L’individualisme



  • Capture d’écran 2019-11-14 à 01.42.41.png

    Capture d’écran 2019-11-14 à 01.46.52 copie.png

    L’individualisme est une conception philosophique, politique, sociale et morale qui tend à privilégier les droits, les intérêts et la valeur de l’individu par rapport à ceux du groupe. Il prône l’autonomie individuelle face aux diverses institutions sociales et politiques (la famille, le clan, la corporation, la caste…) qui exercent sur lui de multiples pressions.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Individualisme

    Et ses paradoxes…



  • Y’a beaucoup d’individualisme dans la société d’aujourd’hui



  • Ceci est un truisme. Mais encore ?



  • :sleep: Allez, une première piste pour faire avancer le schmilblick individualiste auto-bloquant. D’autres suivront si Toutatis & Belenos le veulent…

    Les selfies > https://www.google.fr/search?q=selfies&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=2ahUKEwjI6bKnlvDlAhWy3eAKHY_hAxcQ_AUoAXoECBIQAw&biw=1129&bih=870

    Et autres lncontournables “pour moi” et “moi je perso” [redondance individualiste compte triple] en amorce de posts sur les rezosociaux suivi de déblatérations en auto-affirmation de soi et postures d’assurance face au regard électronique des autres sans lesquels…



  • Aaaah sujet qui m’intéresse grave car je suis quelqu’un d’individualiste, plutôt au sens psychologique que sociétal, bien que…

    Par exemple quand j’entends les gens râler : avant il y avait plus d’entraide, tout le village se connaissait et se réunissait tout le temps et chacun aidait l’autre à faire son travail
    Maintenant c’est chacun son appart et personne ne s’intéresse à l’autre

    Ben moi je préfère comme ça, juste une question de trait de caractère, je déteste la vie en collectivité



  • Moi aussi je suis individuel je pense pas que c’est un gros problème.



  • @Ratonhnhakéton je suppose que les prêtres font quand même plus attention maintenant :hum:



  • @MrsRakoon a dit dans L’individualisme :

    Aaaah sujet qui m’intéresse grave car je suis quelqu’un d’individualiste, plutôt au sens psychologique que sociétal, bien que…

    Par exemple quand j’entends les gens râler : avant il y avait plus d’entraide, tout le village se connaissait et se réunissait tout le temps et chacun aidait l’autre à faire son travail
    Maintenant c’est chacun son appart et personne ne s’intéresse à l’autre

    Tout dépend.

    Je sais que beaucoup, au sein des grandes villes notamment, parviennent à retrouver au sein de leur copropriété un esprit de collectivité qu’il ne retrouve pas à l’échelle de leur quartier. Ça s’observe particulièrement lors de certaines assemblées générales de propriétaires.

    Après en ce qui concerne les locataires, c’est une autre histoire.



  • Dans ce monde individualiste, le devenir soit même est peut être la meilleure manière de se protéger, quitte à accentuer le phénomène.



  • @MrsRakoon a dit dans L’individualisme :

    Aaaah sujet qui m’intéresse grave car je suis quelqu’un d’individualiste, plutôt au sens psychologique que sociétal, bien que…

    Par exemple quand j’entends les gens râler : avant il y avait plus d’entraide, tout le village se connaissait et se réunissait tout le temps et chacun aidait l’autre à faire son travail
    Maintenant c’est chacun son appart et personne ne s’intéresse à l’autre

    Ben moi je préfère comme ça, juste une question de trait de caractère, je déteste la vie en collectivité

    J’ai pas la réponse mais je me demande si ce genre de préférence de mode de vie est conditionné par quelque chose d’inhérent (qui resterait plus ou moins la même chose quelque soit le contexte et l’histoire personnelle) ou si c’est quelque chose qui est au contraire conditionné par le contexte. Dans ce deuxième cas, ça voudrait dire que nos positionnements personnels sur la question n’ont pas trop de sens dans la mesure où on n’a pas de prise sur nos propres histoires et contextes personnels : notre zone de confort (notre préférence sociale) se situe en accord avec le système social dans lequel on a vécu, point barre.

    Perso, j’envie un de mes collègues qui vit dans un petit village où ses ancêtres ont toujours vécu. Tout le monde se connait et vient voir les uns et les autres sans invitation préalable (sauf quelques étrangers qui se sont installés au village et ne sont pas habitués à ces moeurs). Ca peut paraitre intrusif mais c’est apparemment une habitude (comme quand les amis des enfants débarquent à la maison ou la famille). J’ai pu témoigner du bienfait de ce système quand les vieux parents de mon collègue sont tombés malades : il y a toujours un voisin pour aider, même si c’est pour aider le vieux père à se lever du lit à 8h du mat’ Pour le reste, les travaux, les bricolages, il y a bien sûr de l’entraide en fonction de la disponibilité des uns et des autres, ça se paye parfois à vil prix en bouteilles ou en conserves. Personne ne meurt de faim là bas alors que personne ne roule sur l’or (à part peut-être le fait qu’ils sont proprio de leurs maisons).

