Les questions métaphysiques à la con [QMALC]



  • :sleep: En voici une :


    " J’étais en train de chasser une mouche énervante et sitôt que j’approchais le torchon pour l’occire, c’est comme si elle avait deviné un mauvais coup, elle changeait de direction aussi sec pour ne pas être en ligne de mire de son bourreau en tissu.

    C’est alors que je suis entré dans des considérations bizarres mais néanmoins métaphysiques sur la vie et l’œuvre d’une mouche telles que :

    Si la mouche acculée tente désespérément de s’enfuir, c’est par instinct de survie, comme tout autre animal le ferait devant un torchon assassin. Mais pourquoi veut-elle survivre, dans quel but à part pour voler, bouffer des trucs sales souvent, s’accoupler, pondre… et au final se reproduire ? Il y a forcément autre chose ?

    À ce stade de ma réflexion, je me suis demandé quels peuvent bien être les autres accomplissements dans la courte vie d’une mouche (à part ceux cités au-dessus) en comparaison avec les humains qui bâtissent, entreprennent, inventent et créent, transmettent du savoir et tout un tas d’autres choses utiles ou créatives que nous connaissons bien. Et pour les plus doués qui laissent une œuvre qui leur suvivra sur terre une fois passés dans l’au-delà.

    Hors, rien de tout cela chez la mouche. La mouche n’accomplit rien, ne laisse rien après elle que des chiures et d’autres mouches encore et encore… Cela vaut pour la plupart des animaux certes, mais nombreux sont ceux qui participent à l’équilibre de notre écosystème, sont comestibles, sont de bonne compagnie ou fascinants à observer.

    Mais la mouche, rien ! Elle est laide, elle est agaçante à tournicoter en bourdonnant, elle se pose sur les crottes puis sur notre visage. La mouche ne participe à rien et ne crée rien de sa vie. Et dire que nous avons je ne sais plus combien d’ADN commun avec la mouche, il y a un truc qui déconne là.

    Bref, la mouche n’existe que pour nous pourrir la nôtre ! À bas les mouches."

    Plaf ! je l’ai eu cette sale conne là !

    (je déclare être sain de corps et d’esprit, n’avoir ni bu ni fumé).


    A vos QMALC !



  • Le sens de la vie pour toutes les créatures de notre planète n’est pas intellectuel : le sens de la vie c’est de perpétuer la vie. Tout ce que fait l’homme (bâtir, entreprendre, inventer, créer, transmettre) c’est parce qu’on intellectualise un instinct animal, mais au fond on est mu uniquement par l’instinct de reproduction et de préservation de la vie. Pour la mouche, dépourvue de la capacité d’intellectualiser les choses, il ne reste plus que l’instinct de survie.
    Conclusion : faut arrêter de croire que l’homme est noble et les animaux stupides, on est tous dans le même bateau (et nous en plus on a une tare, notre capacité de réflexion nous permet d’être malheureux).



  • J’aime bien la parenthèse finale !



  • @aurel T’es pas d’accord avec le reste ?



  • Arrêtez j’ai mal à la tête…0_1469987361797_x5g2ykpe.gif



  • Faut que j’y réfléchisse. Je ne sais pas métaphysiquer à la con en 1 minute. Ça doit mûrir.


  • Team

    C’est un TALK qui va virer en topic intéressant, on aura tout vu.



  • Bah j’espère bien. C’est pas parce que je mets tout “à la con” d’emblée qu’il ne peut pas sortir de divines paroles métaphysiques.

    C’est souvent comme ça le processus créatif, ça part de trucs anodins qui se transforment parfois en perles (parfois en pire aussi, mais il faut accepter les scories).

    P.S. : penser à inviter Jean-Claude Van Damme.


  • Team

    On peut peut-être renommer ce topic “Le topic JCVD” non ?

    Dafuq, j’avais pas vu ton edit. :kissing_cat:



  • Justement, je venais d’ajouter un P.S. en rapport.

    [réglé]

    Sinon, je laisse le titre tel quel pour l’instant.



  • “Une mouche elle a pas de spirit”



  • @aurel a dit dans Les questions métaphysiques à la con [QMALC] :

    “Une mouche elle a pas de spirit (”

    :rolleyes: Ok je me mets au niveau : pouêt.



