Doute - John Patrick Shanley



  • text alternatif
    Synopsis :

    En 1964, soeur Aloysius (Meryl Streep) est directrice d’une école catholique dans le Bronx. Lorsque la douce soeur James lui rapporte le comportement suspect du charismatique père Flynn, envers un garçon de l’école, Soeur Aloysius part en guerre contre le prêtre, décidée à le faire renvoyer. Mais il n’y a pas de vérités absolues

    John Patrick Shanley adapte ici la pièce dont il est l’auteur.

    Mon avis : ChezVolodia

    Le contexte se situe dans une période ou l’église catholique voit l’émergence de courants progressistes qui sont en passe de l’emporter vis à vis des conservateurs traditionnalistes (intégristes).

    Dans cette Amérique blanche qui vient tout juste d’abolir la ségrégation raciale, l’école accueille son premier élève afro-américain et tout le monde s’attend à des bagarres, que ce soit du côté des élèces ou de celui des parents.

    Mais contrairement à ce qu’ils présupposaient le jeune garçon est bien accepté. Il est d’ailleurs enfant de choeur et sert régulièrement la messe avec un de ses camarades. Le père Flynn progressite et charismatique se veut plus ouvert sur le monde, plus proche de ses paroissiens, enfants et parents. Sachant les problèmes familiaux du jeune garçon, il s’attache à lui rendre la vie plus douce, en s’intéressant à lui, à ce qu’il fait, au grand dam de soeur Alyosius conservatrice et partisane d’une église traditionnelle, ou forte est synonyme de dureté, d’intolérance, et ou la moindre faiblesse serait laisser la place “au péché”, freine des quatre fers toutes suggestions d’amélioration dans l’administration de l’école.

    Décidé à faire renvoyer le père Flyn elle insinue un doute sur la moralité de celui-ci et demande à la soeur James de surveiller le père et de lui rapporter tout écart de conduite. L’occasion se présente lorsqu’elle surprend le père rangeant un maillot de corps directement dans le vestiaire du jeune garçon. Ce qu’elle ne manque pas de rapporter à soeur Aloysius qui se construit tout un scénario qu’elle s’efforce de démontrer et faire accepter, en premier lieu par soeur James, la mère du garçon et qu’elle assène comme une vérité au père Flynn qui malgré ses explications et dénégations n’arrivent pas à contrer l’assurance de soeur Aloysus…Celle-ci bat campagne auprès du supérieur du Père Flyn qui finit part être muté dans une autre paroisse en tant que directeur d’école.

    Ce film s’intitule Doute et son nom est bien choisi, car il nous est impossible de déterminer qui à tort ou raison. Meryl Streep dans un rôle “fort” et peu sympathique, pétrie de certitudes et refusant de se remettre en question, elle incarne le pseudo bien, la moralité toute puissante et sans faille. C’est le bien contre mal, que représente le père Flynn (Philip Seymour Hoffman) plus empathique, plus humain, compréhensif de l’erreur humaine mais que j’aurais aimé plus “vindicatif” face à ce déferlement de haine.


Log in to reply