Les primaires du PS à l'aveugle



  • Bonjour et bienvenu dans ce prime de The Voice spécial primaires du PS.

    Ci dessous, j’ai écrit les programmes des 7 candidats, dans un ordre aléatoire.

    Tous les programmes ont été récupérés sur le site officiel de campagne de chacun, c’est des vrais trucs officiel attention.

    Vous allez devoir voter (positivement ou négativement), pour ceux que vous soutenez ou pas à l’aide du système de vote du forum.

    L’interet c’est qu’on oublie la personalité du candidat et qu’on se penche sur ce qu’il dit vraiment.
    A la fin, vous allez être choqué d’apprendre qu’en fait, vous êtes pour quelqu’un que vous ne soupçoniez pas. :hehe:

    Et on ne triche pas en googlant un bout de phrase pour savoir qui c’est, attention je le saurais si vous le faites !

    Prière de ne pas révéler l’identité des candidats en dehors de balise spoilers si vous les avez reconnu.

    Le topic reste ouvert pour recueilli vos éventuelles réponses.



  • Candidat n°1

    Une république moderne

    • Je soumettrai aux français une réforme constitutionnelle par référendum
    • Des comités citoyens seront constitués pour veiller à l’application de chaque loi
    • J’instaurerai le mandat unique des parlementaires, qui seront moins nombreux les députés seront élus à la proportionnelle intégrale dans chacune des grandes régions
    • Je supprimerai la cour de justice de la république je garantirai l’indépendance du parquet

    Une stratégie européenne offensive et assumée

    • Je propose de relancer le moteur franco-allemand
    • Je propose un new deal européen : la france respectera ses engagements et proposera la création d’un budget de la zone euro pour soutenir l’activité et l’emploi
    • Un plan d’investissement européen de 1000 milliards d’euros pour préparer l’avenir
    • Défendre les normes sociales et environnementales dans les négociations commerciales internationales
    • Un corridor humanitaire entre l’europe et les pays voisins de la syrie
    • Assumer l’accueil des réfugiés

    Une république forte et protectrice, qui assure la sécurité des français

    • Je veux garantir aux institutions régaliennes les moyens humains, financiers et fonctionnels dont elles ont besoi
    • Je porterai en 10 ans notre effort budgé- taire pour la défense à 2 % du pib
    • Le budget de la justice sera augmenté de 5 % chaque année, soit plus de deux milliards d’euros au total
    • 5 000 gendarmes et policiers supplémentaires seront recrutés au cours du quinquennat

    Placer le travail et l’emploi au cœur de l’économie

    • Nos politiques économiques devront permettre à chacun d’accéder à un emploi de qualité et de vivre de son travail.
    • Créer un « bouclier fiscal » pour les français les plus modestes
    • Faire sauter le « verrou de bercy » pour lutter contre la fraude fiscale
    • Conditionner le versement du cice à la conclusion d’accords de branche ou d’entreprise portant sur la formation, la recherche-développement et la qualité de l’emploi
    • Réformer la fiscalité du capital et la fiscalité des transmissions
    • Rétablir la hiérarchie des normes dans le droit du travail
    • Une « BPI conseil exportation » pour les PME au sein de la BPI
    • Un grand plan de relance de l’exportation pour les PME et les entreprises de taille intermédiaire
    • Repenser le temps de travail à l’échelle de la vie, grâce à une « banque des temps »

    Préparer l’avenir autour de deux priorités :

    • Poursuivre la refondation de l’école de la république
    • Sécuriser la transition bac-3/bac+3
    • Favoriser la mixité sociale à l’école, en associant l’enseignement privé
    • Recruter 8 000 enseignants supplémentaires dans l’enseignement supérieur pour faire réussir les étudiants
    • Augmenter le budget de l’ANR sur cinq ans, soit 100 millions d’euros par an
      .
    • Orienter les investissements européens vers la transition énergétique et proposer une taxe carbone européenne
    • Réduire la part du nucléaire à 50 % de notre production électrique et refuser le gaz de schiste
    • Supprimer progressivement les subventions nuisibles à l’environnement
    • Sortir progressivement du diesel, qui sera interdit en 2025
    • Favoriser l’agriculture raisonnée

    Renforcer nos solidarités et ouvrir de nouveaux droits

    • Etendre la garantie jeunes à 200 000 bénéficiaires
    • Un service public de la petite enfance légaliser l’aide médicale à mourir
    • Un nouveau service public des maisons de retraites
    • Ouvrir aux couples de femmes l’accès à la procréation médicalement assistée
    • Rendre à la france sa vocation de terre d’accueil
    • Donner à l’hôpital public les moyens de ses missions
    • Mettre en œuvre l’intégralité du 3e plan « autisme »
    • Lutter contre toutes les discriminations
    • Poursuivre le combat pour les droits des femmes


  • Candidat n°2

    Le progrès par l’écologie

    • Pour mener la transition énergétique à son terme, objectif de production d’électricité 100 % renouvelable en 2050
    • Pour tenir nos engagements sur le climat et gagner le combat de la pollution de l’air, 0 % de transport terrestre carboné en 2025
    • Pour gagner en cohérence, une Loi d’Orientation sur les mobilités intérieures
    • Pour reconquérir la biodiversité en ville, mise en place d’une stratégie nationale de végétalisation urbaine
    • Pour donner de la visibilité aux acteurs de la ruralité, simplification des zones protégées au titre de la nature
    • Pour accélérer la transition écologique, nouveau mécanisme de
    • Pour développer une économie responsable et durable, réduire, retraiter, exploiter nos déchets
    • Parce que l’Humanité passe par le respect de la vie, faire de la condition animale une des grandes causes du quinquennat

    Le progrès par l’économie

    • Pour poursuivre la baisse du coût du travail et plus de justice sociale, basculement des cotisations familles sur la CSG
    • Pour gagner en efficacité, régionalisation des politiques de Formation professionnelle et de pôle emploi
    • Pour consommer mieux, un pacte de responsabilité économique, écologique et sociale dans la grande distribution
    • Pour une puissance publique responsable, obligation de critères écologiques
    • Pour tenir compte des nouvelles formes d’activité, facilitation et sécurisation du travail indépendant
    • Pour développer l’emploi, Facilitation de création de groupements d’employeurs et simplification administrative
    • Pour une alternative à la financiarisation de l’économie et à ses
      conséquences, soutenir l’économie sociale et solidaire
    • Pour donner un sens aux participations majoritaires de l’État, démocratisation et transparence de la gestion des grands groupes publics

    Des choix budgétaires au service du progrès

    • Pour rendre l’impôt compréhensible, diffusion annuelle à chaque foyer fiscal des dépenses réalisées par la collectivité à son bénéfice
    • Pour gagner en simplicité, impôt sur le revenu prélevé à la source
    • Pour dégager de nouveaux moyens d’action, extinction programmée, sur cinq ans, de toutes les niches fiscales anti-écologiques
    • Pour gagner en justice, faire bénéficier des baisses d’impôt les classes moyennes et les célibataires
    • Pour mettre fin aux scandales, peine d’indignité nationale pour les coupables d’évasion fiscale

    L’Europe, c’est toujours un progrès!

    • Pour retrouver le sens du moteur de l’Europe, mise en œuvre d’une nouvelle alliance franco-allemande
    • Pour rétablir la confiance des citoyens, démocratisation et transparence des négociations commerciales européennes
    • Pour faire primer la démocratie sur la bureaucratie, faire du Parlement européen le cœur des décisions
    • Pour engager un green deal à l’échelle de l’Europe, mise en œuvre d’une TVA européenne
    • Pour sortir de la crise des dettes souveraines, un plan de désendettement mutualisé
    • Pour prendre le temps de la réforme, retrait de la France de toute négociation en vue de l’adhésion de nouveaux pays à l’UE
    • Pour sortir de l’ambiguïté et retrouver une dynamique commune, accélérer le Brexit
    • Pour faire face au désengagement américain et à la menace russe, construire une alliance militaire européenne
    • Pour faire face au drame des migrants en Méditerranée, déploiement de moyens de secours et de contrôle européens

    La solidarité, c’est le chemin du progrès vers l’égalité

    • Parce que c’est la base du contrat républicain, maintien de la protection maladie pour tous
    • Pour limiter les coûts et améliorer la prévention, un contrat de santé entre les patients, médecins et mutuelles
    • Pour tenir compte des nouveaux risques, mise en œuvre d’un plan national de santé environnementale et de prévention des risques sanitaires
    • Pour garantir la pérennité financière et la justice, fusion des systèmes de retraite et mise en place progressive d’une retraite universelle par points
    • Pour lutter contre les déserts médicaux, création du statut de professionnel de santé de proximité
    • Pour faciliter l’accession au logement des classes moyennes, développer la location-accession à la propriété
    • Pour que l’unité nationale ne soit pas un vain mot, instauration d’un service civique 3-6-12

    Agir pour la sécurité, c’est assurer un progrès dans la protection des Français

    • Pour sortir de l’idéologie et gagner en efficacité, mise en place d’un Haut conseil pluraliste de la sécurité intérieure
    • Pour une présence dans tous les quartiers, rétablissement d’une police de proximité
    • Pour tarir les systèmes maffieux et décharger police et justice, expérimentation d’une légalisation de l’usage et de la commercialisation contrôlée de cannabis
    • Pour prendre le mal à la racine, recrutement d’éducateurs spécialisés dans la lutte contre la radicalisation
    • Pour plus d’efficacité et de rapidité, renforcer les moyens, l’indépendance et la stabilité de la justice
    • . Pour sévir, mais aussi réinsérer plus efficacement, en finir avec la «prison unique»

    La vocation de la France, c’est de toujours faire progresser les libertés

    • Pour rendre à chacun la maîtrise de sa vie, légalisation de l’euthanasie et du suicide assisté pour les personnes en fin de vie
    • . Pour des projets parentaux facilités pour toutes, ouverture de la PMA à toutes les femmes
    • Pour maîtriser les dérives et sécuriser toutes les formes de conception, légalisation et encadrement éthique de la GPA
    • Pour en finir avec le scandale de l’inégalité femmes/hommes, mise en place d’un plan objectif 100 % Parité
    • Pour être à la hauteur de notre Histoire, mise en place d’un parcours d’accueil des candidats à l’asile
    • Pour garantir l’indépendance rédactionnelle des médias, réforme en profondeur du système des aides à la presse

    Le progrès par la connaissance et la culture

    • Pour une éducation mieux partagée, encouragement à l’innovation des établissements scolaires
    • Pour un corps enseignant à l’image de la société, mise en place d’un recrutement anticipé des futurs enseignants
    • Pour lutter contre les stéréotypes et les Frances qui s’ignorent, un vaste plan de jumelages inter-établissements scolaires
    • Pour plus de qualité dans l’organisation des études, autonomie pédagogique des Universités, décentralisation des investissements et réforme des Grandes écoles.
    • Pour une culture plus proche des citoyens, mise en œuvre d’une vaste décentralisation culturelle
    • Pour la reconnaissance de toutes les cultures qui font la France, ratification de la charte des langues régionales

    Pas de progrès réel sans progrès démocratique

    • Pour rétablir le suffrage universel, instauration du vote obligatoire et reconnaissance réelle du vote blanc
    • Pour gagner en efficacité et en contrôle démocratique, choc de simplification du système politico-administratif français
    • Pour une démocratie plus directe, instauration d’une journée citoyenne du référendum
    • Pour innover et sortir des débats idéologiques de principes, mise en œuvre de lois expérimentales
    • Pour réduire la durée de l’élaboration des lois, une nouvelle procédure parlementaire
    • Pour libérer les projets de territoire, réformer le mille-feuille territorial
    • Pour reconnaître la diversité de la République, des dispositions de mise en œuvre dans les Outre-mer spécifiées dans chaque texte de loi

    Une France du progrès… pour mieux rayonner

    • Pour renforcer nos moyens d’intervention extérieure, reformatage des armées et abandon d’une composante de la force nucléaire française
    • Pour prendre à bras le corps le défi de la biodiversité, initiative française pour une Conférence mondiale du même niveau que la COP21 sur le climat
    • Pour agir mieux et de manière plus concertée, contribution à la création d’une organisation mondiale de l’environnement et candidature de la France à l’accueil de son siège
    • Pour achever le démantèlement de « l’État islamique», proposition d’une conférence internationale pour le respect des minorités au Moyen-Orient


  • Candidat n°3

    ASSURER LA SECURITE

    • Par l’augmentation des moyens de notre police, de notre justice et de nos armées.

    RENFORCER LES ENTREPRISES

    • Par la suppression complète des cotisations à la branche famille de la sécurité sociale
    • Par la réforme de notre impôt sur les sociétés, à la base élargie, mais dont les taux progressifs ne devront pas excéder 20%
    • Par la mise en œuvre d’un plan de soutien à nos Très Petites Entreprises, incluant l’affectation à leur financement d’une part des placements d’assurance vie et la réforme du RSI

    ETABLIR LA CONFIANCE ENTRE L’ENTREPRISE ET SES SALARIES

    • En associant davantage les salariés à la gestion des entreprises, les conseils d’administration des plus grandes devant comporter un tiers de représentants des salariés.
    • En développant l’intéressement aux bénéfices, tout accord d’entreprise portant sur la définition de conditions de travail restrictives devant comporter une clause d’intéressement aux bénéfices

    PROMOUVOIR L’EMPLOI DURABLE

    • En affectant prioritairement à la lutte contre le chômage les moyens de la formation professionnelle et en renforçant son efficacité par la généralisation d’une obligation de résultats,
    • En accordant aux entreprises une aide liée à la conclusion de CDI

    GARDER LE CAP D’UNE POLITIQUE BUDGETAIRE RESPONSABLE

    • En veillant à ne pas engager de dépenses nouvelles sans compensation
    • En veillant à ne pas alourdir la charge fiscale de nos contribuables
    • En veillant à la réduction de notre endettement public

    CONSOLIDER NOTRE PROTECTION SOCIALE

    • Par l’adoption d’un système de retraites à points assorti de garanties
    • En assurant à nos agriculteurs de meilleures conditions de retraite

    ASSURER L’EGALITE DES CHANCES PAR L’ECOLE

    • En rendant l’école obligatoire dès la maternelle
    • En maintenant le collège unique jusqu’à 16 ans

    POURSUIVRE UNE POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE DE CROISSANCE

    • Par la recherche d’économies d’énergie fondées sur l’innovation,
    • Par le soutien aux énergies renouvelables, comme à la sûreté de l’énergie nucléaire civile

    INSTITUER DE NOUVEAUX DROITS

    • Le droit de mourir dans la dignité
    • La possibilité pour toutes les femmes de recourir à la PMA sans conditions
    • Le droit de vote pour les étrangers résidents en situation régulière
    • La légalisation de l’usage du cannabis, sous contrôle de l’Etat

    ETABLIR L’EGALITE REELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

    • Par l’extension des pénalités pour discriminations salariales
    • Par l’extension de la parité dans les organes de direction du secteur privé comme public

    RENDRE NOS INSTITUTIONS PLUS EFFICACES

    • Par la fixation à sept ans, sans renouvellement, de la durée du mandat présidentiel
    • En restituant au Parlement la plénitude de sa compétence, par la suppression d’un domaine réservé au pouvoir règlementaire autonome
    • Par la définition de règles permettant l’accélération de la procédure d’adoption des lois