  • @aurel

    Avant de taper comme un dingue sur cette pauvre bébette avec ta tapette, dis toi qu’elle t’a peut-être empêché d’attraper la peste ou encore pire :ahah: cette horrible chose qui fait caca partout est vachement utile :cesara:

    La mouche participe activement à la pollinisation en général, mais pas seulement. C’est la reine du recyclage, elle participe activement à la dégradation des matières en décomposition, que ce soit organiques ou végétales. Cela évite par exemple bon nombres d’épidémies et favorise une bonne biodiversité.

    Que ce soit dans nos jardins ou en pleine nature, la mouche a un rôle important pour le bon fonctionnement de notre écosystème.

    Je crois qu’on ne peut pas en dire autant.:blase:



  • ... Je ne savais pas, c’est pour ça que je me demandais toutes ces choses.



  • Par contre j’ai une mignonne coccinelle qui me rend visite tous les soirs.

    Elle se promène tranquillement sur mon écran sans me faire chier, du coup je la laisse vivre sa vie. Mais parfois, j’ai tendance à cliquer dessus en croyant que c’est une icône. Elle a peut-être pas de spirit elle aussi, mais elle est belle et elle mange les vilains pucerons qui niquent les plantes (d’ailleurs l’agriculture bio se remet aux coccinelles pour éviter les insecticides, ça prend plus de temps mais c’est propre et naturel).


  • Admin

    La réponse d’@Eleha me fait penser à une question que je me suis posé il y a quelques jours à propos des bébêtes aussi et qui trouve complètement sa place dans ce topic. En ce moment c’est l’époque de la nidification, de la ponte, de la chasse pour nourrir les petits et de leur éducation pour qu’ils deviennent autonomes. Selon les espèces tout cela ne se fait pas de la même façon. J’entends pas là que chez certaines c’est en couple qu’ils s’occupent de leur descendance, chez d’autres il n’y a que la femelle (pour les oiseaux je n’en sais rien mais on peut élargir ma questions à l’ensemble des animaux), chez d’autres elles pondent carrément leurs œufs dans le nid d’une autre espèce (ex le coucou), il y a aussi le cas où c’est une meute qui élève tous les petits.
    J’en arrive donc à ma question, comment tout cela s’est-il mis en place, parce qu’au départ, avant que ça soit le dawa complet sur cette planète, il apparait que naturellement les femelles s’occupaient de leurs petits tandis que le mâle retournait siroter des bières avec ses potes après avoir tiré son coup. Comment tous ces comportements différents se sont-ils mis en place. J’imagine qu’élever des oisillons à deux leur assurent une plus grande probabilité de survie, et par là donc assure une perpétuation de l’espèce plus efficace. Mais comment le siroteur de bière s’est dit un jour : il faut que j’aide la belle à nourrir et élever les petits ça sera quand même vachement moins fatiguant et d’autant plus simple pour elle si je m’attèle à la tâche.
    Voilà, c’était ma question métaphysique à la con, sur ce je file m’ouvrir une canette.



  • Ah ça, j’ignore quand et pourquoi certains couples de z’animos se sont dit un jour “Hey, et si on pensait au partage de la garde pour les petits ?”.

    Je pense aux manchots empereur sur la banquise. Quand l’heure est venue pour la femelle d’aller becqueter en mer, elle transfère l’œuf qui est dans sa poche à celle du mâle (vite fait pour pas qu’il gèle) et hop c’est lui qui en a la garde alternée. Et quand elle revient avec de la graille plein le bide, le petit est né et elle lui vomit dans le bec.


  • Admin

    Le comportement des manchots est un très bon exemple. Comment un truc aussi tordu a-t-il pu se mettre en place ?



  • Je ne sais pas, je n’y étais pas à l’époque mais je vais me renseigner. Sinon, c’est complexe la nature si t’avais pas remarqué.

    Et chez les éléphants, t’as vu comment c’est tout le troupeau de femelles qui protège un petit (en plus de sa mère) ? C’est carrément du collectif.



  • Et puis il y a des espèces où la mère meurt après la ponte (la pieuvre) et le père ça fait longtemps qu’il est parti boire de l’encre ailleurs. Du coup, les petits pieuvres doivent se démerder seuls et il n’y a pas de transmission de savoir (et pourtant, le pieuvre est loin d’être conne une fois adulte). Encore un exemple mystère…

    Pareil pour les tortues d’ailleurs, sauf que la mère n’est pas morte mais repartie loin en mer après avoir pondu sur la plage.

    (par transmission de savoir, j’entends les trucs de base comme apprendre à chasser, à trouver un abri et toutes ces choses. Pas apprendre à lire et écrire ou ouvrir une huître avec un couteau).


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.