). Par contre, la coalition elle-même était assez fragile, vu que les gaullistes n’avaient pas de majorité absolue. C’est pour ça qu’on a eu des élections anticipées par la suite.
    La gauche s’est fait massacrer, malgré une moyenne correcte au premier tour, au final il n’y a eu que 10 sièges pour les communistes et 40 sièges pour la SFIO.



  • La SFIO fait des miracles en terme de rapprochement des peuples.

    0_1476028078075_Sans titre.png


  • Team

    Tous les utilisateurs peuvent voir qui a voté quoi, ou c’est seulement les modérateurs? :hum:



  • UNR, mais le PCF est juste derrière en termes de choix.


  • Team

    On dit que j’arrête le vote demain à 20h environ?
    Non pas que je veuille l’expédier, mais je n’aurai pas le temps de faire une élection par semaine si je les fais toutes jusqu’à 2017.



  • @Madarjeen Tout le monde peut voir.


  • Team

    Bon, hier je ne pouvais pas arrêter le vote, du coup je ferai ça aujourd’hui en fin d’après-midi, je pense.


  • Team

    Bon, désolé d’avoir mis autant de temps à traiter les résultats, faut croire que des élections aussi vieilles ne me passionnent pas beaucoup plus que vous. 😕
    Je vais réfléchir à un système pour faire passer ces vieilles élections un peu plus rapidement que les récentes.

    Quoi qu’il en soit, analyse des résultats :
    Contrairement à ce que pensaient la plupart des observateurs, nous observons une large victoire de la gauche lors de ces élections législatives.

    La SFIO est largement en tête, avec 50% des sièges, et pourra donc gouverner sans grande difficulté, grâce à l’appui ponctuel d’autres partis progressistes comme les radicaux ou le PCF.
    La grosse surprise vient surtout de la déconvenue de l’UNR, principaux soutiens de la nouvelle République, qui appuieront notamment la candidature du général de Gaulle lors de l’élection présidentielle à venir. Les gaullistes n’obtient “que” 20% des sièges et se retrouvent dans l’opposition dès la première législature de ce nouveau régime.

    D’autre part, les radicaux sortent grandis de ces élections, et pourront peser sur la politique avec leurs 20% des sièges, tandis que les communistes doivent se contenter de 10% des sièges, ce qui ne leur permettra pas d’imposer leur volonté au gouvernement.
    Le MRP et le CNIP, de leur côté, n’obtiennent pas suffisamment de voix pour avoir des députés, et devront se contenter du rôle d’observateurs et de commentateurs de la vie politique dans les années à venir.

    La prochaine élection présidentielle permettra donc de déterminer ce que sera le duo exécutif.