19 septembre: Europa League ⚽
20 septembre → Criminal - Saison 1 (Netflix) 📺
20 septembre : First Wives Club - 1x01 📺
20 sept 2019 → Zelda :Link’ Awekening🎮

Pourquoi y a-t-il autant de camions sur les routes ?


  • Admin

    Cela n’aura pas échappé aux automobilistes : les autoroutes européennes sont encombrées par des files de poids lourds toujours plus interminables. Alors que près de 80 % des marchandises transitent par voie routière, le nombre de camions en circulation devrait augmenter de 40 % dans cinq ans. Pourquoi ce choix de la route au détriment du rail ou du transport maritime, qui présentent pourtant de nombreux avantages, notamment écologiques ? Pour quelle raison les camions sont-ils aussi nombreux – un tiers d’entre eux, selon les estimations – à rouler à vide ? Diesel bon marché, dumping sur les salaires des chauffeurs, explosion des commandes sur Internet, production et livraison à flux tendu : cette folie des poids lourds, qui résulte d’une série de décisions politiques, notamment un investissement massif dans les autoroutes, sert des intérêts économiques. Si les entreprises privées profitent de ce système, les citoyens en subissent les conséquences : embouteillages, pollution, risques sanitaires et usure précoce des infrastructures publiques. À l’échelle du continent, la Suisse offre pourtant un modèle plus vertueux : le pays a su s’affranchir du lobby automobile pour miser sur le transport ferroviaire.

    Source : Putains de camions !
    Documentaire de Jens Niehuss (Allemagne, 2019, 1h30mn)




    Je veux mes produits TDSM ! ©Aurel



  • Je déteste les camions sur les routes, c’est tellement dangereux



  • Il y a eu récemment un échec de négociations entre la snfc et des producteurs pour renouveler un contrat de vrac du sud vers la capitale.
    Le transport se fera donc en camionS.
    Et oui, des retours à vide pour nombre d’entre eux.
    Ce n’est pas là de la circulation de marchandises (avec un retour d’autres marchandises) mais des livraisons (retour à vide).
    .
    La circulation : j’ai cette anecdote : en lien avec des calculs de coûts :
    Empotage de pommes de terre à ville 1.
    Transport des patates dans ville 2 (autre pays)
    Lavage des patates.
    Retour des patates propres ville 1 et transformation des patates en frites.
    Coût moins important (transports + lavage ville2) que si les patates étaient nettoyées ville 1.
    .
    Et les produits de pêche : port breton -> transport rungis -> achat -> retour au local.
    .
    Les hubs rail route ne sont pas nombreux, et le rail en France est souvent associé à l’image de la grève.
    Mais je crois que ça évolue un peu.



  • J’ai entendu cette histoire, le fameux train des primeurs. Justement, ça devait s’arrêter il y a quelques mois mais devant la levée de bouclier, ils ont maintenu le train en question… qui a circulé à vide faute de demande.

    https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/pyrenees-orientales/perpignan-rungis-train-primeurs-circulerait-vide-est-il-devenu-train-fantome-1700096.html

    @Printemps :

    Les hubs rail route ne sont pas nombreux, et le rail en France est souvent associé à l’image de la grève.
    Mais je crois que ça évolue un peu.

    Je n’y avais pas pensé mais effectivement, développer le frêt ferroviaire en France, c’est donner le bâton pour se faire battre : avec les camions, c’est toute une myriade d’entreprises qui ne sont pas toutes soudées durant les conflits sociaux (d’autant plus qu’il doit y avoir des étrangers).

    Le cauchemar que ce serait. Chez nous à Bordeaux, durant les fêtes de fin d’année, un peu avant, les transports rentrent en grève sur une tradition et font chier les banlieusards qui voudraient y venir faire leurs achats de Noel. Imaginez si ce genre de conflit devenait quasi-systématique : l’équivalent des queues aux stations services mais sur toute la production des supermarchés…



  • Et donc on s’assoit sur l’environnement pour se préserver de risque de conflit social.

    On préfère pourrir la planète plutot que de donner des armes aux travailleurs pour se défendre.

    Tellement typique de ce monde de merde.



