C'est quoi l'amour ?



  • Bon, tout à l’heure j’ai créé “C’est quoi l’amitié ?”, alors allons-y maintenant avec : “C’est quoi l’amour ?”

    Vous pourrez noter que je n’ai pas créé ces topics en “philosophie”, “arts”, où je ne sais quoi d’autre de prise de tête, mais simplement en “topikalakon” car, je vous l’accorde, ce sont vraiment des questions à la con ! :-)

    Donc :

    C’est quoi l’amour ? Y-a-t-il plusieurs formes d’amour, l’amour “amoureux”, l’amour maternel, l’amour filial, etc, etc…

    Tous ces sentiments sont ils tout à fait… Naturels ?

    Bref, que des questions à la con ! :lol:

    Même conclusion qu’avec le précédent sujet : Ramassage des copies à la fin du topic. :cesara:



  • L’amour c’est penser à l’autre tout le temps. C’est voir ses défauts physiques et ce dire “c’est pas grave” voire même “je les adore”.
    C’est se sentir en vie quand il est là, c’est être sur un nuage quand on lui parle, c’est se sentir vide quand “il décroche pas un mot”.
    C’est se sentir heureux pour lui quand un truc bien lui arrive, c’est avoir envie de baffer tous les gens qui diraient du mal de lui.

    Mais de préférence il faut que ça soit dans les deux sens sinon ça sert à rien d’autre que d’être malheureux.



  • Je commence pour ma part avec un exemple ! :moumoutesaute:

    À noël dernier, chez mon frère, ma belle sœur se confiant (un peu pompette, sinon elle est une tombe) :

    Elle parle de sa deuxième maternité. Elle dit : “J’ai beaucoup hésité, je me disais que plus jamais je ne pourrais aimer autant qu’avec la naissance de… (La première maternité)”

    Cette considération m’a stupéfait, glacé, et en même temps illuminé de considérations parfaitement négatives sur la profondeur des sentiments humains ! :cesara:

    Je me suis dit : En fait elle ne parle pas d’amour des mômes, mais d’amour d’elle même. Elle a aimé se voir en mère aimante, elle a aimé se construire ce rôle que toute notre littérature (et ma belle sœur lit deux livres par semaine !), toute notre culture proclament comme sublime ; l’amour maternel, mon Dieu quoi de plus beau ! :lecid: Elle a tellement aimé jouer ce rôle magnifique avec son premier enfant qu’elle se trouvait complètement démunie pour le renouveler avec le deuxième.

    C’est horrible de penser une chose pareille ? Oui, mais je l’ai pensé :mrgreen:

    Et je me suis dit : L’amour maternel, c’est 10 à 20 % de sentiments “réels”, et 80 % de constructions idéologiques, sociologiques, culturelles, littéraires et artistiques !

    Voilà, voilà…

    Horrible ce que j’écris, n’est ce pas ?

    Alors, allez y, déglinguez mon propos et faites vivre le topic ! :cesara:



  • Non moi quand j’aime, j’aime à 100% même au risque d’accepter une relation toxique.
    Quand je me lasse de ne pas avoir un retour 100% de l’amour, ben mon taux descend à 50%, et c’est là que je me fait plaquer.



  • Nous sommes tellement conditionnés par l’idée d’aimer. Depuis notre plus tendre enfance, il faut aimer. Comme on nous le montre dans les contes de fée, comme on nous le montre dans les romans, comme on nous le montre dans les films, et même comme on nous le montre dans les religions. Sorti de l’amour, celui qu’on nous montre, aucune vie épanouie n’est possible…

    Tout cela est-il… parfaitement naturel ?


  • Team

    L’amour ? C’est ce qui bouge le cul des Andalouses . :nerdz:

    ps: oui, j’ai honte. :prude:



  • @Braid Et la réponse en version anglaise : Baby don’t hurt me, don’t hurt me no more.



  • @Braid Mais c’est exactement dans le thème du topic ! :cesara:



  • @Britten a dit dans C'est quoi l'amour ? :

    Tout cela est-il… parfaitement naturel ?

    Pour moi oui. J’aime sans me forcer.


  • Admin

    La biologie a déjà répondu à la question il me semble. En gros c’est une histoire de glandes endocrines. :sleep:



  • @Anar Oui mais, est-ce que ce sont les hormones qui permettent un sentiment amoureux ou est-ce que c’est le sentiment amoureux qui active le cerveau ?