    RELANCER LA CONSTRUCTION DE L’EUROPE

    • Par l’institution d’un gouvernement économique de la zone euro,
    • Par l’impulsion d’une politique européenne de la défense,
    • Par la promotion, dans les rapports commerciaux internationaux, d’un système de préférence européenne prenant appui sur des normes sociales et environnementales
    • Par le développement des coopérations renforcées, notamment en matière fiscale et sociale


  • Candidat n°4

    RÉPUBLIQUE NOUVELLE

    • RÉFÉRENDUM SUR UNE NOUVELLE RÉPUBLIQUE DÈS L’ÉTÉ 2017
      « Il faut construire une démocratie nouvelle capable de faire entrer les citoyens dans le système politique, rétablir la confiance dans l’action publique, supprimer les privilèges de l’oligarchie et se donner les outils pour bâtir les compromis dont nous avons besoin. C’est le grand projet de République nouvelle que je vous propose de construire ensemble. »
    • RÉFORMER LE SÉNAT
      « Je propose l’entrée des citoyens par tirage au sort de cent sénateurs dans le contrôle politique du gouvernement et de l’exécutif français. »
    • SEPTENNAT NON RENOUVELABLE
      « Nous avons l’impression que la France est en permanence en campagne présidentielle : cela est essentiellement lié au fait que le quinquennat organise la possibilité d’un deuxième mandat, le Président est donc toujours en campagne. »
    • RÉFÉRENDUMS D’INITIATIVE POPULAIRE
      « Je propose de donner au référendum d’initiative populaire une force contraignante. Il permettra, comme dans d’autres pays européens, de faire avancer la démocratie et de faire en sorte que des citoyens rappellent parfois à l’ordre le système politique lorsqu’il perd la tête. »
    • RÉDUCTION DU NOMBRE DE DÉPUTÉS ET ÉLECTION À LA PROPORTIONNELLE
      « Je propose de réduire de moitié le nombre de parlementaires et d’instaurer l’élection d’une fraction de l’Assemblée nationale à la proportionnelle. »
    • INTERDICTION DU 49.3 SAUF POUR ADOPTER LE BUDGET
      « Le 49.3 est un acte de violence contre la représentation nationale. Nous n’en n’avons pas besoin, sauf en matière budgétaire pour assurer la continuité du fonctionnement de l’administration, car la présidence que je propose est équilibrée par des contre-pouvoirs. Un homme seul qui dirige tout à toutes les chances de se tromper en tout même s’il est très doué. »
    • RÉDUIRE LE POUVOIR DE NOMINATION DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE
      « La 6e République c’est aussi la réduction des pouvoirs du monarque républicain, du président de la République qui aujourd’hui l’exerce d’une façon non équilibrée, sans tempérance, sans limites. Les pouvoirs de nomination sont une anomalie. »
    • RESPONSABILITÉ DES MINISTRES DEVANT L’ASSEMBLÉE NATIONALE
      « Je propose d’introduire la possibilité pour les députés de destituer un ministre, sans pour autant faire chuter l’ensemble du gouvernement. Cela ne remet pas en cause la stabilité du système mais cela permet des contre-pouvoirs. »
    • DIVERSIFIER L’ENTRÉE À L’ENA
      « L’entrée à l’école nationale d’administration sera réservée à des citoyens ayant déjà une expérience professionnelle avancée. »
    • ABOLIR LES PRIVILÈGES DES GRANDS CORPS
      «Je défends l’abolition des privilèges des grands corps. Tel poste est réservé à un conseiller d’Etat, tel autre à un préfet, celui-ci à un inspecteur des finances. Je crois le moment venu d’abolir les privilèges, nous le ferons un 7 mai, même si ce ne sera pas tout à fait un 4 août. »
    • PERMETTRE AUX CITOYENS DE SAISIR LA CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES
      « Je crois nécessaire de permettre au citoyen d’accéder à l’information financière et de saisir une chambre des comptes lorsqu’il y a insincérité, ce qu’aujourd’hui les citoyens ne peuvent pas faire. »
    • CRÉER UN STATUT PROTECTEUR POUR LES LANCEURS D’ALERTE
      « Je propose un statut de lanceurs d’alerte protecteur. C’est un acte de confiance dans la population, un acte de foi dans ce qu’ils peuvent porter de changement. Le changement venant d’en bas, il faut qu’il submerge l’immobilisme d’en haut. »
    • RENOUVELER LES DIRECTEURS D’ADMINISTRATION CENTRALE À L’ARRIVÉE D’UN NOUVEAU MINISTRE
      « Je propose un spoil system à l’américaine dans l’ordre de la haute-administration. Il est nécessaire d’imposer désormais le primat du politique. Peut-on imaginer que la création d’une politique publique originale, non conformiste, innovante, puisse faire l’objet de ressources humaines qui participent au bien public et au bien commun ?. »

    EUROPE

    • SUSPENDRE LA DIRECTIVE « TRAVAILLEURS DÉTACHÉS »
      « Il faut reconstruire l’Europe, en finir avec ses rafales de règles stupides et aveugles mais qu’on prenne à ce niveau de vrais choix politiques. Par exemple, il faut abroger la scandaleuse directive sur le travail détaché qui organise du dumping social à l’intérieur de l’Europe. »
    • INSTAURER UNE TAXE CARBONE AUX FRONTIÈRES DE L’EUROPE, ET À DÉFAUT, DE LA FRANCE
      « Donald Drump et les Chinois ne voudraient pas appliquer les accords de la COP21 ? L’Europe devrait alors organiser la taxe carbone aux frontières sur les importations de la « Chinamérique », ce « G2 » qui pollue et détruit la planète. »
    • PROTÉGER LES FLEURONS INDUSTRIELS FRANÇAIS
      « Le projet sur lequel je veux rassembler ces pays, c’est la fin de l’austérité et la fin de la politique stupide qui interdit toute aide d’Etat et bâtir de nouveaux Airbus. »
    • NÉGOCIER UN NOUVEAU TRAITÉ DE ROME
      « L’Union Européenne est dans la situation d’une entreprise en faillite qu’il faudrait restructurer pour la sauver. Si on ne réforme pas radicalement nous savons qu’elle mourra. Voilà pourquoi il faut bâtir avec nos partenaires européens une nouvelle Europe qui devra déboucher sur un nouveau Traité de Rome. »
    • UNE ZONE EURO DÉMOCRATIQUE ET UNE BCE QUI DONNERA LA PRIORITÉ À L’EMPLOI
      « On ne sauvera pas l’union européenne sans impliquer les citoyens car ils n’en voudront plus s’ils n’en n’ont pas obtenu un tant soit peu le contrôle. Voilà pourquoi il faut construire l’euro démocratique et mettre fin à l’euro oligarchique. Un gouvernement économique de la zone euro doit être créé et évoluer sous le contrôle démocratique d’un parlement. »
    • SORTIR DE L’AUSTÉRITÉ EN REDISTRIBUANT LES COMPÉTENCES ENTRE LE NIVEAU NATIONAL ET LE NIVEAU EUROPÉEN
      « Plutôt que de prolonger encore la crise par des plans de restriction -ce que propose la droite- ou des mesures anti-économiques qui aggravent la récession -ce qu’a fait la gauche-, le moment est désormais venu d’imposer la fin de l’austérité en France et en Europe et d’organiser enfin par des solutions nouvelles le redécollage de l’économie française et européenne. »
    • CONSOLIDER ET S’APPUYER SUR UN BLOC DE RÉFORMATEURS EN FACE DES PAYS CONSERVATEURS
      « Le bloc réformateur veut sortir de l’austérité, arrêter le dumping social à l’intérieur de l’Union européenne, construire une politique industrielle, organiser une relance keynésienne par les infrastructures et une augmentation des salaires dans tous les pays. C’est ma proposition : construire un bloc de réformateurs radicaux de l’UE en face des conservateurs allemands et de leurs alliés. »

    Travail

    • UN SERVICE PUBLIC DE L’EMPLOI LOCAL
      « Je propose enfin que les établissements de pôle emploi dans chaque région et les budgets de formation professionnelle des conseils régionaux et des chambres de commerce fusionnent en un seul service public local et autonome, dont les dirigeants seront élus au suffrage universel dans chaque région. Ces dirigeants élus rendront enfin des comptes à la fois aux citoyens qui veulent que le chômage baisse, aux chômeurs qui cherchent du travail, aux employeurs qui cherchent des employés et ne les trouvent pas et il y en a environ 300 000. »
    • FORMER LES CHÔMEURS À UN NOUVEAU MÉTIER PENDANT UN AN
      « Je propose que chaque chômeur soit obligatoirement formé à un nouveau métier pendant un an sur les 24 mois d’indemnités. Cet investissement doit être intégralement financé par la formation professionnelle, et les entreprises doivent accueillir les chômeurs en formation professionnelle. »
    • RENFORCER LA PRÉSENCE DES SALARIÉS DANS LES CONSEILS D’ADMINISTRATION
      « Je propose que les salariés rentrent dans les conseils d’administration des entreprises »
    • CRÉER UN STATUT PROTECTEUR POUR LES LANCEURS D’ALERTE
      « Je propose un statut de lanceurs d’alerte protecteur. C’est un acte de confiance dans la population, un acte de foi dans ce qu’ils peuvent porter de changement. Le changement venant d’en bas, il faut qu’il submerge l’immobilisme d’en haut. »
    • ENCOURAGER LE TÉLÉTRAVAIL
      « Je propose de défiscaliser le télétravail en incitant les entreprises à se réorganiser pour favoriser le travail à distance qui permettra aux Français de vivre là où ils le souhaitent, on réduira la pollution par les transports dans les grandes agglomérations, on diminuera les charges foncières des entreprises ayant moins besoin de bureaux, on augmentera la productivité des salariés car plus heureux au travail et moins fatigués par les temps de transport. »
    • LUTTER CONTRE L’UBÉRISATION DU TRAVAIL
      « Apprivoiser la révolution numérique, c’est amener les plateformes à assumer la protection sociale de leurs salariés qui sont aujourd’hui faussement indépendants. A nous de faire émerger une société de travailleurs autonomes avec une protection sociale et un revenu décent et de contribuer à la libération par le travail et non pas l’apparition d’un esclavage numérique en transformant les entrepreneurs en serfs »
    • ABROGER LA LOI TRAVAIL
      « Je considère que quand on change une règle qui a pour but de régler la conflictualité entre des intérêts objectivement contradictoires, il est normal que quand on demande aux uns de faire un effort, on offre les contreparties sur la table. Il n’y a eu aucune contrepartie proposée dans cette loi. »

    ECOLOGIE

    • INVESTIR 100 MILLIARDS D’EUROS POUR LA RÉNOVATION THERMIQUE ET LE DÉVELOPEMENT DES TRANSPORTS PROPRES
      « Je propose que la Caisse des Dépôts et Consignations réalise un programme massif de rénovation thermique des bâtiments publics et privés pour 100 milliards d’euros sur 5 ans, financé par les emprunts de très long terme d’une durée de 50 ans. »
    • INVESTIR 20 MILLIARDS D’EUROS POUR UNE RELANCE ÉCOLOGIQUE DANS LES TERRITOIRES
      « Je lancerai également un plan de financement des 1000 projets d’infrastructures, actuellement non financés, que nous mettrons en œuvre avec les collectivités territoriales. Ce plan va relancer l’économie des territoires par le biais de la commande publique pour donner du travail aux PME, TPE et aux artisans qui sont enracinés dans les territoires. »
    • SOUTENIR LA FABRICATION COOPÉRATIVE D’ÉNERGIE, AU PLUS PRÈS DU DOMICILE
      « J’observe dans l’énergie à quel point les modèles d’autoproduction, d’autoconsommation, qu’ils soient individuels ou coopératifs ou collectifs, sont en train de transformer, à la maison, au bureau, à l’usine, la capacité de fabriquer de l’électricité pour soi-même ou pour son environnement immédiat, à un prix compétitif. C’est la fabrication décentralisée et coopérative de l’énergie comme un moyen de choisir son mode de vie, renouvelable, écologique et de proximité. »
    • OPPOSITION FERME À L’EXPLOITATION DES GAZ DE SCHISTE
      « Je suis opposé aux gazs de schiste dont les techniques d’exploitation polluent les sous-sols. Ma position est pragmatique : je souhaite d’abord remplacer les énergies fossiles par les énergies renouvelables. »
    • AUGMENTER LA PART DES ÉNERGIES DÉCARBONNÉES DANS LE MIX ÉNERGÉTIQUE FRANÇAIS
      « Substituer les énergies propres, renouvelables, au carbone est une priorité planétaire, chacun doit donc prendre sa part d’effort. Il doit y avoir une mobilisation concrète de la société, où chaque activité humaine cherche à chasser son addiction au carbone. L’autoproduction décentralisée est le modèle à venir. »
    • CRÉER UN FONDS D’INVESTISSEMENT PUBLIC POUR SOUTENIR LA PRODUCTION D’ÉNERGIE RENOUVELABLE
      « La croissance décarbonée, celle qui investit son énergie et son intelligence dans l’économie d’énergie est un champ inexploré. C’est donc un investissement que la nation doit engager. »
    • LAISSER LE CHOIX DE FERMETURE OU NON DES CENTRALES NUCLÉAIRES À L’AUTORITÉ DE SÉCURITÉ NUCLAIRE
      « Je vois la question du nucléaire comme une décroissance de long terme naturelle. Ce sont les autorités de sureté qui devront prendre les décisions de fermeture des centrales. Je pense que la question sécuritaire est fondamentale et les decisions que cette autorité aura à prendre, dicteront la politique de remplacement. »

    Numérique

    • OPEN DATA : RENDRE LES DONNÉES FINANCIÈRES PUBLIQUES
      « Je propose d’organiser de manière obligatoire la libération des données publiques, pour que les citoyens puissent s’emparer des enjeux financiers qui concernent leurs impôts. »
    • RELOCALISER LES « DATA CENTER » EN EUROPE.
      « La capture de l’or numérique part à l’étranger et y est exploité : il faut relocaliser les data center en France. »
    • REVOIR LES STATUTS DES AUTO-ENTREPRENEURS ET DES SALARIÉS DES APPLICATIONS NUMÉRIQUES.
      « A nous de faire émerger une société de travailleurs autonomes avec une protection sociale et un revenu décent. A nous de contribuer à la libération par le travail et non pas l’apparition d’un esclavage numérique qui transforme les entrepreneurs en serfs. »
    • DÉVELOPPER LE NUMÉRIQUE À L’ÉCOLE
      « Internet, pour moi, réhabilite la notion de coopération dans une société individualiste et ultra concurrentielle. Dans l’éducation, internet permet et donne le pouvoir à la multitude. »
    • DÉVELOPPER LE RÉSEAU FIBRE OPTIQUE SUR L’ENSEMBLE DU TERRITOIRE
      « Le télétravail et la fibre optique peuvent faire renaître la France désertifiée des campagnes. Ce serait là une bonne manière de libérer les Français. »

