23 septembre : 9-1-1 - 3x01 📺

23 septembre : All Rise - 1x01 📺

23 septembre : Bluff City Law - 1x01 📺

23 septembre : Bull - 4x01 📺

23 septembre : Prodigal Son - 1x01 📺

23 septembre : The Good Doctor - 3x01 📺

L'Homme de Dénisova


  • Animateurs

    L’Homme de Denisova (Homo denisovensis) est une espece éteinte du genre Homo, découverte en 2010 dans la grotte de Dénisova, dans les montagnes de l’Altai en Russie.

    Ce sont des analyses génétiques sur une phalange datée de ~41 000 ans qui ont révélé l’existence de cette espece, différente d’Homo sapiens et de Néandertal, et depuis, tres peu de restes identifiables (et attribuables a H. denisovensis) ont été découverts (notamment quelques dents).

    Denisova_Molar.jpg

    Je propose dans ce sujet de régrouper les différentes actualités concernant ce membre de la lignée humaine, puisque les études et les fouilles sont actuellement en cours, et que de nouvelles études risquent de paraitre fréquemment lors des prochaines années! :faim:

    cavemen

    nb: Le statut d’espece a part entiere de l’Homme de Denisova (et donc son appellation Homo denisovensis) reste reste officieux pour le moment, en attendant plus d’éléments allant dans ce sens :nerdz:


  • Animateurs

    L’Homme de Denisova s’est hybridé avec Homo sapiens à deux reprises

    89dbca68be_122242_homo-sapiens-denisova-grotte.jpg

    L’Homme de Denisova, comme toutes les espèces humaines archaïques qui ont jamais foulé cette Terre, a disparu. Vraiment ? Il existe encore un peu, son ADN du moins, dans le génome d’un cousin, Homo sapiens. Donc nos ancêtres et le fameux Denisova se sont rencontrés, et pas qu’une fois…

    Au cours de la Préhistoire, nos ancêtres ont cohabité avec d’autres espèces appartenant au genre Homo, dont l’Homme de Néandertal et l’Homme de Denisova. Ces espèces sont aujourd’hui éteintes, mais des indices de métissage entre eux et Homo sapiens subsistent encore dans notre ADN. Ainsi, les populations d’Europe et d’Asie partagent 2 % de leur génome avec Néandertal, tandis que près de 5 % du génome des peuples d’Océanie, en particulier d’Australasie et de Papouasie-Nouvelle-Guinée, vient de Denisova.

    Si l’on savait donc déjà qu’une hybridation a eu lieu entre Denisova et nos ancêtres, à au moins une reprise, une étude réalisée par des chercheurs américains, Sharon Browning et ses collègues de l’université de Washington et de l’université de Princeton, atteste à présent qu’une seconde interaction s’est produite. En prime, elle apporte de nouveaux éléments sur le peuplement de l’Homme de Denisova en Asie.

    Car en inspectant le génome de plus de 5.000 individus, les chercheurs n’ont pas seulement repéré de l’ADN dénisovien chez les populations d’Asie de l’est, notamment les Chinois et les Japonais. Ils ont aussi remarqué que cet ADN différait significativement de celui retrouvé dans les populations d’Australasie. En d’autres termes, l’Homme de Denisova qui s’est hybridé avec les ancêtres des populations d’Asie de l’est était peu apparenté à celui vivant en Australasie.

    Ce qui indique que deux évènements d’hybridation avec deux populations dénisoviennes distinctes et a priori géographiquement éloignées se sont produits : l’un en Asie de l’est, l’autre en Australasie.

    https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/paleontologie-denisova-phalange-rapproche-homme-moderne-seme-trouble-50382/#xtor=RSS-8


  • Animateurs

    Et la derniere “découverte” en date :nerdz: :

    Dénisova : une phalange le rapproche de l’Homme moderne et sème le trouble

    Les paléoanthropologues ne savent pas encore grand-chose sur l’Homme de Denisova, découvert en 2010. Ils le pensaient proche de Néandertal. Mais une nouvelle analyse morphologique d’un simple fragment de phalange remet aujourd’hui cette hypothèse en cause.

    L’histoire commence avec une simple phalange retrouvée il y a quelques années par des chercheurs dans la grotte Denisova, quelque part en Sibérie. En 2010, l’analyse de son ADN exceptionnellement conservé a révélé que cette phalange appartenait à une population humaine jusqu’alors inconnue : l’Homme de Denisova. Une population humaine que la génétique semblait rapprocher des Néandertaliens.

    Mais, sans plus d’ossements clairement identifiés, il fut difficile de conclure quant à la morphologie de ces Dénisoviens. Alors une équipe française de l’Institut Jacques Monod (CNRS/Université de Paris) – soutenue par le laboratoire Pacea (Bordeaux) et l’université de Toronto (Canada) – a repris le travail sur un autre fragment de phalange. Un fragment que la génomique a permis de faire correspondre avec la fameuse phalange analysée en 2010.

    6860631c51_50154453_phalange-denisoviens.jpg
    Une phalange de Néandertal à gauche, une phalange d’Homme moderne au centre et le fragment de phalange de Dénisovien à droite. © E. A. Bennett et al., Institut Jacques Monod

    Une mosaïque de caractéristiques morphologiques

    C’est donc en comparant ce fragment aux phalanges connues de Néandertaliens et d’humains anatomiquement modernes que les chercheurs ont fait une découverte surprenante. La phalange apparaît très proche de celles des humains modernes. Et plus éloignée de celles des Néandertaliens. Surprenant parce que des molaires et une mandibule, récemment mises au jour au Tibet, présentent des caractéristiques bien plus archaïques.

    Comment expliquer ce paradoxe ? Peut-être par le fait que cette phalange se retrouve dans la lignée ancestrale d’Homo sapiens et qu’elle s’est transmise au fil des générations. Alors que Néandertal développait d’autres caractéristiques. Mais il faudra assurément de plus nombreux ossements pour réussir à caractériser de manière robuste cette « troisième » humanité.

    https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/paleontologie-denisova-phalange-rapproche-homme-moderne-seme-trouble-50382/#xtor=RSS-8

    note: bordel, la syntaxe de ces articles est dégueulasse, mais j’ai la flemme de les éditer :prude:



  • Vous pensez qu’un jour avec la science ils vont cloner des hommes préhistoriques ?


  • Animateurs

    @peanou Je ne pense pas non. Il y a trop de soucis ethiques.



  • @Silmaril L’ethique existera encore d’ici la ?


  • Animateurs

    @peanou Je pense que oui, surtout que l’intéret scientifique et economique au clonage d’especes éteintes est limité pour l’instant (surtout pour des especes humaines). Les sciences sont aujourd’hui fortement influencées par leur histoire, et l’anthropologie, par exemple, a encore bien honte de ce qui a été infligé aux esclaves africains au nom de la science quand ils pensaient que les noirs n’étaient que des animaux.

    Entre l’éthique (ancrée aussi fortement envers l’homme qu’envers l’animal aujourd’hui), le manque de ressources naturelles pour nourrir/loger les especes actuellement sur Terre, et l’importance de la rentabilité d’un projet pour obtenir des subventions, je ne pense pas que le clonage d’especes anciennes ait lieu de si tot (et je l’espere, jamais!).