15 octobre : Arrow (8x01) 📺
15 octobre : The Purge (2x01) 📺

La viande "propre"


  • Admin

    La viande de laboratoire pourrait se vendre à des prix abordables en supermarché d’ici à deux ans

    Le premier « steak de labo », produit en 2013, coûtait 250 000 euros. Avec une production à plus grande échelle, le prix pourrait bientôt atteindre neuf euros.

    La viande produite en laboratoire pourrait bientôt être accessible financièrement. Introduite pour la première fois il y a six ans sous la forme d’un steak à plusieurs centaines de milliers d’euros, elle pourrait atteindre, d’ici à deux ans, les rayons des supermarchés au prix de 9 euros, affirment des start-up européennes.

    Les consommateurs préoccupés par le changement climatique, le bien-être des animaux ou leur propre santé s’intéressent de plus en plus à la viande dite « propre », et le nombre d’entreprises qui se lancent dans l’aventure est passé de quatre à la fin de 2016 à une vingtaine en 2018, selon The Good Food Institute (GFI).

    Marché en expansion

    La start-up néerlandaise Mosa Meat, créée par le professeur Mark Post et financée par le cofondateur de Google Sergey Brin, a fabriqué, en 2013, le premier « steak in vitro », produit sans chair animale à partir de cellules souches, pour la somme de 250 000 euros. Mais les coûts de production de ces hamburgers ont considérablement baissé, observent Mosa Meat et sa concurrente espagnole BioTech Foods.

    « Le hamburger était aussi cher en 2013 parce qu’à l’époque c’était une science nouvelle et que nous produisions à très petite échelle. L’échelle grandissant, nous prévoyons que le coût de production d’un hamburger soit d’environ 9 euros », a déclaré une porte-parole de Mosa Meat, ajoutant qu’il pourrait finalement devenir moins cher que la viande traditionnelle.

    Le marché est, en effet, vaste, la consommation de viande ne cessant de croître. En 2017, ce sont 323 millions de tonnes de viande qui ont été produites dans le monde, selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), un chiffre en augmentation constante.

    Pas forcément économe en énergie

    […]

    Article complet : https://www.lemonde.fr/festival/article/2019/07/11/la-viande-de-laboratoire-pourrait-se-vendre-a-des-prix-abordables-en-supermarche-d-ici-deux-ans_5488174_4415198.html




    Est-ce que vous seriez prêt à acheter de la viande produite en labo si celle-ci était mise en vente ?



  • @Ratonhnhakéton a dit dans La viande "propre" :

    Est-ce que vous seriez prêt à acheter de la viande produite en labo si celle-ci était mise en vente ?

    Non, et je crois que je serais même prêt à soutenir et financer des actions violentes contre la malbouffe de ce genre. On a pas pété un Macdo il y a 20 ans pour nourrir les écoliers avec ça.



  • Hum !
    Capture d’écran 2019-08-14 à 04.12.31.png

    Pourquoi pas, dans la mesure où cette barbaque de synthèse est similaire en propriétés organoleptiques et en apports alimentaires équivalents et “propre” sanitairement.

    Maintenant, s’agissant d’un « nouveau marché à prendre = source de profits sans éthique surfant sur la vague environnementale », je crains des dérapages et des scandales sanitaires à la « soleil vert » s’il n’est pas strictement contrôlé par des organismes indépendants non affidés aux lobbies.

    En rêve…:yeux:


  • Admin

    @aurel j’ai corrigé le lien de la vidéo.

    Ma première motivation pour consommer ce type de viande serait le bien être animal puisqu’on n’aurait plus besoin d’élever et d’abattre à la chaine des milliards d’individus pour nourrir une population humaine chaque jour un peu plus envahissante.



  • S’il n’y a plus de viande sur terre jprefere m’y faire que de consommer celle produite au laboratoire



  • J’y serais totalement prête.
    En tout cas, à l’avenir je préfère mille fois ça que de manger des insectes !
    Pas de souffrance animale, moins de bétail = moins de déforestation, etc. Bon j’imagine qu’il y a des inconvénients aussi, comme tout, mais bon.
    Déjà, rien que par curiosité j’aimerais goûter.