    Economie

    • RELANCER UNE POLITIQUE D’INVESTISSEMENTS DE 20 MILLIARDS D’EUROS DANS LES INFRASTRUCTURES
      « Mon programme de redécollage économique passe par le retour de l’investissement public. Il y a mille projets à financer dans les travaux publics en France qui relanceront l’activité des entreprises sur les territoires. J’ai proposé d’investir 20 milliards. »
    • GRANDE LOI DE SÉPARATION BANCAIRE ET D’INTERDICTION DES ACTIVITÉS SPÉCULATIVES
      « Je veux libérer les Français du système bancaire qui s’est détourné de leurs besoins et du soutien à l’économie réelle. C’est la création de la banque d’encouragement au risque et c’est la loi de séparation bancaire qui a été manquée qu’il faudra reprendre avec amplification. »
    • NATIONALISER UN ÉTABLISSEMENT BANCAIRE SI BESOIN POUR FINANCER L’ÉCONOMIE RÉELLE
      « La nationalisation, qui peut être temporaire ou partielle, n’est pas un marqueur mais une possibilité que je me réserve. Elle n’est ni obligatoire ni interdite. Je considère que la souveraineté économique d’un Etat doit être supérieure aux intérêts du système bancaire et financier. »
    • CRÉER UNE BANQUE D’ENCOURAGEMENT AU RISQUE POUR LES ARTISANS, PME ET STARTUPS
      « Je propose une banque d’encouragement au risque, pour faire ce que la BPI ne fait qu’au compte-goutte : le cautionnement du crédit et la mutualisation du crédit. Trop de petites entreprises meurent parce qu’elles n’ont pas accès au financement. 60.000 faillites par an, c’est le signe d’un pays qui va très mal. »
    • ATTRIBUER 80% DES MARCHÉS PUBLICS AUX PME IMPLANTÉES EN FRANCE
      « Je propose également de réserver pendant une période de huit ans, le temps que la France se réindustrialise, 80 % des marchés publics des collectivités locales, de l’état, de ses hôpitaux, aux PME travaillant sur le sol national. Ce sont 80 milliards minimum de travail annuel pour l’appareil productif, et c’est le moyen de reconstituer ainsi la base industrielle du pays avec les impôts des français. »
    • UTILISER LE DÉCRET « MADE IN FRANCE » POUR PROTÉGER LES INTÉRÊTS STRATÉGIQUES DE L’ÉTAT
      « Je veux libérer les Français de la capture par les investisseurs étrangers de nos fleurons industriels en imposant le respect de la France et de ses intérêts, le maintien de ses centres de décision, de recherche, de ses emplois en France par l’extension du décret de protection que j’avais fait promulguer en 2014 à l’occasion de l’affaire Alstom et qui n’a jamais été utilisé depuis mon départ du gouvernement. »
    • REFUSER LA RATIFICATION DES TRAITÉS TRANSNATIONAUX CETA ET TAFTA
      « La France ne ratifiera plus les traités ultérieurs de libre-échange que la Commission européenne négocie en notre nom et dans notre dos. C’est la fin du TAFTA et du CETA. »
    • EXERCER UN CONTREPOIDS PATRIOTIQUE AU SEIN DES GRANDS GROUPES DU CAC 40
      « Reprendre le contrôle du système économique, par exemple de nos grands groupes qui se font racheter et qui déménagent. Nous allons mobiliser les fonds de mutuelle et de retraite pour les faire entrer au capital de ces grandes entreprises et exercer une influence patriotique. »

    Education

    • GÉNÉRALISER LE TRAVAIL EN PETITS GROUPES POUR L’APPRENTISSAGE DES SAVOIRS FONDAMENTAUX
      « Notre pays ne fait que reproduire et accentuer les inégalités. Nous allons devoir investir en dédoublant les petites classes pour l’apprentissage des savoirs fondamentaux. Les mêmes professeurs doivent suivre les mêmes enfants du CP au CE2. »
    • GÉNÉRALISER LE DISPOSITIF PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES
      « Partout où cela est nécessaire nous devons généraliser ce dispositif et découper les classes en deux ou trois afin de consacrer davantage de temps aux écoliers qui en ont le plus besoin. »
    • UN TUTEUR POUR LES ÉLÈVES EN DIFFICULTÉ
      «Je souhaite mobiliser les retraités de l’Education nationale pour que tout enfant en difficulté ait un adulte qui le suive, sous l’autorité de leur professeur. »
    • UN MÊME PROFESSEUR DES ÉCOLES POUR LES ÉLÈVES DU CP AU CE2
      « Je propose de créer un « maître des savoirs fondamentaux » qui suive les élèves de classe en classe pendant ces trois années. »
    • VALORISER LA PÉDAGOGIE DE PROJETS COLLECTIFS
      « Nous pourrions imaginer des solutions plus coopératives, plus collaboratives dans les stratégies pédagogiques. Nous pourrions imaginer qu’au lieu d’avoir des compétitions individuelles il y ait des projets collectifs. Voilà l’esprit dans lequel nous devons faire évoluer l’appareil éducatif. »
    • RÉFORMER LE SYSTÈME DE NOTATION
      « Je suis pour la diversification des réussites, mais la réussite pour tous. Chacun peut. Un enfant en échec scolaire, s’il devient moyen c’est une victoire, un enfant bon qui devient excellent, c’est une victoire. La victoire, c’est que tous les enfants doivent être poussés le plus loin possible. Oui, il faudra imaginer d’autres systèmes d’évaluation. Nous en sommes capables et nous en avons un impérieux besoin. »

    Solidarité

    • CRÉATION D’UNE MUTUELLE PUBLIQUE
      « 36% des français ont renoncé aux soins l’année dernière. Je propose de créer une mutuelle de la sécurité sociale à prix modéré pour protéger les français qui ne peuvent bénéficier de la CMU et qui ne peuvent s’offrir des mutuelles privées, trop chères »
    • ERADICATION DES DÉSERTS MÉDICAUX
      « Je propose que l’on salarie des médecins et que la sécurité sociale crée des dispensaires publics en complément des maisons de santé déjà existantes lorsque les délais de prise en charge des patients sont trop longs. »
    • TARIFS MAXIMUM SUR LES PROTHÈSES DENTAIRES ET SOINS COURANTS.
      « La situation étant particulièrement grave en matière de tarifs dentaires, mais aussi de prothèses auditives, je propose d’établir un plafonnement légal des tarifs des actes prothétiques et des soins les plus courants. »
    • CRÉATION DE 5 000 POSTES HOSPITALIERS

    Agriculture

    • AIDER LES AGRICULTEURS À COMPLÉTER LEUR ACTIVITÉ EN DEVENANT PRODUCTEURS D’ÉNERGIE
      « On a mis les agriculteurs sans protection sur les marchés mondialisés, aujourd’hui ils se retrouvent avec leurs dettes (…) On doit également aider les agriculteurs à devenir des producteurs d’énergie. Il faut développer l’innovation agricole. »
    • INVESTIR DANS L’AGRICULTURE BIO ET LES CIRCUITS COURTS
      « Il faut réinventer le modèle agricole, baisser la productivité et augmenter les revenus pour les agriculteurs. On doit investir dans le bio et les circuits courts. »
    • CONSTRUIRE DES EMPLOIS AGRICOLES DANS LES VILLES EN RECONVERTISSANT LES FRICHES INDUSTRIELLES
      « Pourrait-on dire un mot de la reconversion des friches industrielles et urbaines en surface d’agriculture urbaine ? Je veux évoquer la naissance d’une nouvelle discipline agricole qui s’appelle l’agro-écologie ou permaculture, technique de densification naturelle des cultures sur les petites surfaces économes en énergie et en mécanisation, qui permet d’obtenir des revenus suffisants pour une famille qui vit de son travail. »
    • RECONSTRUIRE UN MODÈLE AGRICOLE AVEC LES PRODUCTEURS, LES DISTRIBUTEURS ET DES CONSOMMATEURS
      « Je travaille sur un plan de souveraineté alimentaire car il faut être autosuffisant, reconstruire un modèle avec les producteurs, distributeurs et consommateurs, construire une alternative. »

    Citoyenneté et jeunesse

    • DROIT DE VOTE DES ÉTRANGERS AUX ÉLECTIONS LOCALES
      « Je propose le droit de vote pour les étrangers car il est nécessaire que ceux qui paient des impôts, parfois depuis trente ans, et qui n’arrivent pas à se faire entendre de certains élus puissent participer au bien commun. Nous en avons hautement besoin dans un pays fracturé où il est temps de se réconcilier, d’agir ensemble, de se donner la main et d’assurer une forme d’entraide. »
    • SERVICE NATIONAL OBLIGATOIRE, CIVIL, HUMANITAIRE ET MILITAIRE
      « Nous sommes dans un pays avec des murs de verre entre les différences. Le service national, qui sera militaire, civil, humanitaire, c’est le brassage qui manque à notre pays. »
    • MICRO-CRÉDIT DE 5 À 10 000€ POUR LES JEUNES
      «J’ai proposé de rendre obligatoire un “service national” pour chaque jeune homme ou jeune femme. En découlera pour chacun ce que j’appelle le “prêt d’honneur universel”. Une fois le service national dûment accompli, la Banque de France permettra à tout jeune de financer son projet : associatif, humanitaire, entrepreneurial… Le tout sous la forme d’un micro-crédit, entre 5 000 et 10 000 euros, avec des associations qui accompagnent la réalisation de ce micro-crédit. C’est un acte de confiance destiné à la jeunesse pour lui faire comprendre qu’on a besoin d’elle. »
    • RÉFÉRENDUMS D’INITIATIVE POPULAIRE
      « Je propose de donner au référendum d’initiative populaire une force contraignante. Il permettra, comme dans d’autres pays européens, de faire avancer la démocratie et de faire en sorte que des citoyens rappellent parfois à l’ordre le système politique lorsqu’il perd la tête. »
    • CITOYENS TIRÉS AU SORT AU SÉNAT
      « Je propose l’entrée des citoyens par tirage au sort de cent sénateurs dans le contrôle politique du gouvernement et de l’exécutif français. »
    • PERMETTRE AUX CITOYENS DE SAISIR LA COUR RÉGIONALE DES COMPTES
      « Je crois nécessaire de permettre au citoyen d’accéder à l’information financière et de saisir une chambre des comptes lorsqu’il y a insincérité, ce qu’aujourd’hui les citoyens ne peuvent pas faire. »

    Fiscalité

    • AUGMENTER LE POUVOIR D’ACHAT DES FRANÇAIS
      « Je propose une baisse de la CSG sur les catégories dont les revenus sont les plus faibles et de la rendre progressive. Pour une personne au SMIC, cette baisse représenterait un gain de pouvoir d’achat de 102 euros par mois. »
    • LIMITER LES SALAIRES DES DIRIGEANTS DE GRANDES ENTREPRISES
      « Je propose que quand un patron décide de s’augmenter de 5%, la condition, c’est qu’il augmente tous ses salariés de 5%. »
    • RÉFORMER LE RSI
      « Le RSI décourage et détruit des entreprises. Je propose que l’Etat reprenne en main sa gestion pour redonner de l’oxygène aux entreprises notamment en indexant les prélèvements sur les revenus. »
    • ORIENTER L’ASSURANCE VIE DES FRANÇAIS VERS LE FINANCEMENT DES PME.
      « Je propose de diriger 10% des encours de l’assurance vie vers les PME car c’est là que se trouvent les emplois, le développement des territoires et la richesse de notre nation. »
    • ENCOURAGER LE TÉLÉTRAVAIL
      «Dix millions de Français souhaitent aller s’installer à la campagne. Aujourd’hui ils ne le peuvent pas à cause de leur travail. Demain, je veux développer le télétravail en le défiscalisant. Actuellement, il ne concerne que 1% des salariés. S’il y avait 20% de télétravailleurs, la France serait plus rurale, les campagne se repeupleraient, les gens seraient plus productifs car plus heureux, ils ne seraient plus épuisés par les temps de transport, et il y aurait moins de pollution. »

    Territoires

    • ERADICATION DES DÉSERTS MÉDICAUX
      « Ce sont ces Français qui travaillent dur, qui ne s’en sortent pas, que nous avons la charge et la mission historique de soutenir et de libérer un peu plus des difficultés et des charges de la vie quotidienne. La Sécurité Sociale réouvrira des dispensaires dans les déserts médicaux ruraux et urbains, où les médecins seront salariés et où les patients pourront consulter gratuitement. »
    • CRÉER UNE POLICE DE PROXIMITÉ, AU CONTACT DES FRANÇAIS, RECRUTER ET REMETTRE DES EFFECTIFS SUR LE TERRAIN
      « La suppression de la police de proximité, c’est l’œuvre aussi de Monsieur Sarkozy, qui n’a pas été reconstituée. Je crois qu’il faudrait réinstaller les commissariats de police dans les quartiers sensibles de façon systématique pour avoir une présence policière permanente. C’est beaucoup de moyens mais c’est nécessaire. »
    • CRÉER L’AGENCE NATIONALE DE RÉNOVATION RURALE, DOTÉE DE MOYENS RENFORCÉS
      « Je propose la naissance d’une Agence Nationale de Rénovation Rurale capable de rénover le foncier des villages, d’installer la fibre optique, d’installer les populations urbaines qui souhaitent travailler hors des villes en proposant des logements de qualité à des prix défiants toute concurrence. »
    • RELANCER UNE POLITIQUE D’INVESTISSEMENTS DE 20 MILLIARDS D’EUROS DANS LES INFRASTRUCTURES
      « Mon programme de redécollage économique passe par le retour de l’investissement public. Il y a mille projets à financer dans les travaux publics en France qui relanceront l’activité des entreprises sur les territoires. J’ai proposé d’investir 20 milliards. »
    • DÉVELOPPER LE RÉSEAU FIBRE OPTIQUE SUR L’ENSEMBLE DU TERRITOIRE
      « Le télétravail et la fibre optique peuvent faire renaître la France désertifiée des campagnes. Ce serait là une bonne manière de libérer les Français. »
    • ENCOURAGER LE TÉLÉTRAVAIL
      « Je propose de défiscaliser le télétravail en incitant les entreprises à se réorganiser pour favoriser le travail à distance qui permettra aux Français de vivre là où ils le souhaitent, on réduira la pollution par les transports dans les grandes agglomérations, on diminuera les charges foncières des entreprises ayant moins besoin de bureaux, on augmentera la productivité des salariés car plus heureux au travail et moins fatigués par les temps de transport. »

    INTERNATIONAL

    • REVOIR LA POSITION DE LA FRANCE AU SEIN DE L’OTAN
      « L’OTAN s’est engagée dans des expéditions militaires aventureuses, qui ont envenimé la conflictualité entre le bloc occidental et le monde arabe, et ne nous a pas protégée contre le terrorisme djihadiste. Je désapprouve la vision des blocs en guerre civilisationnelle selon la théorie d’Huntington que les néoconservateurs ont imprimé à la doctrine de l’OTAN. Oui, la France doit se préparer à réviser ses positions sur sa présence dans le commandement intégré de l’OTAN. »
    • DÉVELOPPEMENT D’UNE UNION ÉCONOMIQUE ET POLITIQUE ENTRE LES DEUX RIVES DE LA MÉDITERRANÉE
      « Nos échanges économiques doivent beaucoup plus se développer. Il y a grande matière à les densifier. Nous devons travailler et investir ensemble en Europe et en Afrique ! Nous avons pour réussir cet atout que constituent les millions de personnes dont le cœur bat pour nos deux pays, un magnifique pont humain entre nos deux rives.»
    • RENÉGOCIER LES ACCORDS DU TOUQUET
      « Sur l’immigration, il nous faut approfondir le travail de lien avec l’Angleterre et renégocier les accords du Touquet. On ne peut pas continuer comme ça et laisser vivre ces gens dans une situation aussi critique ! J’ai croisé des réfugiés et parmi eux une infirmière, un ingénieur et un avocat. Tous veulent aller en Grande-Bretagne. On ne peut pas continuer à faire le garde-barrière de l’Angleterre. Le futur président de la République aura une marge de manœuvre totale pour les renégocier car c’est un accord bilatéral entre la France et la Grande-Bretagne. Et avec le Brexit, nous serons en mesure de poser nos conditions. »
    • RECENSER LES CAPACITÉS D’ACCUEIL POUR ORGANISER LA VENUE DE RÉFUGIÉS
      « Il y a une part de générosité dans ce pays qu’il faut accompagner. La France doit prendre sa juste part de la misère du monde. »

