Le Bachraf



  • Bonjour,

    Voilà je reviens encore avec un sujet qui n’intéresse personne, donc désolé, en même temps moi ça ne me dérange pas de participer seul, j’espère que ça ne vous dérange pas non plus, si vous voulez quand même avoir une idée sur le sujet, c’est juste de la musique extraterrestre, un truc sur la culture turque/arabe et musulmane sans aucun intérêt.

    Le Bachraf est une composition de musique classique instrumentale turque, une des plus longues œuvres du patrimoine arabo-ottoman traditionnel, Le mot est d’origine persane et signifie “introduction”, parce que le Bachraf sert d’introduction instrumentale aux chansons mais peut aussi être joué seul. c’est aussi le premier morceau joué lors d’une performance de groupe appelé “fassel”, c’est aussi l’avant-dernier morceau joué dans le Mevlevi (prononcé mawlawi en arabe) une forme de musique spirituelle soufie.

    Le Bachraf utilise généralement de longs cycles rythmiques, s’étendant sur de nombreuses mesures, 28 pour certains. Il a été introduit dans la musique arabe au 19e, Zakaria Younes remonte son apparition au 10e, il dit dans son livre qu’il a été inventé par le philosophe Al Farabi, (??? :blushing: Excusez-le, c’est un arabe), je ne sais pas si c’est vrai, mais je suis persuadé qu’il est très ancien, parce qu’on trouve des bachrafs dans la musique arabo-andalouse, en particulier dans le Gharnati, le Sanâa algérien et le Malouf tunisien.

    Le Bachraf est la forme ottomane la moins utilisée et n’est généralement joué que dans le contexte des cours de musique et des exercices instrumentaux. Le Bachraf consiste en quatre khanas, chacun suivi par le même taslim, et est rarement composé par des musiciens arabes.

    Contrairement au Samai, le Bachraf est composé dans le même Iqa pour toute la composition, dans la plupart des cas un Iqa au rythme pair tels que le Masmoudi Kabir (8/4), le Moukhammas (16/4), le Chanbar (24/4), le Dawr al-Kabir (28/4) ou des cycles rythmiques ottomans plus longs.

    Le Bachraf prend le nom du Maqam qui le compose suivi du non de son compositeur, par exemple : Bachraf Nihawend Osman Bey (1816–1885), dont Nihawend et le nom du Maqam et Osman Bey (prononcé Bek en arabe) est le nom de son compositeur, et c’est un vieux Bachraf que je vous propose d’écouter :



  • J’ai trouvé des sources contradictoires concernant l’origine du mot Bachraf, certains disent que le mot est d’origine arabe “béchrou” signifiant “aller en avant”, puis le mot est devenu “persev” en Turquie, puis récupéré par les arabes sous l’appellation “bachraf”.

    Bachraf Rast Assem Bey :



  • Il parait que le Bachraf Ottoman a trouvé ses origines dans la musique millitaire ottomane : le mehteran, les fanfares militaires ottomanes sont la plus ancienne variété de fanfares militaires au monde.

    ce prélude (peşrev) était joué par la fanfare militaire ottomane (alias Mehteran) pour démontrer la gloire des terres musulmanes, lorsqu’un émissaire ou un groupe d’émissaires s’approchait de la porte d’un palais ottoman.



  • Je peux vous dire que le Bachraf est un style ancien qui n’est malheureusement pas renouvelé, j’avais des doutes avant de poster le sujet de trouver des compositions ou même des interprétations modernes, j’ai trouvé quand même un bachraf moderne composé par un musicien du Koweït nomé Youssef Halawa.

    Bachraf Hijaz Youssef Halawa :



  • Tatyos Efendi (1858–1913) , de son vrai nom Tateos Enkserciyan, est né à Istanbul. Il était le fils de Monakyan, l’un des musiciens de l’Église arménienne d’Ortaköy. Après avoir obtenu son diplôme de l’école arménienne, il a été apprenti d’abord chez un serrurier puis chez un sauveur afin de devenir artiste. En raison de son extrême passion pour la musique, il a abandonné tout cela; prenant des cours de Kânun auprès de son oncle Movses Papazyan, Il a joué du Kânun dans des groupes amateurs pendant un certain temps.

    Tatyos Efendi, qui a ensuite quitté cet instrument, a appris à jouer du violon auprès de Kemani Kör Sebuh.

    L’un des Bachrafs les plus connus, Bachraf Rast Tatyos Afendi :



  • Si le Bachraf est originaire de la Turquie, d’où viennent les Bachrafs de la musique arabo-andalouse? j’ai cherché et j’ai pas trouvé de réponse à cette question, je ne suis pas spécialiste, mes connaissances dans la musique comme dans l’histoire sont sommaires, mais je pense que le Bachraf est très ancien, il est peut-être d’origine andalouse.