  • Admin

    @Chibi Je n’en sais trop rien à vrai dire mais apparemment ce déluge hormonal prendrait fin au bout d’environ trois ans si je me rappelle bien et la culture, les habitudes, la facilité et sans doute d’autres raisons feraient le reste.



  • @Anar oui c’est ça, environ 3 ans. La raison plus optimiste, c’est l’attachement (encore que, par attachement, on peut entendre plein de choses).


  • Admin

    @Chibi C’est une belle raison. 0_1472679646988_happy.gif



  • Cela étant, je pense que l’attachement est un sentiment beaucoup plus “naturel” que l’amour qui, lui, est codifié, corseté par 2000 ans de culture, de discours, d’idéologie. L’attachement est beaucoup plus paisible que l’amour, moins contraignant, plus respectueux de la liberté de chacun, plus agréable à vivre sur le long terme, plus “fiable” au final.



  • @Britten alors ça va, il n’y a que trois mauvaises années à passer ;)

    Cela étant dit (= vieille), c’est l’imago de l’amour qui me semble codifié, plutôt que le sentiment en lui-même, avec toutes les modifications physiologiques qu’il inclue.



  • @Britten a dit dans C'est quoi l'amour ? :

    Je commence pour ma part avec un exemple ! :moumoutesaute:

    À noël dernier, chez mon frère, ma belle sœur se confiant (un peu pompette, sinon elle est une tombe) :

    Elle parle de sa deuxième maternité. Elle dit : “J’ai beaucoup hésité, je me disais que plus jamais je ne pourrais aimer autant qu’avec la naissance de… (La première maternité)”

    Cette considération m’a stupéfait, glacé, et en même temps illuminé de considérations parfaitement négatives sur la profondeur des sentiments humains ! :cesara:

    Je me suis dit : En fait elle ne parle pas d’amour des mômes, mais d’amour d’elle même. Elle a aimé se voir en mère aimante, elle a aimé se construire ce rôle que toute notre littérature (et ma belle sœur lit deux livres par semaine !), toute notre culture proclament comme sublime ; l’amour maternel, mon Dieu quoi de plus beau ! :lecid: Elle a tellement aimé jouer ce rôle magnifique avec son premier enfant qu’elle se trouvait complètement démunie pour le renouveler avec le deuxième.

    C’est horrible de penser une chose pareille ? Oui, mais je l’ai pensé :mrgreen:

    Et je me suis dit : L’amour maternel, c’est 10 à 20 % de sentiments “réels”, et 80 % de constructions idéologiques, sociologiques, culturelles, littéraires et artistiques !

    Voilà, voilà…

    Horrible ce que j’écris, n’est ce pas ?

    Alors, allez y, déglinguez mon propos et faites vivre le topic ! :cesara:

    Ce que tu écris n’est pas horrible, mais tu n’as peut être rien compris à ce qu’elle ressentait.
    Je pense exactement comme elle, j’ai peur en ayant un deuxièmeenfant de ne pas l’aimer autant que le premier.
    C’est totalement stupide mais cette peur est bien présente.
    L’amour maternel peut être inconditionnel et étouffant, et tu as l’impression que l’amour que tu portes est tellement fort qu’il prend toute la place et qu’il y en aura plus assez pour d’autres. Tu as du mal à imaginer pouvoir avoir autant d’amour pour une deuxième personne.

    Et tu as raison elle ne parle pas d’amour des mômes mais de SON ou de SES mômes, ce qui est totalement différent.
    L’amour maternel est pas obligatoire mais c’est pas non plus quelque chose qui est dicté par la société, ça te prend réellement aux tripes , c’est irrationnel et incontrôlable, c’est un instinct.
    Certaines ne le ressentent jamais, elles passent au travers.

    J’aime mon mari d’une façon beaucoup plus facilement explicable que j’aime mon fils.



  • @ptitbordel Merci pour ton message qui est très clair et qui explique bien la complexité des sentiments dont tu parles. :cesara:



  • L’amour c’est une bonne levrette et une fessee !

    Si vous me cherchez je suis déjà dehors ===>



  • @CrazyApo C’est une façon de voir les choses ! :lol:


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.