    Sécurité

    • CRÉATION D’UN PARQUET NATIONAL ANTITERRORISTE
    • CRÉATION D’UN SERVICE DE RENSEIGNEMENT DE PROXIMITÉ
    • REVALORISATION DE LA POLICE JUDICIAIRE


  • Candidat n°5

    Économie et emploi

    • Le Revenu universel, qui permet à chacun, d’abord de se former et d’entrer dans un monde du travail complexe en ne devant pas choisir entre la survie économique et la formation. Qui permet ensuite de faire face aux imprévus de la vie professionnelle et de la vie personnelle en constituant un filet de sécurité qui rassure et renforce la capacité à renouer avec le succès.
    • La Sécurité sociale professionnelle : dans une époque où le travail est de plus en plus flexible, et la situation du salarié dans l’entreprise, de plus en plus précaire, la Sécurité sociale professionnelle est là pour permettre un déroulement de carrière optimal au salarié, qui n’empêche pas la nécessaire flexibilité pour les entreprises.
    • La Mise en place d’un statut de créateur d’entreprise, qui assure dans les 3 premières années, une sécurité sociale professionnelle au créateur comme à ses salariés dans les TPE-PME et dans l’artisanat, correspond au développement des petites et toutes petites entreprises qui sont le cœur de la créativité de notre société, et le grand pourvoyeur d’emplois nouveaux. Ce statut permettra aux créateurs d’entreprise d’avoir les conditions favorables, qui aujourd’hui manquent, pour connaître un plus fort taux de réussite pour les projets innovants, ou socialement utiles.
    • L’instauration, pendant cinq ans, pour faciliter le lancement et le développement de petites et moyennes entreprises, de deux emplois zéro-charges par PME jusqu’à 200 Salariés pour des emplois jusqu’à 2,5 fois le SMIC.
    • La simplification et la généralisation de l’alternance entre les études et la présence rémunérée en entreprise, dans l’artisanat, le commerce, l’innovation, comme dans les grands groupes industriels ou de services. Avec des dispositifs incitatifs pour les employeurs.

    Europe

    • La création d’un noyau européen de pays de situations économiques comparables, qui assurent à leurs habitants une garantie de niveau de vie avec des Minimas sociaux, un Salaire minimum, une fiscalité commune, en priorité, celle des entreprises.
    • Un budget européen d’investissement de haut niveau, pour une Europe qui investit et prépare l’avenir.
    • Pour une zone Euro qui rapproche ses membres, malgré leurs différences géographiques.

    Écologie et développement durable

    • Lancer un nouveau modèle de société basé sur les principes du développement durable et de l’économie circulaire. C’est ce qui nous permet de préparer dès maintenant la société de demain pour laisser à nos enfants une des économies les plus modernes et compétitives de la planète, parce qu’elle sera basée sur des principes nouveaux et bien plus efficaces pour répondre aux exigences et aux contraintes de la période qui vient. Il faut mettre l’imagination et l’intelligence au poste de commande, pour sortir des routines productivistes en bout de course et relancer massivement notre économie de façon soutenable, mettre l’économie aux service des humains et non les humains au service d’une économie folle ou surproduction et surexploitation, riment avec entassement improductif de richesses pharaoniques autant qu’inutiles dans les paradis fiscaux.

    Démocratie et Institutions

    • Il est indispensable de moderniser la démocratie française, de sortir d’une monarchie républicaine épuisée : Élections législatives à la proportionnelle., limitation de chaque mandat, européen, national, départemental, local, à une seule réélection (à l’exception des petites communes), désynchronisation entre elles, des différentes élections autres que nationales, pour que les campagnes électorales gardent leur caractère territorial.
    • Limite d’âge pour les candidatures à la plupart des postes électifs, améliorer le statut de l’élu afin de permettre à davantage de citoyens issus du privé de prendre des responsabilités électives et faciliter leur retour à l’emploi.
    • Mettre en œuvre le référendum d’initiative populaire, sur des sujets ne remettant pas en cause la Constitution (réservés au referendum classique).

    Société, vivre ensemble

    • Il faut reconstruire le vivre ensemble, qui permet à chacun de donner un sens à sa vie : service civique sera mis en place, mixte et obligatoire, la police doit redevenir un service public, assurant la sureté des citoyens et des institutions. La police de proximité sera organisée, pour répondre aux besoins des citoyens, notamment dans les zones où la population est la plus dense.
    • Il faut changer notre rapport aux réfugiés et à l’immigration, en en faisant une chance pour remettre en valeur tous nos territoires, notamment ruraux.
    • Légalisation contrôlée du cannabis, permettant de mettre fin au trafic et de diminuer les problèmes de santé publique. Avec, comme pour l’alcool et le tabac, interdiction de vente au mineurs.

    La laïcité

    • La laïcité, définie par la loi de 1905, sera appliquée dans les termes mêmes de cette loi, garantissant la liberté de croire ou de ne pas croire, et la neutralité de l’État et des institutions, favorisant le dialogue dans la société. Partout dans le monde, le XXe siècle a été marqué par un recul des religions.
    • Mais en ce début de XXIe siècle, nous assistons à une radicalisation des religieux qui tentent de reconquérir le terrain perdu. Un fait sensible dans toutes les religions et toutes les régions. Et l’islam est le plus touché par ce phénomène, depuis quelques années, une partie des religieux ayant décidé de mêler religion et politique, encore plus qu’auparavant.
    • Ce mélange explosif voit apparaître des fanatiques religieux capables de se transformer en kamikazes et de répandre la mort en masse. Notre pays en a fait la tragique expérience ces derniers temps.
    • C’est à ce fanatisme religieux qui voudrait nous ramener des siècles en arrière, tant du point de vue des sciences que de la vie quotidienne dans son ensemble, notamment en ce qui concerne les rapports entre les hommes et les femmes, qu’il nous faut donner une réponse adaptée.
    • Car, ce surgissement, et la sidération produite par les attentats développent en retour une tentation de repli identitaire, qui répond en symétrique à la radicalisation des religieux.
      Il nous faut répondre à la fois au fanatisme religieux et à la tentation identitaire prônée par les islamistes et l’extrême droite.
    • Tous ces courants ciblent, à leur façon, la laïcité. Pourtant, c’est bien la laïcité qui a permis de ne pas communautariser la société française. Elle nous a permis l’intégration de la majorité des enfants et petits-enfants de l’immigration du Maghreb, qui se déclarent aujourd’hui laïques, faut-il le rappeler ? Alliée à l’Etat de droit, elle nous a évité de sombrer dans le piège tendu par les islamistes d’une guerre entre communautés. Pour autant, il nous faut tirer les enseignements d’années de politique de la ville qui ont conduit à la relégation d’une partie de la population française, d’origine étrangère ou pas.
    • Il est de notre devoir de laïques, d’humanistes, d’hommes et de femmes de progrès attaché.es aux valeurs émancipatrices républicaines et laïques, de proposer un programme qui articule laïcité et modernité.

    Santé

    • Il y urgence aux Urgences. La mauvaise coordination entre la médecine de ville et la médecine hospitalière, a rempli ces dernières années, les services d’Urgence, d’une façon qui ne leur permet plus de traiter correctement les urgences vitales. La crise de la médecine de ville rejaillit sur tout le système de santé. Des dispensaires, ouverts 24 heures sur 24, pour traiter les problèmes courants de la vie qui ne sont pas des urgences vitales, notamment les poussées de fièvres infantiles, doivent être ouverts de façon systématique dans les grandes agglomérations. Ce qui permettra de décharger les services d’urgence dont les personnels sont aujourd’hui dans des conditions de travail qui excèdent l’acceptable.
    • Une revalorisation des revenus des professions médicales, spécialement à l’hôpital public, est une des premières mesures nécessaires. Orthophonistes, infirmiers, aides-soignants, sont aujourd’hui maintenus dans des revenus qui ne sont pas à la hauteur de leurs qualifications, ni du service rendu.
    • La reconnaissance des médecines différentes, comme la médecine chinoise ou les ostéopathes, par exemple, permettra de répondre plus efficacement aux demandes de soins de nos concitoyens, tout en encadrant de façon plus efficace leur pratique.
    • La situation des laboratoires pharmaceutiques, ne peut perdurer sans poser de graves problèmes. Que ce soient de petites entités, cherchant le surprofit instantané sur un médicament, pour trouver les moyens de financer la recherche du prochain, et qui font monter artificiellement les prix des traitements. Que ce soient les immenses conglomérats gérés en fonction de l’intérêt de l’actionnaire sur les trois mois à venir, et dont les efforts sont trop souvent guidés plus par un intérêt commercial que par la recherche du meilleur service rendu. Une participation à l’effort de santé public et d’équilibre des comptes de l’Assurance maladie, sera demandée aux acteurs de l’industrie pharmaceutiques, français ou intervenant en France. En retour l’État doit faire effort pour participer plus massivement à la recherche médicale, qui permettra à la France de garder sa place d’excellence mondiale dans ce domaine.

    Agriculture

    • Pour une agriculture paysanne. Notre pays a besoin d’une agriculture de territoires qui nourrisse nos populations, qui entretienne nos pays, qui maintienne une vie sociale diversifiée, des services publics, de l’artisanat, du commerce, des PME et des écoles.
    • Une partie de nos agriculteurs a été poussée, notamment par l’industrie agro-alimentaire et des banques, à investir dans des filières qui apparaissent aujourd’hui non soutenables. Il est urgent de mettre en place un plan de désendettement rapide de ces exploitations, pour permettre un fonctionnement équilibré de notre agriculture.
    • L’espace français permet de se passer des formes d’agriculture industrielle qui se sont concrétisées, dans d’autre pays par d’immenses fermes industrielles, associant une apparence de rentabilité immédiate, avec la production de difficultés réelles et de long terme. Que ce soit la qualité des aliments produits, les conditions de travail, la condition animale, et l’absence de savoir-faire paysan.
    • Le développement de filières d’excellence, telles que le Bio, l’agro-écologie, la permaculture, doit continuer à être favorisé, pour une agriculture sans insecticides, ni intrans. Les structures de circuits courts seront renforcées, telles les ANAP (associations pour le maintien d’une agriculture paysanne) qui associent producteurs et consommateurs.
    • Les Organismes génétiquement modifiés (OGM) alimentaires, doivent continuer à être interdits dans notre pays.
    • La globalisation financière fait décider du prix du lait payé au producteur en Nouvelle-Zélande, et de celui du blé à Chicago. - ---- L’Europe se doit de protéger ses agriculteurs et sa société en général par une politique ciblée à l’encontre de prix ou de marchandises mettant en danger notre continent et ses moyens d’assurer partout et toujours son autosuffisance alimentaire.

    Éducation

    • Priorité à la lutte contre l’échec scolaire. Des millions d’élèves sont dans le système éducatif, tous doivent en sortir en maitrisant les savoirs fondamentaux. Cela demande dans certains quartiers en difficulté, une présence accrue d’enseignants et de personnels, notamment des éducateurs, répétiteurs ou psychologues…
    • Revalorisation des revenus des enseignants. Comparés à nos voisins européens, nos enseignants ont des revenus injustement inférieurs, cela doit être progressivement rattrapés. C’est une des raisons de la désaffection inquiétante que connaissent les concours d’enseignement.
    • Favoriser la mobilité professionnelle. Permettre aux enseignants qui le souhaitent, après quelques dizaines d’années devant les élèves, de poursuivre leur carrière dans un cadre différent, de la fonction publique, notamment. Rendre plus attractive l’arrivée devant les élèves, spécialement dans l’enseignement professionnel, de personnes ayant une expérience technique et technologique récente.
    • Valoriser les équipes éducatives, ce qui demande d’aborder avec une plus grande souplesse la question des mutations et des regroupements d’enseignants.
    • L’urgence est au collège. Le Collège unique n’a pas tenu les promesses que la société y avait mises. L’augmentation explosive du nombre de collégiens, demande un traitement différencié des situations, si différentes d’un quartier à l’autre. L’autorité, l’absentéisme et la sécurité même, sont devenus des maux qui mettent en danger le fonctionnement de l’institution. Là aussi une présence accrue d’enseignants et de personnels est indispensables. Il ne s’agit pas uniquement de moyens matériels et de budget, mais d’un effort de réflexion, global, comme cas par cas, sur ce que sont les besoins de chaque collège pour mener à bien sa mission. Un redéploiement des moyens est possible et nécessaire.
    • Favoriser l’alternance qui prépare de façon indispensable à la vie professionnelle. La liaison entre les branches d’activités et l’administration de l’Éducation nationale est indispensable pour organiser le processus entre l’institution scolaire et les artisans, les TPE, les PME et les grandes entreprises qui doivent accueillir en alternance élèves et étudiants. Les entreprises concourent au dispositif de formation, en contrepartie, on ne peut les pénaliser. - - Ces jeunes ne peuvent ainsi être pris en compte dans le calcul des seuils sociaux, même s’ils bénéficient des même droits que les autres salariés, les charges sociales qui pèsent sur l’employeur pour ces personnels doivent être allégées.
    • Les écoles de la Seconde chance ont montré leur utilité sociale, pour remettre dans le processus un certain nombre de ceux qui ont décroché en chemin. Elles correspondent à une vraie nécessité. Elles doivent être pérennisées.
    • Valoriser les enseignements culturels et sportifs, en organisant une coordination entre les établissements d’enseignement et les conservatoires, écoles de musique, de danse, d’arts graphiques, et les associations sportives. Cela aidera à valoriser l’action, tellement nécessaire, des enseignants de ces différentes disciplines.
    • L’université est un lieu d’enseignement et de recherche, qui vise l’excellence. Pour cela un accueil réel des étudiants en première année, est nécessaire pour éviter l’échec massif qui marque les premiers pas des jeunes dans notre système universitaire. La préparation à l’université, qui est très majoritairement la suite logique des études faites au lycée, doit être menée dès la première et la terminale en faisant découvrir aux lycéens les techniques d’apprentissage qui sont celles de l’université, cours en amphithéâtre et travaux dirigés. Permettant une orientation plus efficace au moment du passage du lycée à la faculté, et permettant par la suite des changements de filières plus facile.
    • Le dispositif Erasmus, grand succès de l’Union européenne, qui permet à des dizaines de milliers de jeunes d’effectuer une partie de leurs études ou de leur apprentissage dans un ou plusieurs autres pays européens, doit être encouragé et renforcé, notamment en instituant systématiquement des équivalences entre les diplômes délivrés par les différents établissements d’enseignement.