    J’envie cet état d’esprit ou plutôt ce contexte qui permet la mise en place de cet état d’esprit : une communauté resserrée où la confiance peut se mettre en place. Généralement, la première communauté en question, c’est la famille mais malheureusement, la notre est très éclatée géographiquement. Une entraide de notre part à nous bordelais n’est “rentable” pour le groupe que pour les gros pépins/travaux et les signaux faibles (mal-être, bien-être) au sein de la communauté familiale sont inaudibles pour les uns et les autres (à part via FB/Messenger mais c’est pas idéal).



  • Ne sommes-nous pas dans une société volontairement individualiste ?
    La déclaration universelle des droits de l’homme précise : chacun etc
    C’est l’individu qui importe, chaque individu.
    De nombreux droits sont d’ailleurs liés au fait d’être un individu et non au groupe (si qqn comprend ce que je veux dire, une traduction serait la bienvenue…)



  • @Printemps a dit dans L’individualisme :

    Ne sommes-nous pas dans une société volontairement individualiste ?
    La déclaration universelle des droits de l’homme précise : chacun etc
    C’est l’individu qui importe, chaque individu.
    De nombreux droits sont d’ailleurs liés au fait d’être un individu et non au groupe (si qqn comprend ce que je veux dire, une traduction serait la bienvenue…)

    Non moi je comprends ! Enfin je pense.

    Les droits de l’homme permettent l’accès à l’individualisme.

    A contrario du collectivisme qui tends souvent vers la restriction de droits individuels pour le “bien” du groupe.



  • @Carcha
    C’est l’impression que j’ai.



  • @Ratonhnhakéton a dit dans L’individualisme :

    @MrsRakoon j’ai l’impression que cette histoire de “c’était mieux avant” relève plus du fantasme, d’une nostalgie d’une époque que ces personnes n’ont pas connue et qu’il n’y avait pas plus d’entraide que maintenant.

    Non mais j’avais aussi vu ça dans une émission quand deux occidentaux étaient allés dans un petit village en Chine qui avait ce mode de fonctionnement, là ça relève pas obligatoirement du c’était mieux avant mais “c’est mieux comme ça”



  • @Fuong a dit dans L’individualisme :

    @MrsRakoon a dit dans L’individualisme :

    Aaaah sujet qui m’intéresse grave car je suis quelqu’un d’individualiste, plutôt au sens psychologique que sociétal, bien que…

    Par exemple quand j’entends les gens râler : avant il y avait plus d’entraide, tout le village se connaissait et se réunissait tout le temps et chacun aidait l’autre à faire son travail
    Maintenant c’est chacun son appart et personne ne s’intéresse à l’autre

    Ben moi je préfère comme ça, juste une question de trait de caractère, je déteste la vie en collectivité

    J’ai pas la réponse mais je me demande si ce genre de préférence de mode de vie est conditionné par quelque chose d’inhérent (qui resterait plus ou moins la même chose quelque soit le contexte et l’histoire personnelle) ou si c’est quelque chose qui est au contraire conditionné par le contexte. Dans ce deuxième cas, ça voudrait dire que nos positionnements personnels sur la question n’ont pas trop de sens dans la mesure où on n’a pas de prise sur nos propres histoires et contextes personnels : notre zone de confort (notre préférence sociale) se situe en accord avec le système social dans lequel on a vécu, point barre.

    Perso, j’envie un de mes collègues qui vit dans un petit village où ses ancêtres ont toujours vécu. Tout le monde se connait et vient voir les uns et les autres sans invitation préalable (sauf quelques étrangers qui se sont installés au village et ne sont pas habitués à ces moeurs). Ca peut paraitre intrusif mais c’est apparemment une habitude (comme quand les amis des enfants débarquent à la maison ou la famille). J’ai pu témoigner du bienfait de ce système quand les vieux parents de mon collègue sont tombés malades : il y a toujours un voisin pour aider, même si c’est pour aider le vieux père à se lever du lit à 8h du mat’ Pour le reste, les travaux, les bricolages, il y a bien sûr de l’entraide en fonction de la disponibilité des uns et des autres, ça se paye parfois à vil prix en bouteilles ou en conserves. Personne ne meurt de faim là bas alors que personne ne roule sur l’or (à part peut-être le fait qu’ils sont proprio de leurs maisons).

    J’envie cet état d’esprit ou plutôt ce contexte qui permet la mise en place de cet état d’esprit : une communauté resserrée où la confiance peut se mettre en place. Généralement, la première communauté en question, c’est la famille mais malheureusement, la notre est très éclatée géographiquement. Une entraide de notre part à nous bordelais n’est “rentable” pour le groupe que pour les gros pépins/travaux et les signaux faibles (mal-être, bien-être) au sein de la communauté familiale sont inaudibles pour les uns et les autres (à part via FB/Messenger mais c’est pas idéal).

    Ben je pense que ça relève de la personnalité car certains envient ce mode de fonctionnement, d’autres non (comme moi)



  • La réponse ne viendra pas de nos convictions personnelles mais de la science (la sociologie).



  • Un post qui débute par "Moi"suivi de “Je” ou “Mon”, “Ma” hyper fréquent, est-ce un comportement individualiste ?



  • Qu’en est il des gens qui parlent d’eux à la 3ème personne.?😅 Comment on appelle ça ?



  • Knut estime que c’est normal :snob:



  • @Heureuse8 a dit dans L’individualisme :

    Qu’en est il des gens qui parlent d’eux à la 3ème personne.?😅 Comment on appelle ça ?

    Alain Delon


Log in to reply