23 septembre : 9-1-1 - 3x01 📺

23 septembre : All Rise - 1x01 📺

23 septembre : Bluff City Law - 1x01 📺

23 septembre : Bull - 4x01 📺

23 septembre : Prodigal Son - 1x01 📺

23 septembre : The Good Doctor - 3x01 📺

manuel psychiatrique DSM-IV : pédophilie, paraphilie et hébéphilie


  • Admin

    Le manuel psychiatrique DSM-IV, qui fait actuellement autorité dans le domaine du diagnostic de la santé mentale, reconnaît la pédophilie comme un trouble du comportement sexuel. En vue de sa révision en DSM-V, une équipe de psychiatres canadiens vient de suggérer l’introduction d’une distinction claire entre pédophilie et hébéphilie (dans le groupe des paraphilies).

    Cette dernière renvoie à la préférence sexuelle pour les adolescents en phase pubertaire (11 à 14 ans). Les chercheurs ont réalisé des entretiens avec 881 mâles ayant soit des antécédents criminels, soit des troubles comportementaux catalogués comme pédophile. Ils ont assorti ces entretiens d’une mesure de l’érection pénienne face à des enfants d’âges divers. Il en ressort une distinction nette entre les individus attirés par les enfants prépubères et ceux séduits par les pré-ados ou les jeunes ados. D’où, selon eux, la nécessité de distinguer les deux troubles ou de créer un trouble de pédohébéphilie, avec trois sous-types : pédophile, hébéphile, pédohébéphile.

    Un des problèmes posés par cette classification, c’est la désignation de l’hébéphilie comme paraphilie. On assiste dans les pays occidentaux à une avancée générale de la puberté depuis plusieurs générations (voir Expertise collective Inserm 2007, Évolution séculaire de la croissance et de la puberté), de sorte que le sexe biologique (capacité à procréer) est éventuellement en décalage avec le sexe psychologique (désir d’un partenaire sexuel) et le sexe socio-juridique (majorité sexuelle reconnue par le droit).

    La puberté correspond à l’activation de la fonction hypothalamo-hypophyso-gonadique, aboutissant au développement complet des caractères sexuels, à l’acquisition de la taille définitive, de la fonction de reproduction et de la fertilité. Chez la fille, elle commence par le développement des glandes mammaires (en moyenne à partir de 10,5/11 ans), suivi de la pilosité pubienne et axillaire, des modifications de la vulve et des premières règles (ménarche), en moyenne autour de 13 ans. Leur date de survenue est considérée comme normale entre 10 et 15,5 ans. Du point de vue du droit, la majorité sexuelle est néanmoins fixée après la survenue moyenne cette puberté (15 ans en France, mais date variable selon les pays). Du point de la psychologie évolutionniste, la recherche d’un partenaire franchissant tout juste sa puberté paraît comme un trait normal du comportement sexuel masculin : cela maximise les chances que le partenaire en question soit vierge, donc qu’il reproduise ses gènes en cas de conception. Les mariages arrangés avec les enfants, et les consommations assez précoces par rapport à notre standard actuel, n’étaient pas si rares dans les siècles passés (le Code civil fixait initialement la majorité sexuelle à 11 ans) ni ne le sont dans certaines sociétés traditionnelles.

    On ne sait pas encore si cette distinction sera maintenue dans la version définitve dont la publication est prévue pour mai 2012.

    Notons en outre que si le terme pédophilie et autre paraphilie peut être maintenu pour ce qui relève de l’aspect psychiatrique, il s’agit de pédocriminalité dès qu’il y a passage à l’acte.




    En lisant un sujet je suis tombé sur ce terme, hébéphile, que je ne connaissais pas. En cherchant sur le web je suis tombé sur cet article qui explique qu’il y a une vraie différence entre ceux attiré par les enfants et ceux attiré par les ados (pré-ados), preuve par la mesure de l’érection pénienne dont il est question.
    Avant je classais tout ceux ayant une attirance pour les moins de 15 ans parmi les pédophiles.
    Aviez-vous déjà entendu parler de cette différence ?


  • Admin

    En cherchant sur Wikipédia je suis tombé sur cet article :

    Chronophilie

    La chronophilie (du grec ancien χρόνος / khrónos (« temps ») et φιλία / philía (« amour »)) est un terme utilisé par John Money pour désigner l’attirance sexuelle d’un individu pour des personnes présentant un âge particulier.

    Le fantasme est à double sens. Un(e) jeune qui ressent de l’attirance pour une personne âgée est chronophile (plus précisément gérontophile), de la même façon qu’une personne âgée qui ressent de l’attirance pour un individu de loin plus jeune qu’elle est chronophile (plus précisément pédophile ou hébéphile).

    Préférences sexuelles basées sur l’âge

    La pédophilie est un trouble psychologique durant lequel un adulte ou jeune adulte expérimente une préférence sexuelle pour les enfants prépubères. D’après le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM), la pédophilie est spécifiée en tant que paraphilie quand un individu ressent un profond désir sexuel ou fantasmes envers les enfants, sur lesquels il agit durant une période de détresse interpersonnelle ou psychologique. Le diagnostic peut être effectué à l’aide du DSM ou du critère du CIM pour les personnes âgées de 16 ans et plus. Les troubles sont présents parmi les abus sexuels sur mineurs ; bien que certains individus ne réunissent pas forcément les critères de la pédophilie. La népiophilie et l’ infantophilie décrit une préférence sexuelle pour les nourrissons et bébés (souvent âgés entre 0–3 ans).