    Affaires étrangères

    • La France est regardée dans le monde pour ses positions originales depuis des décennies. Du général De Gaulle au véto de Jacques Chirac à la guerre d’Irak, elle apparaît dans le camp occidental, comme une puissance particulière attachée à des principes et non seulement à des intérêts. Le Proche et Moyen Orient est un exemple de lieu où notre politique doit être conçue et menée avec un souci de continuité sur une longue distance et de cohérence avec les principes de la République. Si les nécessités de notre commerce extérieur ne peuvent pas être sous-estimées, elles ne peuvent, seules, orienter le propos de la France.
    • Notre retour dans plusieurs comités stratégiques de l’OTAN, ne peut signifier la perte de notre indépendance de vue, ni d’action. Nous ne sommes pas liés par les décisions et les changements de points de vue de l’administration des Etats-Unis d’Amérique, en toutes choses.
    • L’influence de la France en Afrique, reste toujours importante, notamment par la langue qui nous est commune avec de nombreuses nations de ce continent. Nous devons la mettre à profit pour moderniser ce lien. Des efforts ont été faits pour sortir du modèle de la « françafrique », il faut les poursuivre pour permettre à ce lien un renouveau nécessaire.
    • Le projet de constitution d’une grande Union pour la Méditerranée, doit politiquement, stratégiquement comme économiquement rester une de nos priorités. Le lien historique et géographique avec le Maghreb est l’endroit où peuvent et doivent s’affirmer le plus rapidement possibles les aspects les plus positifs et dynamiques de cette union.
    • L’aide au développement est aujourd’hui de 0,38 %, l’objectif est de l’amener jusqu’à 0,7 %. C’est un investissement pour l’avenir. La constitution d’économies africaines émergentes, est une des conditions pour faire reculer les phénomènes de migrations économique désordonnées actuels, déstabilisantes pour les pays de départ, comme pour les pays d’arrivée.
    • Nos politiques de développement doivent suivre les principes exprimés ici en matière de développement durable, et elles doivent prendre en compte toutes les initiatives de co-développement existant déjà avec des collectivités territoriales françaises, régions ou villes.
    • Le succès planétaire de la COP21 doit nous encourager à maintenir l’effort en faveur des objectifs de développement durable et en faveur de la lutte contre les dérèglements climatiques.
    • La francophonie est un espace de civilisation qui rassemble plusieurs centaines de millions de personnes qui partagent notre langue. Elle doit rester une de nos préoccupations stratégiques, culturelles et économiques, dans un dialogue avec des peuples et des nations qui nous comprennent mieux que d’autres.

    Culture

    • La Culture est ce qui rassemble les humains, fait société, construit une civilisation. L’activité culturelle est en France très diversifiée, la musique, le cirque, la danse, les arts plastiques, les arts de la rue, le théâtre et le cinéma, toutes les disciplines artistiques produisent une excellence qui contribue à encourager la pratique des arts dans notre pays, et à forger l’image mondiale de notre nation. Ce n’est donc pas du seul point de vue économique ou règlementaire qu’il faut la regarder, même si c’est en France, une grande industrie. C’est ce qui a fondé depuis de nombreuses années l’idée qu’il y a une exception culturelle, qui ne permet pas de traiter la culture comme une marchandise standardisée.
    • Dans ce cadre, il est fondé de maintenir des quotas de chansons françaises ou francophones, à la radio ; des quotas de films ou téléfilms français ou francophones, à la télévision, autant en diffusion qu’en production ; une fiscalité avantageuse pour la création artistique.
    • Le statut des Intermittents du spectacle, régulièrement remis en question, est une garantie indispensable au fonctionnement de notre écosystème d’économie culturelle.
    • Toutes les initiatives de forme « chèques culture » ou « chèque littérature » méritent d’être encouragées, au niveau des départements, des régions, des communes, ou des Comités d’entreprise.
    • Il faut favoriser la connaissance des différents types d’arts dans les établissements scolaires. Pour cela l’accueil d’artistes, sous la forme d’« artistes résidents » dans les établissements, comme la mise en place d’œuvres provenant des réserves des Fonds régionaux d’action culturelle, sont des initiatives souhaitables.
    • Dans le domaine du cinéma, il faut favoriser l’accès aux aides du Centre national du cinéma (CNC), pour les premiers films, et donner une place dans les jurys qui attribuent ces aides à des spectateurs volontaires qui seront tirés au sort.

    Justice

    • La Justice, dans notre pays se classe dans les dernières en budget par habitant, au sein du Conseil de l’Europe. Ce handicap majeur explique une part des problèmes de notre système de justice, comme de notre système carcéral. Un rattrapage de ce budget est indispensable.
    • Nous avons fermé 40 000 places en hôpitaux psychiatriques sur 40 ans, dans le même temps nous avons accru de 30 000 le nombre de détenus. Les conditions dans lesquelles vivent ces derniers, ne sont pas adaptées pour favoriser une réinsertion sociale. Pour nombre d’entre eux, la volonté de les juger à tout prix a conduit à placer en détention des personnes justifiant de soins, dans un cadre approprié fermé.
    • La situation des personnels de l’Administration pénitentiaire, chargés de gérer, dans le même temps et les mêmes lieux, des personnes si diverses que des islamises radicalisés, des trafiquants, des grands délinquants et des personnes relevant de la psychiatrie, est extrêmement difficile. Le manque de valorisation suffisante de leur travail et de leurs effort doit être comblé.
    • Il faut donc favoriser le désengorgement des prisons, par toutes les alternatives à l’incarcération, qui ont fait leurs preuves chez nos voisins anglais et allemands. Dans ce cadre, pour les plus jeunes, en priorité, les Travaux d’intérêt général sont une bonne alternative. Il conviendra de les organiser mieux et de les mettre en forme systématiquement, en prenant en compte l’indispensable dimension de surveillance étroite nécessaire à l’efficacité de la peine.
    • Des peines toujours plus lourdes et des prisons toujours plus pleines ne sont pas la garantie d’une société plus sûre et plu apaisée, au contraire. Les États-Unis d’Amérique, dont l’équivalent de 2% de la population active est incarcérée, sont, malgré cela, la société occidentale la plus violente.
    • Si la répression est indispensable pour fixer les limites et les règles, c’est sur la prévention qu’il faut faire fonds pour diminuer le degré de violence d’une société. La création du Secrétariat d’État pour l’aide aux victimes, est une initiative qui répond aux attentes de nos concitoyens.


  • Candidat n°6

    Création d’un Revenu universel d’existence

    Je mettrai en place un revenu universel d’existence pour éradiquer la grande précarité et contribuer à définir un nouveau rapport au travail et au temps libre pour les Français.e.s. Cette révolution sociale se fera en 3 étapes : dès 2017, le RSA sera augmenté de 10% à hauteur de 600€. Il sera versé automatiquement à tous les ayant-droits ainsi qu’à tous les jeunes de 18 à 25 ans quel que soit leur niveau de ressources. Ce revenu sera ensuite étendu à l’ensemble de la population. A terme, il atteindra la somme de 750 euros.

    Un Acte II de l’Economie Sociale et Solidaire

    Je lancerai un acte II de l’économie sociale et solidaire pour qu’elle atteigne 20% du PIB en 2025, contre 10% aujourd’hui. Je soutiendrai la création d’emplois de qualité dans l’ESS en ciblant une partie des aides actuellement réservées aux entreprises classiques sur ce secteur d’avenir. J’améliorerai la formation des enseignant.e.s sur l’ESS et promouvrai sa prise en compte par les académies et dans les programmes SES. Je renforcerai les formations initiales et continues qui donnent des clés pour y entreprendre.

    Mesures immédiates de soutien au pouvoir d’achat

    Je revaloriserai immédiatement le SMIC, les minima sociaux à hauteur de 10% et le point d’indice de la fonction publique.

    Une nouvelle étape dans le partage du temps de travail

    Je propose d’organiser la baisse du temps de travail par un droit inconditionnel au temps partiel accompagné d’une compensation salariale, et d’inciter financièrement les entreprises à valoriser la réduction du temps de travail, mesure pouvant être notamment financée par une réaffectation du CICE. Les entreprises seront incitées à le faire selon des formes multiples (semaines de 4 jours, congé sabbatique, temps partiel). La durée légale sera maintenue à 35h.

    Abrogation de la loi Travail

    J’abrogerai immédiatement la loi Travail. Je rétablirai la hiérarchie des normes afin que notre code du travail continue de prévaloir sur les accords négociés par les branches et les entreprises, sauf lorsque les accords apportent une protection supplémentaire aux salarié.e.s.

    Reconnaissance du burnout comme maladie professionnelle

    Je ferai reconnaître le syndrome d’épuisement professionnel, dit « burn out », comme une maladie professionnelle. Grâce à cette mesure, les entreprises seront reconnues responsables de la souffrance au travail de leurs salariés. Elles seront contraintes soit d’en assumer le coût (soins, prévention), soit de modifier en profondeur leurs méthodes de management.

    Oui au travail indépendant, non à l’ubérisation débridée

    Je lutterai contre le salariat déguisé des entreprises ubérisées. Je requalifierai leurs « collaborateurs » en salariés. Il faut que l’employeur.euse paye ses cotisations sociales, et que ces salarié.e.s bénéficient de leurs droits (congés, protection contre les licenciements abusifs). Je lutterai contre leurs montages d’optimisation fiscale, semblables à ceux utilisés par les autres géants du net (les GAFA). Je refuserai que ces entreprises bénéficient de nos services publics sans contribuer à l’impôt.

    Facilitation de la reprise en SCOP par les salarié.e.s

    Je faciliterai la reprise d’entreprises par les salarié.e.s en améliorant les formations professionnelles sur le fonctionnement des SCOP et en mettant en place une assistance technique de l’Etat (la DIRECCTE) lors de la création du dossier de reprise.

    Mise en place d’un statut social unique de l’actif

    Je créerai un statut unique pour tous les actifs afin de dépasser la distinction entre salariat et travail indépendant. Je rendrai ce statut plus protecteur selon le degré de vulnérabilité des actifs, à partir du socle commun du droit du travail et de la protection sociale. J’améliorerai la couverture retraite complémentaire et la couverture accident du travail/maladie professionnelle des indépendants. J’équilibrerai les prélèvements sociaux afin qu’à revenus égaux, un indépendant et un salarié cotisent du même montant.

    Réduction du coût du capital et des dividendes

    En France, le partage des bénéfices se fait trop souvent en faveur des dividendes et au détriment de l’investissement. Je réduirai le coût du capital en modulant l’impôt sur les sociétés en fonction de la part de bénéfices réinvestis. Je conditionnerai les crédits d’impôt consentis chaque année par le CICE à la réalisation d’objectifs de création de postes, de progrès écologiques, et d’une réduction du temps de travail.

    Droit universel à la formation tout au long de la vie

    Je donnerai corps à un droit universel à la formation tout au long de la vie. Cela passe par un rapprochement entre la formation continue et la formation initiale ainsi que par une meilleure prise en compte des certifications et qualifications obtenues à l’issue des formations. Les universités et écoles seront amenées à devenir les principaux acteurs de la formation continue, ce qui suppose d’investir dans l’ingénierie pédagogique et dans la promotion de cette offre nouvelle.

    Des conseils d’administration plus représentatifs

    Je renforcerai la représentativité des conseils d’administration et de surveillance des sociétés selon la règle des trois tiers : 1/3 de sièges pour les représentant.e.s des actionnaires 1/3 des sièges pour les représentant.e.s des salarié.e.s (administrateurs.trices muni.e.s de droits de vote, désigné.e.s par les organisations syndicales selon leur représentativité) 1/3 de sièges pour les représentant.e.s des parties extérieures affectées (clients, fournisseurs, collectivités locales, ONG, sous-traitants).

    Création d’une taxe sur les robots intelligents

    Je créerai une taxe sur la richesse créée par les robots afin de financer notre protection sociale. Lorsqu’un.e travailleur.euse est remplacé par une machine, la richesse créée bénéficie essentiellement aux actionnaires. Je propose donc de taxer cette richesse – par exemple en lui appliquant des cotisations sociales – pour qu’elle finance prioritairement des mesures telles que le revenu universel plutôt que les dividendes.

    Droit de veto des salarié.e.s en comité d’entreprise

    Je créerai un droit de veto pour les représentant.e.s des salarié.e.s élus au comité d’entreprise sur les grands choix stratégiques dans les entreprises de plus de 2000 salarié.e.s. Ce veto pourra porter sur les choix de l’entreprise en termes de délocalisation, de digitalisation, d’utilisation des fonds publics (CICE, CIR), de robotisation ou de fermeture d’usine.

    Une réforme fiscale pour rétablir justice et équité

    Je mènerai une véritable révolution fiscale. J’organiserai une refonte de l’impôt sur le revenu, devenu complexe, illisible et régressif. Je l’individualiserai, élargirai son assiette par la fusion avec la CSG, et le rendrai plus progressif par une augmentation du nombre de tranches.

    Moratoire sur le Pacte de stabilité

    Je forgerai une alliance des gauches européennes pour imposer un moratoire sur le Pacte de stabilité et le TSCG. L’austérité est inefficace et contribue à augmenter la dette. Ce moratoire durera jusqu’à l’approbation d’un pacte de stabilité réformé. Ce nouveau traité exclura les dépenses d’investissement du calcul du déficit et introduira une logique de coordination et de coopération entre Etats pour tenir compte du cycle économique.

    Du temps et des moyens pour chacun de s’engager

    Je développerai les modalités de partage du temps de travail qui donneront du temps aux travailleurs de s’engager au service du collectif et de leur émancipation. Le Revenu Universel protègera de la précarité celles et ceux qui s’engagent. J’inclurai le temps consacré aux engagements associatifs dans le calcul des droits à la retraite. Je créerai une protection pour ceux qui consacrent une partie de vie à servir leur pays dans le cadre d’un mandat d’élu afin qu’ils puissent retrouver leur emploi de droit à l’issue.

    Reconnaissance de l’engagement des jeunes

    J’assurerai à tous les jeunes une véritable reconnaissance de leur engagement. Je proposerai à tou.te.s les élèves des collèges et lycées de rencontrer des entrepreneurs sociaux, des dirigeants ou des bénévoles associatifs et de faire un service civique au cours de leur cursus. Je rendrai possible la validation du premier semestre de l’université avec l’expérience d’un service civique ou d’une expérience longue de bénévolat. Je permettrai aux jeunes de certifier leur engagement associatif afin qu’ils puissent le valoriser sur leur CV.

    Equité des aides à l’accès aux complémentaires santé

    Je porterai un droit à la santé universel, indépendamment du statut professionnel ou personnel de chacun.e. Je modifierai la répartition de l’aide à l’accès aux complémentaires santé : les 8 milliards d’euros d’aides publiques actuelles (ANI et avantages Madelin) doivent aussi toucher les fonctionnaires, les retraité.e.s, les étudiant.e.s et les chômeurs.euses de longue durée. J’affecterai une partie de ces aides au financement de la Sécurité sociale, après que la mise en place du Revenu universel a mis fin à ces inégalités.

    Respect de l’égalité salariale femmes-hommes

    Je renforcerai les sanctions inscrites dans la loi (1 an d’emprisonnement et 3750 € d’amende) en cas de non respect de l’égalité salariale. L’aspect financier devra être plus dissuasif, les contrôles seront plus systématiques.