  • Je précise que je ne valide pas ce choix non plus, je crois même que c’est une mauvaise excuse sur le long terme (indépendamment de l’impact sur l’environnement) : le routier étant une alternative plus versatile que le frêt ferroviaire, s’il y avait trop de conflits sociaux liés à ce dernier, le routier serait rapidement remis en oeuvre. Comme ce qu’il se passe dans les municipalités où il y a des grèves de ramassage des ordures : dès que ça traine trop en longueur, les municipalités font appel à des organismes privés pour faire le boulot et la grève est cassée.

    Mais malgré ça, je pense que ce risque est (secrètement ?) pris en compte par les politiques dont la carrière est beaucoup plus sensible à ce genre d’évènements.

    Ajoutons à ça que la préservation de l’environnement rapporte de la notoriété principalement lors des prises de positions (et non pas à la survenue de résultats concrets) et la boucle est bouclée : frêt = risque socio-politique et retour sur investissement (environnement) trop long ==> ils bougeront pas.

    A mon avis pour que le frêt routier soit réellement pris en compte, il faut que ça devienne insupportable mais à un degré autrement plus fort qu’il ne l’est actuellement : hausse du pétrole, densité devenue trop forte à cause des camions autonomes ou je ne sais quel truc qui n’arrivera pas dans les décennies à venir…

    Les politiques ne bougent que sur le court terme et/ou quand tout le monde, eux compris, a le nez dans la merde.



  • J’avais regardé ce doc dernièrement puis signalé. Une piqure de rappel sur tout ce qui se transporte sur pneus (utile ou futile) n’est pas inutile.



  • Du coup, il faut en penser quoi du renouveau des transports en car longue distance ? On observe une hausse de la fréquentation avec près de 9 millions de passagers.



  • Que c’est une abération écologique.
    Prenez le train bordel.



  • @Carcha a dit dans Pourquoi y a-t-il autant de camions sur les routes ? :

    Que c’est une abération écologique.
    Prenez le train bordel.

    Le train reste plus cher.

    Je ne dis pas que cet argument est recevable et doit nous pousser à nous détourner du train (surtout pas). Il doit juste nous rappeler pourquoi beaucoup se rabattent désormais sur le bus, quand bien même celui-ci est moins rapide.



  • Pourquoi le train est-il plus cher que le bus ? Le type d’énergie ?

    C’est peut-être la flexibilité le problème, à la fois pour le transport des passagers et pour le frêt. Pour être rentable, il doit falloir un train d’une certaine taille qui transporte un certain nombre de personnes pour que le ratio passager/énergie (ou passager/cout) soit acceptable. Mais avec cette taille minimale, il n’y a que les gros trains et/ou les grosses lignes qui sont viables et… ça entraine un manque de flexibilité. En fonction des variations de la demande (nombre de personnes, diversité des destination), les trains affrétés sont plus ou moins plein et la rentabilité (avec la notion de viabilité) devient trop aléatoire. Et pour compenser ça, les prix sont haut. J’imagine que c’est ce qu’il se passe et que le problème est le même pour le frêt ferroviaire. Ca c’est un problème d’ingénierie logistique avant d’être un problème politique. Il me semble que dans l’aéronautique, ils contournent le problème en associant le frêt avec les voyageurs : les soutes de trajets commerciaux sont en partie remplies par du frêt et c’est d’ailleurs ça qui fait la marge des compagnies aériennes. Question naïve que je me pose : dans quelle mesure cette stratégie pourrait être adaptée au ferroviaire (avec par exemple une rame de frêt ajoutée aux TER voire TGV) ?



  • @Fuong a dit dans Pourquoi y a-t-il autant de camions sur les routes ? :

    Pourquoi le train est-il plus cher que le bus ? Le type d’énergie ?

    Le fait qu’il aille plus vite, et soit donc plus energivore.

    Il y a peut-être aussi la question de l’entretien des voies et infrastructures… Les bus subviennent à l’entretien routier et autoroutier avec les voitures et camions. Ca relativise les frais.

    Les trains sont seuls à utiliser leurs axes, même si plusieurs compagnies peuvent partager le réseau (SNCF, RATP, lignes étrangères).



  • C’est un vrai casse-tête… Est-ce que d’autres pays ont développé efficacement le ferroviaire ? Je sais pas s’ils en parlent dans le documentaire, je n’avais vu qu’une partie quand il a été diffusé.