    • L’éphébophilie concernent les préférences sexuelles pour les jeunes adolescents et adultes. L’hébéphilie est la préférence pour les adolescents et l’éphébophilie est la préférence sexuelle des jeunes adultes (généralement âgés entre 16–22 ans). Le terme hébéphilie a été introduit par Glueck (1955). Kurt Freund (et Aleš Kolářský) utilisent le terme adolescentophilie pour une préférence sexuelle pour les adolescents et jeunes adultes. Dans ce contexte, l’adolescentophilie se focalisant sur les garçons est nommée éphébophilie (du grec ephebos), l’adolescentophilie axée sur les filles est nommée hébéphilie (les termes korophilie et parthenophilie sont souvent similairement utilisés). Freund et Kolářský différencient ces deux termes, éphébophilie et hébéphilie, par âge de préférence : éphébophilie et hébéphilie I (âge de la puberté), II (adolescence) et III (jeune adulte).

    • La téléiophilie (du grec teleios, « croissance complète ») est un intérêt érotique pour les adultes. La teleiophilie n’est pas restreinte par l’âge de l’adulte. La teleiophilie est également nommée adultophilie.

    • Les gérontophilie et graeophilie décrivent une préférence sexuelle pour les personnes âgées.




    Les âges ne sont pas tout à fait les mêmes que dans l’article précédent et il n’y sont pas abordés les composantes du développement biologique des caractères sexuels, du sexe psychologique, ni l’aspect socio-juridique.



  • Le premier et le troisième cas sont considérés comme des troubles psychiques, pas sûre que ce topic ait sa place en amour et sexe :face:



  • Je me demande si le plus gros probleme n’est pas cette classification elle même, qui, il y a qqs années y incluait l’homosexualité, et est restée prise en compte comme tel (un trouble) par les psys pas mal de temps après son retrait de la classification.
    Esperons que cela a évolué.
    .
    Je découvre les noms, mais je savais que les préférences sont souvent par classe d’âge de l’enfant (bébé - enfant - pré pubère - tout juste pubère - voire jeune ado).
    .
    Je mets tout dans le même sac de la pédophilie.
    .
    Après c’est peutêtre important pour les pros de classifier, histoire peutêtre de mieux comprendre les mécanismes, (s’il y en a). Dans le but peutêtre de mieux accompagner ceux et celles qui ne veulent pas passer à l’acte.



  • @Printemps Surtout c’est important dans le profilage pour ceux qui kidnappent des enfants mais les relâchent ou les tuent quand ils sont à la puberté.
    Miui je regarde trop esprit criminel. :sleep:

    Sinon ce topic est un peu space :abba:


  • Admin

    @Eleha j’ai collé ça ici parce que « sexe », après si quelqu’un a une meilleure idée je suis preneur. Sciences humaines peut-être ?



  • @Ratonhnhakéton

    stress

    Je ne sais pas :cryhappy:


  • Admin

    @Eleha a dit dans Pédophilie, paraphilie et hébéphilie :

    @Ratonhnhakéton
    Je ne sais pas :cryhappy:

    Moi non plus 😕


    J’ai découvert ces mots en lisant des réactions à cet article :
    la Cour suprême suédoise juge un homme coupable de viol par négligence



  • :gne: J’ai lu bébéphilie !


  • Admin

    'spèce de pervers. :abba:



  • @Jackasse

    Ah ok, je comprends ; même si je pense que les profileurs “maîtrisent” tout cela bien mieux et sans doute depuis bien plus longtemps que les psys (et leur classification).

    .

    Pour le topic : peutêtre le deplacer en santé ? Après tout cette “bible” des psy, c’est du médical



  • Et peutêtre orienter le titre sur le classement ou le bouquin ?


  • Admin

    @Printemps a dit dans Pédophilie, paraphilie et hébéphilie :

    Pour le topic : peutêtre le deplacer en santé ? Après tout cette “bible” des psy, c’est du médical

    Pourquoi pas ?

    @Printemps a dit dans Pédophilie, paraphilie et hébéphilie :

    Et peutêtre orienter le titre sur le classement ou le bouquin ?

    Ça en ferait un topic plus général si je mets le titre du bouquin mais ça ne collerait plus avec mon message d’intro.



  • Peutêtre en mettant le bouquin : et ton titre actuel ?


  • Admin

    @Printemps c’est fait.



  • Je trouve que ça fait moins “malaise” comme ça


  • Admin

    Ah bon ? C’est étrange cette impression. :unsure:



  • Disons qu’ainsi ça oriente d’emblée sur la terminologie et pas la pratique.
    amha



  • Les gens qui couchent avec des enfants il faut leur couper le zizi



  • @Heureuse8 a dit dans manuel psychiatrique DSM-IV : pédophilie, paraphilie et hébéphilie :

    Les gens qui couchent avec des enfants il faut leur couper le zizi

    Tu coupes quoi chez les femmes ?
    😶


Log in to reply