    Responsabilité des dirigeants d’entreprises

    Je créerai un statut des dirigeant.e.s de grandes entreprises afin de moraliser les pratiques : prohibition des rémunérations dépourvues de lien avec l’amélioration des résultats au cours de leur mandat, prohibition des stock options, fin des retraites chapeaux en cas de démission ou de perte de confiance du conseil d’administration. Je rendrai les dirigeant.e.s responsables en cas de pratiques managériales sources de souffrance avérée au travail.

    Reconnaissance du droit à la déconnexion pour tous.tes

    Je reconnaîtrai le droit à la déconnexion pour améliorer le bien-être au travail. Smartphones et ordinateurs sont devenus des « laisses électroniques ». Le mal-être au travail peut gagner le domicile. Il devient difficile de distinguer le temps du travail de celui de la vie personnelle, il faut donc de nouvelles règles pour protéger les salariés

    Pour un syndicalisme renforcé

    Je renforcerai l’implication des syndicats dans la prise de décisions stratégiques et je garantirai leur accès exhaustif à l’information. J’encouragerai la syndicalisation par une grande campagne d’information dans les entreprises. Je mettrai en place un chèque syndical pour faciliter la syndicalisation en PME et pouvoir négocier à armes égales.

    Un impôt unique sur le patrimoine net des dettes

    Je créerai un impôt sur le patrimoine unique, simple, et progressif. Il sera net des dettes pour éviter que celui qui s’est endetté soit aussi taxé que celui qui a tout reçu en héritage. Il comprendra notamment la taxe foncière et l’ISF. Les ménages français possèdent en 2016 plus de 10 000 milliards d’euros de patrimoine (net de dettes) mais la répartition de ce patrimoine est très inégalitaire. La taxe foncière et l’ISF sont aujourd’hui trop complexes, créent des distorsions et les ménages les plus aisés arrivent à les éviter.

    Renforcement de la lutte contre l’évasion fiscale

    Je mettrai en place un reporting public pays par pays pour toutes les entreprises afin d’identifier les activités de leur filiale et repérer les sociétés « boîtes aux lettres ». Je renforcerai les moyens et les effectifs de la direction générale des finances publiques pour pouvoir identifier et poursuivre les fraudeurs. J’adapterai notre fiscalité pour que les GAFA (Google, Amazon, Facebook et Apple) n’y échappent plus alors qu’ils ont un établissement stable en France.

    Contrôle parlementaire des nominations présidentielles

    Je développerai le contrôle parlementaire sur les grandes décisions présidentielles (nominations dans les autorités indépendantes et certaines grandes entreprises, nominations de directeurs d’administration centrale, de recteurs, d’ambassadeur ou de préfet, autres nominations politiques pourvues en Conseil des Ministres).

    Garantie d’un meilleur accès aux données publiques

    Je mènerai une politique d’open data et de transparence des données publiques. Je garantirai un large accès du public aux données conservées et traitées par les administrations publiques. Les citoyens, chercheurs et journalistes doivent connaître les données qui déterminent des choix politiques. Ces données peuvent être utilisées par les entreprises du numérique proposer de nouveaux services innovants. Je veillerai à ce que ces données ne soient pas appropriées par les GAFA (Google, Apple, Facebook, Apple).

    Vers une harmonisation fiscale en Europe

    Je ferai de l’harmonisation fiscale dans l’Union européenne une priorité. Je me battrai pour une harmonisation de l’assiette et un rapprochement des taux de l’impôt sur les sociétés, pour un taux plafond de la TVA et pour une harmonisation de la lutte contre la fraude et l’évasion fiscale. La France sera à l’initiative de la création d’un nouvel impôt européen sur les GAFA et les multinationales pour augmenter le budget de l’UE et renforcer ses marges de manoeuvre, notamment en termes d’investissements en faveur de la transition énergétique.

    Une aide au développement à la hauteur de nos moyens

    Je rétablirai l’aide au développement à la hauteur de nos moyens et de notre responsabilité en fixant par la loi que ce budget ne peut être en deça de 0,7% du PIB, comme au Royaume-Uni. J’établirai des partenariats équitables principalement avec les pays d’Afrique.

    Un visa humanitaire pour une protection temporaire

    Je créerai un visa humanitaire. Il ouvrira aux personnes en situation de détresse humanitaire une voie d’accès légale et sécurisée au territoire français, pour un accueil et une protection temporaire. De plus en plus, les réfugiés fuient la guerre, la répression, la détresse économique ou climatique. La France doit être en mesure de les accueillir et les protéger.

    Elimination des obstacles à l’intégration des réfugiés

    Je lèverai les obstacles actuels à l’intégration des demandeurs d’asile qui font les frais d’un système absurde : tout en leur versant une allocation d’insertion, nous les maintenons à l’écart de la société et les empêchons de contribuer à créer des richesses dans nos territoires. Je donnerai aux demandeurs d’asile une autorisation de travailler sur le territoire et renforcerai les moyens affectés à l’accès à l’apprentissage de la langue française.

    Grande conférence contre l’exclusion

    Dès 2017, j’ouvrirai une grande conférence des acteurs de la lutte contre l’exclusion pour sélectionner et généraliser les démarches d’accompagnement qui ont fait leurs preuves, grâce à un soutien massif de l’Etat. Tout passage à la rue laisse des traces, parfois pour toute la vie. Notre responsabilité collective est non seulement de prévenir cette souffrance par l’amélioration de l’accès aux droits, mais aussi de réparer et de faire cesser ces situations intolérables qui continuent de frapper des milliers de nos concitoyens.

    Modification des règles de Dublin sur le droit d’asile

    Je mettrai fin aux règles absurdes de Dublin qui font reposer le poids de l’accueil des réfugiés sur les pays aux frontières de l’Europe, l’Italie et la Grèce, qui sont déjà en situation d’asphyxie budgétaire face aux politiques d’austérité qui leur sont imposées. J’établirai une clé de répartition de l’accueil des demandeurs d’asile entre les pays membres de l’UE en imposant la participation de tous les Etats membres en fonction de leur capacité.

    Stop aux pesticides et aux perturbateurs endocriniens

    J’interdirai immédiatement les pesticides dangereux et les perturbateurs endocriniens pour prévenir les effets nocifs de ces substances sur la santé de nos enfants et de nos concitoyen.ne.s. J’appliquerai le principe de précaution : je retirerai les autorisations de tous les pesticides dangereux et j’interdirai l’importation des denrées alimentaires utilisant une substance interdite en France. Au niveau européen, nous labelliserons les pesticides pour conditionner les subventions de la PAC au respect de hautes exigences en la matière.

    Un programme d’investissements pour développer le bio et l’agroécologie

    Je lancerai un programme d’investissements agricoles de 5 milliards d’euros pour soutenir les projets de développement agroécologique, les circuits-courts et les coopératives et faciliter l’installation des jeunes agriculteurs qui souhaitent reconvertir des exploitations en fermes bio ou agroécologiques.

    Priorité de l’attribution du foncier agricole aux projets bio ou agroécologiques

    Je modifierai les critères de l’examen des dossiers de reprise d’exploitation afin de favoriser systématiquement les projets en agriculture biologique ou agroécologique. 40% des agriculteurs devraient partir à la retraite d’ici 2020, ils chercheront donc des repreneurs dans les années à venir. Il faut se saisir de ce moment pour engager une conversion de notre agriculture.

    Sortie du diesel à l’horizon 2025

    Je ferai sortir la France du diesel à l’horizon 2025 pour lutter contre la pollution de l’air, responsable de la mort de 49 000 Français.e.s chaque année. Je mettrai fin à l’avantage fiscal accordé au diesel, je ferai installer des bornes de recharge électrique sur tout le territoire et je financerai la recherche pour l’autonomie des batteries pour voiture électrique.

    Sanctuarisation des biens communs (air, eau, sols)

    Je sanctuariserai les biens communs en inscrivant leur protection dans la Constitution. L’eau, l’air et la terre, ainsi que la biodiversité, sont des biens communs que nous devons protéger contre toute dégradation ou risque de captation privée. Face au marché qui privilégie leur exploitation à court-terme, les Etats doivent être les garants de la protection des ressources naturelles et les citoyens les vigies de cette protection.

    Relance de l’Europe par la transition énergétique

    Je relancerai « l’Europe des projets » par la transition énergétique en veillant à positionner systématiquement la France en leader. Il nous appartient à reconstruire la légitimité de l’Union Européenne sur cette thématique fondamentale pour l’avenir des peuples via une contribution ambitieuse des Etats, le fléchage des financements privés vers les investissements verts grâce à des mécanismes incitatifs et la suppression de toutes les subventions aux énergies fossiles.

    La finance mise au service de la transition écologique

    Je mettrai la finance au service de la transition écologique. Nous ne pouvons pas attendre le bon vouloir du marché pour trouver les 60 milliards d’euros nécessaires. Je rendrai la fiscalité incitative pour guider l’épargne vers des investissements verts. J’instaurerai une TVA différenciée pour les produits vertueux et je mobiliserai l’épargne des Français.

    Un plan national Zéro Déchet

    Je lancerai un plan « Zéro Déchet » qui comprendra un volet de lutte contre le gaspillage alimentaire, l’obligation pour les métropoles de recycler 50% de leurs déchets produits chaque année à l’horizon 2022 et le combat contre l’obsolescence programmée via une incitation à réutiliser les matériaux et à faire de l’éco-conception.

    Grande conférence Ecologie-Prévention-Santé

    Je lancerai une grande conférence nationale Ecologie-Prévention-Santé dans les six mois après la présidentielle qui fera de la France la nation pionnière et fer de lance en Europe dans ce domaine. Nous ne pourrons pas régler la question écologique sans un vaste mouvement citoyen. Forts de cette dynamique, nous impulserons un grand projet européen de progrès social et écologique, afin de remobiliser les Européens autour de nos valeurs communes.

    Objectif de 50% d’énergies renouvelables dès 2025

    Je créerai une aide pour permettre aux citoyens de s’équiper en matériel de production d’énergie renouvelable domestique.

    Un Etat stratège pour la révolution énergétique

    Je redonnerai une vision stratégique à l’Etat en faisant d’EDF un pilier de la transition énergétique. En tant qu’actionnaire principal, l’Etat poussera EDF à renforcer ses recherches sur la production et le stockage d’énergies renouvelables. Plutôt que de privilégier le nucléaire, EDF accompagnera la décentralisation de la production d’énergies vertes.

    Plan d’investissements dans la rénovation énergétique

    Je lancerai un plan massif d’investissements dans la rénovation énergétique des bâtiments. Il faut réduire notre consommation d’énergie et lutter contre la précarité énergétique. Ce plan comprendra trois priorités : La réhabilitation thermique des logements sociaux Un plan ambitieux d’accompagnement des initiatives menées par le secteur privé avec des aides renforcées et conditionnées au recours à des artisans labellisés (soutien de nos PME) ; Une protection des foyers en situation de précarité énergétique avec un véritable bouclier “énergie”

    Une PAC verte pour accompagner la transition agricole

    Je négocierai au niveau européen pour que 400 millions d’euros de la Politique Agricole Commune soient consacrés au financement des agriculteurs prêts à adopter le modèle agroécologique. Ce modèle réduit l’usage des engrais et autres intrants, préserve les ressources naturelles et recourt aux circuits courts notamment.

    Priorité de l’attribution du foncier agricole aux projets bio ou agroécologiques

    Je modifierai les critères de l’examen des dossiers de reprise d’exploitation afin de favoriser systématiquement les projets en agriculture biologique ou agroécologique. 40% des agriculteurs devraient partir à la retraite d’ici 2020, ils chercheront donc des repreneurs dans les années à venir. Il faut se saisir de ce moment pour engager une conversion de notre agriculture.

    Objectif donné à l’autonomie alimentaire

    Je modifierai les critères de l’examen des dossiers de reprise d’exploitation afin de favoriser le développement de cultures maraichères aux abords des villes. Je soutiendrai aussi les intermédiaires: AMAP, ruches… Une telle mesure permettra de créer de véritables ceintures vertes autour des villes, de favoriser le développement des circuits courts et l’autonomie alimentaire, et donc de réduire la pollution liée aux transports.

    13 agences régionales pour un développement tempérant

    Je créerai dans chacune des grandes régions une agence du développement des nouveaux modes de production et de consommation. Notre modèle productiviste et court-termiste doit laisser la place à un modèle de développement tempérant, écologique, et humain. Ces agences devront : Favoriser les circuits courts Mobiliser le numérique pour relier producteurs et consommateurs Utiliser la commande publique pour valoriser les initiatives responsables Généraliser les contrats de filière agro-écologique

    Lancement d’un plan contre la maltraitance animale

    Je garantirai le respect des plus hautes exigences en matière de bien-être de l’animal, en toutes circonstances, et sans exception. Nos objectifs en matière de qualité de vie et de qualité de l’alimentation ne justifient pas les maltraitances qui se sont multipliées récemment dans les abattoirs, à des seules fins de rendement économique.

    Un programme d’investissements pour développer le bio et l’agroécologie

    Je lancerai un programme d’investissements agricoles de 5 milliards d’euros pour soutenir les projets de développement agroécologique, les circuits-courts et les coopératives et faciliter l’installation des jeunes agriculteurs qui souhaitent reconvertir des exploitations en fermes bio ou agroécologiques.

    Adoption d’un traité social européen

    Je négocierai un « traité social européen » pour que l’UE soit à nouveau synonyme de progrès social. Ce traité mettra fin au dumping social et actera la convergence vers le haut des standards sociaux européens en commençant par la création d’un SMIC européen à hauteur de 60% du salaire moyen. La directive travailleurs détachés sera révisée pour garantir le respect du principe « à travail égal, salaire égal »: lutte contre la fraude des sous-traitants, renforcement des inspections du travail et des contrôles sur les chantiers.

    Annulation de la dette contractée par les pays de l’UE

    Je plaiderai auprès de nos partenaires européens pour l’annulation de la dette accumulée depuis 2008 des pays membres les plus endettés détenue par les Etats membres de l’UE. Il faut desserrer l’étau qui étouffe les pays du Sud. Je pousserai parallèlement pour une mutualisation de la dette européenne : il faut que les Etats soient solidaires en se portant caution mutuellement sur leur dette actuelle et en émettant pour l’avenir une dette commune. Enfin, j’oeuvrerai pour faire évoluer les statuts de la BCE et faciliter le financement direct de la dette des Etats.

    Défense de nos intérêts face au libéralisme économique

    Je suspendrai immédiatement l’application de l’accord de libre-échange avec le Canada, le CETA, afin de protéger nos préférences collectives en matière d’environnement, de santé et de protection sociale. Je proposerai un nouveau modèle de coopération internationale respectant les souverainetés démocratiques, le progrès social et environnemental.

    Renforcement de la loi SRU sur le logement social

    Je renforcerai les sanctions à l’encontre des communes qui ne respectent pas la loi en matière de mise à disposition de logements social. Il n’est plus acceptable qu’on laisse des communes payer des sanctions plutôt que remplir leurs obligations en faveur de la mixité sociale et du logement pour tous. Je créerai un droit de l’Etat à se substituer aux maires pour construire, le cas échéant, des biens d’utilité publique à commencer par les logements sociaux.

