Le Blob



  • Agad’ ce docu, il va te passionner.


  • Admin

    Oui il est sur ma liste des choses à regarder. Là je regarde un docu sur les ponts.



  • Il n’y a que les ponts romains qui résistent le mieux aux assauts des crues (i.e. Pont du Gard, Vaison-la-Romaine).

    Le Golden Gate de SF métallilque a connu bien des séismes et les colères d’Eole sans crouler.

    Mais Gustave Eiffeil a su surmonter les faiblesses de structure des ponts (excepté une cata sur l’un d’entre-eux je ne sais plus où).

    Quant à celui de Millau, élégant ouvrage à haubans de Norman Foster au-dessus du Tarn + le pont de Normandie entre Le Havre et Sandouville/Honfleur ("Honfleu’ pays d’malheu’"comme me disait Jeannette une autochtone qui vendait des jonquilles et des cartes postales devant l’église Ste-Catherine).



  • Terminé la visu sur le Blob choupinou.
    Si vous en adoptez un surtout ne l’abandonnez pas, les refuges sont saturés.

    Coco-19 virus sigue ahí, lo eliminaremos. o/


  • Admin

    @Jiminy-Cricket a dit dans Le Blob :

    Sur Arte >

    Je me le mets dans le presse-papier… (il n’est pas contagieux).

    Le blob, un génie sans cerveau

    Capture d’écran 2020-03-20 à 18.30.17.png

    https://www.arte.tv/fr/videos/082726-000-A/le-blob-un-genie-sans-cerveau/

    [52 min - Dispo du 14/03/2020 au 19/05/2020
    Prochaine diffusion le samedi 21 mars à 22:25
    Jacques Mitsch - Fr 2019]

    Sur Terre bien avant les plantes et les humains, il est l’une des formes de vie les plus primitives visibles à l’œil nu. De son nom savant Physarum polycephalum, le blob, qui n’a pas de forme fixe, peut mesurer jusqu’à 10 mètres carrés. Certains ressemblent à de grosses éponges, d’autres à des lichens ou à des coraux. Selon les espèces, cet organisme unicellulaire peut être jaune, mais aussi blanc, noir, gris, marron, bleu, rose ou rouge. Présent principalement dans les sous-bois des zones tempérées, le blob prospère à l’abri de la lumière dans un environnement humide. Bien que dépourvu de bouche, d’estomac, d’yeux et de pattes, il mange (avec un bel appétit) bactéries, levures et champignons, digère, perçoit la lumière et se déplace à la vitesse de 1cm/heure, quatre fois plus vite s’il est affamé. Sans cerveau ni système nerveux, il est toutefois capable d’élaborer des stratégies complexes pour assurer sa survie.

    Blob l’éponge
    Ni plante, ni animal, ni champignon, le blob est une curiosité de la nature. S’appuyant sur l’ouvrage à succès de l’éthologiste et chercheuse au CNRS Audrey Dussutour, ce formidable documentaire nous entraîne à la découverte d’un organisme mystérieux aux étonnantes capacités. Dans leurs laboratoires, de Toulouse à Florence, de Hokkaido à Brême et Boston, des scientifiques spécialisés dans des disciplines aussi variées que la neurobiologie, la biophysique, la biologie, l’informatique et la robotique multiplient les expériences pour en percer les secrets. Et ouvrir peut-être la voie, grâce à lui, à de nouvelles avancées en médecine et en intelligence artificielle.

    Docu vu. Cet être est effectivement fascinant à bien des points de vues. Ni animal, ni végétal, ni champignon. Capable d’apprendre, d’élaborer des stratégies, doué de mémoire, capable d’optimiser un réseau, capable de transmettre ce qu’il a appris. Et ce n’est qu’une cellule. Vraiment fascinant.

    Je mets ici le replay pour ceux qui seraient intéressés.


Log in to reply