19 septembre: Europa League ⚽
20 septembre → Criminal - Saison 1 (Netflix) 📺
20 septembre : First Wives Club - 1x01 📺
20 sept 2019 → Zelda :Link’ Awekening🎮

Elle loue son logement social sur Airbnb


  • Admin

    Paris: Elle loue son logement social sur Airbnb, des touristes dénoncent cette pratique illégale

    Une locataire d’un logement social du 16e arrondissement de Paris a mis en location son appartement sur Airbnb à 255 euros la nuit. Après un différend avec des touristes, ces derniers l’ont dénoncée.

    Selon Le Parisien, une locataire a mis son logement de 95 m2, situé dans le 16e arrondissement de Paris, en location sur Airbnb à 255 euros la nuit. Sauf que ce bien est un logement social, interdit à la sous-location, comme le précise au Parisien Stéphane Bettiol, directeur général adjoint de Paris Habitat, « même pour quelques jours par an. »

    Si cette loueuse s’est fait pincer par le bailleur social, ce n’est pas par le gardien de l’immeuble HLM mais bien par les touristes après un différend. « Une amie a loué ce logement. Dès son arrivée, elle a vu que c’était un immeuble social. Mais surtout, la loueuse n’a pas eu un comportement correct. A l’issue de la location, elle nous a réclamé 1.000 euros en disant que nous avions abîmé son canapé », raconte une Parisienne, qui a contacté le bailleur Paris Habitat après ce contentieux.

    Contactée par Le Parisien, la loueuse déclare n’être pas au courant de cette interdiction : « Même pour quelques jours par an ? Je n’étais pas au courant. Je vais retirer l’annonce. » Ce genre de pratique peut amener les contrevenants devant le tribunal. « Lorsque des cas sont avérés, nous engageons systématiquement une procédure au tribunal. Les condamnations peuvent aller jusqu’à 5.000 euros d’amende, voire la résiliation du bail », détaille Stéphane Bettiol, qui a engagé une action pour ce cas. Dimanche matin, l’annonce était toujours en ligne sur Airbnb, qui sera chargée de la supprimer après l’alerte du bailleur social.

    Source : https://m.20minutes.fr/amp/a/2568823



  • Elle est le haut de l’iceberg, il y a plein de location, de mic mac et d’échange d’appart en douce, et pendant ce temps ceux qui ont besoin de ces apparts pourrissent dans des endroits insalubres, une honte!



  • Franchement si c’est une ou deux fois de temps en temps c’est quoi le problème.
    C’est pas comme si c’était en permanence ou la bien sur ce serait intolérable, mais si elle est pas la un week end c’est quoi qui gène qu’elle laisse les clés à la location quand elle y est pas ?

    Ca fait un peu moins de chiffre d’affaire pour les hotels du groupe Accor, la belle affaire.

    Les gens qui sont en logement social justement ils roulent pas sur l’or par définition, sinon ils auraient pas de logement social. On va leur casser les couilles à eux pour 250 balles en un week end ou ils sont pas la tandis que des connards en col blanc se goinfrent de homard et de vins blancs à 1000 balles en toute impunité.



  • @Carcha a dit dans Elle loue son logement social sur Airbnb :

    Les gens qui sont en logement social justement ils roulent pas sur l’or par définition, sinon ils auraient pas de logement social. On va leur casser les couilles à eux pour 250 balles en un week end ou ils sont pas la tandis que des connards en col blanc se goinfrent de homard et de vins blancs à 1000 balles en toute impunité.

    Note que l’un n’empêche pas l’autre.

    De Rugy louait aussi d’un logement social, logement qu’il aurait tout à fait pu proposer sur AirBnB s’il avait voulu. :mrgreen:



  • @Carcha Bah non elle a un loyer réduit exprès adapté à ses difficultés. Alors dès qu’on est dans le besoin on ne doit plus respecter les règles?

    Si on compare aux politiques alors on peut voler, violer, détourner des fonds en toute impunité.



  • Ca dépend… Ces règles sont apparemment trop restrictives si elles interdisent qu’on sous-loue quand on part en vacances. Après si c’est pour partir ailleurs 6 mois de l’année grâce au Air BnB, effectivement il y a abus.

    Je pense que c’est justement quand c’est trop restrictif, qu’on doive respecter une loi au pied de la lettre et non pas dans l’esprit, qu’il y a le plus d’abus. Les écarts marginaux sont justement le terreau pour des débats pour changer des lois inadaptées.

    C’est comme ça que ça marche : de la Loi (du moment) découle la Morale (du moment), les écarts avec la Morale entrainent soit une rétorsion si c’est excessif, soit un changement, de fait et/ou débattu, des frontières de la Morale, qui entraine une réadaptation de la Loi et on refait un tour.

    A vous de juger si cet écart vous semble immoral ou pas.



  • C’est un écart à la loi, mais je pense que c’est une loi stupide.
    C’est la pour protéger les chaines hôtelières à 100 balles la nuit, au détriment des pauvres qui auraient bien plus besoin d’argent.

    Pour permettre la sous location tout en évitant les abus, il suffirait simplement d’un dispositif autorisant à sous louer sa piaule 20 jours par année.



  • Cela montre surtout que le “journaliste” affecté à la rubrique faits divers de ce journal n’a pas grand chose à faire de ses journées



  • @Carcha a dit dans Elle loue son logement social sur Airbnb :

    C’est un écart à la loi, mais je pense que c’est une loi stupide.
    C’est la pour protéger les chaines hôtelières à 100 balles la nuit, au détriment des pauvres qui auraient bien plus besoin d’argent.

    En fait c’est une vieille loi, ca n’a rien à voir avec ce type de sous location qui n’existait même pas à l’époque de l’écriture de la loi . Comme le disait @Jackasse , c’est nawak concernant les logements sociaux, les gens qui en sortent ont souvent tendance à le refiler à un proche pour qu’il puisse en profiter et/ou le garder sous le coude si leur situation actuelle venait à changer (rutpure, etc…). Du coup ca pénalise ceux qui sont en attente.

    Et si c’est déjà super chaud à controler comme ça alors que toute forme de sous location est interdite, imagine ce que ce serait avec une autorisation à X jours par an.



  • Interdiction totale de sous-louer sur Air BnB ou autre plateforme mais possibilité de le faire via une plateforme publique spéciale pour les logements sociaux, x fois par an.

    Voilà. De rien pour la solution. :mrgreen:



  • L’argument de la complexité administrative c’est pire que tout.

    En substance ça veut dire qu’on veut même pas faire un effort pour mettre en place quelques chose qui pourrait bénéficier aux pauvres, ils n’en valent pas la peine.


Log in to reply