    Grande conférence contre l’exclusion

    Dès 2017, j’ouvrirai une grande conférence des acteurs de la lutte contre l’exclusion pour sélectionner et généraliser les démarches d’accompagnement qui ont fait leurs preuves, grâce à un soutien massif de l’Etat. Tout passage à la rue laisse des traces, parfois pour toute la vie. Notre responsabilité collective est non seulement de prévenir cette souffrance par l’amélioration de l’accès aux droits, mais aussi de réparer et de faire cesser ces situations intolérables qui continuent de frapper des milliers de nos concitoyens.

    Plan d’investissements dans la rénovation énergétique

    Je lancerai un plan massif d’investissements dans la rénovation énergétique des bâtiments. Il faut réduire notre consommation d’énergie et lutter contre la précarité énergétique. Ce plan comprendra trois priorités : La réhabilitation thermique des logements sociaux Un plan ambitieux d’accompagnement des initiatives menées par le secteur privé avec des aides renforcées et conditionnées au recours à des artisans labellisés (soutien de nos PME) ; Une protection des foyers en situation de précarité énergétique avec un véritable bouclier “énergie”

    Droit de mourir dans la dignité

    Je créerai le droit à une aide médicale pour mourir dans la dignité pour toutes les personnes atteintes d’une maladie incurable qui le demandent, au moment où elles le demandent. La dignité est un droit primordial qui doit être garanti tout au long de la vie, y compris dans les moments les plus difficiles.

    Lutte contre les déserts médicaux

    Je lutterai contre les déserts médicaux en retirant le conventionnement aux médecins qui s’installent en zone surdotée. Cette mesure n’entrave en rien la liberté d’installation du médecin, qui peut toujours choisir de s’y installer : il ne bénéficiera simplement plus du conventionnement. J’encouragerai le développement de maisons de santé pluridisciplinaires rassemblant des médecins libéraux, appuyés par une société de service pour les fonctions support.

    Grand plan national Sport et Santé

    Je rembourserai les activités sportives prescrites par un médecin. Je développerai l’accès au sport au travail, dans le privé et le public. J’encouragerai ainsi les comportements bénéfiques de nos concitoyens pour combattre les maladies chroniques.

    Prévention contre l’alcool et le tabac

    Je mettrai l’accent sur la prévention pour réduire la consommation d’alcool par un contrôle renforcé du respect de la réglementation dans les grandes surfaces pour les mineurs, mais aussi en facilitant la procédure pour les controles d’alcoolémie au volant. La réduction de la consommation de tabac sera mon deuxième objectif : pour cela, j’autoriserai aux policiers municipaux de contrôler le respect de la réglementation pour les mineurs.

    Légalisation du cannabis et prévention

    Je légaliserai le cannabis et j’encadrerai sa distribution. Il faut tuer les trafics à la source et protéger nos citoyens des pratiques des dealers. J’utiliserai les 568 millions d’euros annuels utilisés pour la répression à des fins de prévention et d’information sur les risques associés à cette consommation. Plus que jamais, la prévention doit être au coeur de notre politique de santé publique. Nous devons investir tous les relais possibles pour faire connaître à la population les risques associés à la consommation de drogues.

    Plus de centres d’accueil du planning familial

    Je rouvrirai des centres d’accueil du Planning Familial dans toute la France pour donner à chaque femme le droit effectif de s’informer et de disposer de son corps. Le planning familial offre un accompagnement complet pour l’IVG (réponse aux questions, possibilité d’accompagnement pour les mineurs…) et pourtant, les inégalités territoriales sont encore très fortes, notamment dans les milieux ruraux ou pour les jeunes qui ne peuvent pas se déplacer seuls.

    Création d’un service public de la petite enfance

    Je souhaite que les jeunes parents, et notamment les mères isolées, puissent bénéficier d’un service public de garde d’enfants en cas d’horaires décalés. Ce nouveau service public de la petite enfance permettra de mener de front, et de façon sereine sa vie parentale et sa vie active.

    L’Université au coeur de la méritocratie républicaine

    Je remettrai l’enseignement supérieur au coeur de l’ascension sociale. Le développement des universités sur les territoires doit être plus équilibré pour que chacune et chacun ait accès à un enseignement supérieur de qualité. Cela passe par une meilleure complémentarité et plus d’échanges entre universités de proximité et grandes universités de recherche métropolitaines. Je mettrai également en place une politique d’aide à la mobilité des étudiants, notamment en étoffant l’offre de logements universitaires.

    Un budget de 1% du PIB dédié à la culture

    Je porterai le budget consacré au développement et à la diffusion de l’art et de la culture à 1% du PIB. Je garantirai l’accès de tous et toutes à la culture dans nos territoires, pour que les moyens de la culture ne doivent plus être une variable d’ajustement. Émancipatrice et créatrice de lien social, la culture est essentielle à la République.



  • Candidat n°7

    PROTÉGER LES FRANÇAIS

    • Créer chaque année 1000 emplois supplémentaires de policiers et de gendarmes.

    • Agir sans relâche contre l’islamisme radical, le salafisme, l’influence des frères musulmans. Continuer à expulser les prêcheurs de haine, à dissoudre les associations extrémistes, à lutter pied à pied sur Internet et dans nos prisons contre la radicalisation, comme nous le faisons au travers des différents plans que le gouvernement a engagés depuis 2014.

    • Porter le budget de la Défense à 2% du PIB.

    RENOUVELER LE PACTE LAÏQUE

    • La montée des communautarismes, le racisme, l’antisémitisme, les actes antimusulmans, antichrétiens, les discriminations exigent un sursaut de tous.
    • Adosser une Charte de la laïcité à la Constitution.

    RENFORCER NOTRE MODÈLE SOCIAL ET DE SANTÉ

    • Ouvrir pour les indépendants, entrepreneurs, artisans des mêmes droits que les salariés.

    • Créer un revenu décent, issu de la fusion des minima sociaux existants, pour toutes les personnes de plus de 18 ans résidant régulièrement sur le territoire sous conditions de ressources

    • Améliorer l’accès aux soins en remboursant à 100%, c’est à dire sans ticket modérateur, un ensemble de soins de ville.

    • Intensifier la lutte contre les déserts médicaux.

    • Augmenter le nombre de médecins avec la suppression du numerus clausus dans les études médicales.

    • En finir avec les dépassements d’honoraire en secteur II conventionné.

    • Doubler le budget de la prévention santé.

    • Faire de la santé environnementale (pollution, particules fines, pesticides, perturbateurs endocriniens) une grande cause nationale.

    • Faire plus pour l’autonomie des personnes âgées et des personnes vivant avec un handicap.

    BÂTIR UNE NATION ÉDUCATIVE

    • Créer un service public d’accueil de la petite enfance.

    • Poursuivre les efforts de scolarisation des enfants de moins de trois ans.

    • Poursuivre le développement de l’éducation artistique et culturelle sur tout le territoire français.

    • Valoriser l’apprentissage et les métiers manuels.

    • Revaloriser le salaire et le statut de nos enseignants.

    • Mieux accompagner les enseignants qui commencent leurs carrières dans des établissements difficiles.

    • Investir un milliard d’euros par an dans nos universités.

    • Garantir le droit à une formation qualifiante tout au long de la vie.

    • Engager une politique ambitieuse de la langue française, patrimoine commun des Français, pour faire reculer l’illettrisme.

    DÉFENDRE L’ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

    • Ne tolérer aucune exclusion des femmes dans les lieux publics.

    • Mettre la question de l’égalité professionnelle entre femmes et hommes au cœur d’une conférence sociale entre pouvoirs publics et partenaires sociaux.

    • Diviser au moins par deux en cinq ans les inégalités d’accès à l’emploi, de carrières et de salaires, avec comme objectif la disparition totale des inégalités salariales en dix ans.

    • Doubler en cinq ans le nombre de femmes accédant aux carrières scientifiques et technologiques.

    • Partager le congé parental dans les couples.

    INSUFFLER UNE RENAISSANCE DÉMOCRATIQUE

    • Réduire le nombre de députés et de sénateurs, mais leur donner plus de moyens pour mieux exercer leurs fonctions essentielles de contrôle de l’exécutif et d’évaluation de la loi.

    • Limiter le cumul des fonctions et imposer un maximum de trois mandats consécutifs.

    • Limiter le recours au 49-3 aux lois budgétaires.

    • Permettre au public de consulter les projets de loi avant transmission officielle au Parlement (hors volet budgétaire des textes financiers et textes soumis à une urgence extrême).

    • Inventer une nouvelle répartition des rôles entre l’Etat et les collectivités avec la réforme de la fiscalité locale, la garantie de l’autonomie fiscale, la mise en œuvre d’un pouvoir réglementaire régional.

    POUR UNE REFONDATION DE L’EUROPE

    • Organiser avec l’Allemagne une conférence de refondation de l’Union européenne pour créer les conditions d’un consensus indispensable à la survie du projet européen : affirmer un modèle social européen, mieux maîtriser nos frontières et mieux défendre notre souveraineté et nos intérêts.

    • Recentrer l’Europe sur ses missions premières en limitant la prolifération des normes qui pèsent sur les PME, sur les agriculteurs et les collectivités, en simplifiant les contrôles qui découragent nos agriculteurs, nos chercheurs, nos entreprises.

    • Taxer lourdement les importations sur le marché intérieur ne respectant pas nos règles sociales et environnementales.

    • Proposer à nos amis allemands « un contrat de partenariat franco-allemand » qui formalisera pour la durée de nos législatures respectives nos engagements conjoints pour l’Europe et pour le monde. À ce titre, je proposerai à l’Allemagne que nos deux pays soient à l’initiative pour une « alliance euro-africaine ».

    • Si la Turquie est un grand pays, un partenaire essentiel de l’Europe, il faut cesser de lui mentir, lui dire clairement les choses. La Turquie ne doit pas et ne peut pas intégrer l’Union européenne

    INNOVER, ENTREPRENDRE, CRÉER DES EMPLOIS

    • Ouvrir un droit à la création d’entreprise, avec un accompagnement dédié et un prêt de l’Etat à taux zéro, sans remboursement les premières années pour aider nos entrepreneurs à se lancer.

    • Faire en sorte que chaque TPE-PME bénéficie à la fois des conseils et des appuis financiers nécessaires pour opérer sa propre modernisation numérique.

    • Réserver une part des marchés publics aux PME.

    • Tourner les efforts de l’Etat en priorité vers l’accompagnement de l’innovation dans les domaines susceptibles de répondre aux défis climatiques (technologies bas carbone, économie circulaire, etc).

    • Préserver les moyens de production de toute nouvelle taxation, et leur donner de la lisibilité en définissant au début du quinquennat et pour 5 ans les orientations générales des politiques fiscales conduites dans les domaines structurants pour les entreprises (logement, bénéfices, et énergie).

    • Bâtir une protection sociale universelle qui comble l’écart entre les travailleurs indépendants, artisans, commerçants et les salariés.

    • Mettre en place un comité de partenaires sociaux et d’acteurs économiques pour planifier la transition écologique et anticiper les transformations professionnelles qui l’accompagnent.

    • Mettre en place un droit à la qualification et à la reconversion professionnelle pour tous. Donner à chacun les moyens d’évoluer, de changer de métier, d’adapter ses compétences en permanence, grâce à la formation.

    REDONNER DU POUVOIR D’ACHAT

    • Poursuivre la baisse de l’impôt sur le revenu pour les classes moyennes et populaires.

    • Augmenter la prime d’activité (qui complète le salaire de ceux gagnant moins de 1 500 euros par mois).

    • Défiscaliser les heures supplémentaires, maintenant que nous avons retrouvé les marges de manœuvre budgétaires pour le faire.

    • Revaloriser les petites retraites et les retraites agricoles.

    RÉPONDRE À L’URGENCE CLIMATIQUE

    • Faire de la santé environnementale (pollution, particules fines, pesticides, perturbateurs endocriniens) une grande cause nationale.

    • Organiser une grande conférence environnementale dès l’automne 2017 pour fixer une feuille de route ambitieuse.

    • Orienter les soutiens publics à l’économie en priorité vers les technologies bas carbone et l’économie circulaire

    • Réunir les ministères de l’écologie, de l’industrie et de l’énergie dans un ministère unique afin de coordonner les efforts de la France dans ce domaine.

    • Continuer à développer les énergies renouvelables et faire de la France un leader européen dans ce domaine.

    • Taxer lourdement les importations sur le marché intérieur ne respectant pas nos règles environnementales.

    RÉDUIRE LES FRACTURES TERRITORIALES

    • Soutenir les économies locales.

    • Lutter contre la désertification commerciale des villes moyennes : accompagnement fiscal de la réhabilitation des logements anciens, valorisation touristique du patrimoine, accompagnement des implantations d’établissements publics.

    • Lutter contre les déserts médicaux, notamment par l’augmentation du nombre de médecins.

    • Poursuivre le déploiement de la fibre optique haut-débit.

    • Lutter contre les zones blanches, si besoin en contraignant les opérateurs de téléphonie à mutualiser leurs réseaux.

    LA RÉPUBLIQUE DES TERRITOIRES

    • Inventer une nouvelle répartition des rôles entre l’État et les collectivités : l’Etat assure le régalien et veille à l’égalité sur le territoire. Les collectivités territoriales doivent devenir des partenaires à part entière de l’Etat.

    • Faire que l’État passe des accords avec les collectivités avant toute disposition législative ou réglementaire qui s’imposerait à elles.

    • Réformer la fiscalité locale et revoir la relation financière Etat-collectivité.

    • Mettre en place un pouvoir réglementaire régional pour permettre aux collectivités d’adapter les politiques nationales aux attentes et exigences locales.

    POUR UNE EUROPE SOUVERAINE

    • Aller jusqu’au bout du travail engagé ces dernières années pour retrouver la pleine maîtrise de l’espace Schengen et des frontières extérieures (contrôles systématiques et obligatoires à l’entrée et à la sortie de l’espace Schengen, dispositif Passenger Name Record pour contrôler les déplacements aériens, agence européenne de garde-frontières, autorisation de voyage – ESTA européen, etc.).

    • Mettre en place, en complément des dispositifs nationaux existants, un outil européen de contrôle des investissements stratégiques, destiné à garantir la sécurité économique de l’UE. Tout investissement étranger sur le territoire de l’UE dans des domaines jugés stratégiques (sécurité, énergie, transports, agriculture, etc.) devra pouvoir être contrôlé.

    • Mettre en place un grand plan d’investissement public et privé avec priorité aux projets à portée européenne dans les deux secteurs aujourd’hui les plus porteurs de croissance et d’emploi : la transition énergétique et la révolution numérique (création d’un moteur de recherche européen ; numérisation des processus industriels ; développement du très haut débit dans les territoires ruraux).

    • Créer un livret d’épargne européen qui utiliserait l’épargne européenne abondante des ménages en l’orientant vers le financement des entreprises et industries innovantes.

    • Proposer l’idée d’un salaire minimum européen.

    • Taxer l’activité des multinationales du numérique là où leur chiffre d’affaires est réalisé.

    L’AFRIQUE : UNE NOUVELLE FRONTIÈRE POUR LA FRANCE ET POUR L’EUROPE

    • Proposer à l’Union européenne dès le sommet Afrique/Europe de l’automne 2017 un grand dessein euro-africain, notamment, pour la jeunesse de nos deux continents, avec un « Erasmus » pour les étudiants européens et africains.

    REDONNER TOUTE SA FORCE À LA LOI : UNE JUSTICE PLUS EFFICACE

    • Supprimer la Cour de Justice de la République.