    Dans la Sanaa algérienne comme dans le Malouf tunisien, le bachraf sert à l’ouverture de la nouba, l’un de mes préférés, Bachraf Eddil :


  • Animateurs

    @riad C’est la 1ere fois que je vois des violons et/ou altos joués tenus sur la cuisse, c’est cool!!

    J’aime bien ce morceau sinon, c’est hyper festif!



  • @Silmaril a dit dans Le Bachraf :

    @riad C’est la 1ere fois que je vois des violons et/ou altos joués tenus sur la cuisse, c’est cool!!

    J’aime bien ce morceau sinon, c’est hyper festif!

    Oui c’est comme ça que les Maghrébins jouent la kamanja ( Kamanche), la kamanja est le nom donné au Maghreb à toute la famille des vièles, peut-être parce que le violon a remplacé la kamanche qui est d’origine iranienne, ou un truc comme ça.

    L’instrument est joué avec un archet à tension variable qui est tenu non pas par-dessus comme celui du violon, mais soutenu par en bas, la paume de la main visible, en ceci similaire à la tenue allemande de la contrebasse ou à celle de la viole de gambe. (wikipedia)


  • Animateurs

    @riad Je ne connaissais pas, merci! C’est fascinant comme facon de jouer!!


  • Eurovision

    Je connaissais le son, mais pas le nom. J’aime toujours pas, mais c’était intéressant à lire ! :faim:

    @Silmaril a dit dans Le Bachraf :

    @riad C’est la 1ere fois que je vois des violons et/ou altos joués tenus sur la cuisse, c’est cool!!

    Faut sortir de tes grottes, parfois ! :moquegay:



  • Hammamizade İsmail Dede Efendi (9 janvier 1778 - 29 novembre 1846) était un compositeur de musique classique ottomane.

    Né à Istanbul, il a commencé à étudier la musique avec Mehmed Emin Efendi, à l’âge de huit ans. Il a assisté à des rituels à Yenikapı Mevlevihanesi, un lieu de rassemblement de Mevlevi. Il a étudié avec Ali Nutki Dede et a appris à jouer au ney, dans Yenikapı Mevlevihanesi. Il est devenu “Dede” en 1799 (chef religieux et spirituel de l’alévisme).

    La musique de Dede Efendi était très appréciée par le Sultan Selim III et il a ensuite interprété ses œuvres au palais. Il avait composé des centaines de chansons et de rituels mevlevi.

    En 1846, il se rendit en pèlerinage à La Mecque, mais à Mina contracta le choléra et mourut. Sa tombe est maintenant à La Mecque.

    Bachraf Farahfeza Ismail Dede Afendi

    Et pour @Silmaril un autre bachraf andalous, toujours avec l’association El Mawsili de Seine-Saint-Denis.

    • Quoi? il y a des musiciens au 92?
    • Oui c’est le département le plus peuplé de toute l’Algérie, statistiquement il doit y avoir, au moins, cinquante musiciens pour former ce groupe :ahah:



  • @Lulu a dit dans Le Bachraf :

    Je connaissais le son, mais pas le nom. J’aime toujours pas, mais c’était intéressant à lire ! :faim:

    T’inquiète pas pour ça, très peu de gens aiment ce genre de musique même dans leurs pays d’origine.
    Mais c’est un truc intéressant à connaitre, pour moi parce que c’est ma culture arabo-turquo-musulmano-juifo-berbère et pour vous, pour voir les choses d’un autre côté, ainsi la Turquie par exemple, ce n’est pas que Erdogan et les conflits présentés par les infos télé, c’est aussi de l’art, de l’histoire, de la musique et de la civilisation ancienne.
    Et je suis très heureux que j’arrive à vous intéresser avec ce genre de sujet.



  • @riad a dit dans Le Bachraf :

    @Lulu a dit dans Le Bachraf :

    Je connaissais le son, mais pas le nom. J’aime toujours pas, mais c’était intéressant à lire ! :faim:

    T’inquiète pas pour ça, très peu de gens aiment ce genre de musique même dans leurs pays d’origine.
    Mais c’est un truc intéressant à connaitre, pour moi parce que c’est ma culture arabo-turquo-musulmano-juifo-berbère et pour vous, pour voir les choses d’un autre côté, ainsi la Turquie par exemple, ce n’est pas que Erdogan et les conflits présentés par les infos télé, c’est aussi de l’art, de l’histoire, de la musique et de la civilisation ancienne.

    j’ai eu l’occaz d’aller en Turquie et j’ai vraiment aimé ce pays ! ses couleurs, sa culture… :lovegirl:


Log in to reply