    • Créer en cinq ans 1000 postes de magistrats et 1500 de greffiers.

    • Créer 10 000 places de prison supplémentaires.

    • Réformer l’organisation de la justice pour rendre un meilleur service à tous les Français, où qu’ils se trouvent.

    BÂTIR UN ISLAM ENRACINÉ DANS LA RÉPUBLIQUE

    • Ouvrir le Conseil français du culte musulman à la diversité de l’islam et aux nouvelles générations.

    • Libérer le financement de l’islam de France des influences étrangères.

    • Permettre aux futurs imams d’avoir dans les universités un accès gratuit à un enseignement sur le droit des cultes, les institutions nationales et locales de la France, la laïcité.

    FAVORISER L’ENGAGEMENT : LE SERVICE CIVIQUE OBLIGATOIRE

    • Créer un service civique obligatoire de six mois pour les jeunes femmes et hommes.

    LA CULTURE, CIMENT DE NOTRE COHÉSION, SOCLE DE L’ÉMANCIPATION

    • Défendre notre patrimoine, redonner des moyens à nos politiques patrimoniales, notamment pour les villes moyennes qui n’ont plus les moyens de valoriser ce qui a fait leur histoire.

    • Relancer une politique de grands travaux culturels, notamment dans nos régions.

    • Mener une politique ambitieuse pour la maîtrise de la langue française.

    LUTTER CONTRE LES DISCRIMINATIONS

    • Respecter la diversité dans les nominations de l’État.

    • Généraliser la méthode du testing pour que les entreprises s’engagent, pour qu’elles définissent les outils qui leur permettront de faire primer la compétence, pour sanctionner celles qui se dérobent.

    • Renforcer les dispositifs qui ouvrent le marché de l’emploi. Ce chantier doit être mené avec les entreprises et les organisations syndicales.

    UN PRÉSIDENT QUI EXERCE LE POUVOIR

    • Faire du président de la République celui qui assume d’ouvrir certains débats qui traversent et parfois fracturent notre société. Je pense notamment aux grands enjeux bioéthiques qui restent devant nous, autour de la question de la PMA, mais aussi aux débats profonds qui demeurent autour du droit à mourir dans la dignité.

    • Entendre et respecter chacun, et que chacun en soit convaincu, même si au terme du débat c’est à la représentation nationale qu’il appartiendra de fixer la règle démocratique qui s’imposera à tous. Elle pourra s’appuyer sur de nouvelles manières d’associer les citoyens, à l’image des consultations citoyennes que nous avons organisées pour préparer certaines lois depuis cinq ans.

    • Continuer à consolider l’indépendance de l’autorité judiciaire, et veiller à ce que le Parlement puisse légiférer souverainement et efficacement. Chacun des pouvoirs et autorités constitutionnelles doivent s’exercer dans la plénitude de leurs prérogatives.

    • Redonner à chacun et à la France sa dignité, sa capacité à tracer sa route, son optimisme. Redonner l’envie, le plaisir, la fierté de dire : nous sommes la France.

    POUR UN PARLEMENT DU NON-CUMUL

    • Réduire le nombre de députés et de sénateurs, mais leur donner plus de moyens pour mieux exercer leurs fonctions essentielles de contrôle de l’exécutif et d’évaluation de la loi.

    • Limiter le cumul des fonctions et imposer un maximum de trois mandats consécutifs.

    • Renforcer le statut des élus, notamment des élus locaux – dont on oublie trop souvent que beaucoup sont bénévoles et qu’ils ne comptent ni leur temps, ni les efforts qu’ils consacrent à faire progresser l’intérêt général.

    • Ouvrir l’accès aux responsabilités politiques en facilitant l’engagement des personnes issues du privé, et en aidant les élus à se reconvertir lorsqu’ils cessent de servir la Nation.

    • Responsabiliser tous les acteurs de la société : que ceux qui veulent agir aient les moyens de leurs ambitions, mais que ceux qui se désolidarisent du sort de leurs concitoyens soient davantage appelés à rendre des comptes. Cela vaut dans les entreprises comme pour ceux qui servent l’intérêt général.

    • Faire en sorte que les dirigeants personnellement responsables des gestions critiquées par la Cour des comptes soient systématiquement entendus par les commissions compétentes du Parlement.

    DÉVERROUILLER « L’ACCÈS À L’ÉLITE »

    • Faire en sorte que ceux qui assurent un service civique ou participent à la réserve citoyenne puissent bénéficier de dispenses du niveau de diplôme pour passer des concours administratifs en lien avec leur engagement.

    • Faciliter le passage dans la haute fonction publique par des recrutements sur contrat.

    • Refonder l’ENA, ouvrir davantage les carrières administratives aux diplômés des universités.

    FAIRE RESPECTER UN PRINCIPE DE RESPONSABILITÉ INTRANSIGEANT, RÉTABLIR UNE VRAIE CULTURE DU SERVICE PUBLIC

    • Instaurer la règle que tout fonctionnaire allant dans le privé démissionne au bout de cinq ans.

    • Faciliter l’entrée dans la fonction publique des personnes ayant une expérience dans le privé.

    • Lier l’évolution des carrières à la réussite ou à l’échec des fonctions passées. Cela suppose de généraliser des instruments de mesure des performances et de veiller à ce que les dirigeants assument leur responsabilité personnelle.

    • Approfondir la culture de la responsabilité dans les services publics en généralisant la notation par les usagers et en contrepartie valoriser davantage toutes les formes de service à la collectivité.

    • Instaurer des obligations de formation permanente pour tous les hauts fonctionnaires au fil de leur carrière afin de s’assurer que leurs compétences évoluent bien en fonction des missions qui leurs sont confiées.

    • Renforcer les bourses au mérite et l’allocation pour la diversité dans la fonction publique.

    AGRICULTURE, FORÊT : VALORISER L’AGRO-ÉCOLOGIE

    • Conduire des négociations sur la PAC 2020 que je veux plus régulatrice, transformée en une politique de l’alimentation de qualité tournée vers le double respect des travailleurs du secteur agricole et des consommateurs.

    • Continuer à réunir toutes les parties prenantes : grande distribution, banques, organisations professionnelles, pour ne jamais laisser les agriculteurs seuls face à des difficultés structurelles.

    • Engager une initiative européenne sur la question de la concurrence dans le secteur alimentaire pour ne pas laisser les producteurs en état de soumission constante aux acteurs de la distribution.

    • Reconnaître toutes les agricultures et promouvoir un modèle répondant aux nouveaux impératifs de santé environnementale.

    • Accentuer les efforts faits depuis cinq ans pour la filière bois-forêt

    • Valoriser le secteur de la forêt dans dans la transition énergétique.

    LE COMBAT POUR LA COMPÉTITIVITÉ INDUSTRIELLE

    • Faire en sorte que le Parlement définisse, une fois pour toutes, en début de quinquennat, les orientations générales des politiques fiscales qui seront conduites dans certains domaines structurants pour les acteurs économiques, dont la fiscalité de l’épargne, celle du logement, celle des bénéfices et celle de l’énergie. Seules les réformes prévues et annoncées dans ce cadre seront ensuite mises en œuvre. Cette visibilité des règles donnera aux investisseurs, particuliers et entreprises, la confiance dont ils ont besoin pour conduire sereinement leurs opérations.

    • Offrir un soutien puissant à la recherche privée. Le crédit d’impôt recherche a déjà été amélioré. Nous avons également créé le crédit d’impôt innovation pour les PME. Je souhaite que le recours à ces dispositifs soit simplifié et que les entreprises puissent faire appel à des certificateurs agréés pour l’éligibilité des projets.

    • Encourager le développement des relations entre la recherche publique et la recherche privée, notamment par le renforcement des outils de transfert de technologie

    FAIRE DU NUMÉRIQUE UNE CHANCE POUR LA FRANCE

    • Faire en sorte que chaque TPE-PME puisse bénéficier d’un accompagnement et d’un appui financier pour opérer sa modernisation numérique, que cela se traduise par de nouveaux systèmes d’information, par le développement d’un site Internet ou d’une stratégie d’export par le web ouvrant de nouvelles parts de marché.

    • Faciliter le recrutement de chauffeurs français par les plateformes offrant des engagements de loyauté et les meilleures conditions de travail plutôt que simplement les prix les plus attractifs.

    • Offrir un soutien puissant à la recherche privée. Le crédit d’impôt recherche a déjà été amélioré. Nous avons également créé le crédit d’impôt innovation pour les PME. Je souhaite que le recours à ces dispositifs soit simplifié.

    • Encourager le développement des relations entre la recherche publique et la recherche privée.

    CONSOLIDER NOTRE DÉMOCRATIE SOCIALE, POUR DE NOUVELLES PROTECTIONS

    • Poursuivre la démarche engagée depuis 2012 pour renforcer la place des accords de branche et d’entreprise, tout en maintenant un cadre protecteur fixé par la loi.

    • Renforcer les syndicats en proposant notamment aux partenaires sociaux la généralisation du chèque syndical.

    • Lutter contre les méthodes de management déshumanisantes et irrespectueuses des travailleurs.

    • Protéger la santé des travailleurs et compenser la pénibilité comme nous avons commencé de le faire avec le « compte pénibilité ».

    • En appeler à la responsabilité des chefs d’entreprise. Si la quasi-totalité travaille dur pour faire croître leur activité et créer des emplois, le comportement d’une infime minorité qui s’arroge des rémunérations indécentes, même lorsque les performances ne sont pas au rendez-vous, n’est plus tolérable.

    • Faire en sorte que, pour la rémunération des dirigeants, les votes du conseil d’administration ne puissent se faire qu’à une majorité des deux tiers, si les administrateurs salariés jugent les rémunérations proposées excessives.

    LE REVENU DÉCENT : BASE D’UNE PROTECTION SOCIALE REFONDÉE

    • Créer un revenu décent issu de la fusion de minimas sociaux qui sera attribué, sous conditions de ressources, à toute personne âgée de plus de 18 ans résidant régulièrement sur le territoire national. L’accès devra être aussi simple et légitime que de bénéficier d’allocations familiales lorsqu’on a des enfants ou du remboursement de ses soins lorsqu’on est malade.

    • Garantir le droit de chacun d’accéder à la formation en faisant en sorte que toute personne qui a le besoin immédiat d’une qualification (jeune sans diplôme, chômeur qui doit se reconvertir) puisse le faire (avec des heures inscrites sur le Compte personnel d’activité immédiatement). Toute personne n’entrant pas dans ces catégories doit pouvoir accéder à une nouvelle qualification une fois tous les dix ans, à commencer par les moins qualifiés.

    • Faire que tous les Français bénéficient de la même protection sociale de base. Aligner la protection sociale des travailleurs indépendants sur celle des salariés.

    LES SERVICES PUBLICS, DES INSTRUMENTS ESSENTIELS DE LA PROTECTION SOCIALE

    • Créer un service public d’accueil de la petite enfance.

    • Réinvestir dans les services publics au sein des territoires les plus fragiles.

    • Poursuivre l’adaptation de notre société à la dépendance et soutenir les aidants, notamment familiaux.

    L’ACCÈS AU LOGEMENT, SUR TOUT LE TERRITOIRE, UN COMBAT À POURSUIVRE

    • Imposer aux élus locaux la construction de logements sociaux sur leur territoire dès lors qu’ils n’auront pas tenu les objectifs.

    • Renouveler le partenariat avec l’habitat social pour lui donner les moyens de réaliser la rénovation énergétique des logements.

    UN OBJECTIF POUR LES OUTRE-MER : L’ÉGALITÉ RÉELLE

    • Mettre en place un Fonds d’intervention en faveur de l’égalité réelle outre-mer doté d’un milliard d’euros sur cinq ans. Il financera une politique d’investissements dans trois secteurs essentiels : l’éducation et la lutte contre l’illettrisme, la gestion de l’eau et la santé.

    • Soutenir les filières agricoles d’excellence ainsi que la pêche.

    • Simplifier radicalement la défiscalisation pour soutenir les entreprises et en particulier les PME.

    • Donner davantage de pouvoirs aux collectivités ultra-marines et les associer davantage dans la diplomatie de notre pays.

    • Poursuivre la nomination de personnalités issues de ces territoires à des postes de responsabilité et favoriser le retour des originaires.

    • Faire des Outre-mer des territoires pilotes en matière d’énergie renouvelable et d’économie circulaire.

    • Continuer la convergence des prestations sociales.

    • Mettre en place une nouvelle politique de continuité territoriale, rénovée et innovante, conçue avec les territoires.



  • Mais, pourquoi? :cry:



  • Pourquoi pas :blase:



  • Non mais c’est important, on parle quand même d’un ticket pour la cinquième place à la présidentielle hein.


  • Team

    Très bonne idée de topic, félicitations @Carchapeau-Pointu.



  • Merci c’est gentil de me faire l’aumone. :lecid:



  • Je me suis arrêté pour le moment au candidat 4, rien ne me plaît à 100% je dirais que le 4 fait un peu moins farfelu.

    Et je le rend compte que la démocratie “participative” me fait dresser les poids :tatane:



  • Un participant :wiiii:

    Sinon je pense en fait que les post sont trop long et font peur, c’est ça le problème et c’est pour ça que personne ne le fait.
    C’est marrant on a tous une opinion à base de BFMTV et des petites phrases mais dés qu’il faut lire les programmes des gars y’a plus personne. Je trouve que c’est pas étonnant qu’on soit ou on en est dans le ce pays en fait. :sleep:



  • Oui les posts sont un peu long :blushing:
    Pour le moment j’ai voter négativement pour les 4 premiers car ça ne me plaît pas à 100% par contre ça pourrait être intéressant de mixer un ou deux programmes :hum:



  • @Carchapeau-Pointu a dit dans Les primaires du PS à l'aveugle :

    Un participant :wiiii:

    Sinon je pense en fait que les post sont trop long et font peur, c’est ça le problème et c’est pour ça que personne ne le fait.
    C’est marrant on a tous une opinion à base de BFMTV et des petites phrases mais dés qu’il faut lire les programmes des gars y’a plus personne. Je trouve que c’est pas étonnant qu’on soit ou on en est dans le ce pays en fait. :sleep:

    ah mais mon opinion pour ma part est comme pour ce topic.
    Je ne voterai pas à la primaire et je voterai blanc aux présidentielles.



  • @Albedo a dit dans Les primaires du PS à l'aveugle :

    @Carchapeau-Pointu a dit dans Les primaires du PS à l'aveugle :

    Un participant :wiiii:

    Sinon je pense en fait que les post sont trop long et font peur, c’est ça le problème et c’est pour ça que personne ne le fait.
    C’est marrant on a tous une opinion à base de BFMTV et des petites phrases mais dés qu’il faut lire les programmes des gars y’a plus personne. Je trouve que c’est pas étonnant qu’on soit ou on en est dans le ce pays en fait. :sleep:

    ah mais mon opinion pour ma part est comme pour ce topic.
    Je ne voterai pas à la primaire et je voterai blanc aux présidentielles.

    Je le comprends, si l’éléction avait lieu aujourd’hui il est probable que j fasse pareil.



  • Très bonne idée ce topic, même si effectivement ça prend du temps de lire chaque programme.
    Est-ce que créer un topic par programme n’allégerait pas la lecture?



  • Il faut les lire en accéléré en fait.

    Méthode @FionSuperstar :tagada:



Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.